Adoration de Jésus

Un article de Témoins de Jéhovah: TJ-Encyclopedie, l'encyclopédie libre sur les Témoins de Jéhovah.
Aller à : navigation, rechercher

Parmi les nombreuses modifications doctrinales de la Société Watch Tower figure au cours de son histoire, la question de l'adoration de Jésus constitue à la fois l'un des changements théologiques les plus importants et probablement l'un des plus méconnus de la part des adeptes actuels — ce qui n'empêcha pas le mouvement de déclarer: "La Société n'[a] jamais changé de point de vue sur les vérités fondamentales".[1] En effet, sous la présidence de Russell, les chrétiens étaient explicitement inviter à adorer Jésus, et les statuts de 1945 de l'organisation précisaient que celle-ci avait notamment pour objectif de promouvoir l'adoration de Jéhovah et de Jésus. Puis, à partir du milieu des années 1950, le fait d'adorer Jésus fut considéré comme un acte idolâtrique.

Contrairement à d'autres changements doctrinaux qui ont été présentés après coup dans la littérature jéhoviste comme des "éclairs de lumière", la révision sur la doctrine de l'adoration de Jésus a été purement et simplement passée sous silence dans les publications, et la Société a même eu recours à des méthodes malhonnêtes pour dissimiler cette ancien doctrine. Par ailleurs, ce changement illustre une fois de plus combien il est facile pour la Watch Tower, avec un argument d'autorité, de renverser du tout au tout et de façon gratuite un enseignement, de fournir des interprétations de la Bible contradictoires au fil du temps et de condamner les autres religions qui enseignent le contraire de ses points de vue successifs, tout en continuant à affirmer être dirigée par l'esprit saint.

Historique

Charles Taze Russell, le fondateur des Étudiants de la Bible à l'origine des Témoins de Jéhovah, considérait comme tout à fait légitime l'adoration et la prière à Jésus parce que, selon lui, il était notre Dieu (d'ailleurs, à l'époque de sa collaboration avec Nelson Barbour, Russell soutenait alors le dogme de la Trinité, et reconnaissait l'esprit saint comme une personne). De telles explications furent à de nombreuses reprises évoquées de façon explicite dans les publications de l'organisation. Certes, ce culte n'était pas explicitement imposé pour les Étudiants de la Bible, mais il ne faisait pas l'objet d'une condamnation non plus et était présenté en termes positifs. Les deux successeurs de Russell, Joseph Rutherford, puis Nathan Knorr, continuèrent de prêcher la même doctrine, et celle-ci fut même intégrée en 1945 dans la charte juridique de la Watch Tower qui, à partir de cette année-là, inclut comme but de l'organisation "l'adoration chrétienne et publique de Jéhovah et de Jésus".

Les amendements apportés à six des articles de la charte, qui inclurent donc l'adoration de Jésus, furent présentés sous forme de résolution lors d'une réunion le 2 octobre 1944, résolution adoptée à l'unanimité par 225 302 Témoins de Jéhovah avant d'être soumise par Knorr et le secrétaire William Van Amburgh à la Cour d'État qui donna son approbation en 1945; peu après, la nouvelle charte fut entièrement publiée dans l' Annuaire des Témoins de Jéhovah de 1945. L'approbation unanime des fidèles à la résolution ainsi que la publication au grand jour des changements apportés indiquent manifestement que les Témoins de Jéhovah de l'époque n'étaient nullement choqués par la déclaration selon laquelle il fallait adorer Jésus, voire y étaient même habitués. Il est à noter aussi que ces amendements à la charte de la Société Watch Tower furent ultérieurement présentés dans les publications jéhovistes comme faisant partie d'événements majeurs ("choses remarquables") en lien avec l'accomplissement des 2300 soirs et matins mentionnés en Daniel 8:13,14, enseignement qui reste d'ailleurs toujours d'actualité, et qui présente les amendements comme des améliorations ayant promu le culte pur...[2][3]

Puis soudain, dans les années 1950, le culte de Jésus fut considéré comme étant un acte d'idolâtrie, et de ce fait, une pratique relevant de la fausse religion dont la pratique devenait passible d'exclusion. C'est en 1954 qu'apparut la première déclaration indiquant clairement que l'adoration de Jésus n'était pas une pratique chrétienne. Par ailleurs, c'est précisément à cette époque-là que la Traduction du monde nouveau des Saintes Écritures fut publiée, traduction spécifique à l'organisation qui traduisait de manière différente le terme grec proskunéô — désormais rendu par "rendre hommage" chaque fois qu'il était en rapport avec Jésus. Dès lors, le changement de doctrine allait de paire avec la modification de traduction.

