Collège Central

Un article de Témoins de Jéhovah: TJ-Encyclopedie, l'encyclopédie libre sur les Témoins de Jéhovah.
Aller à : navigation, rechercher

Le Collège Central, appelé Governing Body en anglais, est l'ensemble des dirigeants spirituels du mouvement qui supervisent l'organisation des Témoins de Jéhovah depuis le Béthel de Brooklyn.[1] Ce corps dirigeant prend la responsabilité de formuler les règles et les doctrines, la production de matériel pour les publications et les assemblées, et l'administration du personnel des filiales dans le monde entier.[2][3] Jusqu'en 2012, le Collège Central fut décrit dans les publications jéhovistes comme le représentant et le "porte-parole" de la "classe de l'esclave fidèle et avisé" de Dieu (environ 11 000 Témoins de Jéhovah professent actuellement être "oints"),[4][5][6][7] avant d'être finalement identifié comme étant la totalité de cet esclave. Les membres du Collège se présentent eux-mêmes davantage comme des disciples du Christ plutôt que comme des chefs religieux.[8]

La taille du Collège a varié au cours du temps, avec pas moins de dix-huit membres de 1974 à 1980;[9] depuis décembre 2010, il est composé de sept membres,[10] qui prétendent tous faire partie de la classe des oints avec une espérance de vie céleste.[11][12] Ses membres ne sont pas élus; fonctionnant sur le mode de la cooptation, ce sont les membres qui composent déjà le groupe qui invitent d'autres à l'intégrer.[13]

Approche théologique

Indices bibliques

L'appellation "Collège Central" n'apparaît pas dans la Bible. Dans le Nouveau Testament, en rapport avec le judaïsme de l'époque, il est question du vocable grec presbuterion que l'on traduit généralement par "collège des anciens". En Actes 22:5, il est fait mention de pan to presbuterion ("tout le collège des anciens"), lorsque Paul prit comme témoins devant la foule de Jérusalem, le "Grand Prêtre et tout le collège des anciens" (TOB) pour construire sa défense. Ainsi l'expression grecque pan to presbuterion servit à désigner dans la religion juive, les anciens de Jérusalem regroupés dans une fonction commune au sein du Sanhédrin.

Ce n'est que tardivement, sous la plume de l'auteur de la première épître à Timothée, que l'on utilise en 1 Timothée 4:14 le même substantif, mais cette fois-ci pour désigner le collège des anciens d'une église. Il s'agit peut-être de l'église d'Éphèse puisque dans l'exordium de l'épître il est demandé à Timothée de demeurer à Éphèse, avec pour mission d'enseigner (1 Timothée 1:3). Les différentes épîtres du Nouveau Testament émettent l'existence d'une représentativité dirigeante à l'intérieur même des églises locales disséminées dans le bassin méditerranéen. Elles apparaissent comme indépendantes les unes des autres, et il n'existe aucun texte qui fasse référence à une consultation d'un collège central de Jérusalem — censé représenter le groupe de Brooklyn — par la hiérarchie d'une ecclésia — la grande foule dans les congrégations internationales.

L'événement mentionné dans les Actes d'apôtres concernant la polémique sur la circoncision ne peut être invoqué comme un exemple représentatif d'une pratique quotidienne et instituée. Cependant, c'est cet événement que les Témoins de Jéhovah citent dans leurs publications et qui leur fait dire: "[Le Collège Central] avait la responsabilité d'examiner les problèmes qui touchaient les chrétiens où qu'ils soient. Il envoyait des lettres et des décrets, qui fortifiaient les congrégations et permettaient aux disciples de préserver leur unité de pensée et d'action. Comme les congrégations obéissaient à la direction du collège central, Jéhovah les bénissait et elles prospéraient. (Actes 8:1,14,15; 15:22-31; 16:4,5)".

Or, si le chapitre 15 des Actes fait bien mention d'un envoi de Paul et de Barnabas à Jérusalem, cette décision fut prise par "les frères" de l'église d'Antioche et non par le "collège central" de Jérusalem. Il semble que l'expression "les frères" d'Actes 15:2 englobe l'ensemble des membres de l'église d'Antioche et pas seulement un collège. Le fait que l'auteur utilise le groupe de mots tous adelphous — "les frères" — alors que pour l'église de Jérusalem, l'auteur fait bien la distinction entre "les apôtres et les anciens" (v.2). Il est possible de supposer que l'auteur n'a pas fait d'amalgame entre ces entités et que celles-ci devaient se comprendre dans leur singularité. De même que l'auteur utilisa comme synonyme, pour ne pas faire de répétition intempestive, "l'église" dont il est dit au v.3 qu'elle accompagna Paul et les autres envoyés, cela confirme que les expressions "les frères" et "l'église" désignent la communauté de croyants toute entière. Mais cela n'exclut pas le fait que dans cette appellation générale, le collège des anciens y soit inclus, mais pas en tant que seul élément décisionnaire.

À leur arrivée à Jérusalem, ils furent reçus par l'église de Jérusalem qui est nettement différenciée des apôtres et des anciens: "Arrivés à Jérusalem, ils furent accueillis par l'Église, les apôtres et les anciens" (TOB). Il faut noter qu'aussi au sein de leur citation, l'utilisation abusive du pluriel concernant l'agir primitif des Douze à Jérusalem, alors que nous ne connaissons l'envoi que d'un seul décret émis par l'église de Jérusalem suite à la visite des deux missionnaires d'Antioche.

Le texte montre aussi que ce que les Témoins de Jéhovah désignent comme le collège central (les Douze et les anciens) n'est pas au courant de la polémique qui a eu lieu à Antioche. Cependant, une montée à Jérusalem s'imposait, non pour satisfaire à des exigences organisationnelles ou théocratiques, mais parce que la polémique avait été lancée par des frères venant de Jérusalem. Actes 15:1 désigne ces frères comme venant de la Judée, et dans la lettre qui clôtura leur discussion, les apôtres et les anciens reconnurent que ses frères venaient bien de Jérusalem ou de Judée: "Nous avons appris que certains des nôtres étaient allés vous troubler et bouleverser vos esprits par leurs propos; il n'en étaient pas chargés" (Actes 15:24). C'est ici que l'on peut clairement discerner la proximité des responsables de l'église et des fidèles. Ce n'était pas qu'un problème réservé aux élites, mais aussi à l'ensemble des croyants. Loin d'accepter cet enseignement venant des frères de Jérusalem comme étant une "parole d'évangile" à laquelle chaque ecclésia devait se plier sans broncher, l'église d'Antioche à brillamment démontré qu'elle ne voulait pas se laisser asservir par un enseignement douteux, sous prétexte qu'il tirait son origine de la plus ancienne communauté.

