Alexander Macmillan

Un article de Témoins de Jéhovah: TJ-Encyclopedie, l'encyclopédie libre sur les Témoins de Jéhovah.
Aller à : navigation, rechercher
Alexander Macmillan
Nom complet Alexander Hugh Macmillan
Naissance 2 juin 1977
Décès 26 août 1966
Nationalité Etats-Unis.jpg Américaine
Occupation colporteur, pèlerin, directeur de la Société Watch Tower
Connu(e) pour soutien majeur de Joseph Rutherford
Œuvres célèbres La Foi en marche

Alexander Hugh Macmillan (2 juin 1877 – 26 août 1966) était un Étudiant de la Bible, puis un Témoin de Jéhovah, qui eut un rôle proéminent au sein de la Société Watch Tower. Il devint membre du bureau des directeurs de l'organisation en 1918. Il présenta sa propre version de l'histoire du mouvement dans son livre La Foi en marche, publié en 1957.

Jeunesse

Macmillan naquit au Canada. À 16 ans, il décida d'être prédicateur, fréquentant une école loin de chez lui, mais cessa ses études quand il subit une dépression nerveuse. Avec l'aide financière de son père, il déménagea à Boston, dans le Massachusetts. Là, il entra en contact avec le mouvement des Étudiants de la Bible. Vers 1897, il obtint une copie du livre Le plan des Âge, le premier des six volumes de la séries Millennial Dawn (plus tard appelée Études dans les Écritures), écrit par Charles Taze Russell. Plus tard, il obtient le deuxième volume de la série, Le temps est proche, qui affirmait que la fin des temps des Gentils aurait lieu en 1914.[1] Il croyait qu'il avait finalement trouvé la vérité biblique et, plus tard, utilisa les livres de base pour sa théorie selon laquelle lui et les autres seraient emportés aux cieux en 1914.[2]

Parcours au sein la Watch Tower

Introduction

Macmillan rencontra Russell en 1900. En juin de la même année, il se rendit à Philadelphie pour une convention organisée par la Société Watch Tower. En septembre, il fut baptisé à Boston. L'année suivante, il devint missionnaire à temps plein dans le Massachusetts. En septembre 1901, il se rendit à Cleveland pour assister à un congrès, après quoi il fut invité par Russell à venir vivre au siège de la Société Watch Tower à Allegheny.

Macmillan voyagea beaucoup avec Russell, et en 1905 lors d'une tournée de congrès, il rencontra Joseph Rutherford. Vers cette date, Macmilla devint colporteur.[3] Dès 1908, Macmillan voyagea également à travers les États-Unis et le Canada en tant que pèlerin, effectuant des visites semestrielles aux congrégations locales.[4]

À propos de 1914

Dans les décennies antérieures à 1914, les publications de la Société Watch Tower avaient affirmé qu'Har-Maguédôn aurait lieu en 1914. Comme l'année approchait, les publications déclarèrent qu'octobre 1914 marquerait la fin des "temps des Gentils" et le début de la royauté du Christ. Beaucoup d'Étudiants de la Bible croyaient qu'ils seraient emportés aux cieux en 1914. Lors d'un congrès à Saratoga Springs, New York, du 27 au 30 septembre, Macmillan, estimant que l'église serait aux cieux en octobre de la même année, annonça: "Ce discours public est probablement le dernier que je donnerai jamais puisque bientôt nous rejoindrons notre demeure au ciel."[5][6]

Suite à la convention, lors d'une réunion au siège de Brooklyn, Russell, annonça: "Le temps des Gentils ont pris fin; leurs rois ont fait leur temps"[7] et ajouta: "A 10h30 dimanche matin Frère Macmillan va nous donner un discours." Ceux qui étaient présents rirent de l'annonce précédente de Macmillan comme quoi il avait prononcé son "dernier discours public"; dans un discours ultérieur, Macmillan affirma qu'ils "avaient été un peu trop hâtifs en pensant qu'[ils] allaient au ciel tout de suite."[2][8] Toutefois, son récit des événements en rapport avec cette question tente d'amoindrir la portée des fausses prédictions faites au sujet de 1914 et laisse croire que l'enlèvement aux cieux n'était attendu que par une minorité d'Étudiants de la Bible.[9] Malgré sa déception au sujet des attentes pour octobre 1914, Macmillan resta attaché à la Société Watch Tower. En 1915, il était ancien dans l'ecclesia de la ville de New York.[10]

En 1919, le New York Times définit le discours de Macmillan lors d'une réunion des Étudiants de la Bible comme proposant une "nouvelle date pour le Millénaire", à savoir l'année 1925.[11]

Sans son livre La Foi en marche, Macmillan décrivit une réunion privée qu'il eut avec Russell en 1916. Selon lui, Russell parla de sa mauvaise santé et aurait émis la souhait que Macmillan prenne en main les affaires du bureau d'Allegheny. Russell décéda quelques semaines plus tard, le 31 octobre 1916. En 1918, le New York Times décrivit Macmillan comme le "surintendant de la maison du Béthel"[12] et comme l'un des "chefs de file de l'Association Internationale des Étudiants de la Bible".[13]