En accord avec cet enseignement, le nombre d'hymnes à la louange de Jésus a drastiquement diminué dans les cantiques utilisés lors du culte — selon l'organisation elle-même, il a fallu attendre le recueil de cantiques de 1984 pour que le nombre de chants en l'honneur de Jéhovah surpasse le nombre de ceux à la louange de Jésus.[4] Les paroles de ceux-ci ne contiennent désormais pas de paroles directement adressées à Jésus, mais se contentent d'encourager les fidèles à lui rendre hommage, de façon indirecte, et sans préciser concrètement comment ces derniers sont censés le faire.

En revanche, aussi paradoxal que cela puisse paraître, même si un Témoin de Jéhovah n'a plus officiellement le droit d'adorer Jésus depuis les années 1950, la charte de la Société resta inchangée sur ce point de doctrine jusqu'en 1999. De ce fait, alors que depuis des décennies, les adeptes étaient mis en garde contre l'adoration du Fils de Dieu perçue comme un acte d'idolâtrie et digne d'exclusion, l'organisation revendiquait expressément comme but même de son existence cette forme d'adoration, comme cela était mentionné dans ses statuts. Dès lors, il fut nécessaire pour l'organisation de masquer le contenu relatif à cet point doctrinal lorsqu'elle citait sa charte.

Extrait de la charte de 1945 mentionnant l'adoration de Jésus

Extraits dans les publications

Note: La liste ci-dessous n'est pas exhaustive. Les publications dont le titre est en anglais ou avec la mention "(angl.)" sont traduites à partir des publications en anglais. Dans ce cas, le verbe traduit par "adorer" est "worship" qui signifie "rendre un culte", "vénérer", "adorer".

