Beth-Sarim

Un article de Témoins de Jéhovah: TJ-Encyclopedie, l'encyclopédie libre sur les Témoins de Jéhovah.
Aller à : navigation, rechercher
Beth Sarim (croquis).jpg

En 1929, Joseph Rutherford, deuxième président de la Société Watch Tower, fit construire une luxueuse villa sur les hauteurs de San Diego en Californie, qu'il nomma la maison de Beth-Sarim ou "maison des princes". Cette maison fut présentée à ses fidèles comme une construction faite pour glorifier Dieu, ayant pour but d'accueillir les futurs rois de la terre ressuscités, que Rutherford avait désignés comme ses véritables bénéficiaires dans un acte notarié. En attendant les "princes", Rutherford et son équipe[1] y résidèrent en hiver, puis à temps complet les trois dernières années de la vie de Rutherford, pour y travailler et en raison de la santé de ce dernier. Finalement, les "princes" ne vinrent pas et quelques années après la mort de Rutherford, la propriété fut vendue par la Société Watch Tower. Dans ses publications actuelles, quand l'organisation évoque la villa de Beth-Sarim, ce qui est très rare, elle en occulte totalement ce but et son luxe.

Acte notarié

L'acte notarié, rédigé par Rutherford et Robert J. Martin, un de ses proches suiveurs, fut certainement un des documents les plus surprenant qu'un notaire ait eu à voir, en ce qui concerne les véritables bénéficiaires originels de l'acte. Celui-ci est disponible dans le volume relié annuel de L'Âge d'Or du 19 mars 1930 (pp. 405, 406):

Age d'Or(Acte notarié)
Age d'or 2.gif
« Tant le cessionnaire que le cédant, JOSEPH F. RUTHERFORD, sont entièrement persuadés du témoignage de la Bible. La parole de Jéhovah Dieu et des preuves externes montrent que le royaume de Dieu est maintenant en cours d’établissement et qu’il en résultera des avantages pour les peuples de la terre; que la puissance et l’autorité du gouvernement seront invisibles aux hommes, mais que le royaume de Dieu aura des représentants sur la terre qui auront la charge des affaires des nations sous la surveillance du dirigeant invisible, le Christ; que parmi ceux qui seront ainsi les représentants fidèles et les gouverneurs visibles du monde il y aura David, qui a été une fois le roi d'Israël; et aussi Gideon, Barak, Samson, Jephthae et Joseph autrefois dirigeant de l'Égypte ainsi que Samuel le prophète et d’autres hommes fidèles nommés avec approbation dans le onzième chapitre des Hébreux dans la Bible. La condition consiste en ce que la WATCHTOWER BIBLE AND TRACT SOCIETY possèdera le titre de propriété perpétuellement pour l'utilisation de chacun ou de tous les hommes ci-dessus nommés représentants du royaume de Dieu sur la terre et que de tels hommes auront la possession et l'utilisation de cette propriété ci-dessus décrite dans le meilleur intérêt du travail pour lequel ils sont engagés. »
« Cette propriété a été acquise ainsi que les bâtiments construits dessus à la demande et sous la direction de JOSEPH F. RUTHERFORD et consacrée à Jéhovah Dieu et à Son Roi Christ qui est le dirigeant légitime de la terre et dans le but express d’être utilisée par ceux qui sont les domestiques de Jéhovah Dieu. Pour cette raison les dispositions faites dans cet acte font que la propriété sera pour toujours utilisée dans le but soumis ainsi que n’importe quelles dépendances qui pourront avoir été placées dessus. »
« IL EST DE PLUS CONVENU que JOSEPH F. RUTHERFORD tant qu'il sera vivant sur terre, et suivant le bail, l'acte ou le contrat, stipule que d'autres personnes connectées avec la WATCHTOWER BIBLE AND TRACT SOCIETY auront le droit de résider dans les locaux jusqu'à l'apparition de David ou de certains des autres hommes mentionnés dans le onzième chapitre des Hébreux et expose qu’une telle personne ou des personnes désignées par JOSEPH F. RUTHERFORD dans un tel bail ou dans une autre écriture aura le droit et le privilège de résidence dans les locaux jusqu'au moment où David ou certains des autres hommes en prendront possession, et que cette propriété et ces locaux étant consacrés à Jéhovah et à l’utilisation pour son royaume ils seront utilisés comme tels pour toujours. N’importe quelle personne prétendante à la possession de ces locaux devra prouver d’abord et s’identifier auprès des officiels appropriés de la Société susdite comme la personne ou les personnes décrites dans le chapitre onze des Hébreux. EN TÉMOIGNAGE DE QUOI le nommé ROBERT J. MARTIN et le nommé JOSEPH F. RUTHERFORD avons signé de nos noms ce 24ème jour de décembre 1929. »
« ROBERT J. MARTIN, JOSEPH F. RUTHERFORD »

Chronologie de la polémique

Dans le recensement de 1930, Rutherford était répertorié comme étant propriétaire de Beth-Sarim, qui était évalué à 25 000 ou 85 000 dollars (le chiffre ressemble autant à un un 2 qu'à un 8). Cette valeur était de très loin plus élevée que celle des autres maisons du quartier, qui oscillait entre 5 000 et 6 500 dollars. Il vivait alors au 4440 Braeburn Road, Kensington, de San Diego, aux côtés de la famille Balko — August, le gardin, sa femme Blanch, la cuisinière, et leur fille Bonnie —, ainsi que Bonnie Boyd et Donald Haslett, inscrits comme secrétaires.[2]