Cette première place que les Témoins de Jéhovah accordent au groupe de Brooklyn, en le définissant comme le "collège central moderne" devant lequel toutes les congrégations doivent s'incliner, ne reflète absolument pas la liberté d'agir, de contester, de résister que l'on retrouve dans cette jeune ecclesia du premier siècle et qui mis entre deux et trois siècles pour s'organiser.

Rôle moderne

En ce qui concerne les Témoins de Jéhovah, c'est le groupe des douze disciples qui a reçu l'Esprit saint en Actes 2:2 qui constitue ce qu'ils ont appelé tardivement le "collège central". Il est donc quelque peu difficile de comprendre ce genre d'argument: "L'esclave fidèle et avisé" s'efforce de préserver l'unité et organise les choses de sorte que "tout se fasse décemment et avec ordre" (1 Corinthiens 14:40). À cette fin, au Ier siècle, un groupe de chrétiens oints, qui faisaient partie de la classe de l'esclave fidèle, avaient été choisis pour représenter cette classe."

D'après l'agencement de ce texte, il est possible de comprendre que ce collège central ait été choisi par l'esclave fidèle pour le représenter, puisque "l'esclave fidèle et avisé" est, selon eux, celui qui "préserve l'unité et qui organise". Or, le groupe des Douze qui se retrouve à Jérusalem à attendre l'Esprit saint fut constitué, comme le relate les Évangiles, par le Christ lui-même. Et encore, cette compréhension ne rassemble pas tous les spécialistes (cf. Guide pour l'étude du N.T, H.Conzelmann). Pour justifier un hypothétique besoin d'ordre dans l'église ou congrégation primitive, ils emploient le texte paulinien qui fait référence à l'ordre, taxis en grec, comme principale caution censée accréditer la nécessite d'une organisation obligatoirement bien structurée. Cependant, une lecture attentive du chapitre 14 de l'épître aux Corinthiens met en lumière que ces notions "d'ordre" ou "de paix" en opposition au désordre (cf. 1 Corinthiens 14:33,40) et ne sont demandées par l'apôtre que dans un cadre bien précis, celui des tous jeunes rassemblements chrétiens qui avaient lieu à Corinthes, mais ne sont pas utilisées par Paul pour qualifier l'objectif inavoué d'un idéal hiérarchique et ecclésiastique où l'ordre et la paix en seraient les piliers fondamentaux.

Tout en reconnaissant que celui-ci représentait l'ensemble de l'esclave fidèle et avisé et le représente encore à notre époque, ils définissent le rôle premier de ce collège comme suit: "Depuis la congrégation de Jérusalem, à laquelle ils appartenaient, ils formaient un collège central qui dirigeait la congrégation chrétienne ointe dans son entier" (od-F, p.17). Cette centralisation du pouvoir est très clairement exposé dans la somme de leurs ouvrages, mais ne correspond aucunement à la réalité primitive. Cette concentration de pouvoirs a été poussée à l'extrême, bien au-delà du modèle apostolique dont Paul nous a quand même laissé des traces. Le besoin légitime d'une structure a été absorbé par le désir de vouloir tout contrôler, au risque de perdre la diversité, la joie, la progression collective et sa propre crédibilité.

Historiquement, les premiers conciles religieux où l'autorité était entre les mains d'un petit groupe de personnes ne sont apparus qu'après la mort des apôtres, autrement dit à une période où, selon l'enseignement des Témoins de Jéhovah, l'apostasie s'était largement développée. De plus, la Bible ne nullement où se serait situé l'hypothétique Collège Central après la destruction de Jérusalem en 70 de notre ère. Ces idées sont développées dans un chapitre entier du deuxième livre de Raymond Franz.

Historique

Naissance du concept

Témoignage de Macmillan sur le rôle des directeurs en ce qui concerne la publication du livre Le Mystère Accompli

Depuis sa création en 1884, la Watch Tower Bible and Tract Society of Pennsylvania a été dirigée par un président et un conseil d'administration; à cette époque, la Société n'était qu'une société d'édition sans aucun autre but. Les directeurs étaient nommés par Russell, et ne prenaient part à aucune des décisions. D'ailleurs, lors du procès de 1918, le témoignage sous serment de Alexander Hugh Macmillan concernant la décision de publier le livre Le Mystère Accompli révèle que les directeurs d'alors n'avaient pas été consultés par Joseph Franklin Rutherford pour la publication, Macmillan déclarant en outre que c'était l'habitude tant de Russell que de Rutherford de ne pas consulter les directeurs sur ce genre de choix.[14] En fait, jusqu'en janvier 1976, le président a exercé un contrôle complet que ce soit au niveau des doctrines, des publications et de l'activité de la Société Watch Tower et les groupes religieux avec lesquelles elle a été connecté — Étudiants de la Bible et Témoins de Jéhovah.[15][16][17] Lorsque le deuxième président de la Société, Rutherford, rencontra l'opposition des administrateurs en 1917, il les renvoya; en 1925, il passa par-dessus le comité éditorial de la Société Watch Tower — celui ayant été établi par Charles Taze Russell afin d'exercer un contrôle éditorial du périodique La Tour de Garde après sa mort — alors que celui-ci s'était opposé à la publication d'un article qui modifiait les doctrines sur la chronologie biblique liée à 1914. En 1931, le comité de rédaction fut dissout.[18][19]