Publication[5][6][7] Idée exprimée
Yes.png Zion's Watch Tower (anglais), novembre 1879, article "The Name of Jesus" "Sa position en contraste avec celle des hommes et des anges, comme Seigneur des deux, ayant 'tout pouvoir dans les cieux et sur la terre'. D'où il est dit, 'Que tous les anges de Dieu l'adorent'." (Note: à l'époque, cela incluait Michael l'archange que la Watch Tower considérait comme étant différent de Jésus.)
Yes.png Zion's Watch Tower (anglais), mars 1980, article "A Living Christ" "Il est toujours le Seigneur, et en tant que tel nous L'adorons. (...) Adorer un faux Christ serait en effet un péché, mais adorer Jésus de n'importe quelle manière ne peut pas être incorrect."
Yes.png Zion's Watch Tower, octobre 1880, pp. 2,3, article "“Why Did Christ Come in the Flesh?” "Il semble clair que Sa Divinité a été retenu dans l'humanité, car Il parlait de lui à plusieurs reprises comme ayant descendu du ciel, et parce que Lui, bien qu'ayant passé par l'épreuve et la douleur en tant qu'homme, était encore en possession de l'autorité et exerçait les prérogatives d'un Dieu. Il était l'objet d'une adoration qui n'a pas été réprouvée, même quand il était bébé, par les sages qui sont venus voir le Roi nouveau-né. Matthieu 2:2-11. Même les anges étaient ravis de lui faire honneur. "Lorsqu'il introduisit le fils premier-né dans le monde, Il dit: "Et que tous les anges de Dieu l'adorent"." Héb. 1:6. Il n'a jamais réprimandé l'un des actes d'adoration offert à Lui-même, mais quand Corneille offrit un telle adoration à Pierre – l'apôtre leader – "il l'a repris, en disant, lève-toi, je suis aussi un homme". (...) Le Christ n'eût-il pas été plus qu'un homme, la même raison l'aurait empêché de recevoir l'adoration."
Yes.png Zion's Watch Tower, 15 mai 1892, p.157 "Il est sans doute assez bon pour nous d'adresser des requêtes à notre Rédempteur et Avocat, qui nous a aimés et s'est livré pour nous. (...) Bien que nous soyons nulle part enseignés à lui adresser des requêtes, il est évident qu'il ne pourrait pas être mauvais d'agir ainsi; une telle façon n'est nulle part interdite, et les disciples l'adoraient."
Yes.png Zion's Watch Tower, 15 juillet 1898, p. 216, article “Interesting Queries” "Question. Le fait que notre Seigneur ait reçu l'adoration est revendiquée par certains comme une preuve que, pendant qu'il était sur terre, il était Dieu le Père déguisé dans un corps de chair et n'était pas vraiment un homme. Était-il vraiment adoré, ou bien la traduction est-elle fautive? Réponse. Oui, nous croyons que notre Seigneur Jésus sur terre était vraiment adoré, et à juste titre. (...) Il était bon pour notre Seigneur de recevoir le culte, étant le seul engendré du Père et son agent dans la création de toutes choses, y compris l'homme."
Yes.png Zion's Watch Tower , 1er janvier 1906, p. 15, article "Gifts to Our King" "Dans un sens, une grande partie de la chrétienté pourrait apprendre de nombreuses importantes leçons de ces Gentils ayant montré de la sagesse. (...) Ils se prosternèrent devant lui dans les trois sens du mot: (1) Ils tombèrent devant lui, se sont prosternés, donc ont physiquement exprimé leur vénération. (2) Ils se prosternèrent devant lui dans leurs cœurs et avec la langue ont donné exprimèrent leur joie et leur confiance. (3) Ils ouvrirent leurs trésors et lui présentèrent trois cadeaux appropriés à la royauté: la myrrhe représente la soumission, l'encens qui représente la louange, l'or représentant l'obéissance.
Yes.png La Harpe de Dieu (anglais), 1921, p. 161 (éd. 1928, p. 163) [Citant Matthieu 28:9]: ""Et ils vinrent et le tinrent par les pieds, et l'adorèrent".
Yes.png Lumière, vol.2, 1930, p. 264 "Toute la race humaine régénérée se rendra compte de la majesté de Dieu et se réjouira de l'adorer, Lui, ainsi que le Grand Roi."
Yes.png Vengeance (anglais), vol. 3, 1932, p. 295 "Durant le millénaire, les princes dirigeront les gens dans leur culte de Jéhovah et de Jésus-Christ."
Yes.png Préparation (anglais), 1933, p. 328-31 "...au Roi-Prêtre de Jéhovah, et tous doivent l'adorer et lui obéir (...). Toutes les familles de la terre qui obéissent avec joie viennent à Jérusalem pour adorer Christ et Jéhovah".
Yes.png La Tour de Garde (anglais), 15 novembre 1939, p. 339 "Jéhovah Dieu commande à tous d'adorer Jésus-Christ, car Jésus-Christ est l'image de son Père, Jéhovah, et parce qu'il est l'Exécutant Officiel de Jéhovah, réalisant toujours le dessein de celui-ci (Héb. :3-6).
Yes.png Gouvernement et paix, 1939, p. 10 "Chacun est libre de se prosterner devant les hommes, mais les chrétiens ne glorifieront et n’adoreront que Dieu et Christ.
Yes.png Salut (anglais), p.151 "Les gens de toutes les nations qui obtiennent le salut doivent venir à la maison du Seigneur pour y adorer, c'est-à-dire qu'ils doivent croire et adorer le Dieu Jéhovah et le Seigneur Jésus Christ, son instrument principal (Philippiens 2:10, 11)."
Yes.png La Tour de Garde (anglais), 15 octobre 1945, p. 313 "Jéhovah rend [Jésus] infiniment plus élevé que les anges divins ou les messagers et ordonne en conséquence de l'adorer. (...) Étant donné que Jéhovah Dieu règne maintenant comme Roi par l'intermédiaire de son organisation Sion, celui qui veut L'adorer doit aussi adorer et se prosterner devant Le Chef de Jéhovah dans cette organisation, à savoir Jésus-Christ, son Co-régent sur le trône de La Théocratie."
Yes.png Annuaire des Témoins de Jéhovah, 1945, reproduisant une partie de la nouvelle charte "Les buts de cette société sont les suivants: (...) l'adoration chrétienne et publique du Dieu Tout-Puissant et de Jésus-Christ (…) et la tenue d’assemblées locales et mondiales pour une telle adoration."
Yes.png La Tour de Garde, 15 décembre 1952, p. 376 "Mais eu égard à leurs relations avec Dieu et le Christ, et vu le fait qu’elles ont accepté Jéhovah et son fils, qu’elles leur rendent, après avoir lavé leur robe, une adoration pure et un service sacré.
Yes.png Assurez-vous de toutes choses (anglais), 1953, p. 85 "Christ doit être adoré en tant qu'esprit".
Non.png La Tour de Garde (anglais), 1er janvier 1954, p. 31 "Faut-il adorer Jésus? En conséquence, puisque les Écritures enseignent que Jésus-Christ n'est pas une personne co-trinitaire avec Dieu le Père, mais est une personne distincte, le Fils de Dieu, la réponse à la question ci-dessus doit être qu'aucune adoration distincte ne doit être rendue à Jésus-Christ maintenant glorifié dans le ciel. Notre culte doit d'aller à Jéhovah Dieu. Cependant, nous montrons une considération convenable le Fils unique de Dieu en rendant notre adoration à Dieu à travers et au nom de Jésus-Christ. Même quand nous agenouillons dans la prière, comme Paul l'a fait selon Éphésiens 3:14-19, nous offrons la prière au nom de Jésus-Christ dans l'obéissance à ses propres directives (Jean 15:16; 16:23-26), mais la prière elle-même est adressée, non à Jésus, mais à Dieu son Père. De cette façon, nous gardons les choses dans leurs positions relatives."
Non.png La Tour de Garde (anglais), 1 novembre 1964, p. 671 "Les Trinitaires qui croient que Jésus est Dieu, ou au moins la deuxième personne du Dieu trinitaire, n'aiment pas les Témoins de Jéhovah qui disent que c'est non biblique pour les adorateurs du Dieu vivant et vrai de rendre le culte au Fils de Dieu, Jésus Christ."
Non.png Réveillez-vous!, 8 juillet 1972, pp. 5-8 "Si Christ n'est pas Dieu et que pourtant nous l'adorions comme tel, pensez à ce que cela signifie. Nous adorerions quelqu'un d'autre que le Dieu Tout-Puissant ce qui déplairait sûrement au Créateur.".
Non.png La Tour de Garde, 15 décembre 1984 "Prier Jésus au lieu du Père Jéhovah Dieu est une forme d’idolâtrie."
Non.png Réveillez-vous! (anglais), 8 avril 2000, pp. 26, 27 "L'acte d'adoration doit être exprimé à Dieu seul. Rendre un culte à quelqu'un ou quelque chose d'autre serait une forme d'idolâtrie, ce qui est condamné à la fois dans les Écritures hébraïques et grecques. (....) En conséquence, les vrais chrétiens font bien en dirigeant leur culte uniquement vers Jéhovah Dieu, le Tout-Puissant.
Non.png Étude perspicace des Écritures, vol. 2, p. 661 "Certains prétendent qu’on peut tout à fait adresser des prières à d'autres qu'à Dieu, à son Fils par exemple, mais les faits prouvent le contraire". (Note: Le pronom "certains" 'oublie' de préciser qu'il inclut aussi les Témoins de Jéhovah jusqu'en 1954...)

