Alcool

Un article de Témoins de Jéhovah: TJ-Encyclopedie, l'encyclopédie libre sur les Témoins de Jéhovah.
Aller à : navigation, rechercher
Vin.jpg

Actuellement au sein des Témoins de Jéhovah, la consommation d'alcool n'est pas interdite, pourvu qu'elle le soit dans des mesures raisonnables et qu'elle ne conduise pas à l'ivrognerie ou à l'alcoolisme. Toutefois, l'attitude des dirigeants a été changeante au fil du temps: si Charles Taze Russell, le fondateur de la Société Watch Tower, encourageait vivement l'abstinence totale et insistait sur les méfaits de l'alcool, en revanche, Joseph Rutherford, son successeur, fut un alcoolique notoire et condamna la prohibition alors en vigueur aux États-Unis. De plus, les Béthels du mouvement religieux sont réputés pour servir de grandes quantités d'alcool à leurs travailleurs.

Historique

Époque de Russell

En plus de rejeter les rapports sexuels et d'être végétarien, Charles Taze Russell était un abstinent total et rejetait donc de tout alcool qu'il considérait comme un "esclavagiste" et un "tyran". De ce fait, les mouvements sociaux luttant contre l'alcoolisme recevaient toute sa sympathie; de plus, il déconseillait l'usage d'alcool à ses adeptes, affirmant qu'il fallait s'en abstenir, non sur la base de la Bible puisqu'elle ne condamne pas explicitement la consommation d'alcool, mais plutôt afin d'éviter de sombrer dans une forme de dépendance et aussi pour ne pas faire trébucher ses coreligionnaires. Étant donné que Jésus avait manifestement bu de l'alcool selon le récit biblique (notamment du fait qu'il avait changé l'eau en vin lors des noces de Cana et était traité de "buveur"), Russell admettait donc qu'il n'était pas abstinent, mais le justifiait par des explications très personnelles sur le sujet: selon lui, le potentiel enivrant du vin à l'époque de Jésus était bien moindre et les gens de cette région étaient habitués à consommer des boissons alcoolisées. Même lors du Mémorial, la coupe était composée de jus de raisin additionnée de quelques gouttes de vin.

À partir de l'époque de Rutherford

Voir aussi Alcoolisme de Rutherford

Le successeur de Russell, Joseph Rutherford, condamna publiquement l'usage immodéré de l'alcool dans les périodiques, bien qu'il trouva certaines excuses à ceux qui cédaient à cette tendance. Toutefois, dans les faits, le président lui-même eut de sérieux problèmes d'alcoolisme et fit la promotion de l'alcool au Béthel, ce qui suscita certaines critiques de la part d'autres adeptes dont Olin Moyle et Clayton Woodworth.[1] Malgré cela, Rutherford ne fut jamais sanctionné. Il condamna vigoureusement la prohibition alors en vigueur aux États-Unis, percevant cette mesure comme une émanation du Diable et du clergé et, sans doute afin pouvoir contourner la loi sur la prohibition, changea la compréhension sur l'identité des "autorités supérieures" en 1929. La branche canadienne du mouvement, via son dirigeant Walter Salter, fit acheminer en contrebande de grandes quantités d'alcool aux quartiers généraux de Brooklyn, bien que Nathan Knorr n'approuva pas cette façon de faire. Si le magazine La Tour de Garde se fit alors plus discret sur la question de la consommation de boissons alcooliques que sous la présidence de Russell, en revanche, dans le même temps, L'Âge d'Or fit paraître des articles critiquant l'alcool. Il faut toutefois préciser que ce magazine avait pour éditeur l'abstinent total[2] Woodworth qui bénéficiait d'une certaine latitude dans le choix des articles qu'il désirait publier (cf. ses articles sur son calendrier théocratique, qui fut pourtant rejeté par Rutherford).

Prohibition the League of Nations - Born of God or the Devil, Which? The Bible Proof (1930), p. 37, brochure écrite par Rutherford. Cette image oppose un prophète biblique de Dieu en train de boire du vin (à droite; Amos 9:13,14 étant cité) à un prédicateur religieux soutenant la prohibition de l'alcool (à gauche). La légende dit: "Vous devez choisir entre les deux."