En 1937, Joseph Rutherford condamna le "collège central" de la curie romaine comme étant une distinction — fautive selon lui — entre laïc et clergé. Toutefois, l'expression "governing body" apparut dans le vocabulaire des Témoins de Jéhovah en 1943 dans un numéro de Consolation peu après la mort de Joseph Rutherford (ici, cette expression ne sera pas traduite par "Collège Central" tant que le "corps gouvernant" — figurant alors dans les publications avec des minuscules — n'aura pas été clairement identifié à ce Collège). La même année, La Tour de Garde décrivit la Watch Tower Bible and Tract Society comme le "corps gouvernant légal" des Témoins de Jéhovah oints.[20] Un an plus tard, dans un article s'opposant à l'élection démocratique des anciens de la congrégation, le périodique déclara que la nomination des serviteurs de congrégation était le devoir d '"un corps gouvernant visible sous Jéhovah Dieu et son Christ."[21] Bien que le Collège devint institutionnalisé lors de la réforme des statuts de la Société Watch Tower en 1944, pendant plusieurs années le rôle et l'identité spécifique de l'organe directeur restèrent non définis. Un manuel de 1955 de l'organisation déclara que "le corps gouvernant visible a été étroitement identifié avec le conseil d'administration de cette société."[22] Se référant à des événements liés à leur assemblée de 1957, une publication de 1959 dit que "le corps gouvernant spirituel des Témoins de Jéhovah surveillent les progrès [alors] le président de la Watch Tower Bible & Tract Society [agit]."[23] L'Annuaire de 1970 des Témoins de Jéhovah fit remarquer que la Watch Tower Bible and Tract Society of Pennsylvania était l'organisation utilisée pour planifier l'activité des Témoins de Jéhovah et leur fournir la "nourriture spirituelle", déclarant: "Ainsi, vraiment le corps gouvernant des Témoins de Jéhovah est le conseil d'administration de la Watch Tower Bible and Tract Society of Pennsylvania".[24] Toutefois, ce n'est pas avant les années 1970 que le Collège Central fut réellement investi d'un pouvoir.

Le 1er octobre 1971, le vice-président de la Société Frederick William Franz s'exprima lors de la réunion annuelle de la Société en Pennsylvanie, à Buckingham, en Pennsylvanie, en déclarant que la corporation légale de la Société Watch Tower était une "agence" ou un "instrument temporaire" utilisé par le Collège Central pour le compte de l'"esclave fidèle et avisé".[25] Trois semaines plus tard, le 20 octobre, quatre hommes supplémentaires rejoignirent les sept membres du conseil d'administration de la Société qui devint connu comme étant un Collège Central séparé et élargi.[26] Le conseil d'administration ne s'était jusque là réuni que de façon sporadique, habituellement seulement pour discuter de l'achat de biens ou de nouveaux équipements, laissant les décisions concernant le contenu des publications de la Society Watch Tower au président et au vice-président, Nathan Knorr et Fred Franz. En effet, lors du procès Walsh de 1954 qui s'est tenu en Écosse, le vice-président Franz, témoigna sous serment que tous les pouvoirs étaient en fait aux mains du président, et que les membres du "Collège Central" n'avaient pas de droit de vote, ni n'étaient amenés à se prononcer sur les décisions. Il expliqua que tout changement y compris doctrinal, s'il était proposé par un membre autre que le président et le vice-président, devait d'abord avoir son accord, puis au final l'accord du président.[25][27] La Tour de Garde du 15 décembre 1971 fut la première à utiliser sans aucune ambiguïté l'expression "Collège Central des Témoins de Jéhovah" avec des majuscules, en tant que groupe défini comme leader du mouvement, accompagnée d'une série d'articles expliquant son rôle et ses relations avec la Société Watch Tower.[2][28]

L'accent mis sur le nouveau concept de direction "théocratique" fut accompagnée de déclarations comme quoi la structure n'était pas vraiment nouvelle: La Tour de Garde déclara qu '«un collège central fit son apparition" quelque temps après la formation de la Zion's Watch Tower Society en 1884,[29] bien il n'ait jamais été désigné comme tel à l'époque.[15] L'article affirmait que le président de la Société, Charles Taze Russell, était membre du collège central. L'Annuaire de 1972 des Témoins de Jéhovah indiqua que, suite à la mort de Rutherford en 1942, "l'une des premières choses que le collège central décida fut l'inauguration de l'École du Ministère théocratique" et ajouta que le "collège central" avait publié des millions de livres et de Bibles dans les trente années précédentes.[30] Raymond Franz contesta ces allégations, déclarant que les actions des présidents Russell, Rutherford et Knorr étaient sans appel et qu'il ne consultaient pas les directeurs; cela prouvait que les Étudiants de la Bible et les Témoins de Jéhovah ont été sous un régime monarchique jusqu'en 1976, ne laissant aucune des décisions à un soi-disant "collège central".[31] Ainsi, la Société Watch Tower réécrit son histoire en fonction de sa doctrine présente, dupant des millions de personnes qui n'iront jamais vérifier l'exactitude de ses déclarations.

En 1972, La Tour de Garde renforça le concept d'un "Collège Central"; le périodique déclara que le terme faisait référence à un organisme qui administre la politique organisationnelle et fournit la direction, l'orientation et la réglementation et était donc "appropriée, adéquat et scripturaire".[28][32] Les changements organisationnels au plus haut niveau de la Société Watch Tower en 1976 accrurent considérablement les pouvoirs et l'autorité du Collège Central.[33] Ce groupe n'a jamais eu une existence légale des entreprises et opère par le biais de la Société Watch Tower et de son conseil d'administration.[34]

Réorganisation

Après sa création officielle en 1971, le Collège Central s'est réuni régulièrement, mais, selon Raymond Franz, seulement brièvement; Franz déclara que les réunions pouvaient parfois durer sept minutes,[35] afin de prendre des décisions concernant les nominations dans les filiales et les actes qui devraient être considérés comme des péchés passibles d'excommunication.[36][37] Franz affirme que, en 1971 et à nouveau en 1975, le Collège Central débattit de la portée de l'autorité qui devait être donnée.[38] Le Collège vota en décembre 1975 la mise en place de six comités afin de superviser les différents besoins administratifs des activités mondiales de l'organisation qui, auparavant, avaient été sous la direction du président; de plus, chaque surveillant de filiale devait être remplacé par un comité de filiale de moins trois membres.[38] Le changement qui prit effet le 1er janvier 1976 fut décrit dans le livre d'histoire de la Société Watch Tower, Les Témoins de Jéhovah : Prédicateurs du Royaume de Dieu, comme "l'un des réajustements organisationnels les plus importants dans l'histoire moderne des Témoins de Jéhovah".[39]

Purge de 1980

Raymond Franz rapporte qu'en 1980, un malaise entourant les doctrines relatives à la signification de 1914 refit surface au sein du Collège Central. En février de cette année-là, trois membres de ce Collège — conscient du fait que ceux qui avaient été en vie en 1914 étaient en voie de disparition, malgré l'enseignement selon lequel des représentants de la génération de 1914 serait encore vivants lors du déclenchement d'Har-Maguédôn — proposèrent un changement de doctrine afin d'identifier la "génération" qui verrait Har-Maguédôn avec ceux qui avaient assisté au lancement du satellite russe Spoutnik en 1957, événement qui serait ainsi considéré comme un "signe dans le ciel". La proposition, qui aurait prolongé le délai pour Har-Maguédôn de 43 ans, ne parvint pas à obtenir un vote majoritaire.[40][41] Le mécontentement interne en rapport avec les doctrines officielles continua de croître, conduisant à une série d'enquêtes et d'audiences judiciaires secrètes. En conséquence, le Collège Central dirigea une purge du personnel dissident du siège de Brooklyn en avril et en mai 1980.[42][43][44] Raymond Franz raconte qu'il fut contraint de démissionner du Collège, et fut plus tard excommunié du mouvement religieux.

