EPO et grands prématurés

Un article de Témoins de Jéhovah: TJ-Encyclopedie, l'encyclopédie libre sur les Témoins de Jéhovah.
Aller à : navigation, rechercher

L’ Epo est devenue un traitement incontournable de la prise en charge des grands prématurés. Toutefois, de par son mécanisme d’action, l'EPO n'a pas une action immédiate sur l'anémie et ne peut se substituer à la transfusion sanguine quand un trop faible taux d’hémoglobine compromet le transport de l’oxygène dans le corps de l’enfant, pouvant entraîner des séquelles neurologiques graves. Elle est surtout efficace pour éviter l'anémie secondaire s'installant progressivement chez le prématuré, du fait de son immaturité.

Néanmoins, les publications comme l’actualité jéhovistes présentent cette hormone comme le traitement de choix de l’anémie du prématuré.

Données médicales

L'anémie du prématuré est une anémie avec un taux de réticulocytes (globules rouges fraîchement sorties de la moëlle) bas, qui s'accompagne d' une réponse inappropriée de la sécrétion d'érythropoïétine. Ce qui aboutit à la nécessité de transfusions multiples de ces enfants. Pour réduire le nombre de transfusion, l'EPO est utilisée chez les prématurés, associée à une supplémentation en fer. De nombreuses études cliniques ont démontré l'efficacité de l'EPO dans le traitement de l'anémie du grand prématuré. Toutefois, si ce traitement permet de réduire le nombre de transfusions sanguines quand il fait sentir son action, c'est à dire deux semaines après sa première administration, il ne permet pas de les supprimer totalement. En effet, chez les enfants de très faible âge gestationnel ou de faible poids de naissance les besoins en transfusion restent encore importants :

  • 1999 : Cost-effectiveness analysis of recombinant human epoietin and blood transfusion in the prevention of anemia of prematurity, Journal de Pharmacie Clinique. Volume 18, Number 1, 52-4, Mars 1999, 4es ATELIERS DU SNPHPU, E. RONDIER, N. BLEYZAC, B. GUY, H. CONSTANT, S. ROCHEGUDE, G. PUTET, G. AULAGNER [1]:
Du point de vue d'un système économique de santé, la comparaison des coûts montre que la transfusion sanguine est préférable au traitement préventif par l'érythropoïétine, dans le traitement de l'anémie du prématuré. Cependant, des arguments en faveur de l'érythropoïétine viennent contrebalancer les conclusions de l' évaluation économique. L'érythropoïétine possède une excellente tolérance. En effet, ses effets secondaires se limitent, chez le prématuré, à une déplétion en fer (facilement traitée par une supplémentation martiale adaptée) et à de rares cas de réactions anaphylactiques. Elle permet de réduire les besoins de transfusions multiples, en effet le traitement préventif par l'érythropoïétine recombinante diminue significativement le nombre de transfusions par enfant . Il faut aussi considérer les différents risques liés à la transfusion sanguine, tout particulièrement les risques résiduels de transmission de maladies virales lors d'une transfusion qui sont les suivants : VIH (1 sur 1 000 000), VHB (5,6 sur 1 000 000), VHC (4,9 sur 1 000 000). Enfin, les difficultés actuelles d'approvisionnement des centres de transfusion sanguine sont des arguments en faveur de solutions alternatives à la transfusion.
  • 2004 : Érythropoïétine et anémie du prématuré , Archives de pédiatrie, 2004, vol. 11, no12, pp. 1516-1520, SAIZOU C ; MORIETTE G. ; SAUCHEZ L. [2]:
Pour réduire le nombre de transfusion, l'EPO est utilisée chez les prématurés, associée à une supplémentation en fer. Son efficacité a été démontrée, mais chez les enfants de très faible âge gestationnel ou de faible poids de naissance les besoins en transfusion restent encore importants. Des études complémentaires pourraient permettre une meilleure adaptation des doses, de la voie d'administration et le nombre d'injection par semaine pour avoir une meilleure efficacité.
  • 2005 : Randomized Trial of Liberal Versus Restrictive Guidelines for Red Blood Cell Transfusion in Preterm Infants . PEDIATRICS Vol. 115 No. 6 June 2005, pp. 1685-1691 (doi:10.1542/peds.2004-1884) [3] :
Conjointement à l'utilisation de l'EPO, les médecins tolèrent un taux d'hémoglobine dans le sang plus faible qu'avant, or une étude clinique américaine réalisée en 2005 sur 100 prématurés ayant un poids de naissance compris entre 500 et 1300 g démontre que cette politique a eu des conséquences négatives en terme d'hémorragie du cerveau et d'apnée sévère sur le groupe des enfants ayant reçus moins de transfusions. De plus, selon la même étude, le nombre de bébés n’ayant pas eu besoin de transfusion sanguine, ainsi que le nombre de donneurs de sang auxquels ont été exposés les bébés transfusés, varient très peu entre le groupe d'enfants transfusés de manière classique et le groupe d'enfants transfusés sur la base d'un taux d'hémoglobine plus bas.
  • 2006 : Effects of a combined therapy of erythropoietin, iron, folate, and vitamin B12 on the transfusion requirements of extremely low birth weight infants. Pediatrics 2006; 118(5): 2004-13, Haiden N, Schwindt J, Cardona F et coll. [4]:
Une étude clinique réalisée en Autiche sur 40 enfants prématurés, ayant un poids à la naissance entre 450 et 800 g et un âge gestationnel ≤ 32 semaines, démontre les bénéfices du traitement combiné d’érythropoïétine, fer, acide folique et vitamine B12, soit une diminution de 33% du nombre de prématurés nécessitant une transfusion sanguine. Toutefois des interrogations demeurent : l’administration d’ÉPO exogène aux prématurés inhibe la production physiologique d’ÉPO et on ne connaît pas, actuellement, l’impact possible de cette inhibition. De plus, dans cette étude, le fer est administré à partir de la 4e à la 6e semaine de vie chez les prématurés. Or, le fer est en général évité dans le premier mois de vie en raison de l’immaturité des protéines de fixation du fer chez le prématuré. Cette immaturité pouvant entraîner une diminution de la fixation du fer, ce qui fait craindre un risque accru d’intoxication.


