Daniel Sydlik

Un article de Témoins de Jéhovah: TJ-Encyclopedie, l'encyclopédie libre sur les Témoins de Jéhovah.
Aller à : navigation, rechercher
Daniel Sydlik
Naissance février 1919
Belleville, Michigan, États-Unis
Décès 18 avril 2006
Nationalité Etats-Unis.jpg Américaine
Connu(e) pour Membre du Collège Central

Daniel Sydlik (février 1919 - 18 avril 2006) a été membre du Collège Central pendant 23 ans.

Biographie selon les publications jéhovistes

Né en février 1919, près de Belleville, dans le Michigan, aux États-Unis et orphelin de père à trois ans, il a été élevé au sein d'une famille nombreuse et modeste par sa mère, d'origine polonaise, et baptisée Témoin de Jéhovah. Par la suite, il occupa un emploi dans une usine d'automobiles à Detroit. Initié par sa mère aux activités jéhovistes, il a été encouragé par des fidèles du mouvement à participer à évangélisation dès les années 1930, puis assista à sa première réunion dans une Salle du Royaume. Il devient pionnier en septembre 1941, puis pionnier spécial à San Pedro, en Californie, en 1942. Par la suite, il fut affecté à Richmond. Sa demande d'exemption du service militaire ayant été rejetée, il fut condamné en 1944 à trois ans de travaux forcés, peine qu’il a effectué principalement au pénitencier fédéral de McNeil Island, dans l'État de Washington. Libéré en 1946, il fut nommé pionnier spécial à Hollywood, puis a servi au Béthel de Brooklyn où il occupa de tâches diverses pendant près de trente ans, dont la composition de scénarios pour la station de radio WBBR. Occupant diverses responsabilités, il devint membre de la Société Watch Tower après avoir travaillé à la rédaction pendant vingt ans. Il épousa une fidèle anglaise en 1970, et devint membre du Collège Central en 1974 et le resta jusqu'à son décès, le 18 avril 2006.[1][2]

Regard extérieur aux TJ

L'historien James Penton rapporte que les travailleurs du Béthel de Brooklyn ont décrit Sydlik comme étant quelqu'un qui manifestait de l'ouverture d'esprit et qui fait preuve de bienveillance.[3] Il faisait partie de ceux qui souhaitaient moins de dogmatisme dans la direction de la Société Watch Tower. Selon Raymond Franz, ex-membre du Collège Central, Sydlik a déclaré à ses amis proches qu'il était temps d'"ouvrir les fenêtres de la Société Watchtower afin de laisser passer un petit air frais".[4] Il a voulu amener ses collègues du Collège Central à renoncer ou réexaminer la chronologie de la Société Watch Tower à propos des temps des Gentils et de l'année 1914.[5][6] Il s'est opposé à la résistance scripturale manifestée par les troisième et quatrième présidents, déclarant qu'il aurait été "heureux de voir [Nathan] Knorr ou [Frederick] Franz se reporter aux Écritures ou mêmes aux publications de la Watchtower pour appuyer leur position, mais ce ne fut pas le cas".[7] Il a également fait partie de ceux qui ont voté pour que le service civil de remplacement soit laissé à la conscience individuelle de chacun.[8] Selon Barbara Anderson, ex-chercheuse du Département de Rédaction de l'organisation, Sydlik a déclaré en 1992 qu'il était derrière l'idée que le Collège Central bénéficie d'aides extérieures au Béthel, mentionnant spécifiquement le besoin de "sang nouveau" afin d'apporter des idées originales et novatrices. Il a précisé que les autres dirigeants ont apprécié l'idée, mais a été déçu que ceux-ci préfèrent nommer des hommes appartenant déjà au Béthel de Brooklyn, en conséquence de quoi, rien ne changea de manière significative.[9] Bien qu'étant carré physiquement et ayant une voix puissante, Sydlik n'avait toutefois pas le charisme d'autres membres du Collège Central. En effet, il a parfois cherché à favoriser une position différente que celle soutenue traditionnellement, mais sa voix n'avait pas le même poids que celui de membres tels que Milton George Henschel, Ted Jaracz ou Lloyd Barry.[10] Lorsqu'il s'agissait de prendre une décision, Sydlik se fiait fréquemment à son intuition pour décider si le sujet en question était juste ou pas.[11]. En 1997, Sydlik n'a pas souhaité répondre à une demande de soutien faite par courrier[12] pour une réforme sur la question du sang.[13]

Références

  1. Arrowup.png La Tour de Garde, 1er juin 1985, pp. 21-26, article "Que ton amitié est précieuse, ô Dieu"
  2. Arrowup.png La Tour de Garde, 1er janvier 2007, p. 8, article "Un homme qui aimait la vie et les gens"
  3. Arrowup.png Penton, James (1997, 2è éd.) (anglais), Apocalypse Delayed: The Story of Jehovah's Witnesses, Toronto: University of Toronto Press, p. 217
  4. Arrowup.png Franz, 2002, p. 92
  5. Arrowup.png Penton, James (1997, 2è éd.) (anglais), Apocalypse Delayed: The Story of Jehovah's Witnesses, Toronto: University of Toronto Press, p. 218
  6. Arrowup.png Franz, 2002, pp. 214-218
  7. Arrowup.png Franz, 2002, p. 105: "Dan Sydlik, a square-built, deep-voiced man of Slavic descent, said he would have been "happy to see Brother Knorr or Brother Franz turn to the Scriptures or even to the Watchtower publications to support their position but that was not the case."
  8. Arrowup.png Franz, 2002, p. 135
  9. Arrowup.png Anderson, Barbara (anglais), "The 'Given Ones', Jehovah’s provision ?", Freeminds
  10. Arrowup.png Franz, 2002, p. 338
  11. Arrowup.png Franz, 2002, p. 118
  12. Arrowup.png AJWRB (27 janvier 1997) (anglais), "One of many letters to the Governing Body", ajwrb.org
  13. Arrowup.png ""Chronologie des changements de la doctrine sur le sang", tirée de ajwrb.org