Selon une analyse de l'historien James Penton, le fait de boire de l'alcool est presque devenu, à partir de la présidence de Rutherford, un aspect du "culte du machisme dans lequel les nouveaux travailleurs [du Béthel] étaient généralement rapidement introduits", et désormais ceux-ci boivent de l'alcool "sur une base sociale", étant donné que celui-ci est perçu dans cette structure comme étant d'une "grande valeur sociale".[1] Au début des années 1940, Moyle et son épouse témoignèrent lors d'un procès contre la Watch Tower que les abstinents totaux étaient tournés en ridicule au Béthel et que l'usage d'alcool était grandement glorifié par Rutherford; par ailleurs, Moyle avait auparavant envoyé une lettre à Rutherford pour lui reprocher cette attitude, entre autres choses. Depuis cette époque, l'habitude de boire de l'alcool au Béthel est devenue très commune, les dirigeants de ces structures stockant dans leurs locaux de grandes quantités de liqueurs onéreuses. En conséquence, de nombreux adeptes des filiales boivent plus que les adeptes ordinaires, et même le président Knorr était connu de très nombreux Témoins pour servir à ses invités un whisky écossais vieux de 20 ans.[1]

Plusieurs cas d'alcoolisme ont été rapportés parmi les officiels, incluant notamment Joseph Rutherford, Hayden Covington, la femme d'un membre du Collège Central et la femme d'un membre du Comité de service. Sans doute parce que les cas d'abus alcool étaient fréquents parmi les Témoins, La Tour de Garde de 1983 rappela qu'un Témoin masculin souhaitant devenir ou rester ancien ou assistant ministériel devait être un exemple sous ce rapport et faire preuve d'une "sobriété habituelle". Le périodique rapporta ensuite que "lors d'un mariage célébré dans un pays d'Amérique latine, les invités avaient bu toute la nuit, jusqu'au petit matin. Cette noce eut pour conséquence la radiation de tous les anciens et des serviteurs ministériels."[3]. Toutefois, bien que l'usage excessif d'alcool soit officiellement un motif d'exclusion, il y a dans les faits une certaine tolérance vis-à-vis de cette pratique, contrairement à l'usage du tabac qui est, lui, strictement interdit.[1]

L'idée qui est développée par la Watch Tower est que la consommation modérée d'alcool n'est pas interdite dans la Bible, citant de nombreux passages dans lesquels des serviteurs de Dieu buvaient de l'alcool, ou encore des versets dans lesquels cette substance est associée à des qualités telles que la joie. En revanche, l'usage immodérée de l'alcool est condamnée, d'autres versets bibliques étant cités à l'appui (Lévitique 10:8-11; Deutéronome 21:18-21; Psaumes 107:27; Proverbes 20:1; 23:20,21,29-35; Ésaïe 19:14; Osée 4:11; Matthieu 15:18,19; 1 Corinthiens 5:11-13; 6:9-11; 11:20-22; Galates 5:19-24; 1 Timothée 3:1-3,8; Tite 1:6,7; 2:2-8),[4] et des études sur les méfaits physiques de l'alcool étant généralement présentées dans les publications jéhovistes. Dans celles-ci, il est recommandé aux adeptes de ne pas boire d'alcool avant de participer à des activités religieuses, qu'il s'agisse des réunions ou de la prédication.[5][6] Il est rappelé l'importance de ne pas faire trébucher un autre Témoin, et donc parfois de renoncer à ses droits notamment concernant l'usage d'alcool, et respecter la conscience des autres.[7]

