Avis juridiques sur les actions de Rutherford en 1917

Un article de Témoins de Jéhovah: TJ-Encyclopedie, l'encyclopédie libre sur les Témoins de Jéhovah.
Aller à : navigation, rechercher
Avis juridique de J. Fithian Tatem figurant dans Facts for Shareholders, p.14

Voici plusieurs avis juridiques rendus par des avocats sur les agissements de Joseph Rutherford dans le cadre de sa prise de pouvoir de la Société Watch Tower.

Contexte et conséquences

Il faut savoir qu'à l'origine, Charles Taze Russell contrôlait son mouvement depuis la People's Pulpit Association, basée à New York, alors que les quartiers généraux de l'organisation enregistrée en 1884, la Watch Tower Bible & Tract Society of Pennsylvania, étaient situés à Pittsburgh. Ces deux emplacements distincts complexifiaient la situation dans la mesure où non seulement le lieu où se déroulait une action juridique en lien avec la Watch Tower avait son importance, mais en plus des conséquences légales spécifiques y étaient rattachées. Or, lors de la crise de succession de 1917 qui survint peu après la mort de Russell, le Conseil d'administration se composait alors de trois membres élus en vertu des By Laws de 1917 — à savoir Andrew Pierson, William Van Amburgh et Joseph Rutherford —, tandis que les quatre autres avaient été nommés par Russell de son vivant à New York — c'étaient A.I. Ritchie; J.D. Wright; I.F. Hoskins; R.H. Hirsh. Il s'agissait là d'une procédure qualifiée de "time honored" que tout membre du conseil se devait de respecter, car Russell avait tout pouvoir dans la Société, et celui qui n'était pas d'accord devait démissionner de son poste.[1]

Ces quatre membres nommés par Russell rejetaient les nouveaux By Laws de 1917, lesquels avaient été prévus spécialement par Rutherford pour lui assurer la toute puissance tant à New York qu'à Pittsburgh; or, il est à noter que cela entrait en contradiction la Corporation de Pennsylvanie qui, théoriquement, aurait dû être l'autorité principale et juridique, ce que Russell avait ignoré de son vivant et qui a servi de base aux manœuvres juridiques de Rutherford.[2]

Rutherford voulut donc se débarrasser de ces directeurs qu'il estimait encombrants, mais à ce moment-là, il ne bénéficiait pas encore du plein contrôle du mouvement à Brooklyn; aussi, pour parvenir à ses fins, il manipula les statuts de la Société de Pennsylvanie. L'ancien Témoin Poul Bregninge, qui examina en profondeur ce sujet, explique: "Les preuves montrent que Rutherford calcula chaque action. Ce n'était pas seulement la "volonté du Seigneur" qu'il s'était engagée à effectuer "humblement" [contrairement à ce que prétendait Macmillan dans son livre Faith on the March], mais plutôt sa propre détermination vigoureuse et ses objectifs. Il avait été l'avocat de la Société et a été plus que familier avec ses lois. Rutherford a consulté un collègue profane, M. H.M. MacCaughey, qui était un avocat d'affaires bien connu de Philadelphie, afin de préparer le rejet des quatre "fauteurs de troubles"".[3]

De ce fait, les quatre directeurs de la Société Watch Tower qui avaient été nommés par Russell furent déchus de leur position par Rutherford, alors nouveau président. Afin de dénoncer cette situation, les ex-directeurs produisirent une réfutation auto-financée des déclarations et des actes du président, en faisant paraître notamment les brochures Light After Darkness et Facts for Shareholders, publiées respectivement en septembre et novembre 1917. Les deux brochures contestaient la légalité de leur expulsion, affirmant que la loi interdisant, en Pennsylvanie, la nomination à vie des membres du Conseil n'avait été introduite que récemment et n'était pas rétroactive, exemptant ainsi les sociétés déjà existantes. Ils affirmèrent également que la charte de la Société Watch Tower permettait seulement aux directeurs d'être élus au Conseil, et que par conséquent l'élection de Rutherford, William Van Amburgh et Andrew Pierson à la tête du mouvement était nulle parce qu'aucun d'entre eux n'avait été administrateurs auparavant. Afin de démontrer ces points, les avis juridiques de plusieurs avocats, dont celui de J. Fithian Tatem, avocat de Philadelphie, expliquaient en quoi les actions de Rutherford étaient totalement illégales.

Cet aspect de la prise de pouvoir de Rutherford, généralement omis dans les publications de la Watch Tower et plusieurs livres d'histoire externes, est pourtant d'une importance capitale puisque c'est la direction de l'organisation, et partant, sa considérable restructuration ultérieure tant au niveau organisationnel que doctrinal, qui en a été affectée. Ainsi, il se pourrait que le cours de l'histoire de la Watch Tower depuis 1917 ait été construite à partir d'une usurpation de pouvoir de la part d'un vulgaire arriviste.

