Crise de conscience

Un article de Témoins de Jéhovah: TJ-Encyclopedie, l'encyclopédie libre sur les Témoins de Jéhovah.
Aller à : navigation, rechercher
Crise de conscience
Auteur Raymond Franz
Sujet Religion
Genre Autobiographie
Titre original Crisis of Conscience — The Struggle Between Loyalty to God and Loyalty to One's Religion
Pays Etats-Unis.jpg États-Unis
Langue(s) Anglais; traduit en tchèque, danois, néerlandais, français, allemand, grec, italien, japonais, polonais, portugais, russe, espagnol et suédois
Date de parution originale 1983
Éditeur Commentary Press
Format(s) livre, pdf, audio
Pages 440
ISBN 0914675230
Avis professionnels ou de lecteurs
Livre suivant À la recherche de la liberté chrétienne

Crise de conscience — La lutte entre la loyauté envers Dieu et la loyauté envers une organisation est un livre autobiographique de l'ex-membre du Collège Central Raymond Franz, écrit en 1983, soit peu de temps après son exclusion des Témoins de Jéhovah. Le livre constitue une étude importante et un exposé du fonctionnement interne de la Société Watch Tower au cours des années 1960 et 1970.[1] Le livre a été mis à jour et révisé à quatre reprises, avec une réédition en 2004. Il a été traduit en tchèque, danois, néerlandais, français, allemand, grec, italien, japonais, polonais, portugais, russe, espagnol et suédois. Bien que l'auteur n'encourage pas spécialement la rupture avec le groupe religieux, le livre a néanmoins eut pour effet de provoquer de nombreux départs de Témoins,[2] et peut être considéré comme un bon point de départ pour les adeptes qui commencent sérieusement à se questionner sur la Watch Tower.[3] Une partie du livre est désormais disponible en libre téléchargement au format électronique sur le site Aggelia.be, ceci afin de permettre une large diffusion des précieuses informations qu'il contient.

Contenu

Ce livre est l'un des rares témoignages des secrets de fonctionnement de la plus haute instance des Témoins de Jéhovah, révélant par exemple que chaque changement doit être voté à la majorité des 2/3 du Collège Central. Le livre cite de nombreux exemples de l'autorité qu'a exercé ce Collège sur les adeptes et donne des cas précis de conséquences parfois désastreuses que ces ordres ont générées. Il relate les dissensions au sein même de cette entité dirigeante après l'échec de la prédiction d'Har-Maguédôn pour 1975, non seulement sur les éléments qui avaient amené à avancer cette date, mais aussi sur d'autres points de doctrine: d'une part, le principe selon lequel il y aurait deux espérances — une pour la grande foule et une autre pour les oints — et d'autre part l'idée selon laquelle la "génération" de 1914 verrait Har-Maguédôn. Le livre soulève également de nombreuses interrogations concernant la pertinence de certaines règles du mouvement, notamment en rapport avec les transfusions sanguines, et retrace l'historique de certains changements de politique, par exemple sur les questions du service civil et de la sexualité des couples mariés.

Étant resté croyant jusqu'à sa mort, Raymond Franz écrivit son livre dans une perspective chrétienne.

Réception critique

Sociologues et historiens

L'ex-Témoin James Penton, professeur d'histoire, a inclus le livre dans la bibliographie de son ouvrage de 1985 sur l'histoire des Témoins de Jéhovah, et le décrit comme "remarquablement instructif" et "bien documenté", notant qu'il était "écrit sur un ton de tristesse plus que de colère".[4] Le sociologue anglais Andrew Holden décrit le livre comme l'une des œuvres biographiques les plus convaincantes sur la défection des Témoins de Jéhovah.[5] Le sociologue Massimo Introvigne le qualifie de "témoignage capital",[6] de même que l'historien Bernard Blandre qui en parle comme d'un "témoignage essentiel".[7]