Retraçant l'histoire de l'organisation, le livre jéhoviste Les Témoins de Jéhovah: Prédicateurs du Royaume de Dieu reconnaît que "Charles Russell était favorable à une abstinence totale" tout en admettant que "Jésus avait bu du vin". Le périodique "La Tour de Garde a volontiers exprimé sa sympathie envers ceux qui s'efforçaient de lutter contre les dangers de l'alcool, mais elle ne s'est pas jointe à leur campagne visant à faire voter des lois de prohibition". En 1930, Joseph Rutherford qualifia de "blasphème" les paroles du président de la Ligue contre l'alcoolisme aux États-Unis comme quoi son association était d'origine divine, car la Bible n'interdit pas le vin, et les "lois [de la prohibition] ont en réalité entraîné la production et le trafic clandestins d'alcool et la corruption de fonctionnaires".[8] Ce court résumé de la position de la Watch Tower sur l'alcool montre bien le caractère fluctuant des directives en fonction de la personnalité des dirigeants, mais omet de donner certains "détails" essentiels permettant d'expliquer ce changement d'un point de vue radical vers un autre qui pourrait sembler plus équilibré, notamment le fait que Rutherford s'est en réalité opposé à la prohibition parce que lui-même avait un net penchant pour l'alcool.

Dans les publications

Époque de Russell

Publication Contenu et commentaire
La Tour de Garde (anglais), 15 septembre 1895, R1863, p. 211, "Views from the Tower" "Nous nous réjouissons de preuves que les sentiments anti-alcooliques se répandent, quoique lentement, pour autant que les chrétiens professant soient concernés"; toutefois, seul le Royaume de Dieu "sortira la race de ce grand esclavagiste et tyran, l'alcool".
La Tour de Garde (anglais), 15 mai 1898, R2311, p. 157, "The Chiristan's Walfare" "Par exemple, on peut sympathiser avec ceux qui se battent contre l'alcool, et en faveur de la tempérance."
La Tour de Garde (anglais), 1er janvier 1899, R2418, p. 16, "Water Turned Into Wine" "Il ne peut pas être clamé que notre Seigneur Jésus était un abstinent total de liqueurs alcooliques, et l'affirmation faite par certains que le mot "vin" mentionné ici signifie un vin non enivrant n'est pas vraie. Il peut, toutefois, être dit sur l'autre côté de la question, que la plupart des vins de ces alentours et de ce temps contenait beaucoup moins d'alcool que la plupart des vins d'aujourd'hui. Il peut également être noté que des changements ont eu lieu dans l'humanité, de sorte que les habitants, en particulier de la zone tempérée, sont beaucoup plus énervés que ceux de n'importe quelle autre époque. Ainsi, avec des vins plus forts et des nerfs plus faibles, il y a largement une tendance de l'augmentation à l'excès et au préjudice. Il est de notre avis, par conséquent, que si le Seigneur vivait là où nous vivons, et à notre époque, il serait un abstinent total de liqueurs alcooliques, non seulement pour son propre compte, mais aussi comme un exemple pour les autres."
La Tour de Garde (anglais), 1er novembre 1902, "Interesting Letters" Aux questions: "Y a t-il une interdiction dans la loi de Moïse de l'utilisation du vin fermenté? Est-ce que l'utilisation de jus de raisin non fermenté n'était pas autorisée par la disposition juive?", l'article répond que rien n'interdit le vin aux prêtres dans la Bible et que Jésus n'était manifestement pas un abstinent puisque ses critiques le qualifiaient de "buveur". "Il y a "quelques personnes plus élogieuses que nous-mêmes de l'abstinence totale de toutes les boissons enivrantes, et pourtant nous ne permettons pas notre opposition à l'intempérance de déformer notre jugement à l'égard de l'usage du vin mentionné dans les Écritures." Il est dit que le vin de l'époque biblique contenait moins d'alcool, et que "nous utilisons généralement, comme "fruit de la vigne", à notre souper commémoratif, à Allegheny, soit du jus de raisin hermétiquement scellé soit du jus tamisé de raisins secs cuits et écrasés".
La Tour de Garde (anglais), 1er novembre 1903, "Wine Is a Mocker" L'homme sage ne prétend pas que la consommation modérée du vin amène les malheurs décrits en Proverbes 20:1; 23:20,21,29-35, mais beaucoup de ceux qui ne voulaient pas devenir esclaves de cette substance ont commencé en tant que buveur occasionnel. Par conséquent, "toute nouvelle créature doit se méfier de cette influence séduisante, et lui résister fidèlement".