Membre du bureau des directeurs

Lors de la crise de succession de 1917, Macmillan prit toujours le parti de Rutherford.[14] C'est lui qui intercepta le message de Menta Sturgeon qui cherchait à avertir sa femme de la mort de Russell, et prévint aussitôt Rutherford. Avec William Van Amburgh, il orchestra en grande partie l'élection de Rutherford à la présidence.[15] Il reconnut de façon indirecte que les élections de 1917 et les suivantes jusqu'en 1919 étaient en réalité prédéterminées.[16]

Le 12 juillet 1917, Macmillan reçut l'un des postes des quatre administrateurs renvoyés par Rutherford.[17] C'est Macmillan qui appela la police pour que les quatre directeurs évincés par Rutherford soient expulsés du Béthel;[18] toutefois, son récit des événements prétend que les policiers les forcèrent à quitter les lieux sous prétexte de perturbations qu'ils auraient causées, alors que les directeurs rapportèrent le contraire. Macmillan admet qu'il ne voulait pas les administrateurs obtiennent le quorum pour traiter des affaires et était déterminé à les empêcher de tenir une réunion. Il ne mentionne pas non plus que ces directeurs se trouvaient en fait à Hicks St Chapel, ce qui amène l'historien James Penton à en conclure que Macmillan "mentit" dans son récit.[19]

Suite à la réunion annuelle de la Watch Tower le 5 janvier 1918, Macmillan fit partie du conseil des directeurs de la Société, et Rutherford devint membre du conseil et président. Cette année-là, le Macmillan, avec Rutherford et d'autres responsables de la Société Watch Tower, fut arrêté,[20] inculpé de violation de la Loi sur la sédition de 1918 en raison de sentiments anti-guerre exprimés dans le livre Le Mystère Accompli, et fut condamné à la prison fédérale à Atlanta, avant d'être libéré et disculpé en 1919.

Selon Penton, Macmillan était un "homme intelligent", avec une "personnalité ouverte et plaisante". Toutefois, il fut considéré comme un "intrigant" et un "politicien religieux de premier ordre" par les quatre directeurs démis par Rutherford.[21]

Durant les années 1920, Macmillan voyagea beaucoup lors de visites de service en Europe et le Moyen-Orient, prononça des allocutions et supervisa les activités dans les filiales du monde entier. Ses affectations de services inclurent l'Écosse, le Danemark,[22] la Finlande,[23] la Norvège,[24] la Palestine, le Liban et la Syrie,[25] l'Italie[26] et la Suède.[27]

En 1930, Macmillan, alors établi à Brooklyn, était un représentant itinérant prononçant des allocutions à des congrégations et lors de grands rassemblements. Il s'est également entretenu avec la police locale et les responsables gouvernementaux pour expliquer la signification des dizaines de décisions alors récentes de la Cour suprême américaine, qui étaient pour la plupart favorables aux Témoins de Jéhovah. Macmillan fut autorisé par le directeur de l'United States Bureau of Prisons à visiter régulièrement les Témoins dans les prisons fédérales des États-Unis qui avaient été incarcérés pour avoir refusé le service militaire pendant la Seconde Guerre mondiale.

Fin de vie

En 1955, Macmillan reçut l'autorisation d'utiliser les dossiers de la Watch Tower afin de compiler une histoire des Témoins de Jéhovah. En 1957, il publia à son compte le livre La Foi en marche,[28] un livre qui présente une histoire déformée de la dispute pour la présidence de la Watch Tower, prenant systématiquement le parti de Rutherford qui est systématiquement présenté comme bienveillant dans cette histoire. Penton parle même d'une "histoire inexacte",[29] et de "distorsions de la vérité".[30]

Macmillan devint animateur radio sur la WBBR, la station de radio de la Watch Tower, jusqu'à ce que la station soit vendue en 1957.[31][32]

Macmillan connut des problèmes de santé jusqu'à sa mort, survenue le 26 août 1966.[33][34] Le service funèbre fut dirigé par le président de la Société Watch Tower, Nathan Knorr, le 29 août. Il fut enterré dans une sépulture privée à Staten Island, New York.[35]

Théorie de la conspiration

En Décembre 2014, un ex-Témoin de Jéhovah adepte de la théorie de la conspiration franc-maçonnique prétend que Alexander H. Macmillan a été franc-maçon et même grand maître de l'ordre de Nova Scotia au Canada[36]. Comme preuves, il argumente sur le fait que la famille de Macmillan serait d'origine écossaise (référence au terme Nova Scotia) et qu'il est né au Canada (lieu où est cité le grand maître en question). De plus il présente une coupure de journaux présentant Alexander H. Macmillan comme orateur en 1930 lors d'une cérémonie funèbre d'un franc-maçon reconnu conjointement avec un pasteur presbytérien, et des membres des Chevaliers du Temple pour affirmer les liens qu'avait Macmillan avec la franc-maçonnerie[37]. Quelques recherches rapides sur le net, permettent d'affirmer que ce grand maître en question s'appelait Alexander Herman ( et non Hugh) Alexander, et avait été initié à New Glasgow par son père en 1913, date à laquelle notre Macmillan de la Watchtower étit intendant du Béthel à New-York [38]. En prenant comme point d'attache le prénom de son frère, on trouve que "Herman" est né en 1890 à Pictou.[39] et non en 1877. Il n'y a donc aucun lien entre les deux personnages.