James A. Beverley dit que c'est "le plus important livre moderne (...) sur les Témoins. Son importance ne réside pas seulement dans son rapport détaillé de la vie au sommet de la Watch Tower, mais dans sa puissante critique des thèmes dominants dans l'idéologie jéhoviste. Il fournit des preuves sur les dissimulations des dirigeants de la Société, la duplicité dans la formulation de la doctrine, et l'hypocrisie dans l'application des règles de la Société. Son compte-rendu de la façon dont la Société l'a traité illustre les abus de pouvoir par les autorités religieuses".[8]

Le professeur adjoint en section de sociologie à l'Université du Connecticut Joseph F. Zygmunt qualifia le livre d'"exposé franc et instructif sur la structure autoritaire et le fonctionnement interne de l'organisation religieuse des Témoins de Jéhovah. (...) Le livre est un document personnel poignant, qui réaffirme la valeur de la 'liberté de conscience' et invite à examiner avec une attention renouvelée le problème commun consistant à savoir comment cette valeur doit être cultivée face à l'éternelle résurgence des structures bureaucratiques et autoritaires."[9]

Presse

Selon le magazine Christianity Today, "le livre fait bien plus que raconter la crise personnelle de Franz. Il décrit la crise bien plus grande à laquelle font face les Témoins de Jéhovah du monde entier". Kim Kimmons, directrice et éditrice de The Franklin Press, dit ceci: "Le livre ébranle la conscience... un avertissement au sujet de ce qui peut arriver lorsqu'un individu délègue à une organisation son droit de prendre des décisions". Dans les archives de Sciences Sociales des Religions de Paris, on peut lire ceci: "Son récit est émouvant... L'histoire de vie reflète clairement le fonctionnement d'une institution dont elle dévoile, dans le vécu, les rouages".[9]

Personnalités religieuses

Par le ton calme et bienveillant qu'il utilise ainsi que la profondeur de ses arguments, le livre se distingue de nombreux livres écrits par d'anciens Témoins. C'est ce qu'explique le Dr. Ingemar Linden, docteur en théologie à Stockholm: "Dans les années passées, beaucoup d'ouvrages (sur les Témoins de Jéhovah) de qualités différentes ont été publiés. À quelques exceptions près, ils ont peu de valeur lorsqu'on les examine selon des critères de critique scientifique. Un ouvrage bien documenté sur ce mouvement controversé est maintenant disponible pour les Témoins et le public en général. Par conséquent, aucun chercheur ou lecteur sérieux ne peut maintenant ignorer l'information présentée par Raymond Franz. Les auteurs qui estiment devoir révéler les fautes — réelles ou imaginaires — de mouvements avec lesquels ils ont été obligés de rompre, tombent souvent dans l'erreur d'exprimer haine et amertume, lesquelles sont quasiment absentes de Crise de conscience. Au contraire, le ton calme et objectif suscite le respect et l'admiration."[9]

Dans son second livre, Franz explique qu'il a reçut des lettres de remerciements de personnes qui, bien qu'appartenant à d'autres religions — il publie une lettre d'ex-fidèles de l'église mormone — ont trouvé dans ce livre une aide pour leur remettre en question leur propre engagement religieux. Cela signifie qu'au-delà des faits spécifiques à la Watch Tower, le livre dégage la problématique des groupes religieux autoritaires qui nient la conscience personnelle des membres. C'est le constat dressé par l'ex-théologien adventiste et professeur au Pacific Union Collège Desmond Ford qui s'exclame: "Splendide ! ... Il y a tant de parallèles entre l'expérience de l'auteur et la mienne que j'étais constamment stupéfait. Il semble que tous les groupes religieux peu importants, à moins qu'ils n'aient été rendus forts par une véritable compréhension de la grâce de Dieu, tombent dans les mêmes pièges et se comportent de la même manière."[9]

Selon le pasteur Gérard Dagon, ce livre montre que la Société est "une simple entreprise humaine où les rivalités, les jalousies, les intrigues sont monnaie courante. Vraiment cette organisation qui prétend détenir la vérité est une école du mensonge. Ceci est prouvé sur de nombreuses pages de ce poignant témoignage." L'auteur Ronald M. Enroth qualifia ce livre de "bouleversant".[10]