À ce moment-là, la Société Watch Tower riposta en introduisant une nouvelle attitude plus dure envers le traitement des Témoins expulsés.[42][43][45] L'historien James Penton conclut que depuis l'expulsion de Raymond Franz en 1980, le Collège Central a affiché une augmentation du niveau de conservatisme, une solide résistance aux changements de politiques et des doctrines, et une tendance accrue à isoler les dissidents au sein de l'organisation par le moyen des excommunications.[46]

Aides

Le numéro de La Tour de Garde du 15 avril 1992 publia un article qui établit un parallèle entre les anciens non-Israélites qui étaient affectés à des fonctions du temple (les "Néthiniens" et les "fils des serviteurs de Salomon") et les anciens actuels ayant des positions de responsabilité immédiatement sous la supervision du Collège Central et qui n'ont pas la prétention d'être oints.[47]

Tant que La Tour de Garde que l'Annuaire 1993 des Témoins de Jéhovah firent la même annonce:[48][49]

« En raison de l'accroissement extraordinaire qui se manifeste dans le monde entier, il semble aujourd'hui approprié d'apporter au Collège central une aide supplémentaire. À cette fin, il a été décidé d'inviter plusieurs assistants, pour la plupart membres de la grande foule, à participer aux réunions de [cinq] des comités du Collège central, à savoir le Comité pour le personnel, le Comité d'édition, le Comité pour le service, le Comité pour l’enseignement et le Comité de rédaction. Ainsi, le nombre de ceux qui assistent aux réunions de chacun de ces comités sera porté à sept ou huit. Sous la direction des membres des comités du Collège central, ces assistants prendront part aux discussions et s'acquitteront de diverses attributions qui leur seront confiées par les comités. Cette nouvelle disposition prendra effet au 1er mai 1992. »

Chacun des sept membres les plus récents du Collège Central a servi en tant qu'aide d'un comité avant d'être nommé au Collège lui-même.[50][51][52] La nomination d'assistants aux comités du Collège fut décrit en 2006 comme "un autre affinement encore".[53]

Après 2000

Jusqu'en 2000, les administrateurs de la Société Watch Tower ont été membres du Collège Central. Depuis lors, l'appartenance au Collège n'a plus été une exigence pour les administrateurs des différentes sociétés utilisées par les Témoins de Jéhovah, et le Collège Central délégua ces responsabilités à des personnes extérieures au groupe.[54] L'actuel président de la Société Watch Tower, Don Alden Adams, n'est pas membre du Collège Central. En Décembre 2010, le Collège était composé de sept membres.

Comités

Le Collège Central fonctionne par l'intermédiaire de ses six comités, qui effectuent diverses fonctions administratives.[55] Chaque comité est assisté par des "aides", qui ne professent pas nécessairement à être oints. Les réunions du Collège Central ont lieu chaque semaine à huis clos.[55] Jusqu'en 1975, les décisions du Collège devaient être unanimes; selon Raymond Franz, une majorité des deux tiers du Collège au complet fut suffisant depuis cette date pour qu'une proposition soit acceptée, quel que soit le nombre des présents.[40][56]

  • Le Comité pour le personnel organise des volontaires pour servir au siège de l'organisation et dans les filiales du monde entier, celles-ci étant elles aussi appelées Béthel. Il supervise les arrangements pour l'assistance personnelle et spirituelle du personnel du Béthel, ainsi que la sélection et l'invitation de nouveaux membres au Béthel.
  • Le Comité d'édition supervise la publication, l'édition et l'expédition de la littérature, ainsi que les questions juridiques liées à l'impression, telles que l'obtention de biens d'équipements pour l'impression. Il est chargé de superviser les usines, les propriétés et les opérations financières des sociétés utilisées par les Témoins de Jéhovah.
  • Le Comité pour le service supervise l'activité prosélyte des Témoins de Jéhovah, qui inclut les surveillants itinérants, les pionniers, et les activités des congrégations. Il supervise la communication entre le siège international, les filiales et les congrégations. Il examine les rapports annuels de l'activité de prédication des filiales. Il est chargé d'inviter les membres à assister à l'École biblique de Guiléad, à l'École de formation ministérielle, et l'École des Surveillants Itinérants, et d'assigner les étudiants diplômés de ces écoles à leurs lieux de service.
  • Le Comité pour l'enseignement organise les réunions de la congrégation, les jours d'assemblée spéciaux, les assemblées de circonscription et de district et les conventions internationales ainsi que les différentes écoles pour les anciens, les assistants ministériels, les pionniers et les missionnaires, comme l'Ecole de Guiléad. Il supervise la préparation du matériel à utiliser dans l'enseignement, ainsi que le développement de nouveaux programmes audio et vidéo.
  • Le Comité de rédaction supervise la rédaction et la traduction de tous les documents publiés par la Watch Tower, y compris les scripts pour les drames et les discours publics. Il répond aux questions sur des problèmes d'ordre scripturaire, doctrinal et moral, des questions spécifiques dans les congrégations.
  • Le Comité du président traite les urgences, les secours aux sinistrés et d'autres questions, comme les enquêtes. Il comprend les coordinateurs, ou un représentant, de chacun des autres comités du Collège Central, et un secrétaire qui est également membre du Collège. Il est responsable de l'efficacité du fonctionnement des autres comités.