Analyse critique

Interprétation antérieure à 1954

  • TJ idolâtres?

La Watch Tower a donc enseigné pendant près de 80 ans une doctrine qui, selon son enseignement actuel, se révèle être un acte d'idolâtrie passible de mort selon 1 Corinthiens 6:9. Devant un tel cas d'"apostasie" aussi grave, on peut se demander comment Dieu a bien pu choisir en 1919 la Watch Tower pour devenir son canal officiel, et de ce fait, comment des personnes pouvaient bien l'identifier comme étant la seule vraie religion.

  • TJ polythéistes?

L'ancienne interprétation conduit à un problème de taille: si les Témoins de Jéhovah ont, pendant de nombreuses années, adoré Jéhovah et Jésus, on peut se demander s'ils adoraient deux Dieux et n'étaient pas alors polythéistes, et ceci alors que le judaïsme était résolument monothéiste et que l'Ancien Testament contient explicitement des passages enjoignant les fidèles à n'adorer que le vrai Dieu (Exode 20:2,3; Deutéronome 5:9; 10:20; à noter par ailleurs certains de ces passages furent repris par Jésus lui-même lorsqu'il fut tenté par le Diable, en Matthieu 4:10). En fait, ce qui semble être une "double contrainte" — n'adorer qu'un seul Dieu alors que le Nouveau Testament indiquait que Jésus pouvait faire l'objet d'un culte et recevait les mêmes attributs que son Père — n'était plus problématique à partir du moment où les deux "Dieux" (Jésus et son Père) n'en faisaient qu'un. Ceci explique pourquoi les Pères de l'Église, que les Témoins de Jéhovah considèrent généralement comme des apostats ayant trahi la Parole de Dieu, ont jugé bon de développer très tôt le concept du Dieu trinitaire, car celui-ci leur permettait de concilier les deux idées. Ainsi, loin de traduire un mépris éhonté du texte biblique, cette approche peut très bien être perçue comme une forme de respect pour celui-ci.[5]