Voir aussi

Références

  1. Arrowup.png La Tour de Garde, 15 mai 1998, p. 12, § 12, article "La foi des chrétiens sera mise à l'épreuve"
  2. 2,0 et 2,1 WTBTS (1993), Les Témoins de Jéhovah: Prédicateurs du Royaume de Dieu, Brooklyn, New York: Watchtower Bible and Tract Society of New York
  3. Arrowup.png Parkinson, 1999, p. 10
  4. Arrowup.png Parkinson, 1999, p. 25
  5. Arrowup.png Réveillez-vous!, 22 juin 1995, p. 8, article "Les promesses de Dieu sont-elles dignes de confiance?"
  6. Arrowup.png Macmillan, Alexander H. (1957) (anglais), Faith on the March, New Jersey: Prentice-Hall, Inc., p. 46
  7. Arrowup.png Penton, 1997, p. 45
  8. Arrowup.png La Tour de Garde (anglais), 15 août 1966, p. 62, article "Doing God's Will Has Been My Delight"
  9. Arrowup.png Rogerson, Alan (1969) (anglais), Millions Now Living Will Never Die: A Study of Jehovah's Witnesses, Constable & Co Ltd, pp. 29,30
  10. Arrowup.png Parkinson, 1999, p. 18
  11. Arrowup.png The New York Times (2 juin 1919) (anglais), "New Date For Millennium: Russellites Now See It Coming on Earth in 1925", format pdf
  12. Arrowup.png The New York Times (21 juin 1918) (anglais), article "Russelites Guilty of Hindering Draft", format pdf. Consulté le 27 novembre 2011
  13. Arrowup.png The New York Times (20 août 1918) (anglais), article "Russellites to Testify", format pdf. Consulté le 27 novembre 2011
  14. Arrowup.png Wills, Tony (2006, 2è éd.) (anglais), A People for His Name: A History of Jehovah's Witnesses and an Evaluation, Morrisville: Lulu Enterprises, p. 96 (ISBN 978-1-4303-0100-4)
  15. Arrowup.png Penton, 1997, p. 51
  16. Arrowup.png Penton, 1997, p. 56
  17. Arrowup.png Penton, 1997, p. 50
  18. Arrowup.png Penton, 1997, p. 54
  19. Arrowup.png Penton, 1997, pp. 349,350
  20. Arrowup.png Penton, 1997, p. 55
  21. Arrowup.png Penton, 1997, p. 52
  22. Arrowup.png WTBTS (1993), Annuaire des Témoins de Jéhovah, Watch Tower Bible & Tract Society, pp. 80,81
  23. Arrowup.png WTBTS (1990), Annuaire des Témoins de Jéhovah, Watch Tower Bible & Tract Society, p. 155
  24. Arrowup.png WTBTS (1977), Annuaire des Témoins de Jéhovah, Watch Tower Bible & Tract Society, p. 209
  25. Arrowup.png WTBTS (1980), Annuaire des Témoins de Jéhovah, Watch Tower Bible & Tract Society, pp. 169-72
  26. Arrowup.png WTBTS (1982), Annuaire des Témoins de Jéhovah, Watch Tower Bible & Tract Society, p. 133
  27. Arrowup.png WTBTS (1991), Annuaire des Témoins de Jéhovah, Watch Tower Bible & Tract Society, p. 135
  28. Arrowup.png Macmillan, Alexander H. (1957) (anglais), Faith on the March, New Jersey: Prentice-Hall Inc., "Introduction"
  29. Arrowup.png Penton, 1997, p. 106
  30. Arrowup.png Penton, 1997, p. 51
  31. Arrowup.png Macmillan, Alexander H. (1957) (anglais), Faith on the March, New Jersey: Prentice-Hall Inc., p. 4
  32. Arrowup.png La Tour de Garde, 15 mai 1957, p. 301, article "WBBR Sold by the Watch Tower Bible and Tract Society"
  33. Arrowup.png The New York Times (28 août 1966) (anglais), "Alexander H. Macmillan of Jehovah's Witnesses, 89", p. 92
  34. Arrowup.png La Tour de Garde, 15 novembre 1994, p. 10, article "Job a enduré, nous le pouvons aussi!"
  35. Arrowup.png La Tour de Garde (anglais), 1er octobre 1966, p. 608
  36. Arrowup.png http://www.grandlodgens.org/content/chapter-10-grand-lodge-nova-scotia-present-age
  37. Arrowup.png http://www.findagrave.com/cgi-bin/fg.cgi?page=gr&GRid=61595929
  38. Arrowup.png http://www.mocavo.com/Proceedings-of-the-Grand-Lodge-of-the-Ancient-Free-and-Accepted-Masons-of-Canada-1947-Volume-1947/944172/426
  39. Arrowup.png http://automatedgenealogy.com/census11/View.jsp?id=39165&highlight=49#highlight