Représentants

Initialement, le Collège Central nommait directement tous les anciens de la congrégation.[57] En 1975, la nomination des anciens et des assistants ministériels a été présenté comme étant "faite directement par un collège central d'anciens oints de l'esprit ou par eux à travers d'autres anciens représentant ce corps".[58] En 2001, La Tour de Garde décrivit le processus des nominations:[59]

« Le Collège central des Témoins de Jéhovah établit directement les membres des comités de filiale. (...) [et] procède aussi à la nomination des anciens du Béthel et des surveillants itinérants. Par contre, il délègue à des frères dignes de confiance l'autorité d’effectuer d'autres nominations. (...) De nos jours, le Collège central établit dans les filiales des frères dignes de confiance à qui il confie la responsabilité de nommer des anciens et des assistants ministériels. (...) C'est donc sous la direction du Collège central que des hommes qualifiés sont établis dans le monde entier pour servir dans les congrégations des Témoins de Jéhovah. (...) Quand des recommandations concernant les surveillants et les assistants ministériels sont adressées à la filiale de la Société, des hommes expérimentés procèdent aux nominations en recherchant la direction de l'esprit de Dieu. (...) Il arrive que des nominations soient communiquées par une lettre portant le cachet d’une entité juridique, le même courrier pouvant annoncer plusieurs nominations dans une congrégation. »

Le Collège Central continue à nommer directement les membres du comité des filiales et les surveillants itinérants,[59] et seules ces nominations directes sont décrites comme des "représentants du Collège Central".[60][61] Le 1er avril 2007, La Tour de Garde déclara que "la vaste majorité des [anciens de la congrégation] sont nommés par les représentants du Collège Central".[62]

Rapport avec l'esclave fidèle et avisé

Voir article détaillé Esclave fidèle et avisé

Jusqu'en 2012, le Collège Central s'est décrit lui-même comme le représentant[55][63] et le "porte-parole" de la "classe de l'esclave fidèle et avisé" de Dieu (approximativement 12 000 Témoins de Jéhovah se déclarant oints), qui sont censés être collectivement le "prophète"[64] de Dieu et le "canal pour la nouvelle lumière spirituelle".[65][66] Le Collège Central fut présenté dans les publications jéhovistes comme fournissant la "nourriture spirituelle" pour les Témoins de Jéhovah du monde entier au nom de la "classe de l'esclave".[67][68]

Le Collège Central ne cherche pas l'avis ou l'approbation de tous les autres Témoins oints non membres du siège de Brooklyn lorsqu'il décide des règles et des doctrines ou s'interroge s'il faut approuver ou non du contenu pour les publications et les assemblées. En 2009, La Tour de Garde indiqua que la diffusion de "nouvelle lumière spirituelle" était de la responsabilité d'"un nombre limité" seulement de la "classe de l'esclave", demandant: "Tous ces oints dans toute la partie terrestre d'un réseau mondial sont-ils en quelque sorte impliqués dans la révélation de nouvelles vérités spirituelles? Non".[4] En 2010, la Société expliqua que les "vérités profondes" étaient discernées par des "représentants responsables" de la "classe de l'esclave fidèle et avisé" à la tête du mouvement; ces points de vues sont ensuite examinées par le Collège Central avant toute décision doctrinale.[69] La vaste majorité des Témoins qui professent être oints n'ont aucune autorité pour contribuer au développement ou au changement des doctrines.[70][71][72] L'organisation demande à ceux-ci de rester modestes et d'éviter "de spéculer sur des choses qui sont encore floues" au lieu d'attente que Dieu ne révèle ses intentions[72] dans La Tour de Garde.[73] Finalement, lors de la réunion annuelle de 2012 de la Société Watch Tower, l'esclave fidèle et avisé fut redéfini comme faisant référence au Collège Central uniquement et donc les termes sont désormais synonymes.[74]

Raymond Franz expliqua qu'à l'époque antérieure au changement de 2012, de nombreux Témoins croyaient que les oints transmettaient en quelque sorte leur pensée, leurs recherches bibliques et leurs conclusions à Brooklyn, et attiraient ainsi l'attention du Collège Central. Il affirma aussi que certains Témoins croyaient à tort que des enquêtes régulières étaient effectuées, par lesquelles le Collège cherchait à découvrir les opinions des oints du monde entier.[7] Il ajouta qu'il n'y avait en réalité aucune procédure pour les recueillir, que des lettres de Témoins oints ne recevaient pas plus d'attention que ceux de quelqu'un d'autre, et que les membres du Collège ne faisaient aucune tentative pour contacter les autres Témoins oints. De plus, Franz indiqua que des "autres brebis" — les Témoins non-oints — écrivaient la plupart des publications de la Société, et que les membres du Collège se contentaient souvent de donner leur accord pour que les publications soient imprimées. Il décrivit la propre description du Collège Central comme porte-parole de la "classe de l'esclave fidèle et avisé" comme un moyen de détourner l'attention de la monopolisation de l'autorité par ce petit groupe au sein du mouvement.[75]

La façon dont les fidèles Témoins de Jéhovah considèrent ce Collège Central est similaire au point de vue qu'ont les catholiques envers le sommet hiérarchique de leur Église,[1] à la différence près que les Témoins ne peuvent pas se permettre de critiquer le Collège Central ou de lui désobéir sans encourir de sanctions.

Membres du Collège Central

Même si dans les publications il est prétendu que les membres du Collège Central sont sélectionnés sur la base de leur spiritualité, c'est en fait leur loyauté envers la Société Watch Tower qui est le facteur déterminant. Les capacités intellectuelles sont peu prises en considération, et bon nombre de membres du Collège ont du mal à élaborer une bonne théologie, comme le prouve les enseignements de plus en plus dilués depuis le décès du principal théologien du mouvement, Frederick Franz. Les membres viennent de divers milieux nationaux, et peu d'entre eux ont reçu une éducation universitaire, à l'exception d'Albert D. Schroeder, Lloyd Barry et Frederick William Franz; la plupart ont toutefois suivi les cours de l'École biblique de Guiléad.[76] Quelques membres ont été décrits par les travailleurs du Béthel de Brooklyn comme étant ouverts d'esprit, notamment Raymond Franz, Daniel Sydlik, Lyman Alexander Swingle et John C. Booth.[9]

Actuels

En date de décembre 2010, les membres du Collège Central étaient (avec la date d'entrée entre parenthèses):

  • Samuel Herd (1999)[77]
  • Geoffrey Jackson (2005)[78]
  • M. Stephen Lett (1999)[77]
  • Gerrit Lösch (1994)[79]
  • Anthony Morris (2005)[78]
  • Guy H. Pierce (1999)[77]
  • David H. Splane (1999)[77]

Anciens

Les membres ci-dessous ont fait partie du Collège Central jusqu'à leur mort (avec les années entre parentheses, incluant les années comme directeurs de la Watch Tower Bible and Tract Society of Pennsylvania):