La Tour de Garde (anglais), 1er janvier 1905, R3484, p. 12, "Filled and Transformed" Lors du miracle de Jésus au cours des noces de Cana, le vin fourni était peu alcoolisé, selon le périodique, et donc les invités n'étaient pas ivres. "À notre avis, il y a une grande différence entre les conditions actuelles et celles du temps de notre Seigneur. Ces gens-là d'un pays plus chaud ont été habitués à boire des vins légers, à peu près de la même manière qu'aujourd'hui nous buvons de l'eau, du thé, du café, etc, et ils n'ont eu aucun effet délétère." De ce fait, "l'abstinence totale peut être recommandée", mais uniquement en raison de la "détresse actuelle" et des dangers de l'ivresse, et non parce que la Bible requiert l'abstinence. "Il est de notre conviction que si le Seigneur étaient présent dans la chair à jour sous nos conditions actuelles, circonstances, etc, il se classerait parmi les plus sobres, parce que si une telle abstention n'étaient pas nécessaire pour lui-même, nous croyons que son amour et sa sympathie pour la faible race déchue le pousserait à éviter d'être une quelconque pierre d'achoppement dans la voie de l'un d'eux."
La Tour de Garde (anglais), 15 mars 1907, R3962, p. 89, "The Wine of False Doctrine" "Nous aimons entendre les jeunes, et surtout les hommes jeunes, capables de dire qu'ils n'ont jamais goûté à une goutte de boissons enivrantes. Un tel témoignage ne ​​prouve pas, bien sûr, qu'ils sont des saints, mais il démontre que dans ce cas particulier ils ont un bon jugement."
La Tour de Garde (anglais), 1er novembre 1907, R4083, p. 331, "Each Shall Give Account to God" L'alcoolisme présente le risque de maladies et peut, de surcroît, être héréditaire. "Les alcooliques et leurs descendants sont, selon les circonstances, jetés dans la maladie, la folie ou le crime, remplissant nos hôpitaux, asiles et prisons" (citation du Dr. A. Joffroy).
La Tour de Garde (anglais), 1er octobre 1908, R4256, p. 300, "Hell Hath Enlarged Herself" "Nous pouvons certainement soutenir de tout cœur la pensée que tout plaisir de spiritueux est dangereux — que l'intempérance est à la base des nombreux malheurs de la vie, sapant la virilité, la vigueur, et minant le sens moral et le caractère général. Nous nous réjouissons que les yeux de la compréhension des hommes soient en train de s'ouvrir à une appréciation plus correcte de l'importance de ce mal et qu'un grand bien en résulte, non seulement aux individus, mais aux communautés."
La Tour de Garde (anglais), 1er décembre 1908, R4287, p. 359, "Christendom's Temperance Lesson" Plusieurs professeurs sont cités afin de prouver les méfaits de l'alcool.
La Tour de Garde (anglais), 15 avril 1910, R4600, p. 135, "Be Temperate in All Things" "Bien qu'il ne puisse être dit que la Bible ordonne l'abstinence totale de boissons enivrantes, on peut dire que partout de la Genèse à la Révélation, elle réprouve l'ivresse et nous montre ses effets corrupteurs comme étant préjudiciables à la fois physiquement et spirituellement. Nous pensons que probablement les conditions climatiques des centres de la civilisation et la tension nerveuse de notre époque produisent des maux de l'intempérance spécialement graves en ce moment. Ces faits nous justifieraient pleinement en tant que disciples de Jésus et des apôtres à aller plus loin qu'eux en exhortant l'abstinence totale absolue à l'égard de toutes les liqueurs alcooliques." Il est dit que les personnes "les plus sages et les plus nobles de l'humanité sont pratiquement d'accord que de nos jours, au moins, les boissons alcoolisées sont extrêmement imprudentes, extrêmement préjudiciables. Elles sont dangereuses pour la force de caractère, et de terribles et irrésistibles tentations pour les faibles". La criminalité et le péché sont, directement et indirectement, présentés comme étant imputables à l'influence de l'alcool et toutes les bonnes personnes devraient éprouver de la crainte à l'égard de ce dernier et user de leur influence pour s'opposer à lui. Bien que le rédacteur affirme ne pas condamner ceux qui occupent un emploi lié à la production ou la vente d'alcool, il dit malgré tout qu'ils "jettent la responsabilité de leurs propres épaules sur les épaules de leurs frères et sœurs plus faibles de la famille humaine". Puis est développé le portrait de l'ivrogne dressé en Proverbes 23:29-35.