Beth-Sarim, vue de derrière

1930

Justification de la construction de Beth-Sarim dans les revues du mouvement

Aux même pages de ce numéro de L'Âge d'Or, Robert J. Martin, celui-là même qui a rédigé et signé l'acte avec Rutherford, justifia à sa façon cette construction en préambule de l'acte précédemment cité:

« Il n'est pas toujours commode de trouver un endroit confortable pour vivre quand il est nécessaire de louer une maison pendant quelques mois. Pendant les deux ans passés, plusieurs frères et moi-même, avons sollicité Frère Rutherford sur la nécessité d’avoir une maison à San Diego où il puisse vivre et faire le travail qui doit être fait. L'année dernière, en compagnie de quelques autres frères, nous avons appuyé cette question auprès de lui, à ce moment-là le Seigneur a fourni les moyens pour que la construction de la maison ne soit pas un fardeau pour la Société. Il a finalement consenti à la possibilité de construire cette maison à la seule condition que cette maison serve exclusivement au travail du seigneur, dorénavant et pour toujours et pas pour un quelconque gain privé de qui que ce soit. En octobre 1929, je suis allé en Californie, j'ai acquis la propriété du terrain en mon nom, j'ai passé un contrat avec le constructeur et la maison a été construite à mon nom. Je suis de nouveau allé en Californie au début de l'année 1930 pour clôturer les derniers détails de la construction. Je suis heureux d'y avoir pris part parce que je sais ce que cela signifie pour le travail du Seigneur. »
« Je suis sûr que le Seigneur aime le Frère Rutherford autant qu'il a aimé David. David a construit une maison pour lui et a ensuite pensé à la construction de celle pour le Seigneur. Après de nombreux souhaits répétés par les frères loyaux pour que la maison de San Diego soit construite, le frère Rutherford a refusé de la posséder pour lui-même à moins de l'utiliser pour le travail du Seigneur. Un acte a été écrit transmettant la propriété de la maison. Cet acte a été écrit par le frère Rutherford lui-même. Je suis certain qu'il n'y a aucun autre acte ou titre de propriété comme cela sous le soleil. Je suis reconnaissant au Seigneur d'avoir eu part à cela. L'acte est un enregistrement public tiré des enregistrements de San Diego, Californie, je suis donc libre de le publier et je soumets vraiment ici l'acte pour que tous puissent voir et comprendre comment le frère Rutherford a été insulté et calomnié par ceux qui blessent le travail du Seigneur. »
« Je suis certain que les fidèles ont été heureux d'aider à financer la maison quand l'occasion a été donnée et qu'ils se réjouiront quand ils sauront que cette propriété sera pour toujours pour le peuple du Seigneur; quand le frère Rutherford en aura fini, quelqu'un d'autre dans le travail du Seigneur l'aura et quand David et Joseph ou d'autres serviteurs du passé reviendront, ils l'auront. »

La maison de Beth-Sarim et son luxe, dans la presse

Quelles preuves a-t-on du luxe supposé de cette villa? Rutherford était à l'époque loin d'être discret, tant sur sa maison dont il devait tirer quelque fierté, que sur la venue de ses propriétaires légitimes. Il convia à plusieurs reprises la presse locale pour s'exprimer devant les média. Les journalistes ne purent qu'être frappés par le discours et par le luxe des lieux.

Time Magazine du 31 mars 1930
  • Time Magazine, 31 mars 1930, page 60:
« Grand, les yeux bleus, le juge Joseph Frederick Rutherford, vit dans un manoir espagnol de 10 pièces[3], No 4440 Braebum Rd, San Diego, Californie. La semaine dernière il a cédé par acte notarié le No 4440 Braebum Road, les deux garages à voitures adjacents et une paire d'automobiles au roi David, à Gideon, Barak, Samson, Jephthae, Samuel et divers autres puissants et anciens de Palestine. Il est sûr et certain qu'ils vont bientôt réapparaître sur la terre, il dit: "J’ai volontairement aménagé le terrain avec des palmiers et des oliviers pour que les princes de l'univers se sentent chez eux quand ils vont venir pour offrir aux hommes une chance d'être parfaits". »
  • San Diego Sun: Dans une interview donnée à ce journal et parue le 15 mars 1930, Rutherford fut interrogé sur la façon dont il comptait reconnaître les princes du passé:
« "Mais comment identifierez-vous le roi David ou les autres représentants de Dieu?", fut demandé à Rutherford. "J’ai pensé justement à tout ça avant d'écrire l'acte, répliqua le juge avec un scintillement dans ses yeux gris. J'ai envisagé la possibilité que quelques vieux hommes étranges arrivent de bon matin tout sourire en déclarant qu'ils étaient David. Les hommes que j'ai désignés pour tester l'identité de ces hommes sont des responsables de ma société et sont eux-mêmes consacrés par le Seigneur, ils sont divinement autorisés à différencier les imposteurs des vrais princes". »
Rutherford dans sa chambre à coucher