Avis juridiques

Celui de Davies, Auerbach & Cornell

Le cabinet d'avocats de New York Davies, Auerbach & Cornell fit paraître un avis juridique dans une lettre datée du 23 juillet 1917, qui disait ceci:[4]

Original en anglais Traduction en français

DAVIES, AUERBACH & CORNELL
MUTUAL LIFE BUILDING, 34 NASSAU STREET

JULIEN T. DAVIES
JOSEPH S. AUERBACH
EDWARD CORNELL
CHARLES E. HOTCHKISS
BRAINARD TOLLES
CHARLES H. TUTTLE
NICHOLAS F. LENSSEN
WARNER B. MATTESON

New York, July 23, 1917.

Gentlemen:

You have requested our opinion concerning your present title to office as Directors of the Watch Tower Bible and Tract Society, and concerning the views as to the law expressed by Mr. Rutherford in his "Statements of Facts and Points," a copy of which you have received.

As to the proposition which is so much emphasized in Mr. Rutherford's "Statements" that even if his course of conduct in ousting, as he claims, you four gentleman, a majority of the Board, from your Directorships, was wrongful and in violation of law, the matter cannot be redressed in the New York courts, it is enough to point out that he, in his own statement says:

"In 1909 said Watch Tower Bible and Tract Society removed its activities from the State of Pennsylvania to the State of New York; and since that time it has transacted no business of consequence in the State of Pennsylvania, and never had a meeting of its Board of Directors in said State during that time."

If this be so, it goes without saying that the courts of the State of New York have ample jurisdiction to see to it that the affairs of the corporation, which, according to Mr. Rutherford's own admission, are being conducted almost entirely within the State of New York, are not taken out of the hands of a majority of its Board of Directors and turned over to other men whom the President chooses to appoint and regard as Directors. No lawyer familiar with the New York law would have any difficulty in finding legal methods of preventing the usurpers from exercising control over the affairs of the corporation in this State.

The second proposition in Mr. Rutherford's "Statements," to-wit, that the affairs of the corporation could not be brought before the courts in the State of New York, because it is no registered in this State, would involve, if true, very disastrous consequences for the corporation, in view of Mr. Rutherford's own admission that all of its affairs are being substantially transacted in this State. If, in truth, it be an outlaw here -- if, in truth, its affairs are not under the protection of the State of New York -- it is easy to see that the corollary of the proposition that it is not competent to be sued in the courts of this State, is that for the same reason it is not competent to sue, and that in consequence its affairs, its disregard of the constituted Board of Directors, whose presence in office had expressed the will of Pastor Russell and of the membership of the corporation for years.

As a matter of law, however, it is utter fallacious to say that because the statutes of this State provide no means for registering a foreign membership corporation, that therefore such corporation in transacting affairs here is not subject to the courts of this State. All corporations may lawfully carry out within this State the purposes of their charters and may exercise such powers incidental thereto as may be fairly necessary, unless otherwise forbidden by the laws of this State; and the requirements of the statutes of this State for registry apply only to foreign stock corporations. (Demarest vs. Flack, 128 N. Y. 205.) That the Watch Tower Bible and Tract Society is not a foreign stock corporation within the meaning of the statutes of this State is shown by the following definition in Section 3 of the General Corporation Law:

"A stock corporation is a corporation having a capital stock divided into shares, and which is authorized by law to distribute to the holders thereof dividends or shares of the surplus profits of the corporation. A corporation is not a stock corporation because of having issued certificates called certificates of stock, but which are in fact merely certificates of membership, and which is not authorized by law to distribute to its members any dividends or share of profits arising from the operations of the corporation."

Pastor Russell, therefore, was not so ill advised as to the law, that in conducting the affairs of the corporation in this State since 1909 (as Mr. Rutherford himself says) he committed the mistake of placing those affairs outside of the protection of courts of justice.

The third proposition made by Mr. Rutherford is that the provision in the charter of the Watch Tower Bible and Tract Society, approved in 1884 and still incorporated in the said charter, that "the members of the Board of Directors shall hold their respective offices for life," is invalid, since the statute of the State of Pennsylvania, providing that Directors shall be chosen annually by the stockholders or members, is said to be applicable to this corporation. It is a little surprising that one who for years was connected with the management of this corporation should not have discovered this alleged illegality until after the death of Pastor Russell, and then for the first time should bring forward a claim which is well calculated to subvert the whole scheme of government as planned and desired by Pastor Russell, and should use that claim to justify the possession of power in himself alone to oust a majority of the Board of Directors and to fill their places, notwithstanding that a number of the persons whom he thus seeks to exclude held that office for years with the acquiescence and approval both of Pastor Russell and of the membership of the corporation. In this connection it is significant that the charter of the Society is endorsed, as required by Pennsylvania law, with a certificate of an Associate Judge of the Common Please that such judge had examined the charter and found the same "to be lawful and not injurious to the community," and that therefore the incorporators and their associates were entitled to have leave to be a corporation for the purposes and upon the terms therein stated.