Interprétation postérieure à 1954

Dissimulation de l'ancienne interprétation

Afin de dissimuler son ancienne interprétation relative à l'adoration du Christ qui était toujours explicitement énoncée dans sa charte jusqu'en 1999, et cela en totale contradiction avec l'enseignement donné aux fidèles pendant 45 ans, la Watch Tower utilisa des citations tronquées ou déformées ainsi que des formules évasives quand elle cita les passages de sa charte qui pouvaient être "compromettants", comme l'indiquent les exemples ci-dessous.

Publication Citation + commentaire
Annuaire des Témoins de Jéhovah (anglais), 1945 "... l'adoration chrétienne et publique du Dieu Tout-Puissant et de Jésus-Christ"

=> À cette époque-là, les Témoins sont encouragés à adorer Jésus; il n'y a donc rien à dissimuler, et la citation est correcte.

La Tour de Garde (angl.), 1er avril 1953; Qualifiés pour être ministres (anglais), 1955, p. 304 Livre Qualifiés: "... afin d'organiser et de tenir des assemblées locales et le monde entier pour une telle adoration."

=> Citant une partie de la charte, les deux publications amoindrissent la partie évoquant l'adoration conjointe de Jéhovah et de Jésus, en évoquant seulement "une telle adoration", sans préciser à quoi se référait l'adjectif "telle".

Annuaire des Témoins de Jéhovah (anglais), 1969, p. 50[5] "... l'adoration chrétienne et publique du Dieu Tout-Puissant; pour organiser"

=> Les mots "et Jésus-Christ" ont tout simplement été supprimés et remplacés par un point-virgule.

La Tour de Garde (anglais), 15 décembre 1971, p. 760;[5]
La Tour de Garde (français), 1er avril 1972, p. 213
  • Version anglaise: "... l'adoration chrétienne et publique du Dieu Tout-Puissant [par] le Christ Jésus; pour organiser..."

=> Le mot entre crochets, à savoir "par" [angl.: "through"], ne figure pas dans l'original où on trouve "et de" à la place. Ainsi, le sens de la phrase est changé: Dieu est adoré par le moyen de Jésus, alors que la charte exprime l'idée d' adoration partagée.

  • Version française: Il semble qu'il n'y ait pas de citation de la charte sur ce point, mais les commentaires suivants: "Le premier amendement (...) proposait l'élargissement des buts de la Société pour qu'elle puisse accomplir convenablement l'immense œuvre mondiale qui restait à effectuer. (...) Avec des statuts comportant de tels amendements, la Société Watch Tower a été jusqu'à maintenant un instrument légal au service du reste des chrétiens oints adorant Jéhovah dans son "sanctuaire" ou "lieu saint"."

=> Le livre parle d' "ador[er] Jéhovah", mais pas Jésus et que l'élargissement des statuts permettait d'accomplir "convenablement" l'œuvre divine, en dépit de l'idolâtrie qu'engendrait la promotion du culte à Jésus selon la doctrine actuelle.

Preuves bibliques contradictoires

Si la doctrine selon laquelle Jésus était un Dieu digne de recevoir l'adoration et les prières a été initialement enseignée par la Watch Tower, c'est bien qu'elle trouvait un certain fondement dans divers passages de la Bible, puisque l'organisation y souscrivait. Or, des versets mentionnent bien le culte à Jésus, même si ce n'était nullement un commandement aux chrétiens, ce qui signifie toutefois que ce culte, quoique marginal, n'était pas interdit (sur ce point, Russell était donc plus proche de l'enseignement biblique que les Témoins actuels). Ce sont précisément les explications découlant d'une lecture simple de ces versets, autrefois mises en avant pour justifier l'adoration de Jésus, qui sont actuellement rejetées par la Watch Tower, désormais contrainte à expliquer différemment ces passages ou à les passer sous silence.