Et effectivement cela arriva. Il n'y eut d'ailleurs qu'un seul prétendant à la possession de la demeure. Ce fut l'occasion pour Rutherford de convoquer à nouveau la presse et de lui faire le tour du propriétaire. Le San Diego Sun du 9 janvier 1931 en fit le rapport:

« Un clochard émacié et mal rasé fut l'unique réclamant de la villa sud Californienne à 75 000 dollars de David, roi d'Israël, depuis qu'elle avait été cédée par acte notarié au personnage biblique un an plus tôt. Cela a été révélé aujourd'hui par le Juge James Rutherford, temporairement propriétaire de la villa espagnole richement meublée du 4440 Braebum Road dans le très huppé district de Kensington Heigts. Dans un des plus originaux actes notariés jamais enregistrés, Rutherford, président de l'association internationale des Étudiants de la Bible et de la Watch Tower Bible and Tract Society, a placé en dépôt la luxueuse propriété aux anciens rois et prophètes d'Israël. Le tueur de Goliath et ses compagnons pourront occuper les 10 chambres modernes de cette maison avec ses jardins aménagés et son patio dès que leurs lettres de créance auront été approuvées par Rutherford et les responsables de ses sociétés, divinement habilités à les reconnaître. "Un matin, comme j'allais de la maison au garage, une créature étrange s'approcha de moi, pointa son chapeau sale et cria: « Salut Juge, je suis David. » Je lui dis: « Va dire ça aux vents » et il partit sans discuter. J'avais pu voir en un clin d'œil que ce n'était pas David. Il n'avait pas l'air de ce à quoi je savais que David devait ressembler." Interrogé sur l'apparence attendue de David et ses frères distingués, Rutherford, sans hésitation, ouvrit son énorme Bible et pointa sur un verset disant que les princes de l'Univers seraient réveillés de la mort "en tant qu’hommes parfaits". "Je pense que cela signifie, déclara le grand Juge Rutherford plein de dignité, que David, Gideon, Barak, Samson, Jephthae, Joseph and Samuel seront envoyés ici pour arracher le monde des griffes de Satan, vêtus de vêtements modernes comme nous, et capables, avec peu d'efforts, de parler notre langue." Rutherford dépeint l'arrivée de la délégation biblique habillée de manteaux, de grands chapeaux, de canes et de demi-guêtres.
Rutherford et une de ses deux luxueuses Cadillac
À Beth-Sarim (Maison des Princes), comme Rutherford a nommé sa villa, David trouverales appareils les plus modernes que la science a inventés. Quand les distingués invités emprunteront la cage d'escalier circulaire menant au second étage, ils trouveront un grand cabinet avec des chaises en cuir rouge et un plateau de bureau miroitant surplombé par des lumières inversées. Des téléphones français attendent également les doigts des princes. En ouvrant une large porte, les fils natifs de la Palestine découvriront une grande salle de bain au carrelage noir reluisant, avec une douche encastrée et un coffre à médecine abondamment rempli. C'est avec un frisson dans le dos que Samson, qui détruit un palais à mains nues, pourra découvrir un rasoir de sécurité en or avec une bande de cuir pour l'aiguiser. Rutherford a construit une chambre au deuxième étage, qu'il occupe temporairement, suffisamment large afin de pouvoir recevoir plusieurs des propriétaires attendus. Avec une grande baie donnant sur le Cuyamacas pourpre à l'Est et la première mission de Californie au Nord, la chambre est presque sévère dans son ameublement. Les rois de l'Univers auront des goûts simples, le juge le croit apparemment, bien que le bout des austères tables de sport soient gaiement couvertes de magazines de fiction. Rutherford a importé du Cognac et de l'eau de Cologne d'Allemagne pour rafraîchir les faces princières après s'être rasées. Un chapeau noir est accroché à un des bords du lit. "La venue de David et de ses compagnons sera la meilleure nouvelle de tous les temps, prédit Rutherford. Je ne cherche pas la publicité, dit Rutherford avec un scintillement dans ses yeux marrons, mais je sens que le monde doit être au courant de leur arrivée. Ce sera une excellente nouvelle. La parole de cette « maison du roi David » atteindra tous les points de la terre, affirma le juge. Partout où je vais, des gens m'interrogent à propos de cet endroit, dit Rutherford. À Chicago, un industriel millionnaire offrit de construire une autre maison pour David, mais j'ai décliné son offre. Il y a littéralement des milliers de gens qui sont venus ici pour voir cet endroit, continua Rutherford. Beaucoup sont venus à la porte et mon secrétaire leur a fait découvrir les lieux. Le patio, avec sa piscine argentée, ses palmiers et ses oliviers, est égayé par des fleurs. Descendant en direction du canyon, les sentiers ont été aménagés pour permettre à David et ses amis d'y méditer en marchant. Un grand nombre de fruits et d’arbres, originaires de Palestine, accueilleront les rois quand ils arriveront. Dans les deux garages à voitures de la maison voisine nouvellement construite, un coupé 16 cylindrés jaune sera légué aux rois avec tous les biens personnels de la propriété. Tout sera à eux, la maison, le terrain, l’ameublement, et même les vêtements s'ils en ont besoin, dit le juge Rutherford. Que ferais-je? Oh, ne vous inquiétez pas. Je m'arrangerai au mieux." Le juge sourit. Il a une autre résidence 'Watch Tower' à Staten Island et pratiquement un étage entier du Béthel. "Les sept célèbres hommes n'auront pas à rester très longtemps dans leur résidence de San Diego parce qu'ils conduiront bientôt les forces du Seigneur pour vaincre les serviteurs de Satan à la bataille d'Armageddon, croit Rutherford. Mais ils gagneront.
La maison de Beth-Sarim
Le Seigneur punira le Diable et montrera que les prêcheurs et les politiciens avaient donné aux gens de mauvais conseils", dit Rutherford confiant. Rutherford prendra la mer le 9 mai pour l'Europe où il s'exprimera lors d'assemblées à Berlin, Paris et Londres. »