Ayant démissionné

Tableau synoptique des membres du Collège Central
De 1971 à 2006
1971 1974 1977 1994 1999 2006
Nathan H. Knorr Nathan H. Knorr
Frederick W. Franz Frederick W. Franz Frederick W. Franz Frederick W. Franz
Grant Suiter Grant Suiter Grant Suiter
John O. Groh John O. Groh
Milton G. Henschel Milton G. Henschel Milton G. Henschel Milton G. Henschel Milton G. Henschel
Lyman A. Swingle Lyman A. Swingle Lyman A. Swingle Lyman A. Swingle Lyman A. Swingle
Thomas J. Sullivan
Raymond V. Franz Raymond V. Franz Raymond V. Franz
George D. Gangas George D. Gangas George D. Gangas George D. Gangas
Leo K. Greenlees Leo K. Greenlees Leo K. Greenlees
William K. Jackson William K. Jackson William K. Jackson
W. Lloyd Barry W. Lloyd Barry W. Lloyd Barry
John C. Booth John C. Booth John C. Booth
Ewart C. Chitty Ewart C. Chitty
Charles J. Fekel
Theodore Jaracz Theodore Jaracz Theodore Jaracz Theodore Jaracz Theodore Jaracz
Karl F. Klein Karl F. Klein Karl F. Klein Karl F. Klein
Albert D. Schroeder Albert D. Schroeder Albert D. Schroeder Albert D. Schroeder
Daniel Sydlik Daniel Sydlik Daniel Sydlik Daniel Sydlik
Carey W. Barber Carey W. Barber Carey W. Barber Carey W. Barber
John E. Barr John E. Barr John E. Barr John E. Barr
Martin Poetzinger
Gerrit Lösch Gerrit Lösch Gerrit Lösch
Samuel F. Herd Samuel F. Herd
M. Stephen Lett M. Stephen Lett
Guy H. Pierce Guy H. Pierce
David H. Splane David H. Splane
Geoffrey Jackson
Anthony Morris