Idée exprimée dans la Bible à propos de Jésus Verset biblique concerné
Qualifié de Dieu
  • Isaïe 9:6, dans l'optique d'une prophétie messianique: "On l'appellera Conseiller merveilleux, Dieu fort, Père éternel, Prince de la paix".
  • Jean 1:1 "... et la Parole était un dieu."
  • Jean 20:28,29: "En réponse Thomas lui dit: « Mon Seigneur et mon Dieu ». Jésus lui dit: « Parce que vous m'avez vu avez-vous cru? Heureux sont ceux qui ne voient pas et pourtant croire »."
Parfois adoré
  • Matthieu 2:2,11
  • Matthieu 28:17: "Quand ils le virent, ils se prosternèrent devant lui."
  • Jean 5:23: Ce verset montre qu'il faut honorer le Père et le Fils de la même manière, ce que des commentateurs bibliques (Robert L. Reymond, Craig S. Keener, A. T. Robertson) considèrent comme une invitation à adorer Jésus.[7]
  • Jean 14:13,14: "Tout ce que vous demandez en mon nom, (...) si vous demandez quelque chose en mon nom, je le ferai." La note de la Traduction du monde nouveau indique qu'un manuscrit met "me demandez". La Bible en anglais vivant de Steven T. Byington, aussi publiée par la Watch Tower, mettait (angl.): "Si vous me demandez quelque chose en mon nom..."[7]
  • Hébreux 1:6: "Mais quand il ramène son Premier-né dans la terre habitée, dit-il: « Et que tous les anges de Dieu l'adorent (grec: proskunéô) ».
  • Apocalypse 5:8
Parfois prié
  • Actes 7:59,60, Bible de Jérusalem: "Et tandis qu'on le lapidait, Étienne faisait cette invocation: "Seigneur Jésus, reçois mon esprit." Puis il fléchit les genoux et dit, dans un grand cri : "Seigneur, ne leur impute pas ce péché." Et en disant cela, il s'endormit."
  • Actes 9:14,21; 22:16: "... ceux qui invoquent le nom du Seigneur Jésus".
  • Apocalypse 22:20: "Viens, Seigneur Jésus."

Explications sur certains versets

Note: Le but ici n'est pas de fournir une réponse théologique sur l'opportunité pour les chrétiens d'adorer Jésus ou pas, mais de considérer les arguments présentés par la Watch Tower sur ce sujet.

Jean 20:28,29

Concernant l'expression "mon Dieu" utilisée par l'apôtre Thomas alors qu'il s'adressait à Jésus, la Watch Tower a tenté plusieurs explications qu'elle-même qualifie d'"hypothèses":[8]

  • Il pourrait s'agir d'une "exclamation de stupéfaction proférée devant Jésus, mais adressée en réalité à Dieu, son Père"
  • Thomas "entendait peut-être que Jésus était "un dieu" seulement et non Dieu
  • C'était une expression signifiant que Jésus "agissait en tant que représentant de Jéhovah, parlant en Son nom".

Il faut donc faire dire au passage autre chose que ce qu'il dit explicitement...

Actes 7:59,60 et Apocalypse 22:20

La Watch Tower admet que "toute prière est une forme de culte";[9] aussi, est-il important pour elle d'affirmer qu'il ne s'agit pas ici de prières dans ces versets.

La Traduction du monde nouveau rend ainsi Actes 7:59,60: "Et ils continuèrent à lancer des pierres à Étienne, tandis qu'il appelait et disait: « Seigneur Jésus, reçois mon esprit ». Puis pliant les genoux, il cria d'une voix forte, « Jéhovah, ne leur compte pas ce péché »". Afin de prétendre que ce n'est pas une prière dans ce cas, la Watch Tower fit remarquer que ce passage se référait à un dialogue dans une vision. Elle déclara donc, accompagnant ses déclarations de formules hypothétiques: "En temps normal, Étienne aurait adressé ses requêtes à Jéhovah au nom de Jésus. Mais, en voyant dans cette vision Jésus ressuscité, il s'est, semble-t-il, senti libre d'en appeler directement à lui". La publication en conclut que ce passage n'autorise pas à prier Jésus.[10]

Pourtant:

  • 1/ Ici, Étienne s'adresse bel et bien directement à Jésus. Or, contrairement à la plupart des traductions, la Traduction du monde nouveau transcrit le verbe grec épikaléô par "appeler" plutôt qu'"invoquer" ou "prier". Toutefois, la note de l'édition de 1950 de la TMN indique que le mot signifie littéralement "invoquer, prier". Le Emphatic Diaglott de Benjamin Wilson se réfère aussi à "la prière d'Étienne" dans sa note.[5] Ainsi, la pensée que l'écrivain biblique voulait transmettre était très claire: il s'agissait d'une prière, donc d'une forme d'adoration.
  • 2/ De plus, ayant décidé qu'il ne fallait pas prier Jésus, la Watch Tower a traduit au verset 60 "Seigneur" par "Jéhovah". Or, un examen du contexte infirme cette traduction partisane: En effet, la vision est définie comme étant celle du "Fils de l'homme debout à la droite de Dieu" (v. 55), et c'est explicitement au "Seigneur Jésus" et non à "Dieu" qu'Étienne s'adresse précédemment (v. 59), et le mot "Seigneur", est employé ici au vocatif de la même manière aux versets 59 et 60. C'est non seulement illogique, mais de toute façon cela ne résout pas le fait qu'Étienne s'est effectivement adressé à Jésus juste avant, ce changement soudain traduisant probablement une tentative de réduire les propos adressés par Étienne à Jésus. Il s'agit là d'un exemple dans lequel c'est la doctrine qui a influencé la traduction, et non l'inverse.

À propos d'Apocalypse 22:20, la Watch Tower a reconnu, de façon involontaire, que Jésus était prié dans le Nouveau Testament. Par exemple, le livre La Révélation: Le grand dénouement est proche!, chapitre 44, p. 319, §19, déclarait: "Nous faisons donc cette prière fervente avec Jean: 'Amen! Viens, Seigneur Jésus'."

Hébreux 1:6

Culte relatif?

En 1954, la Watch Tower fit remarquer que le passage d'Hébreux ne s'appliquait qu'aux anges, pas aux humains.[11] Puis, cherchant à harmoniser ce verset avec ceux mentionnant que seul Dieu devait être adoré, elle considéra de façon tout à fait arbitraire qu'il s'agissait d'un culte "relatif" et en déduisait de manière tout aussi péremptoire qu'il était ainsi acceptable. Or, d'une part, on ignore qu'est-ce qui permet à l'organisation d'amoindrir l'adoration dans ce passage dans la mesure où aucun critère biblique ne permet de distinguer un culte "absolu" d'un culte "relatif"; cette différence n'existe pas: il s'agit d'adorer ou pas. D'autre part, on ne sait pas non plus en quoi le caractère relatif de ce culte le rendrait davantage acceptable, puisqu'aucun passage ne peut légitimement étayer une telle assertion. Non seulement la Watch Tower a invalidé sa propre position sur ce sujet (ce n'était plus un culte relatif, car même dans ce cas, cela violerait le culte exclusif à Jéhovah), mais des publications aussi bien antérieures que postérieures ont contredit cette explication en déclarant explicitement inacceptable le principe de culte relatif, quelque soit l'objet de l'adoration.

De ce fait, alors que les anciennes éditions en anglais de la Traduction du monde nouveau contenaient le mot "worship" ("adorer", "rendre un culte", "vénérer") en Hébreux 1:6, l'édition de 1984 remplaça ce mot par "do obeisance to" ("obéir à").