Il faut rester conscient du contexte historique de cette construction: c'était en 1930, soit quelques mois seulement après le terrible crash boursier de 1929. C'est donc la récession. Toutes les industries avaient baissé leurs rendements et leurs bénéfices avaient chuté. La consommation était presque réduite à néant. C'est dans ce contexte économique catastrophique que Rutherford se fit payer une luxueuse villa sur le district le plus huppé de San Diego. Non seulement il vécut dans un luxe indécent, mais en plus il le fit au détriment de ses adeptes que la situation économique rapprochait du seuil de pauvreté. Ce paradoxe sembla ne pas avoir échappé à la presse qui ne ménagea pas Rutherford pour ses goûts de luxe.

1931

Messenger recomposé- 2.jpg

En réponse à ses rapports de presse négatifs, le magazine The Messenger daté du 25 juillet 1931 et publié lors d'une convention de la Watch Tower, consacra plusieurs pages à la maison de Beth-Sarim, avec de nombreuses photos à l'appui ([1], [2], [3], [4]). L'histoire de la naissance de Beth-Sarim y fut rapportée:

« Le Juge Rutherford, président de la Société Watch Tower, est un des hommes les plus travailleurs du monde. N'importe qui peut être un chrétien en temps de paix, mais le Juge a été l'un des chrétiens de temps de guerre; et pour l'avoir été jusqu'au bout, il est allé au pénitencier d'Atlanta sous quatre condamnations de vingt ans chacune. Quand il en est sorti, il était dans une triste condition physique et aujourd'hui encore, il n'a l'usage que d'un seul poumon. Depuis son retour d'Atlanta, la prudence et le bon sens voulait qu'un homme travaillant aussi dur que lui bénéficie du climat hivernal le plus clément qui peut être trouvé. Il est bien connu de tous les météorologues que le climat de San Diego en Californie est un climat aussi proche que possible de la perfection. [...] Durant plusieurs années après sa sortie de prison, le juge Rutherford est allé à San Diego pour travailler durant les mois d'hiver, louant dans un type de quartiers pouvant être sécurisé. Son médecin, le Dr.A.G. Eckols de San Diego, l'encourageait à faire de cette ville sa résidence hivernale permanente et dans la dernière partie de l'année 1929, quelques frères, utilisant leurs fonds personnels, arrangèrent la construction de Beth-Sarim, "la maison des princes" [...]. Avant que le Juge Rutherford accepte et utilise la maison, il a insisté pour écrire l'acte notarié qui la lègue perpétuellement et en confiance à la Société Watch Tower dans le but de l'utiliser pour le travail des princes sur terre, avec l'espoir que le moment venu, Abraham, Melchisedec, Joseph, Moïse, Joshua, David, Isaïe ou n'importe lesquels des patriarches ou prophètes des temps anciens apparaitront et seront heureux d'utiliser cette maison qui a été préparée pour un ou plusieurs d'entre eux au seuil du monde nouveau. Le climat est le même qu'en Palestine. L'endroit est planté de palmiers et dattiers, comme il doit être familier et plaisant à la vue de ces hommes. Pour le juge Rutherford, dédier cette maison au travail du Seigneur et à l'usage de ces hommes était un simple acte de foi. »

Hormis le fait de justifier la construction de cette maison par la maladie de Rutherford et de faire une présentation du "lac" que certains journalistes ont prétendu de plusieurs acres, alors qu'il ne s'agissait en réalité que d'un bassin, l'article ne répond à aucune des accusations des journaux sur le luxe de Beth-Sarim. Au contraire, en comparant les critiques à Judas se plaignant auprès de Jésus que l'huile coûteuse qui était répandue sur sa chevelure aurait pu être vendue pour en donner les bénéfices aux pauvres, l'article reconnaît implicitement la véracité des accusations.

1939

Donc pour résumer, Rutherford, physiquement affaibli, se fit construire une sublime demeure en expliquant qu'il n'assurait que l'intérim avant que les véritables propriétaires ne ressuscitent pour venir prendre possession de leur bien. Et celui-ci, sans doute convaincu de l'accomplissement de cette prophétie, se fait fort de présenter à ses fidèles cette maison comme une construction faite pour glorifier Dieu en accueillant les futurs rois de la terre ressuscités, et non pour lui. Cela est clairement visible dans le livre Salut, écrit par Rutherford en 1939. À la page 272, voici comment il s'exprime à propos de Beth-Sarim:

Bethsarim4pa.gif
« Beth-Sarim »
« En 1929 fut construite, sur un petit domaine à San Diego, en Californie, une maison qui porte le nom de Beth-Sarim, mot qui, en hébreu, signifie "Maison des Princes". Le but de l'acquisition de ce terrain et de la construction de cette demeure est de prouver d'une façon tangible qu'aujourd’hui certains hommes ayant une foi absolue en Dieu, en Christ et en son Royaume, sont persuadés que le Tout-Puissant ressuscitera bientôt ses dévoués serviteurs des temps anciens pour leur confier la direction des affaires de ce monde. Cette propriété qui appartient à la Watch Tower Bible and Tract Society, est à la disposition du Président de la Société et de ses collaborateurs jusqu'au moment où elle sera remise aux "princes" de la terre revenus. Il est vrai que tout ce que renferme notre planète appartiendra alors au Seigneur, et que ni lui ni les princes n'ont besoin que d'autres leur bâtissent des maisons. Mais il fut reconnu qu'il était bon et agréable à Dieu d'édifier cette habitation pour rendre témoignage à son glorieux nom, car c'est là une puissante manifestation de foi de la part de ceux qui attendent la réalisation des desseins du Très-Haut. De nombreuses personnes connaissent la destination de cette demeure. Les incrédules ont donné libre cours à leurs sarcasmes, mais elle n'en est pas moins un témoignage au nom de Jéhovah. Quand quelques princes ressuscités l'habiteront, les moqueurs seront confondus et la foi de ceux qui firent construire Beth-Sarim sera justifiée. »

Cela faisait alors dix ans déjà qu'il occupait les lieux et qu'il tenait le même discours à propos du retour des princes. Il faut remarquer les termes qu'il utilise: "petit domaine", "maison"; autant de termes ayant pour but de cacher l'opulence de l'habitation, peut-être en réponse aux accusations portées par la presse.

1942

Bsleft.jpg

Trois ans plus tard, après la mort de Rutherford, l'organisation des Témoins de Jéhovah insista encore et déclara que cette demeure était réservée pour l'hébergement des princes, ce qui était censé représenter un puissant témoignage de leur foi dans le monde nouveau. The New World, 1942, à la page 104, dit:

« Dans cette expectative, la maison de San Diego, Californie, maison qui fut mise en vedette par les ennemis religieux dans une intention malveillante, fut construite en 1930 et appelée Beth-Sarim, signifiant "maison des princes". En confiance, elle sera réservée pour l'hébergement des princes lors de leur retour. Les faits les plus récents démontrent que les religieux de ce monde condamné grincent des dents à cause du témoignage que cette "maison des princes" apporte au monde nouveau. »

Le numéro de L'Âge d'Or du 19 mars 1930 le laissa entendre, puis le magazine The Messenger, daté du 25 juillet 1931, l'expliqua de manière claire: plusieurs fidèles avaient contribué à l'achat de cette propriété. Toutefois, le Consolation du 27 avril 1942 prétendit qu'un seul contributeur fortuné aurait été à l'origine de cette maison et que Rutherford n'aurait pas sollicité ce don. De plus, la revue insista sur le fait qu'il s'agissait, non pas d'un lieu de villégiature, mais de travail, allant jusqu'à établir une comparaison entre Rutherford et les apôtres du Ier siècle, au niveau du travail et de la persécution. Un fois de plus, il semble que la Société Watch Tower répondait à des accusations portant sur le financement et la finalité de la maison de Beth-Sarim, qui devenait probablement de plus en plus encombrante pour l'organisation, d'autant plus que les "princes" des temps anciens se faisaient attendre...

Enfin, une autre version des faits fut donnée par l'auteur anonyme du livre The Four Presidents of the Watch Tower Society, qui prétendit avoir eu une conversation avec Hayden C. Convington alors qu'il avait un peu trop bu et était à l'époque vice-président de la Société Watch Tower. Durant cette discussion, il aurait prétendu que l'argumentation théologique de Beth-Sarim avait été concoctée sur mesure par Frederick Franz avec l'aide de Nathan Knorr, pour se débarrasser de la présence du Juge Rutherford au Béthel de Brooklyn.[4]

Beth-Sarim: Un tombeau pour Rutherford?

Tombeau inachevé de Rutherford à Beth-Sarim - Photo Edmond C Gruss.

Peu avant sa mort, Rutherford émit le désir d'être enterré au milieu des 100 acres de terre de la propriété de Beth-Sarim. Selon son défenseur, Heath, il voulait suivre la tradition de Joseph, Jacob et Abraham qui avaient voulu se faire enterrer en terre promise, tandis que lui voulait se faire inhumer sur le lieu qui verrait les "princes" gouverner sur terre. De plus, Rutherford demanda à être enterré face à soleil levant, car selon lui, Jésus était appelé "le Roi de l'Est" dans la Bible.[5]

Le Consolation du 27 avril 1942 raconta l'histoire de cette tentative d'enterrement comme suit:

Trois semaines avant la mort de Rutherford, une société de cimetière fut créée,[6] composée de membres de la "famille" de Beth-Sarim, et un emplacement sur la propriété fut rétrocédé à cette société. Le jour de la mort de Rutherford, lorsque cette société demanda aux autorités locales le permis d'inhumer le corps, elle apprit qu'une loi de 1940 restreignait le droit d'enterrer dans cette région, et qu'il lui fallait demander auprès du conseil des superviseurs, ainsi que la Commission du Planning, un permis conditionnel pour créer un cimetière. Mis au courant, 259 propriétaires des environs signèrent une pétition contre l'enterrement de Rutherford sur les lieux; de leur côté les défenseurs du projet récoltèrent 1070 signatures de personnes habitant le Comté de San-Diego.[7] Deux semaines après, la première demande fut refusée alors que le corps était encore à la morgue.