Even if, however, an election or appointment "for life" could not lawfully be made, your right to office would not be in any way affected, since no successors to you have been chosen by the members of the corporation. Assuming, for the sake of argument, that as Mr. Rutherford claims, the Pennsylvania statutory provision that "Directors shall be chosen annually by the stockholders or members," has some application to this corporation, there would then come into play the very next clause in the statute, to wit, that such Directors or Trustees "shall hold their office until others are chosen and qualified in their stead." As the members of the corporation have never chosen anyone in your place, your terms of office would (if the statute cited by Mr. Rutherford were applicable) be extended beyond the expiration of one year until such time as successors chosen, not by Mr. Rutherford, but by the members of the corporation, should qualify. Even if the term for which you had been elected were longer than the law allowed, you would not thereby be disqualified from holding office during the lawful period.

Furthermore, this provision of statute that Directors do not lose office solely because of the failure of the members of the corporation to appoint their successors, but continue until such time as the successors have been appointed and qualify, is merely expressive of the common law rule on the subject, and hence would be applicable to your case, even though the statute which we have been discussing be not applicable to the corporation.

As to the claim that at least three Directors must be residents of the State of Pennsylvania, it would seem to be enough to reply that if this be so, the defect in title to office would apply to the entire Board of Directors and not merely to such individual members thereof as Mr. Rutherford (not himself a resident of Pennsylvania) might choose to consider affected by such disqualification. We are, however, unable to find any provision of Pennsylvania law enacted when this charter was adopted or which affects this charter which makes it mandatory that a certain number of Directors in a membership corporation (as is this one) shall be residents of the State of Pennsylvania.

As to the claim that Mr. Rutherford, as President, is "the executive officer and General Manager" of the corporation, and as such "has the legal right to manage the corporation," we cannot but feel that the conclusion which is sought to be reached from the development of this claim, to wit, that as "Manager" he may fill the Board of Directors with his own appointees, is founded on the use of the word "Manager" in a double sense. The term "Manager" of a corporation is the title of an office thoroughly well known to the law and in the business community; and it has never been thought before that this office was in any way connected with the appointed of Directors. It has to do solely with the executive management, and the Manager is the representative and executive officer of the Directors and not the overlord or source of power. The argument that the incumbent of the office of Manager has the "legal right to manage the corporation" is of course unsound, if the word "manage" is meant to imply the exercise of all the powers of the corporation, including the right to appoint Directors.

As to the filling of vacancies, it is enough to say that if Mr. Rutherford is right in his contention that certain portions of the charter are invalid because of the statute laws of Pennsylvania as to corporations, then he is wrong in his contention that as President or Manager of the Society he has the right to fill vacancies, because this statute expressly provides that "in case of the death, removal or resignation of the President or any of the Directors, Treasurer or other officer of any such company, the remaining Directors may supply the vacancy thus created, until the next election". Furthermore, even aside from this statute and taking the charter solely by itself, he has no right to fill your places, since "vacancies" have not occurred in your respective offices, and also because in the event of any such vacancy it would have been his duty, or the duty of any other president, to call the Board together in special meeting, and he could not deprive the Board of such power and obtain it for himself merely by failing to call a special meeting for such purpose.

But even if for any reason your original title to office might have legal defects, you, or at least three of you, have been in office so long and your title to office has been so long recognized by the entire membership of the corporation and by its late President, that you are no de facto Directors, even if not de jure Directors.

Finally, it is important to observe that if the provision of the Pennsylvania statute that directors shall be chosen annually, had the effect which Mr. Rutherford claims, to wit: as rendering vacant the office of every director at the end of one year, he himself would have no title to his office as director or as President, for the charter requires that the President "shall be chosen from among the members of the Board annually." Mr. Rutherford claims that because he was elected by the members of the corporation to be President, such election constituted impliedly an election of him as a director, although he was not expressly so elected. This claim has been overruled by our Court of Appeals in a similar case (People ex rel Nicholl vs. New York Infant Asylum, 122 N. Y. 190.) If he were not in fact a director, the mistake of the members of the corporation in supposing that he was already a director and therefore eligible to be President, would not render him eligible in law to be president or constitute him a lawfully elected director. For this and other reasons, we are of the opinion that [t]he propositions of law advance by Mr. Rutherford, would, if sound and pushed to their logical conclusion, defeat his own title to office as director and president.

Very truly yours,

DAVIES, AUERBACH AND CORNELL

TO:

MESSRS.
A. I. RITCHIE,
J. D. WRIGHT
I. F. HOSKINS,
R. H. HIRSH.

DAVIES, AUERBACH & CORNELL
MUTUAL LIFE BUILDING, 34 NASSAU STREET

JULIEN T. DAVIES
JOSEPH S. AUERBACH
EDWARD CORNELL
CHARLES E. HOTCHKISS
BRAINARD TOLLES
CHARLES H. TUTTLE
NICHOLAS F. LENSSEN
WARNER B. MATTESON

New York, 23 juillet 1917.

Messieurs:

Vous avez demandé notre avis sur votre droit actuel à siéger en tant que directeurs de la Watch Tower Bible & Tract Society, et concernant les points de vue en rapport avec la loi exprimée par M. Rutherford dans ses "Déclarations des Faits et des Points", dont vous avez reçu une copie.

