Affaire Jean-Pierre Brard contre Patrick Pelloux

Un article de Témoins de Jéhovah: TJ-Encyclopedie, l'encyclopédie libre sur les Témoins de Jéhovah.
Aller à : navigation, rechercher

Voici un résumé de l'affaire qui a opposé Jean-Pierre Brard, député-maire apparenté PCF de Montreuil, Seine-Saint-Denis, à Patrick Pelloux, président de l'Association des médecins urgentistes hospitaliers de France (AMUHF), et chef des urgences de l'hôpital Saint-Antoine (Paris XII e).[1] On peut s'interroger: sommes-nous là devant un cas de stratégie de guerre théocratique?

Chronologie

Année 2004

  • 5 août : Lettre ouverte de JP Brard. En l'espace d'un petit mois, la vague médiatique qui a déferlé sur la France a vu naître la nouvelle star et coqueluche des médias : le Dr Patrick PELLOUX. Depuis l'été dernier, il est l'invité vedette des journaux télévisés, tous les hommes politiques s'empressent de faire de lui leur faire-valoir. Rappelez-vous, lors des élections régionales de mars dernier, toute la classe politique a défilé au service des urgences pour serrer la main du nouveau docteur-prédicateur. Il parle bien, il a le parler franc, il présente bien. Il a tout pour séduire le monde médiatico-politique et la ménagère de moins de 50 ans fidèle au rendez-vous du journal de 20h. Cependant, il a co-écrit un ouvrage intitulé Urgences, Médecine et Droit avec un certain Alain Garay, avocat au barreau de Paris, membre du conseil des présidents de l'Association mondiale de droit médical mais aussi et surtout avocat des Témoins de Jéhovah…En septembre 98 lors de la grève des médecins urgentistes, Patrick PELLOUX avait chargé le même Alain GARAY de mener les procédures auprès du tribunal administratif afin de faire valoir les intérêts des médecins urgentistes. Si l'intention est louable, il n'en reste pas moins que l'avocat des Témoins de Jéhovah devenait l'avocat de l'association présidée par monsieur PELLOUX. Le 10 mai 2001, l'Association Nationale Droits des Patients, dont la proximité avec les Témoins de Jéhovah est bien connue, et dont monsieur GARAY est le vice-Président, organisait son colloque national annuel… au Palais du Luxembourg sur le thème : " Sommes-nous propriétaires de notre mort ? ". Parmi les intervenants à ce colloque : encore, et toujours Patrick PELLOUX. En cautionnant les théories et pratiques des Témoins de Jéhovah, par sa présence et ses interventions à leurs côtés, le docteur PELLOUX se met en porte-à-faux vis à vis du communiqué publié le 9 décembre 2003 et adopté à l'unanimité moins une abstention par l'Académie nationale de Médecine et qui stipule : " le médecin doit pouvoir garder sa pleine liberté de décision et assumer ses responsabilités en dehors de toute pression, menaces ou violences. […] on ne peut admettre qu'une minorité radicale […] cherche à imposer ses vues à l'ensemble du personnel de santé et aux autres patients […] dans un établissement tel qu'un hôpital public, au détriment de l'intérêt général ". Le docteur PELLOUX va-t-il enfin nous dire qui il est réellement, ce que sont réellement ses convictions ? Va-t-il clairement condamner les pratiques des Témoins de Jéhovah qu'il côtoie dans les colloques. Acceptera-t-il de répondre à cet appel que nous lui lançons pour que, fidèle au serment d'Hippocrate qu'il a prêté, il condamne sans ambiguïté la position des Témoins de Jéhovah sur le refus de la transfusion sanguine qui peut, dans biens des cas, conduire à la mort.[1]
  • 6 août : Jean-Pierre Brard (député-maire apparenté PCF de Montreuil, Seine-Saint-Denis) accuse Patrick Pelloux, le président des médecins urgentistes, la nouvelle coqueluche des politiques depuis la canicule (il est le premier à avoir alerté l'opinion publique sur l'ampleur de la canicule), d'être proche des Témoins de Jéhovah. Il lui demande de lever l'ambiguïté sur ses relations avec les Témoins de Jéhovah, de condamner leur position sur le refus de la transfusion sanguine et déclare « Monsieur Pelloux, qui ne cesse de porter des attaques contre notre système de santé, participe aux colloques de l'Association nationale des droits des patients (ANDP), faux nez bien connu des Témoins de Jéhovah » et ajoute : « En 2002 encore, le 12 avril, M. Pelloux dirigeait un débat organisé par l'ANDP. » Ce à quoi Patrick Pelloux répond : « C'est faux. J'ai refusé l'invitation à ce colloque. » Il ajoute qu'il est complètement athée et qu'il est un syndicaliste libre. "Il faut rassurer les familles, mon métier est de sauver des vies : je transfuse et je transfuserai."[2]. Toutefois, contrairement aux affirmation de Patrick Pelloux, un document disponible sur le le Net, démontre que le Docteur Patrick Pelloux, Président de l'Association des médecins urgentistes hospitaliers de France a présidé un débat de 10h15 - 10h45, lors de ce colloque se tenant au Sénat le vendredi 12 Avril 2002 [3].