Époque de Rutherford

Publication Contenu et commentaire
La Tour de Garde (anglais), 15 août 1920, p. 252, "The Evils of Intemperance" Basé sur Proverbes 23:21, l'article reprend mot pour mot certains paragraphes de l'article "Wine Is A Mocker", paru dans le numéro du 1er novembre 1903 (voir ci-dessus).
La Tour de Garde (anglais), 15 février 1921, p. 51, "Views from the Watch Tower" Sous le sous-titre "One Effect of Dry Laws", la prohibition est critiquée, car il montré, chiffres à l'appui, que le nombre de cas d'alcoolisme a augmenté depuis que ces lois sont entrées en vigueur. Il est dit que même si le peuple de Dieu ne décourage pas les efforts honnêtes visant à améliorer le monde, il n'empêche que beaucoup de ces activités sont menées de façon inappropriée par des personnes se déclarant chrétiennes et que tous ces efforts sont voués à l'échec.
La Tour de Garde (anglais), 1er octobre 1922, p. 301, "World-Wide Prohibition of Sin" (à compléter)
La Tour de Garde (anglais), 1er octobre 1923, p. 300, "World-Wide Prohibition - World's Temperance Lesson" (à compléter)
La Tour de Garde (anglais), 15 septembre 1926, p. 282, "The Evils of Strong Drink" (à compléter)

Époque ultérieure

Publication Contenu et commentaire
La Tour de Garde, 15 mai 1973, pp. 295,296, §10, "Vivez-vous pour la vie présente?" L'article explique qu'"on peut ne pas être ivre, mais boire de façon excessive". Sans pour autant n'enivrer, le Témoin doit se demander: "Est-ce que je vis pour ce plaisir et est-ce que j’aspire jour après jour à éprouver cette agréable sensation de détente que procurent les boissons alcooliques?" Parmi les problèmes évoqués, il y a le fait que l'alcool peut devenir une forme de soutien psychologique et donc devenir indispensable, ainsi que le risque de choquer d’autres personnes.
Réveillez-vous!, 1er février 1974, "Conseils utiles pour les jeunes gens. Est-il bien de consommer des boissons alcooliques ?", pp. 90-93 La Bible ne condamne pas l'usage de vin, mais "cela signifie-t-il qu’il n’est pas nécessaire de vous montrer prudent quant à l'usage des boissons alcooliques? Absolument pas. (...) Dans la vie, il existe de nombreuses choses qui ne sont pas mauvaises en elles-mêmes, mais dont l’usage trop fréquent ou mauvais peut avoir de graves conséquences."
Réveillez-vous!, 22 avril 1978, "L’alcoolisme — Est-ce une si grave menace?", p. 3 "La Bible nous montre que les boissons alcooliques ne sont pas à proscrire." Après avoir cité Ésaïe 25:6, il donna le commentaire suivant: "Il est bien évident que le Créateur n’aurait pas choisi le vin pour symboliser le bonheur si l’homme n’avait pas le droit d’en boire."
Le bonheur — Comment le trouver?, 1981, p. 100, §10 "La Bible n'interdit pas la consommation de boissons alcooliques que le corps peut “brûler” en guise de carburant ou de nourriture (...), [mais] elle condamne explicitement l’ivrognerie." L'abus d'alcool est dangereux pour la santé.
L'école et les Témoins de Jéhovah, 1983, p. 10 "Les excès de boisson constituent une faute morale grave (...) Nous respectons les autorités, qui font parfois preuve de sagesse en promulguant des lois limitant la quantité d'alcool que les jeunes peuvent consommer, et nous nous soumettons à ces lois le cas échéant."

=> Ce n'est pourtant pas ce qu'a fait Rutherford alors qu'il vivait sous la Prohibition.