Concernant la proposition si mise en avant dans les "Déclarations" de M. Rutherford, à savoir que même si le cours de sa conduite consistant à évincer du poste d'administrateur, comme il le prétend, vous quatre messieurs, une majorité du conseil d'administration, était illicite et en violation de la loi, l'affaire ne peut pas être réparée devant les tribunaux de New York, il suffit de remarquer que, dans sa propre déclaration, il dit:

"En 1909, la dite Watch Tower Bible and Tract Society transféra ses activités de l'État de Pennsylvanie à l'État de New York; et depuis cette époque, elle n'a pas conclu d'affaires conséquentes dans l'État de Pennsylvanie, et n'a jamais eu de réunion de son Conseil d'administration dans ledit Etat pendant ce temps."

S'il en est ainsi, il va sans dire que les tribunaux de l'État de New York ont ​​largement la compétence pour veiller à ce que les affaires de la société, qui, selon l'aveu même de M. Rutherford, sont menées presque entièrement dans l'État de New York, ne sont pas retirées des mains de la majorité de son Conseil d'administration et remises à d'autres hommes que ceux que le président choisit de nommer et de considérer comme directeurs. Aucun avocat familier avec la loi de New York n'aurait une quelconque difficulté à trouver des méthodes légales pour empêcher les usurpateurs d'exercer un contrôle sur les affaires de la société dans cet État.

La seconde proposition dans les "Déclarations" de M. Rutherford, à savoir que les affaires de la société ne pourraient pas être portées devant les tribunaux dans l'État de New York, parce qu'elle n'est pas enregistrée dans cet État, impliquerait, si elle était vraie, des conséquences très néfastes pour la société, au regard de l'aveu même de M. Rutherford selon lequel toutes ses affaires sont sensiblement traitées dans cet État. Si, en vérité, c'est hors la loi ici — si, en vérité, ses affaires ne sont pas sous la protection de l'État de New York — il est facile de voir que le corollaire de la proposition selon laquelle elle ne peut pas être poursuivie devant les juridictions de cet État, c'est que pour la même raison, elle ne peut pas intenter de procès, et en conséquence ses affaires, son mépris du Conseil d'administration constitué, dont la présence dans le bureau avait exprimé la volonté du pasteur Russell et des membres de la société pendant des années.

En tant que question de droit, cependant, il est totalement fallacieux de dire que, parce que les lois de cet État ne prévoient aucun moyen pour l'enregistrement d'une société étrangère, que par conséquent cette société, dans les transactions des affaires qu'elle effectue ici, n'est pas soumise aux tribunaux de cet État. Toutes les sociétés peuvent légalement mener à bien dans cet État les buts de leurs chartes et peuvent exercer les pouvoirs (...), sauf si par ailleurs interdits par les lois de cet État; et les exigences des lois de cet État sur ​​le registre s'appliquent uniquement aux sociétés par actions étrangères. (Demarest vs Flack, 128 NY 205) Le fait que la Watch Tower Bible and Tract Society n'est pas une société par actions étrangère, au sens des lois de cet État, cela est démontré par la définition suivante dans la section 3 de la Loi générale sur les sociétés:

"Une société par actions est une société ayant un capital social divisé en actions, et qui est autorisé par la loi à distribuer aux détenteurs de ces dividendes ou parts des bénéfices excédentaires de la société. Une société n'est pas une société par actions, parce qu'elle a délivré des certificats appelés certificats d'actions, mais qui sont en fait simplement des certificats d'affiliation, et qui n'est pas autorisée par la loi à distribuer à ses membres tous les dividendes ou le partage des recettes découlant des opérations de la société."

Par conséquent, le pasteur Russell n'a pas été si mal conseillé quant à la loi, qu'en dirigeant les affaires de la société dans cet État depuis 1909 (comme M. Rutherford le dit lui-même), il a commis l'erreur de placer ces affaires en dehors de la protection des tribunaux de la justice.

La troisième proposition faite par M. Rutherford est que la clause dans la charte de la Watch Tower Bible and Tract Society, approuvée en 1884 et toujours incorporée dans ladite charte, que "les membres du Conseil d'administration exerceront leurs fonctions respectives pour la vie", n'est pas valide, puisque la loi de l'État de Pennsylvanie, prévoyant que les directeurs seront choisis chaque année par les actionnaires ou les membres, est tenue pour être applicable à cette société. Il est un peu surprenant que celui qui pendant des années a été lié à la gestion de cette société n'ait découvert cette illégalité supposée qu'après la mort du pasteur Russell, puis pour la première fois doive présenter une revendication qui est bien calculée pour subvertir l'ensemble du système de la direction prévue et souhaitée par le pasteur Russell, et doive utiliser cette revendication pour justifier la possession du pouvoir à lui seul afin de renverser la majorité du Conseil d'administration et combler leurs places, malgré le fait qu'un certain nombre de personnes qu'il cherche donc à exclure aient occupé ce poste pendant des années avec l'assentiment et l'approbation à la fois du pasteur Russell et des membres de la société. À cet égard, il est significatif que la charte de la Société soit approuvée, comme cela est requis par la loi de Pennsylvanie, avec un certificat d'un juge adjoint de la Common Please, qu'un tel juge avait examiné la charte et l'avait trouvé comme "étant licite et non préjudiciable à la communauté", et que par conséquent les fondateurs et leurs associés avaient le droit d'avoir laissé exister une société aux buts et aux conditions qui y sont énoncés.