  • 7 août : L'urgentiste Patrick Pelloux a déposé une plainte en diffamation, samedi, contre le député Jean-Pierre Brard, qui l'accuse d'être un proche des Témoins de Jéhovah. Patrick Pelloux est en colère. Dans une "lettre ouverte", le député-maire de Montreuil, Jean-Pierre Brard, lui reproche d'être un proche de maître Alain Garay, "l'avocat des Témoins de Jéhovah". "J'ai déposé une plainte en diffamation, ce matin (samedi) au commissariat du XIIe arrondissement de Paris, contre Jean-Pierre Brard", a indiqué l'urgentiste. Le Dr Pelloux a réfuté les accusations de JP Brard, précisant qu'il ne faisait "pas partie des témoins de Jéhovah ou de qui que ce soit". "Je ne suis dans aucune secte", a-t-il assuré. "Pour rassurer les malades (....) je tiens à dire que j'ai et que je transfuserai, car c'est mon métier", a-t-il ajouté, se disant "blessé" par cette "remise en cause de (son) intégrité d'urgentiste, éthique, morale et déontologique". "Je ne me laisserai pas faire", at-il poursuivi, tout en déplorant de na pas avoir été contacté par le député, qu'il a invité "à venir faire (sa) garde de ce soir pour voir comment (il) travaille". (TF1) [2][4].
  • 9 août  : Le député-maire de Montreuil (Seine-Saint-Denis) Jean-Pierre Brard a modéré lundi ses attaques contre le président de l'Association des médecins urgentistes hospitaliers de France (AMUHF), Patrick Pelloux.Interrogé par l'APM lundi, Jean-Pierre Brard a infléchi sa position, estimant que les Témoins de Jéhovah et les sectes en général, s'entendaient à manipuler les personnes jouissant d'une certaine notoriété. Pour le député, la présence de Patrick Pelloux lors de colloques organisés par l'Association nationale Droits des Patients (ANDP), une émanation des Témoins de Jéhovah, en compagnie de leur avocat Alain Garay, et auxquels ont par ailleurs participé nombre de personnalités politiques, juridiques et médicales, illustre cette "manipulation". "Ce sont des gens très habiles qui cherchent à profiter de la notoriété de personnes connues (...) Je dis que les Témoins de Jéhovah utilisent la notoriété de M. Pelloux", a-t-il déclaré. "Ce que je pense, c'est qu'il s'est fait avoir, et le seul moyen pour sortir de l'ambiguïté, c'est d'affirmer solennellement que la pratique consistant à refuser une transfusion sanguine, est criminelle", a ajouté le député."S'il dit cela, pour moi le dossier est clos", a affirmé Jean-Pierre Brard, qui a admis qu'il "fallait poser le problème un peu abruptement pour que les choses s'éclairent". "Je n'ai aucun moyen, aucun élément ni aucune preuve qui me permette de dire que M. Pelloux appartient aux Témoins de Jéhovah.. Je n'ai même pas la moindre opinion qui me permette de dire cela, et je m'en garderais bien", a par ailleurs concédé le député. [3]
  • 15 août : (Charlie hebdo [5], 15 août 2004)Pelloux répond à Brard : Je transfuse et je t'emmerde ! Selon Charlie Hebdo "Jean-Pierre Brard, député communiste, vice-président de la commission antisectes de l'Assemblée nationale, mais surtout détective amateur , a cru malin d'accuser l'urgentiste Patrick pelloux de faire partie de la secte des témoins de Jéhovah". Pelloux s'explique de la façon suivante :"Qu'il me suffise de citer les propos que Jean-Pierre Brard a tenus lui-même à un journaliste de l'APM (Agence de presse Médicale) le 9 août :" Je n'ai aucun moyen, aucun élément ni aucune preuve qui me permette de dire que M. Pelloux appartient aux Témoins de Jéhovah. je n'ai même pas la moindre opinion qui me permette de dire cela, et je m'en garderais bien." Pour le reste, on s'en expliquera devant un tribunal". Quand à sa participation à un colloque, Patrick Pelloux explique qu'il s'agissait d' un colloque sur la mort qu'il avait organisé au moment où Koucner était en train de faire passer une loi sur le droit des malades. Il lui semblait important de "faire valoir la parole des urgentistes et de les intégrer à ce débat afin de casser l'image de l'urgentiste en cow-boy au dessus des lois". Mais plus généralement, son ambition était de faire se rejoindre des médecins, des patients et des juristes à ce moment-là afin de mener une réflexion commune. Il ajoute que pour faire ce colloque, il avait participé à la création d'une association du droit des malades et que le livre auquel JP Brard faisait allusion n'est constitué que des actes du colloque. Enfin, Patrick pelloux ajoute que la seule chose qu'il puisse dire , c'est que "c'est la pire accusation que peut subir un médecin", qu'il est "terriblement étonné qu'un représentant du peuple s'autorise "des accusations aussi graves" avec autant de légèreté" et que Brard "fait ça impunément vu qu'il jouit de son immunité parlementaire", mais qu'un "communiste se permette une chose pareille", alors qu'il est un représentant syndical, alors qu'il n'a de cesse de défendre le droit des malades et l'assistance publique, il n'arrive pas à se l'expliquer...[4]