Publication[12] Citation + commentaire
Que Dieu soit reconnu pour vrai!, 1954, p. 165 "L'honneur relatif rendu à Dieu par l'intermédiaire d'un ange fut condamné en ces termes : "Garde-toi de le faire ! Adore Dieu" (Apocalyspe 19:10; 22:8,9)."
La Tour de Garde (anglais), 1er octobre 1955, p. 582 "Le fait de se prosterner et d'embrasser des images fondues comme culte "relatif" était abominable aux yeux de Dieu."
La Tour de Garde (anglais), 15 novembre 1956, p. 682 "Même le culte relatif ne doit pas être accordé."
Éprouvez toutes choses, 1960, p. 181 "Il est interdit de pratiquer l'adoration relative".
La Tour de Garde (anglais), 15 février 1967, p. 121 "Le culte relatif (...) est contraire à la loi de Dieu."
Réveillez-vous! (anglais), 22 février 1970, p. 28 "Pourtant, les commandements directs de Dieu excluent même un tel culte relatif."
La Tour de Garde, 1er septembre 1971, p. 543 "Si on préfère traduire par adorer, il faut alors comprendre que cet acte d'adoration n'est que relatif."
La Tour de Garde (anglais), 15 mai 1972, p. 295 "Même si l'affirmation fut faite que les veaux d'or représentaient Jéhovah, cela n'a pas rendu leur culte relatif acceptable."
Réveillez-vous!', 8 janvier 1973, p. 28 "Même un culte relatif serait-il acceptable? La Bible nous montre que nous devons adorer Dieu seul. Aucune base biblique n'existe pour la croyance selon laquelle il y aurait divers degrés dans l'adoration. (...) Si une forme inférieure d'adoration aurait pu être donnée aux anges, il n'y aurait eu aucune raison pour que l'ange mette en garde Jean à propos de son acte [celui-ci était tombé pour adorer devant l'ange. Rev 19:10]. Puisque qu'il était inapproprié pour Jean de se prosterner devant un ange pour l'adorer, évidemment, il serait également erroné pour une personne de s'agenouiller devant l'image d'un ange ou de quelqu'un d'autre."
La Tour de Garde (anglais), 1er juillet 1974, p. 395 "Est-ce que l'adoration "relative" constitue de l'idolâtrie (...) Quand les Israélites ont installé une image de culte "relatif" de Jéhovah, Dieu a exprimé sa forte désapprobation, disant qu'ils avaient "apostasié.""
La Tour de Garde, 15 mai 1983, p. 18 "[Proskunéô] aussi signifier 'adorer', et c'est ainsi qu'Hébreux 1:6 est traduit dans certaines bibles. Si ce sens est correct il faut entendre par là un culte relatif, un culte par lequel on adore en fait Jéhovah-Dieu par l'entremise du fils glorifié".
La Tour de Garde (anglais), 1er août 1988, p. 6 "Jéhovah, toutefois, ne toléra pas ce culte "relatif", ce retour flagrant à la religion égyptienne."
La Tour de Garde, 15 janvier 1992, p. 23 "Hébreux 1:6 a trait à la position de Jésus, qui est subordonné à Dieu (...). Celui qui préfère le terme 'adorer' doit se souvenir que cette adoration est relative".
Le Ministère du Royaume (anglais), octobre 1993, p. 4 "L'adoration relative n'est pas autorisée par Dieu."

Traduction de proskunéô

La Watch Tower affirme, encyclopédies à l'appui, que le verbe grec proskunéô peut se traduire par "rendre hommage" plutôt que par "adorer" suivant le contexte.

Pourtant:

  • Afin d'harmoniser le changement doctrinal, la Traduction du monde nouveau est l'une des rares versions de la Bible à avoir traduit le mot proskunéô par "rendre hommage" ou "se prosterner" plutôt que par "rendre un culte" ou "adorer" chaque fois que le mot se réfère à Jésus, soit 15 fois. Toutefois, de façon incohérente, cette Bible a traduit proskunéô par "adorer" pour presque toutes les autres occurrences, soit 34 fois sur 37, et cela peu importe à qui le verbe se référait (Actes 7:43; Apocalypse 9:20; 13:4, 8-12,15; 14 :9-12; 16:2).
  • Hébreux 1:6 applique à Jésus le Psaume 97:7 qui parle d'adorer Dieu.

Voir aussi

Ressources sur le sujet

Références

  1. Arrowup.png Les Témoins de Jéhovah dans les desseins divins, 1971, p. 100
  2. Arrowup.png La Tour de Garde, 1er avril 1972, p. 213
  3. Arrowup.png Prêtons attention à la prophétie de Daniel!, chap. 10, p. 178, § 26:
    "À l’assemblée générale annuelle, le 2 octobre, des amendements ont été apportés aux statuts de la Société dans le but de les conformer à l’organisation théocratique aussi étroitement que la loi le permettait. Grâce à la publication d’éclaircissements sur les exigences bibliques, l’organisation théocratique n’a pas tardé à être mieux implantée dans les congrégations des Témoins de Jéhovah."
  4. Arrowup.png La Révélation: Le grand dénouement est proche!, 1989, p. 36
  5. 5,0, 5,1, 5,2, 5,3 et 5,4 Grundy
  6. Arrowup.png Vigi-sectes
  7. 7,0, 7,1 et 7,2 Gruss, Hess
  8. Arrowup.png Étude perspicace des Écritures, vol. 2, p. 19
  9. Arrowup.png La Tour de Garde, 15 décembre 1994, p. 23
  10. Arrowup.png La Tour de Garde, 1er janvier 2005, p. 31
  11. Arrowup.png La Tour de Garde (angl.), 1 janvier 1954, pp. 30,31
  12. Arrowup.png Jehovahs-witness.net