Même si, toutefois, une élection ou la nomination "à vie" ne pouvait pas légalement être faite, votre droit au poste n'aurait en aucune façon été affecté, car aucun de vos successeurs n'a été choisi par les membres de la société. En supposant, pour les besoins de l'argumentation, que, comme M. Rutherford l'affirme, la disposition législative de Pennsylvanie selon laquelle "les directeurs seront choisis chaque année par les actionnaires ou les membres", a une certaine application à cette société, alors il entrerait en jeu la clause la très proche dans la loi, à savoir, que les administrateurs ou des fiduciaires "conserveront leur poste jusqu'à ce que d'autres soient choisis et qualifiés à leur place". Comme les membres de la société n'ont jamais choisi quelqu'un à votre place, la durée de vos fonctions serait (si la loi citée par M. Rutherford était applicable) prolongée au-delà du délai d'un an jusqu'à ce que les successeurs choisis, non par M. Rutherford, mais par les membres de la société, soient admissibles. Même si la durée pour laquelle vous aviez été élus était plus longue que la loi ne le permettait, vous n'en seriez pas disqualifiés pour ce qui est d'occuper votre poste au cours de la période légale.

En outre, cette clause de la loi selon laquelle les directeurs ne perdent pas leur poste uniquement en raison de l'échec des membres de la société pour ce qui est de nommer leurs successeurs, mais continuent jusqu'à ce que les remplaçants aient été nommés et se qualifient, est simplement l'expression de la règle de la loi commune sur le sujet, et, partant, serait applicable à votre cas, même si la loi dont nous avons discuté n'était pas applicable à la société.

Quant à la revendication selon laquelle au moins trois administrateurs doivent être résidents de l'État de Pennsylvanie, il semblerait suffisant de répondre que s'il en était ainsi, le défaut de titre au poste s'appliquerait à l'ensemble du Conseil d'administration et non pas seulement aux membres individuels de ceux-ci, comme M. Rutherford (qui n'est pas lui-même un résident de Pennsylvanie) pourrait choisir de considérer affectés par une telle disqualification. Nous sommes, cependant, incapables de trouver une clause de la loi promulguée en Pennsylvanie quand cette charte a été adoptée ou qui affecte cette charte, rendant obligatoire qu'un certain nombre de directeurs dans une société de membres (comme celle-ci) seront des résidents de l'État de la Pennsylvanie.

Quant à la revendication selon laquelle M. Rutherford, en tant que président, est "l'administrateur et directeur général" de la société, et en tant que tel "a le droit légal de gérer la société", nous ne pouvons pas, mais ressentons que la conclusion qui est cherchée à être atteinte par le développement de cette revendication, à savoir, que comme "gérant" il peut combler le Conseil d'administration avec ses propres nominations, est fondée sur l'utilisation du mot "gestionnaire" dans un double sens. Le terme "gestionnaire" d'une société est le titre d'un poste bien connu de la loi et dans la communauté des affaires; et il n'a jamais été pensé jusqu'à maintenant que ce poste était d'une quelconque façon lié à la nomination de directeurs. Il doit seulement faire la direction, et le gestionnaire est l'agent représentatif et exécutif des directeurs et non le grand patron ou la source du pouvoir. L'argument selon lequel le titulaire du poste de directeur a le "droit légal de gérer la société" est bien sûr malsain, si le mot "gérer" est destiné à impliquer l'exercice de tous les pouvoirs de la société, y compris le droit de nommer les directeurs.

Pour ce qui est de pourvoir aux postes vacants, il suffit de dire que si M. Rutherford a raison dans son affirmation que certaines parties de la charte sont invalides en raison des lois de la Pennsylvanie sur les sociétés, alors il se trompe dans son affirmation selon laquelle en tant que Président ou gérant de la Société, il a le droit de pourvoir les postes vacants, parce que cette loi prévoit expressément que "dans le cas de mort, de suppression ou démission du Président ou de n'importe quel des directeurs, du trésorier ou d'un autre dirigeant de cette société, le reste les directeurs peuvent combler la vacance ainsi créée, jusqu'à la prochaine élection". En outre, même en dehors de cette loi et en prenant la charte uniquement par elle-même, il n'a pas le droit de combler vos places, car "les postes vacants" n'ont pas eu lieu dans le cas de vos postes respectifs, et aussi parce que dans le cas de vacance, il serait de son devoir, ou le devoir de tout autre président, d'appeler le Conseil dans la réunion spéciale, et il ne pourrait pas priver le Conseil d'une tel pouvoir et l'obtenir pour lui-même simplement en omettant de convoquer une assemblée extraordinaire à cette fin.