L'inquiétude des propriétaires semble s'être focalisée sur plusieurs points: la peur d'un mausolée imposant et visible qui aurait réduit la valeur immobilière du quartier, la possibilité d'un lieu de pèlerinage, la multiplication des tombes sur le site.
Ruth10.jpg
Pour la défense du projet, Heath assura que le lieu ne servirait qu'à la tombe de Rutherford et que celle-ci serait invisible.

Face au refus, les Témoins de Jéhovah proposèrent un deuxième emplacement sur la propriété de Beth-Shan attenante à la propriété de Beth-Sarim, et portèrent en parallèle l'affaire devant la Cour supérieure du Comté.

Le 14 mars, après inspection des lieux, le conseil des superviseurs refusa aussi le lieu, même s'il était encore plus inaccessible que le premier et que le voisin le plus proche était d'accord pour l'enterrement. Selon la revue du mouvement, l'unique raison invoquée (les autres ayant été éliminées) vient de la notoriété (négative) de Rutherford.

Une dernière confrontation eu lieu en justice avec les différentes parties réunies, et le juge donna raison aux officiels du Comté. Ne pouvant attendre un appel devant la Haute Cour de la Californie qui aurait pris un an, le corps de Rutherford fut transporté et enterré à Staten Island (New-York) le 25 avril 1942 sur le site de la radio WBBR où il fut inhumé dans la concession de la société sur ce lieu.

Beth-Shan: En face de Beth-Sarim, un abri anti-aérien pour Rutherford

L'abri antiaérien de Beth-Shan en 2002

Sans la controverse sur le lieu d'enterrement de Joseph Rutherford, ni les fidèles, ni le grand public n'auraient jamais connu l'existence d'une deuxième propriété des Témoins de Jéhovah à San-Diego, attenante à Beth-Sarim, seulement séparée de celle-ci par un petit canyon et appelée Beth-Shan, la "maison de sécurité".

Le numéro de Consolation qui présenta cette propriété comme le second site proposé pour l'enterrement de Rutherford, la décrit comme possédant une grande et une petite habitations, ainsi que plusieurs autres dépendances sur un terrain de 75 acres (65 acres de terrain naturel et 7 acres de terre cultivée), séparée de Beth-Sarim d'un-demi miles par le canyon.

D'autres informations furent apportées grâce aux investigations d'Edmond Gruss qui a retrouvé l'un des propriétaires de cette maison après qu'elle ait été vendue par la Société Watch Tower en 1945, nommé Fred Eason:

Vue d'avion de Beth-Shan avec la "grange aux chèvres" (Photo Edmond Gruss)
  • D'une manière assez équivalente à Beth-Sarim, l'acte d'achat de cette propriété fut rédigé le 3 février 1939 au nom de William Heath, secrétaire particulier de Rutherford et le suivant partout où il allait, acte qui transférait la propriété à la Société Watchtower le 20 mai 1940, pour les futurs 'princes' qui allaient régner sur terre.
  • Les travaux de construction, semble-t-il faits de manière assez secrète, se déroulèrent en 1939.[8]
  • La propriété, en dehors de la maison où la famille Heath a résidé,[9] comprenait une "maison pour un gardien,[10] une grange à cheval et une étable, une grange pour des chèvres et un abri pour des équipements. Il y avait un réservoir souterrain de 12 000 litres pour le gasoil, un générateur électrique actionné par un diesel et un atelier, l'eau était fournie par un puits de 150 mètres de profondeur et était connectée à un réservoir sous pression de 7.000 litres et à un réservoir de stockage en acajou de 70 000 litres. Il y avait deux bouches d'incendie et l'eau était reliée à la maison et aux granges". Cette maison pouvait fonctionner de façon autonome. [11]
  • Le bâtiment appelé "la grange aux chèvres" situé à 80 mètres de la maison principale contenait un abri anti-aérien souterrain secret de dix mètres sur cinq dans lequel on entrait grâce à un système de levier dissimulé dans la salle de bain du bâtiment.
  • La propriété fut vendue par la Société Watchtower en 1945, quelques années avant Beth-Sarim.

La finalité de cette propriété fut naïvement révélée dans un avis contenu au début de La Tour de Garde du 1er juin 1940, page 162, qui critiqua "une fausse rumeur qui circul[ait] parmi les Témoins de Jéhovah comme quoi Beth-Sarim serait agrandie pour être transformée en place de sécurité". Bien sûr, l'avis nia que cela soit la vérité et encouragea les partisans de la Théocratie à "véhiculer le message du Royaume plutôt que les imaginations fausses de certains".[12] Pourtant quelques années après, les faits démontrèrent qu'il ne s'agissait pas là d'une fausse rumeur, en dehors peut-être de savoir qui avait réellement effectué les travaux et avec quel argent.