Année 2006

  • 30 janvier : Communiqué de presse de Jean-Pierre Brard - EN SE DESISTANT DE SA PLAINTE… PATRICK PELLOUX NOUS PRIVE D’UN DEBAT SUR LE FOND - Je viens de prendre connaissance de la décision de Patrick PELLOUX, de se désister de sa plainte en diffamation qui devait être plaidée, ce mardi 31 janvier devant la 17ème chambre correctionnelle du tribunal de grande instance de Paris. Monsieur PELLOUX avait porté plainte contre moi à la suite de la publication d’extraits de la tribune que j’avais adressée à la presse en août 2004 et faisant état de relations entre cette personnalité médiatique et les Témoins de Jéhovah. Je prends acte de la décision de monsieur PELLOUX tout en regrettant que le retrait de cette plainte nous prive du débat public et donc de la transparence que j’appelle de mes vœux et qui permettrait de lever toute ambiguïté que les faits induisent, comme j’ai eu l’occasion de l’exprimer publiquement. En ne venant pas devant le tribunal qu’il avait lui-même saisi, monsieur PELLOUX refuse de s’expliquer sur ses relations avec les Témoins de Jéhovah. Je renouvelle donc mon appel à l’adresse de monsieur PELLOUX afin que la notoriété dont il bénéficie ne puisse être exploitée par cette organisation dont la dangerosité a été soulignée par deux rapports parlementaires successifs. N’oublions pas que l’organisation des Témoins de Jéhovah prône, notamment, le refus de la transfusion sanguine. Ce refus peut, dans biens des cas, conduire à la mort. Après ce désistement, il est du devoir de monsieur PELLOUX de dire publiquement qu’il est criminel, lorsqu’il y a risque vital pour le patient, de refuser la transfusion sanguine. [5]

Liens externes

Références

  1. Arrowup.png C'est nous qui mettons les passages en gras dans les extraits d'articles de presse qui suivent.
  2. Arrowup.png La surprenante charge de Jean-Pierre Brard contre Patrick Pelloux(Le Parisien, 7 août 2004)
  3. Arrowup.png Sommes-nous propriétaires de notre santé ? Aspects juridiques et éthiques de la volonté dans les rapports médecin-malade Revue de l'actualité juridique Française
  4. Arrowup.png Pour qui connaît la face cachée de l'organisation des témoins de Jéhovah, l'affirmation de Pelloux comme quoi il transfuse, donc il n'appartient à aucune secte n'est pas valable dans le cas des témoins de Jéhovah. Nous pouvons en effet lire dans un extrait du chapitre 9 : "Le sang et la vie, la loi et l'amour" du livre A la recherche de la liberté chrétienne de Raymond Franz_Commentary Press-Atlanta, Georgia-2000 à la page 24 :
    «  A l'époque où je faisais partie du Collège central, je ne pouvais m'empêcher d'éprouver le sentiment que l'organisation faisait preuve d'une certaine discrimination dans la façon dont elle faisait appliquer ses principes, cette différence de traitement se manifestant en faveur des personnes qui exercent une profession libérale. (...)Cependant, ce qui, peut-être, mérite le plus d'être noté, c'est que les médecins peuvent non seulement appartenir à des organisations médicales qui approuvent des pratiques telles que les transfusions sanguines et l'avortement, mais on leur dit aussi qu'ils peuvent personnellement procéder à des transfusions sur des patients qui ne sont pas Témoins et qui en font la demande.(...)Aux Etats-Unis (et en europe, N.d.t), les médecins et les avocats qui sont Témoins de Jéhovah se rencontrent annuellement afin de débattre de questions telle que celle dénommée "confidentialité et privilège", ce thème étant abordé par rapport à leurs relations avec leurs compagnons Témoins. Je doute fortement qu'il soit possible à d'autres Témoins ayant des professions plus prosaïques, de tenir de semblables réunions sans que celles-ci ne soient désapprouvées ou déconseillées par l'organisation.  »
  5. Arrowup.png Remarque : Patrick Pelloux tient une chronique dans Charlie Hebdo