Mais même si pour une raison quelconque votre droit original au poste pourrait avoir des défauts juridiques, vous, ou au moins trois d'entre vous, ont été en fonction si longtemps et votre droit au poste a été si reconnu depuis longtemps par l'ensemble des membres de la société et par son ancien président, que vous n'êtes pas de facto directeurs, même si non de jure directeurs.

Enfin, il est important d'observer que si la clause de la loi de Pennsylvanie selon laquelle les directeurs doivent être choisis chaque année, eut l'effet que M. Rutherford affirme, à savoir: en rendant vacant le poste de chaque directeur au bout d'un an, il n'a lui-même pas de droit à son poste en tant que directeur ou président, car la charte exige que le président soit "choisi parmi les membres du Conseil d'administration chaque année". M. Rutherford affirme que, parce qu'il a été élu par les membres de la société pour être le président, cette élection constitue implicitement son élection comme directeur, bien qu'il n'ait pas été expressément élu ainsi. Cette revendication a été rejetée par notre Cour d'appel dans une affaire similaire (People ex rel Nicholl vs. New York Infant Asylum, 122 N. Y. 190.) S'il n'était pas en fait un directeur, l'erreur des membres de la société, en supposant qu'il était déjà un directeur et donc éligible à la présidence, ne le rendrait pas éligible légalement à être président ou ne le nommerait directeur légalement élu. Pour ces raisons entre autres, nous sommes d'avis que si les propositions de loi avancées par M. Rutherford étaient vérifiées et poussées à leur conclusion logique, elles le défairaient de son propre droit au poste de directeur et président.

Très sincèrement vôtre,
DAVIES, AUERBACH AND CORNELL

À:

MM.
A. I. RITCHIE,
J. D. WRIGHT,
I. F. HOSKINS,
R. H. HIRSH.

Celui de J. Fithian Tatem

Dans la brochure Facts for Shareholders, éditée par les quatres directeurs évincés de la Watch Tower, parut un article intitulé "Avis juridique par un membre du barreau de Philadephie", qui contient l'avis juridique de l'avocat J. Fithian Tatem, avocat de Philadelphie, en rapport avec les actions de Rutherford:[5]

Original en anglais Traduction en français

In view of the fact that Brother Rutherford based his action upon the opinion of a Philadelphia lawyer, it was thought advisable to have a competent member of the Philadelphia bar examine into these questions from the standpoint of the Pennsylvania Courts, so that we might view affairs as the lawyers of the home State of the Society would look upon them, and also to finally determine whether a capable Philadelphia lawyer would corroborate the opinion obtained by the President, or would corroborate the opinion rendered by Messrs. Davies, Auerbach & Cornell, of New York, who were the advisors of the Directors. That New York law firm stands at the head of the legal profession in New York, as any well-informed lawyer will agree if asked, and Mr. Tatem, whose opinion just rendered us follows, is experienced and careful and a well-versed man in corporate law.

The opinion follows:

It is my understanding that this Society is a corporation of the first-class, organized under paragraph two of the 2d Section of our Corporation Act, which provides for the organization of corporations for "the support of any benevolent, charitable, educational or missionary undertaking." In answer to your inquiry I beg to reply as follows:

1. A corporation legally organized according to the laws of the State in which it is incorporated becomes for all purposes a body politic, and in the absence of express prohibition in the laws of the State under which it is incorporated and of those jurisdictions where it proposes to do business, can do business anywhere. The laws of Pennsylvania contain no such prohibition; such a corporation should, on general principles, have a right to do business in the State of New York, unless to do so would be in violation of the statute of that State.

2. It is a general principle that "a meeting of the Directors of a corporation may be held outside of the State creating the corporation, unless the Charter or a statute expressly forbids such a meeting. The acts, proceedings and contracts of a meeting of the Board of Directors held outside of the State are valid and enforceable." (Cook on Corp., 7th Ed., 713 a.)

3. Instead of forbidding meetings of Directors outside the State of Pennsylvania, the provisions of the Act of Nov. 27, 1865 (Purdon’s Digest, Vol. 1, title "Corporations," Sec. 74), expressly authorize the holding of meetings of Directors either within or without the State, as a majority may from time to time appoint. This provision is, however, applicable only to those corporations where a majority of the Directors thereof are citizens of any other State. The only limitation is that the annual election for officers must be held in the State of Pennsylvania.

4. In my opinion the proviso of the Pennsylvania corporation act, which stipulates that three of the incorporators must be citizens of Pennsylvania, does not require that there shall at all times be three members of the Board of Directors citizens of this Commonwealth. The requirement applies only to the organization of the corporation. The cases which are sometimes referred to as sustaining the contrary opinion do not, in fact, deal with this question at all. I refer particularly to those cited in 1 Purdon 775, note i..Fs14b

5. It is further to be noted that the Charter of this Society, which was incorporated as above, under paragraph two of the 2d section of the Pennsylvania Corporation Act, which provides for the organization of corporations of the first class, as approved and certified by the Court, contains no provision which would require three Directors to be residents of the Commonwealth of Pennsylvania.