Vente de Beth-Sarim

Vue aérienne Beth-Sarim de nos jours

Après la mort de Rutherford, le nouveau président Nathan Knorr, qui travaillait en étroite collaboration avec Frederick Franz, n'eut pas la même vision de l'avenir que Rutherford. Alors que ce dernier voyait la guerre finir par une victoire du totalitarisme et par la bataille d'Har-maguédon, Knorr, pour sa part, vit une (courte?)[13] période de paix après la guerre, qui nécessitait un programme d'évangélisation mondiale. Consacrant les ressources financières du mouvement à agrandir ou construire des imprimeries et des filiales, et les ressources humaines à se former pour devenir des prédicateurs efficaces, Knorr ne vit aucun avenir pour Beth-Sarim. Après une inspection en février 1947, c'est en août de cette même année qu'il annonça, lors d'une assemblée à Los Angelès le désir de la Société de vendre la maison. Il invoqua le fait que ce bâtiment ne servait en rien au travail d'expansion en cours, qu'il avait pleinement atteint son but et qu'il était un domaine cher à entretenir; de plus, d'un point de vue théologique, il affirma que les "princes" n'étaient pas à attendre dans un endroit particulier, mais par toute la terre[14]

Selon certains sites web, la vente de Beth-Sarim aurait eu lieu en 1948.

Beth-Sarim dans les publications actuelles

Vue du dehors du Patio vers le Parloir du Soleil

Il est intéressant d'examiner la différence entre la version présentée actuellement par la Société Watch Tower pour justifier cette construction, et les raisons invoquées à l'époque par Rutherford.

  • Annuaire des Témoins de Jéhovah, 1975, pp. 193-94:
« JOURS DU CRÉPUSCULE À BETH-SARIM »
« En novembre 1941, la grave maladie dont souffrait frère Rutherford avait progressé, si bien qu'il dut se faire opérer à Elkhart, dans l'Indiana. Après, il exprima le désir d'aller en Californie. Il fut donc amené à une maison appelée "Beth-Sarim", à San Diego. Depuis quelques temps déjà, il était manifeste pour ses collaborateurs et les meilleurs médecins consultés qu'il ne se remettrait pas de sa maladie. Précisons, en peu de mots, qu'après l'incarcération injuste qu'il avait subie en 1918-1919, à cause de sa fidélité à Jéhovah, frère Rutherford avait fait une grave pneumonie. Cette maladie ne lui avait laissé qu'un seul poumon valide, si bien que les hivers de New York le mettaient pratiquement dans l'impossibilité de s'acquitter de ses devoirs de président de la Société. Dans les années vingt, il suivit un traitement médical à San Diego. Le climat lui convenait particulièrement bien, et son docteur l'encouragea à passer le maximum de temps possible à San Diego. Finalement, Rutherford suivit ce conseil. Au bout d’un certain temps, quelqu'un fit un don en vue de la construction d'une maison à San Diego, à l'usage de frère Rutherford. Cette maison ne fut pas bâtie aux frais de la Société Watch Tower. À propos de cette propriété, le livre Salut, publié en 1939, déclarait: "En 1929 fut construite sur un petit domaine à San Diego, en Californie, une maison qui porte le nom de Beth-Sarim. [...] Après leur départ, frère Rutherford continua de s'affaiblir et, environ trois semaines plus tard, le jeudi 8 janvier 1942, il acheva fidèlement sa course terrestre et reçut des privilèges de service plus grands dans les cours de son Père céleste". À 17 h 15 le même jour, la nouvelle de sa mort fut communiquée par téléphone au siège de l'œuvre à Brooklyn. »
La propriété de Beth-Sarim de nos jours. Le cercle rouge représente l'emplacement du tombeau inachevé de Rutherford
« En sortant de prison en 1919 après un internement injuste, frère Rutherford a contracté une grave pneumonie, qui lui a lésé irrémédiablement un poumon. Dans les années 20, sous traitement médical, il s'est rendu à San Diego (Californie), le médecin lui ayant recommandé d'y passer autant de temps que possible. À partir de 1929, frère Rutherford travaillait l'hiver dans une maison de San Diego qu'il avait nommée Beth-Sarim. Beth-Sarim avait été construite grâce à un don fait spécialement dans ce but. L'acte, publié intégralement dans L'Âge d'Or du 19 mars 1930 (en anglais), faisait de Joseph Rutherford le propriétaire de cette maison, et après lui la Société Watch Tower. Au sujet de Beth-Sarim, le livre Salut, paru en 1939, explique: "'Beth-Sarim', mot qui, en hébreu, signifie 'Maison des princes'. Le but de l'acquisition de ce terrain et de la construction de cette demeure est de prouver d'une façon tangible qu'aujourd'hui certains hommes ayant une foi absolue en Dieu, en Christ et en son Royaume, sont persuadés que le Tout-Puissant ressuscitera bientôt ses dévoués serviteurs des temps anciens pour leur confier la direction des affaires de ce monde." Quelques années après la mort de frère Rutherford, le conseil d'administration de la Société Watch Tower a décidé de vendre Beth-Sarim. Pourquoi? La Tour de Garde du 15 décembre 1947 (en anglais) a expliqué: "Elle avait pleinement rempli son rôle et n'était plus maintenant qu'un témoignage dont l'entretien était assez coûteux; notre foi dans le retour des hommes du passé que le Roi Christ Jésus fera princes par TOUTE la terre (et pas seulement en Californie) repose, non sur cette maison Beth-Sarim, mais sur la Parole divine de promesse." »
Une photo récente de la propriété de Beth Sarim, prise en 2008

Le livre Les Témoins de Jéhovah: prédicateurs du Royaume de Dieu, édité par la Watch Tower, se proposa de retracer l'histoire de l'organisation des Témoins de Jéhovah de façon honnête et objective. Il n'en est rien, comme le prouve la présentation tendancieuse et malhonnête des faits en rapport avec la maison de Beth-Sarim: d'une part, il n'est évidemment pas fait état du luxe et des dimensions de cette maison, et d'autre part et surtout, un des deux buts invoqués à l'époque, à savoir le discours prophétique concernant le retour des princes utilisé par Rutherford pour justifier cette construction, est complètement dissimulé. Il est évident que la Société Watch Tower s'est fait forte d'oublier et de faire oublier cet épisode peu reluisant de son histoire.