Internautes

Ce livre est connu pour avoir aidé de nombreux Témoins de Jéhovah à s'interroger sur la confiance qu'ils accordaient à la direction de leur mouvement religieux, et beaucoup l'ont trouvé très efficace comme le prouvent les nombreux avis très positifs laissés sur amazon.com; nombre d'entre eux relèvent l'absence de haine de l'auteur et la pertinence des arguments.[11]

En revanche, les avis écrits par des adeptes — bien que certains d'entre eux ne se présentent pas comme tels, alors qu'ils en savent beaucoup trop sur la Watch Tower pour laisser planer un doute sur leur appartenance à l'organisation — sont plutôt pathétiques: aucun d'entre eux ne parle du contenu du livre et ils ne l'ont d'ailleurs apparemment pas lu du tout; l'un d'eux utilise l'argument de la pente glissante, affirmant que quitter les Témoins reviendrait à sombrer dans les pires travers, d'autres s'en prennent personnellement et gratuitement à Raymond Franz, par exemple sur son niveau d'instruction ou le présentant comme un "vieil homme amer" — alors que cela ne correspond pas du tout à son comportement — en citant une pléthore de versets bibliques sans lien avec le sujet, un autre affirme que ce livre sert à promouvoir la violence contre les Témoins — oubliant apparemment combien les Témoins sont vindicatifs contre les autres religions et que Franz n'est pas responsable de la mauvaise utilisation qui peut être faite de son ouvrage; le livre est même qualifié de "détritus" par un adepte.[12]

Table des matières

1. Le prix de la conscience

2. Histoire et motivation

3. Collège Central

4. Soulèvement interne et restructuration

5. Tradition et légalisme

6. "Deux poids - deux mesures"

7. Prédictions et présomption

8. Justification et intimidation

9. 1975: "Le temps opportun pour que Dieu agisse"

10. 1914 et "cette génération"

11. L'heure de la décision

12. Conséquences

13. Perspective, Appendice, Index

Liens externes

Références

  1. Arrowup.png Crompton, Robert (1996) (anglais), Counting the Days to Armageddon, Cambridge: James Clarke & Co, p. 8 (ISBN 0-2276-7939-3)
  2. Arrowup.png Gruss, Edmond C. (2003) (anglais), The Four Presidents of the Watch Tower Society, Xulon Press, pp. 93,94 (ISBN 1-594671-31-1)
  3. Arrowup.png Reed, David (1996) (anglais), Answering Jehovah's Witnesses: Subject by Subject, Baker Books, p. 63 (ISBN 9780801053177)
  4. Arrowup.png Penton, James M. (1997, 2è éd.) (anglais), Apocalypse Delayed: The Story of Jehovah's Witnesses, Toronto: University of Toronto Press, pp. 149,401 (ISBN 0-8020-7973-3)
  5. Arrowup.png Holden, Andrew (2002) (anglais), Jehovah's Witnesses: Portrait of a Contemporary Religious Movement, London: Routledge, pp. 150,182 (ISBN 0415266092)
  6. Arrowup.png Introvigne, Massimo (1990), Les Témoins de Jéhovah, Le Cerf, p. 124 (ISBN 2-204-04099-1)
  7. Arrowup.png Blandre, Bernard (1991), Les Témoins de Jéhovah, Belgique: éditions Brepols, p. 173 (ISBN 2-503-50063-3)
  8. Arrowup.png Beverley, James A. (2009) (anglais), Nelson's Illustrated Guide to Religions, Thomas Nelson Inc, p. (ISBN 9780785244912)
  9. 9,0, 9,1, 9,2 et 9,3 Quatrième de couverture du livre
  10. Arrowup.png Enroth, Ronald M. (2005) (anglais), A Guide to New Religious Movements, InterVarsity Press, p. 30 (ISBN 9780830823819)
  11. Arrowup.png Amazon (anglais), "Customer Reviews (toutes): Crisis of Conscience", amazon.com. Consulté le 4 octobre 2011
  12. Arrowup.png Amazon (anglais), "Customer Reviews (one star): Crisis of Conscience", amazon.com. Consulté le 4 octobre 2011