6. The Directors of a corporation hold over not only until the time for the next annual election of Directors, but until their successors are actually elected. During the time within which they hold over by reason of the failure of the corporation to legally elect their successors they are Directors in a full and complete sense, both de facto and de jure. During this time they may elect officers and can also be required to perform the duties enjoined by law with the same fidelity as regularly elected officers, and are likewise subject to the same liability for any failure of duty occurring during the term for which they may be holding over. (Cook on Corp., 7th Ed., Para. 713.) See also Penn. Milk Producers’ Assn., 20 Pa. C. C. Rep., 540; Jenkins vs. Baxter, 160 Pa. St., 199.

7. Under the corporation act of Pennsylvania, the power to fill vacancies in a Board of Directors is vested in the remaining members of the Board. Where the statute provides a definite method for doing a thing it must be followed rather than the method prescribed in the Charter, which is contrary to the statute and without authority.

8. The Charter of the corporation having provided that those who had contributed a certain sum were entitled to vote, the officers or Directors or even the Stockholders (so-called), would have no right to adopt a by-law which sets up another and contradictory test as to the right to vote, namely, that one must be in full harmony with the Society. Such a by-law could have no effect on the rights of those who had complied with the Charter provision and were therefore entitled to voting rights. The only way in which their rights could be taken away from them would be by a formal amendment of the Charter.

9. In regard to the Proxies to be used at an election, it is, of course, possible for a corporation to provide by duly adopted by-laws, that stock transferred within a certain number of days before the annual meeting shall not be voted. Such a provision makes it possible for the officers to prepare a list of Stockholders entitled to vote. In the absence of such a by-law stock can be transferred up to the date of the meeting, and Proxies can be presented at the meeting and voted. The officers should have a list of stockholders at the meeting, and should also have there the stock ledger and transfer book. As this is a Pennsylvania corporation, it must be remembered that under the provisions of our statute a Proxy dated more than two months prior to any meeting or election is invalid, and that the Proxy must be witnessed. (1 Purdon Corp., Para. 85.)

Trusting that I have answered in outline the more important questions which you submitted to me, I remain,
Yours very truly,
J. Fithian Tatem

Compte tenu du fait que Frère Rutherford basa son action sur l'opinion d'un avocat de Philadelphie, il a été jugé souhaitable que nous ayons un membre compétent du barreau de Philadelphie qui examine ces questions du point de vue des tribunaux de Pennsylvanie, de telle sorte que nous puissions voir les affaires telles que les avocats de l'État d'origine de la Société les verraient, et aussi pour finalement déterminer si un avocat capable de Philadelphie corroborerait l'opinion obtenue par le Président, ou bien corroborerait l'avis rendu par M.M. Davies, Auerbach & Cornell, de New York, qui étaient les conseillers des directeurs. Ce cabinet d'avocats de New York est à la tête de la profession juridique à New York, comme tout avocat bien informé sera d'accord si on lui demandait, et M. Tatem, dont l'opinion vient de nous être rendue, est un homme expérimenté et attentif et bien versé dans le droit des sociétés.

Vois l'avis:

Je crois comprendre que cette Société est une société de la première classe, organisée en vertu du paragraphe deux de la section 2d de notre Loi sur les Sociétés, qui prévoit l'organisation des sociétés pour "le soutien de toute entreprise bienveillante, charitable, éducative et missionnaire". En réponse à votre question je vous prie de répondre comme suit:

1. Une société juridiquement organisée selon les lois de l'État dans lequel elle est incorporée devient à toutes fins un corps politique, et en l'absence de l'interdiction expresse dans les lois de l'État en vertu de laquelle elle est constituée et de ces territoires où elle se propose de faire des affaires, peut faire des affaires n'importe où. Les lois de Pennsylvanie ne contiennent pas une telle interdiction; une telle société devrait, sur les principes généraux, avoir le droit de faire des affaires dans l'État de New York, à moins que cela ne soit en violation de la loi de cet État.

2. Il s'agit d'un principe général selon lequel "une réunion des directeurs d'une société peut être tenue en dehors de l'État de création de la société, à moins que la Charte ou qu'une loi n'interdise expressément une telle réunion. Les actes, procédures et contrats d'une réunion du Conseil d'administration tenues à l'extérieur de l'État sont valides et exécutoires". (Cook on Corp., 7th Ed., 713 a.)

3. Plutôt que d'interdire les réunions des directeurs en dehors de l'État de Pennsylvanie, les dispositions de la loi du 27 novembre 1865 (Purdon's Digest, Vol. 1, title "Corporations," Sec. 74), autorisent expressément la tenue de réunions des directeurs que ce soit au sein ou en dehors de l'État, comme la majorité peut l'arranger de temps en temps. Cette disposition est, toutefois, applicable uniquement aux sociétés où une majorité des directeurs de celle-ci sont des citoyens de n'importe quel autre État. La seule limitation est que l'élection annuelle des officiers doit être tenue dans l'État de Pennsylvanie.