Voir aussi

Ressources sur le sujet

Références

  1. 1,0 et 1,1 Penton, 1997, p. 216
  2. 2,0 et 2,1 La Tour de Garde (anglais), 15 novembre 1972, p. 703, article "Questions From Readers"
  3. Arrowup.png La Tour de Garde (anglais), 15 septembre 2010, p. 27, article "Our active leader today": "They recognize, however, that Christ is using a small group of anointed Christian men as a Governing Body to lead and direct his disciples on earth."
  4. 4,0 et 4,1 La Tour de Garde (anglais), 15 juin 2009, pp. 23,24, article "The faithful slave and its governing body"
  5. Arrowup.png WTBTS (2011) (anglais), Annuaire des Témoins de Jéhovah, Watch Tower Bible & Tract Society, p. 51
  6. Arrowup.png WTBTS (1989) (anglais), Vous pouvez vivre éternellement sur une terre qui deviendra un paradis, Watch Tower Bible & Tract Society, p. 195
  7. 7,0 et 7,1 Franz, À la Recherche de la Liberté Chrétienne, 2007, pp. 152–64
  8. Arrowup.png WTBTS (2009) (anglais), "Bearing Thorough Witness" About God's Kingdom, Watch Tower Bible & Tract Society, p. 110
  9. 9,0 et 9,1 Penton, 1997, p. 217
  10. Arrowup.png En septembre 2005, 12 membres étaient listés (La Tour de Garde (anglais), 15 mars 2006, p. 26)
    Schroeder décéda le 8 mars 2006 (La Tour de Garde (anglais), 15 septembre 2006, p. 31)
    Sydlik décéda le 18 avril 2006 (La Tour de Garde (anglais), 1er janvier 2007, p. 8)
    Barber décéda le 8 avril 2007 (La Tour de Garde (anglais), 15 octobre 2007, p. 31)
    Jaracz décéda le 9 juin 2010 (La Tour de Garde (anglais), 15 novembre 2010, p. 23)
  11. Arrowup.png WTBTS (2007) (anglais), Annuaire des Témoins de Jéhovah, Watch Tower Bible & Tract Society, pp. 4,6
  12. Arrowup.png Botting, Heather & Gary, 1984, p. 178
  13. Arrowup.png Franz, À la Recherche de la Liberté Chrétienne, 2007, p. 123
  14. Arrowup.png Transcript du procès de 1918, p. 859
  15. 15,0 et 15,1 Franz, Crise de Conscience, 2007, p. 58
  16. Arrowup.png Franz, À la Recherche de la Liberté Chrétienne, 2007, p. 186
  17. Arrowup.png Penton, 1997, pp. 162–163,214
  18. Arrowup.png Franz, Crise de Conscience, 2007, pp. 61,62
  19. Arrowup.png Penton, 1997, p. 59
  20. Arrowup.png La Tour de Garde (anglais), 15 juillet 1943, p. 216, § 24
  21. Arrowup.png La Tour de Garde (anglais), 1er novembre 1944, p. 328, § 32
  22. Arrowup.png WTBTS (1955) (anglais), Qualifiés pour être ministres, Watch Tower Bible & Tract Society, p. 381; cité par Franz, Crise de Conscience, 2007, p. 74
  23. Arrowup.png La Tour de Garde (anglais), 15 février 1959, p. 115, article "Divine Will International Assembly of Jehovah's Witnesses":
    "So with intense interest the spiritual governing body of Jehovah’s witnesses watched the developments... Without delay the president of the Watch Tower Bible & Tract Society closed a contract with the owners to use the Polo Grounds simultaneously with Yankee Stadium."
  24. Arrowup.png WTBTS (1970) (anglais), Annuaire des Témoins de Jéhovah, Watch Tower Bible & Tract Society, p. 65
  25. 25,0 et 25,1 Franz, Crise de Conscience, 2007, p. 57
  26. Arrowup.png Franz, Crise de Conscience, 2007, p. 44
  27. Arrowup.png Témoignage de Fred Franz, Lord Strachan vs. Douglas Walsh, transcript du procès, 1954, cité par Franz, Crise de Conscience, 2007, p. 75,76
  28. 28,0 et 28,1 La Tour de Garde (anglais), 15 décembre 1971, "Theocratic Organization with Which to Move Forward Now; A Governing Body as Different from a Legal Corporation"
  29. Arrowup.png La Tour de Garde (anglais), 15 décembre 1971, p. 761, article "A Governing Body as Different from a Legal Corporation"
  30. Arrowup.png WTBTS (1972), Annuaire des Témoins de Jéhovah, Watch Tower Bible & Tract Society, pp. 254–57
  31. Arrowup.png Franz, Crise de Conscience, 2007, p. 78
  32. Arrowup.png La Tour de Garde (anglais), 15 novembre 1972, p. 703, article "Questions From Readers"
  33. Arrowup.png Franz, Crise de Conscience, 2007, pp. 44–110
  34. Arrowup.png Penton, 1997, p. 228
  35. Arrowup.png Franz, Crise de Conscience, 2007, p. 45
  36. Arrowup.png Franz, Crise de Conscience, 2007, p. 46
  37. Arrowup.png Penton, 1997, p. 215
  38. 38,0 et 38,1 Franz, Crise de Conscience, 2007, pp. 80–107
  39. Arrowup.png WTBTS (1993) (anglais), Les Témoins de Jéhovah — Prédicateurs du Royaume de Dieu, Watch Tower Bible & Tract Society, pp. 108,109
  40. 40,0 et 40,1 Penton, 1997, p. 218
  41. Arrowup.png Franz, Crise de Conscience, 1997, p. 262
  42. 42,0 et 42,1 Penton, 1997, pp. 117–23
  43. 43,0 et 43,1 Botting, Heather & Gary, 1984, pp. 158–65
  44. Arrowup.png Ostling, Richard H.; Constable, Anne (22 février 1982) (anglais), "Witness Under Prosecution" , Time Magazine, Atlanta, time.com. Consulté le 26 août 2011
  45. Arrowup.png Franz, Crise de Conscience, 2007, pp. 11,12
  46. Arrowup.png Penton, 1997, pp. 219,297–302,319
  47. Arrowup.png La Tour de Garde (anglais), 15 avril 1992, pp. 16,17, article "Jehovah's Provision, the "Given Ones""
  48. Arrowup.png La Tour de garde (anglais), 15 avril 1992, p. 31, article "Announcement"
  49. Arrowup.png WTBTS (1993) (anglais), Annuaire des Témoins de Jéhovah, Watch Tower Bible & Tract Society, pp. 253,254
  50. Arrowup.png La Tour de Garde (anglais), 1er novembre 1994, p. 29, article "Governing Body Addition":
    "The new member is Gerrit Lösch. ... Lösch has served in the Executive Offices and as an assistant to the Service Committee."
  51. Arrowup.png La Tour de Garde (anglais),1er janvier 2000, p. 29, article "New Members of the Governing Body":
    "The new members, all anointed Christians, are Samuel F. Herd; M. Stephen Lett; Guy H. Pierce; and David H. Splane. Samuel Herd ... was also serving as a helper to the Service Committee. Stephen Lett ... was a helper to the Teaching Committee. Guy Pierce ... had been serving as a helper to the Personnel Committee. David Splane ... had been a helper to the Writing Committee."
  52. Arrowup.png La Tour de Garde (anglais), 15 mars 2006, p. 26, article "New Members of the Governing Body":
    "Geoffrey W. Jackson and Anthony Morris III—would be added to the Governing Body of Jehovah’s Witnesses. ... In April 2003, [Jackson] became part of the United States Bethel family and began to work in the Translation Services Department. Soon thereafter, Brother Jackson was made a helper to the Teaching Committee of the Governing Body ... 2002 [Morris] worked in the Service Department at Patterson and later as a helper to the Service Committee of the Governing Body."
  53. Arrowup.png La Tour de Garde (anglais), 15 février 2006, p. 28, article "Walking in the Path of Increasing Light"
  54. Arrowup.png La Tour de Garde (anglais), 15 janvier 2001, p. 29, article "How the Governing Body Differs From a Legal Corporation"
  55. 55,0, 55,1 et 55,2 La Tour de Garde, 15 mai 2008, p. 29, article "How the Governing Body is Organized"
  56. Arrowup.png Franz, Crise de Conscience, 2007, pp. 85,115
  57. Arrowup.png La Tour de Garde (anglais), 15 novembre 1971, pp. 699,700, article "A "Body of Elders" with Rotating Chairmanship"
  58. Arrowup.png La Tour de Garde (anglais), 1er février 1975, p. 86, article "Hope Based on the Unfolding Purpose of God"
  59. 59,0 et 59,1 La Tour de Garde (anglais), 15 janvier 2001, p. 15, article "Overseers and Ministerial Servants Theocratically Appointed"
  60. Arrowup.png La Tour de Garde (anglais), 1er octobre 1988, pp. 18,19, article ""Keep Holding Men of That Sort Dear"":
    "[The] traveling overseers sent forth by the Governing Body to preach the good news and help the congregations should be received hospitably and with respect. ...Elders, in particular, should show proper respect for these visiting representatives of the Governing Body. They are sent to the congregations because of their spiritual qualities and their experience, which is usually more extensive than that of many local elders."