Réveillez-vous!, 8 mars 1986, pp. 9-11, "L'alcool au volant: que peut-on faire?" Bien que la Bible ne condamne pas l'alcool, le Témoin devrait "y regarder à deux fois avant de boire de l'alcool s'il a prévu de conduire ensuite." De plus, quand on reçoit quelqu'un à dîner et que l'on sert de l'alcool à ses invités, on se doit de "rester maître de la situation".
La Tour de Garde, 1er août 1987, pp. 4-6, "Quel est le point de vue chrétien sur l'alcool?" Après avoir examiné bon nombre de versets se rapportant à la consommation de boissons alcoolisées, l'article en conclut que la Bible ne l'interdit pas, mais condamne l'ivrognerie. Si la consommation modérée d'alcool relève d'une question personnelle, plusieurs facteurs ou situations doivent être pris en considération (moment de prendre le volant, conscience des autres, grossesse, lois du pays). Le périodique demande de faire preuve de discernement sur ce sujet.
Réveillez-vous!, 8 novembre 1991, pp. 26,27 La Bible contient des versets présentant l'alcool comme pouvant être agréable et bon pour la santé, mais invite à faire preuve de modération et de maîtrise de soi. Il est précisé que ceux qui ont du mal à manifester ces qualités doivent s'abstenir complètement d'alcool et que la dépendance à ce dernier est dommageable sur les plans physique et spirituel.
Étude perspicace des Écritures, 1998, volume 1, pp. 1222,1223 L'ivrognerie n'a pas sa place dans la congrégation (ce qui implique l'application de la mesure d'exclusion de l'ivrogne), car elle fait partie des œuvres de la chair qui empêche l'accès au Royaume de Dieu. Tous doivent manifester la modération et le bon sens.
La Tour de Garde, 1er décembre 2004, pp. 18-23, "Un point de vue équilibré sur la consommation d'alcool" Cet article d'étude reprend de nombreuses idées exprimées dans les articles ci-dessus, mettant en garde contre les méfaits d'une consommation immodérée d'alcool: assuétude, paresse, problèmes physiques, coût financier, accidents de la circulation, désinhibition pouvant conduire à l'impureté, opprobre sur le nom de Dieu, pierre d'achoppement pour les autres Témoins, tensions familiales. Pour éviter ces dangers, il faut "savoir où se trouve la limite" entre la modération et l'excès. Il ne faut pas consommer d'alcool avant toute activité "théocratique" et respecter les lois en vigueur. Il peut être nécessaire de se livrer à un examen de conscience, en s'interrogeant notamment sur la quantité d'alcool que l'on absorbe, les raisons qui nous poussent à boire, et l'éventuelle découverte d'une impossibilité de s'en passer. Dans ce cas, il faut se fixer des limites (voire parfois devenir abstinent total), éviter ceux qui poussent à boire et affronter ses problèmes (dans le cas de ceux qui boivent pour fuir ceux-ci) et rechercher l'aide d'un ancien et prier Jéhovah.

Références

  1. 1,0, 1,1, 1,2 et 1,3 Penton, James (1997, 2è éd.) (anglais), Apocalypse Delayed: The Story of Jehovah's Witnesses, Toronto: University of Toronto Press, pp. 225,226 (ISBN 978-0-8020-7973-3)
  2. Arrowup.png Penton, James (1997, 2è éd.) (anglais), Apocalypse Delayed: The Story of Jehovah's Witnesses, Toronto: University of Toronto Press, p. 380 (ISBN 978-0-8020-7973-3)
  3. Arrowup.png La Tour de Garde, 15 juillet 1983, p. 26, "La boisson — Partagez-vous le point de vue de la Bible?"
  4. Arrowup.png Étude perspicace des Écritures, 1998, volume 1, pp. 1222,1223
  5. Arrowup.png La Tour de Garde, 15 mai 2004, p. 22, "La Parole de Jéhovah est vivante. Points marquants du livre du Lévitique"
  6. Arrowup.png La Tour de Garde, 1er décembre 2004, p. 21, §15, "Un point de vue équilibré sur la consommation d'alcool"
  7. Arrowup.png La Tour de Garde, 1er septembre 2004, pp. 11,12, §13,15, "Glorifions Dieu "d'une seule bouche""
  8. Arrowup.png Les Témoins de Jéhovah: Prédicateurs du Royaume de Dieu, 1993, pp. 181,182