4. À mon avis, la condition de la loi des sociétés de Pennsylvanie, qui stipule que trois des fondateurs doivent être des citoyens de Pennsylvanie, ne nécessite pas qu'il y ait en tout temps trois membres du Conseil d'administration citoyens de ce Commonwealth. Cette exigence s'applique seulement à l'organisation de la société. Les cas qui sont parfois considérés comme soutenant l'opinion contraire ne traitent pas du tout, en fait, de cette question. Je pense en particulier à ceux cités en 1 Purdon 775, note i..Fs14b

5. Il est en outre à noter que la Charte de cette société, qui a été constituée comme indiqué ci-dessus, en vertu du paragraphe deux de la section 2d de la loi sur les sociétés de Pennsylvanie, qui prévoit l'organisation des sociétés de la première classe, comme approuvée et certifiée par le Cour, ne contient aucune disposition qui exigerait trois directeurs devant être résidents du Commonwealth de Pennsylvanie.

6. Les directeurs d'une société conservent leur position non seulement jusqu'au moment de la prochaine élection annuelle des directeurs, mais aussi jusqu'à ce que leurs successeurs soient effectivement élus. Pendant le délai dans lequel ils conservent leur position du fait de l'échec de la société pour ce qui est d'élire légalement leurs successeurs, ils sont des directeurs dans un sens plein et entier, à la fois de facto et de jure. Pendant ce temps, ils peuvent élire les officiers et on peut également leur demander d'effectuer les devoirs imposés par la loi avec la même fidélité que les officiers régulièrement élus, et ils sont également soumis à la même responsabilité pour tout manquement à une obligation survenant au cours de la période pour laquelle ils peuvent conserver leur position. (Cook on Corp., 7th Ed., Para. 713.) Voir aussi Penn. Milk Producers’ Assn., 20 Pa. C. C. Rep., 540; Jenkins vs. Baxter, 160 Pa. St., 199.

7. En vertu de la Loi sur les sociétés de Pennsylvanie, le pouvoir de combler les postes vacants dans un Conseil d'administration est investi dans les membres restants du Conseil d'administration. Lorsque la loi prévoit une méthode bien définie pour faire une chose, cela doit être suivi plutôt que la méthode prescrite par la Charte, ce qui est contraire à la loi et sans autorité.

8. La Charte de la société ayant prévu que ceux qui avaient contribué à une certaine somme étaient habilités à voter, les directeurs ou administrateurs ou même les (soi-disants) actionnaires n'auraient pas le droit d'adopter un règlement qui met en place une autre épreuve contradictoire sur le droit de vote, à savoir, que l'on doit être en pleine harmonie avec la Société. Un tel règlement pourrait n'avoir aucun effet sur les droits de ceux qui s'étaient conformés à la disposition de la Charte et avaient donc droit à des droits de vote. La seule façon dont leurs droits pourraient être supprimés serait par le moyen d'une modification formelle de la Charte.

9. En ce qui concerne les procurations devant être utilisées lors d'une élection, il est, bien sûr, possible pour une société de prévoir, par des règlements dûment adoptés, que les actions transférées un certain nombre de jours avant la réunion annuelle ne seront pas votées. Une telle disposition permet aux officiers de se préparer une liste d'actionnaires habilités à voter. En l'absence d'un tel règlement, les actions peuvent être transférées à la date de la réunion, et des procurations peuvent être présentées à la réunion et votées. Les agents doivent avoir une liste des actionnaires lors de la réunion, et devraient également avoir là le registre des actions et le livre de transfert. Comme il s'agit d'une société de Pennsylvanie, il faut se rappeler qu'en vertu des dispositions de notre loi, une procuration datée de plus de deux mois avant toute réunion ou élection n'est pas valide, et que la procuration doit être assistée. (1 Purdon Corp, Para. 85.)

Confiant que j'ai répondu dans les grandes lignes aux questions les plus importantes qui vous m'ayez soumises, je reste,
Votre tout dévoué,
J. Fithian Tatem.

Voir aussi

Ressources sur le sujet

  • Bregninge, Poul (2013) (anglais), Judgment Day Must Wait: Jehovah's Witnesses — A Sect Between Idealism and Deceit, New York: YBK Publishers, pp. 134-43 (ISBN 978-1-936411-23-8)

Références

  1. Arrowup.png Bregninge, 2013, p. 140
  2. Arrowup.png Bregninge, 2013, p. 136
  3. Arrowup.png Bregninge, 2013, p. 141
  4. Arrowup.png "Lettre de l'avis juridique de Davies, Auerbach & Cornell" (23 juillet 1917) (anglais), New York, watchtowerdocuments.com
  5. Arrowup.png Ritchie, A.I.; Wright, J.D.; Hoskins, I.F.; Hirsh, R.H. (15 novembre 1917) (anglais), Facts for Shareholders, Brooklyn, New York, p. 14