  61. Arrowup.png La Tour de Garde (anglais), 15 mars 1990, pp. 19,20, article "Cooperating With the Governing Body Today":
    "Since February 1, 1976, each of the branches of the Watch Tower Society has had a Branch Committee made up of capable men appointed by the Governing Body. As representatives of the Governing Body for the country or countries under the supervision of their branch, these brothers must be faithful, loyal men. ...Branch Committees recommend mature, spiritual men to serve as circuit and district overseers. After being appointed directly by the Governing Body, they serve as traveling overseers. These brothers visit circuits and congregations in order to build them up spiritually and help them apply instructions received from the Governing Body."
  62. Arrowup.png La Tour de Garde (anglais), 1er avril 2007, p. 27, article "Humbly Submitting to Loving Shepherds"
  63. Arrowup.png La Tour de Garde (anglais), 15 avril 2008, p. 11, article "Seek God's guidance in all things"
  64. Arrowup.png La Tour de Garde (anglais), 1er avril 1972, p. 200, article "'They Shall Know that a Prophet Was Among Them'":
    "The modern-day "prophet", the spirit-begotten, anointed ones who are the nucleus of Jehovah's witnesses today".
  65. Arrowup.png La Tour de Garde (anglais), 15 mai 1986, p. 13, article "The Things Revealed Belong to Us"
  66. Arrowup.png Franz, À la Recherche de la Liberté Chrétienne, 2007, p. 153
  67. Arrowup.png La Tour de Garde (anglais), 1er janvier 1994, p. 21, article "The Watchtower and Awake!—Timely Journals of Truth"
  68. Arrowup.png La Tour de Garde (anglais), 1er janvier 1986, p. 25, article "Building for an Eternal Future"
  69. Arrowup.png La Tour de Garde (anglais), 15 juillet 2010, p. 23, article "The Spirit Searches into the Deep Things of God":
    "When the time comes to clarify a spiritual matter in our day, holy spirit helps responsible representatives of 'the faithful and discreet slave' at world headquarters to discern deep truths that were not previously understood. The Governing Body as a whole considers adjusted explanations. What they learn, they publish for the benefit of all."
  70. Arrowup.png Penton, 1997, p. 211
  71. Arrowup.png La Tour de Garde (anglais), 15 juin 2009, pp. 23-24, article "The faithful slave and its governing body":
    "They do not believe that their being of the anointed gives them special insights beyond what even some experienced members of the "great crowd" may have. They do not believe that they necessarily have more holy spirit than their companions of the 'other sheep' have. They do not expect special treatment; nor do they claim that their part
  72. 72,0 et 72,1 La Tour de Garde (anglais), 1er juin 1997, p. 14, article "A Secret Christians Dare Not Keep!"
  73. Arrowup.png La Tour de Garde (anglais), 15 mars 1989, p. 22, article "Insight That Jehovah Has Given":
    "It is through the columns of The Watchtower that explanations of vital Scriptural truths have been provided for us by Jehovah's 'faithful and discreet slave'. The Watchtower is the principal instrument used by the 'slave' class for dispensing spiritual food."
  74. Arrowup.png Watch Tower Bible & Tract Society (anglais) (9 novembre 2012), "Annual Meeting Report", jw.org. Consulté le 11 novembre 2012
  75. Arrowup.png Franz, À la Recherche de la Liberté Chrétienne, 2007, pp. 163,164
  76. Arrowup.png La Tour de Garde, 1976, p. 672
  77. 77,0, 77,1, 77,2 et 77,3 La Tour de Garde (anglais), 1er janvier 2000, p. 29, article "New Members of the Governing Body"
  78. 78,0 et 78,1 La tour de Garde (anglais), 15 mars 2006, p. 26, article "New Members of the Governing Body"
  79. Arrowup.png La Tour de Garde (anglais), 1er novembre 1994, p. 29, articel "Governing Body Addition"
  80. Arrowup.png La Tour de Garde (anglais), 15 octobre 2007, p. 31, article "Rejoicing Over "Victory With the Lamb"
  81. Arrowup.png WTBTS (2000) (anglais), Annuaire des Témoins de Jéhovah, Watch Tower Bible & Tract Society, p. 130
  82. Arrowup.png La Tour de Garde (anglais), 15 novembre 1977, p. 680, article "New Members of the Governing Body"
  83. Arrowup.png La Tour de Garde (anglais), 1er avril 2001, p. 24, article "We Were a Team"
  84. Arrowup.png La Tour de Garde (anglais), 15 juin 1996, p. 32, article "He Humbly Served Jehovah"
  85. Arrowup.png La Tour de Garde (anglais), 1er juillet 1977, p. 399, article "A Joyful Perseverer in Good Work"
  86. Arrowup.png La Tour de Garde (anglais), 1er novembre 1944, p. 334, article "Service Assembly and Annual Meeting—Pittsburg"
  87. Arrowup.png La Tour de Garde (anglais), 15 janvier 2001, p. 28, article "How the Governing Body Differs From a Legal Corporation"
  88. Arrowup.png La Tour de Garde (anglais), 1er décembre 1994, p. 31, article "His Deeds Follow Him"
  89. 89,0, 89,1, 89,2, 89,3, 89,4 et 89,5 Franz, Crise de Conscience, 2007, pp. 273–336
  90. Arrowup.png La tour de Garde (anglais), 15 décembre 1999, p. 28, article "Gilead Sends Missionaries "to the Most Distant Part of the Earth"": "Theodore Jaracz, a member of the Governing Body, who himself graduated with Gilead's seventh class in 1946".
  91. Arrowup.png La tour de Garde (anglais), 15 janvier 1975, p. 60
  92. Arrowup.png La Tour de Garde (anglais), 1er octobre 1984, p. 21, article "Jehovah Has Dealt Rewardingly With Me"
  93. Arrowup.png La Tour de Garde (anglais), 15 septembre 1988, p. 31, article "A Staunch Fighter for the Truth"
  94. Arrowup.png La Tour de Garde (anglais), 15 septembre 2006, p. 31, article "His Delight Was in the Law of Jehovah"
  95. Arrowup.png La Tour de Garde (anglais), 1er septembre 1983, p. 13, article "Moving Ahead With God's Organization"
  96. Arrowup.png La Tour de Garde (anglais), 15 septembre 1974, p. 554, "He Ran for "The Prize of the Upward Call" and Won!":
    "On October 31, 1932, he [Sullivan] was made a member of the board of directors of the Watch Tower Bible and Tract Society of Pennsylvania; he was also one of the eleven-member governing body of Jehovah's witnesses."
  97. Arrowup.png WTBTS (1993) (anglais), Les Témoins de Jéhovah : Prédicateurs du Royaume de Dieu, Watch Tower Bible & Tract Society, p. 71:
    "Thomas (Bud) Sullivan, who later served as a member of the Governing Body, recalled: "It was my privilege to visit Brooklyn Bethel in the late summer of 1918 during the brothers' incarceration."
  98. Arrowup.png WTBTS (1993) (anglais), Les Témoins de Jéhovah : Prédicateurs du Royaume de Dieu, Watch Tower Bible & Tract Society, p. 91
  99. Arrowup.png La Tour de Garde (anglais), 1er juin 1985, p. 27, article "How Priceless Your Friendship, O God!"
  100. Arrowup.png WTBTS (1975) (anglais), Annuaire des Témoins de Jéhovah, Watch Tower Bible & Tract Society, p. 60
  101. Arrowup.png WTBTS (1980) (anglais), Annuaire des Témoins de Jéhovah, Watch Tower Bible & Tract Society, pp. 257,258}}
  102. Arrowup.png Le Ministère du Royaume (anglais), août 1980, p. 2:
    "Raymond Victor Franz is no longer a member of the Governing Body and of the Brooklyn Bethel family as of May 22, 1980."
  103. Arrowup.png Penton, 1997, p. 120
  104. Arrowup.png Ostling, Richard H.; Constable, Anne (22 février 1982), "Witness Under Prosecution", Time Magazine, time.com. Consulté le 27 août 2011
  105. Arrowup.png Beverley, James A. (1986) (anglais), Crisis of Allegiance, Burlington, Ontario: Welch Publishing Company, p. 71 (ISBN 0-920413-37-4)
  106. Arrowup.png WTBTS (1986) (anglais), Annuaire des Témoins de Jéhovah, Watch Tower Bible & Tract Society, p. 255
  107. Arrowup.png Penton, 1997, pp. 322,393