Ressources sur le sujet

Sur Beth-Sarim
Sur le tombeau de Rutherford à Beth-Sarim
Sur Beth-Shan

Références et remerciements

  1. Arrowup.png Dans sa déposition dans le procès Moyle contre Watch Tower, le secrétaire particulier de Rutherford William P. Heath affirme que résidaient dans cette maison Rutherford, Heath et sa femme Bonnie Boyd et un autre secrétaire Monsieur Keller. Transcript du procès page 1298. Bonnie Boyd ajoute plus loin que les dernières années de la vie de Rutherford, il faudra ajouter à cette équipe la femme de Rutherford invalide, qui n'habitait plus avec lui depuis longtemps; néanmoins à ce moment les Heath ont déménagé dans la villa de la Société Watch Tower adjacente à Beth-Sarim: Beth-Shan
  2. Arrowup.png Leolaia (2009) (anglais), "Rutherford Exposed: The Story of Berta and Bonnie, jehovahs-witness.net. Consulté le 24 février 2012
  3. Arrowup.png 4 chambres, trois salles de bain, une salle à manger, un salon, une cuisine - Témoignage de Bonnie Boyd Heath dans le procès Moyle contre Watch Tower, page 1385
  4. Arrowup.png Guss, Edmond C. (2003) (anglais), The Four Presidents of the Watch Tower Society, Xulon Press, p. 31 (ISBN 978-1594671319)
  5. Arrowup.png Consolation, 27 mai 1942, page 6
  6. Arrowup.png Du nom de Beth-Sarim's Rest
  7. Arrowup.png L'article déclare que les signatures obtenues durant toute l'affaire s'élevèrent à 14 693 et venaient toutes de personnes de "bonne volonté", donc Témoins de Jéhovah et sympathisants en majorité.
  8. Arrowup.png Témoignage de William P. Heath dans le procès Moyle contre Watch Tower, p. 1297
  9. Arrowup.png Cette famille était composée de William Heath et de sa femme Bonnie Boyd, tous deux secrétaires particuliers de Rutherford. Cette information fut confirmée par le témoignage de Bonnie Boyd lors du procès Olin Moyle, p. 1385 du transcript. Avant la construction, le couple vivait à Beth-Sarim.
  10. Arrowup.png William P. Heath mentionna deux autres habitants de la maison principale: Robert Astel et Joe Lubeck, un prédicateur et un fermier. Voir p. 1297 du procès Olin Moyle
  11. Arrowup.png Beth-Shan, sur Tjrecherches
  12. Arrowup.png Original en anglais:
    « FALSE REPORTS: Some unreliable person are responsible for the circulation of a report that Beth-Sarin is being enlarged as a place of security and that this is being built by the Society. There is absolutely one word of truth in the report. Those who are interested in the Theocracy would better be circulating the kingdom message, rather than false imaginations of others. »
  13. Arrowup.png Bien que Knorr présenta cette idée d'une courte période de paix, tous les investissements et programmes qu'il lança en vue d'une campagne mondiale de prédication ne pouvaient voir leur pleine réalisation que dans la durée.
  14. Arrowup.png La Tour de Garde, 15 décembre 1947, p. 382:
    « Brother Knorr then discussed farm and refuge places which served no good purpose in the expansion work and which were accordingly being disposed. This led logically to his refering to the Society's property in San Diego, Californy to wit, the house of Beth-Sarim meaning "House of Princes". The audience, now grown to 32,107, applauded when informed that the Society's board of directors had voted unanimously to dispose of Beth-Sarim, either by outright sale or by rent, because it had fully served its purpose and was now only serving as a monument quite expensive to keep; our faith in the return of the men of old time whom the King Christ Jesus will make princes in ALL the earth (not merely in California) is based, not upon that house Beth-Sarim, but upon God’s Word of promise. »
  • Merci à Nicolas Jacquette pour m'avoir permis d'utiliser le fruit de ses recherches.

Localisation de Beth-Sarim

  • Adresse: 4440 Braeburn Road, San Diego, Californie, USA
  • Latitude: 32°46'16.19"N
  • Longitude: 117° 5'56.59"O

<googlemap controls="small" overview="yes" scale="yes" zoom="19" lon="-117.09895" lat="32.77141"> 32.718834, -117.163841, San Diego, CA, USA 32.771046, -117.099319, Braeburn Rd 32.771046, -117.099319, Braeburn Rd 32.771046, -117.099319, Braeburn Rd 32.770492, -117.099366 32.771261, -117.098977, Beth-Sarim </googlemap>