Comme tous travaux scientifiques, ces études ont besoin d'autres études pour affiner ces résultats.

EPO et prématurés selon les Témoins de Jéhovah

Dans les publications jéhovistes

  • Réveillez-vous ! 8/12/90 p. 28, PREMIÈRE DÉCISIVE?
«Au lieu de recourir à la transfusion sanguine, des médecins japonais ont récemment soigné un prématuré anémique par des injections d’érythropoïétine, une substance hormonale qui stimule la production des globules rouges. Le bébé ne pesait que 800 grammes à la naissance et “son anémie, pouvait-on lire dans l’Asahi Shimbun, avait évolué jusqu’à un stade où il aurait normalement fallu transfuser”. Toutefois, étant Témoins de Jéhovah, les parents ont refusé cette thérapeutique. Les médecins ont donc administré de l’érythropoïétine à l’enfant à partir du 39e jour suivant sa naissance. Au bout d’une semaine, le taux de globules rouges a commencé à augmenter et, plus tard, le taux d’hémoglobine a fait de même. “Bien que, dans ce cas précis, les motifs aient été religieux, déclare le praticien, ce traitement va certainement se répandre pour éviter les risques tels que les infections dues aux transfusions sanguines.”»
  • Réveillez-vous ! 22/12/96 p.26 à 27 (résumé):
Le mardi 2 mai 1995, une jeune femme enceinte atteinte d’un cancer du sein décède, mais l’équipe médicale parvient à sauver son bébé, né deux mois et demi avant terme et ne pesant que 1,100 kilo. La numération globulaire de l’enfant étant basse, les médecins souhaite lui administrer une transfusion de sang. Toutefois, pour respecter les vœux de la famille, ils utilisent l’érythropoïétine que leur ont recommandé les Témoins de Jéhovah. La numération globulaire remonte. Une infirmière dit : “ Pourquoi n’utilisent-ils pas cela pour tous les bébés ?
  • Réveillez-vous ! 22/11/99 p. 18 à 20 (résumé):
Mars 1992, une femme enceinte de 5 mois fait une prééclampsie, complication de la grossesse parfois mortelle. Il faut déclencher l'accouchement. L'enfant nait et pèse 700 grammes. Le bébé contracte une pneumonie, son état se stabilise, puis il déclare une infection intestinale, se rétablit et commence à prendre du poid. Mais le médecin informe les parents que l'enfant est anémique. Il suggère d’essayer d’obtenir de l’érythropoïétine synthétique (EPO), le Service d’information hospitalier des Témoins de Jéhovah lui fournit des renseignements sur l’obtention et l’utilisation de l’EPO. Le médecin applique le traitement. Plusieurs semaines s'écoulent, le bébé a maintenant une infection intestinale, des crises parfois suivies d’épisodes d’apnée (arrêt de la respiration), un taux d’hémoglobine toujours bas et une bronchopneumonie. À trois mois, l'enfant est toujours à l’hôpital et ne pèse que 1.4 kilo, mais pour la première fois il n’est plus sous oxygène, son taux d’hémoglobine remonte. Cependant, quelques temps plus tard, il fait un grave épisode d’apnée, puis contracte un virus et connait un autre épisode d’apnée très long. Le bébé se remet tout doucement, mais présente des troubles psychomoteurs, conséquence de ses encéphalopathies.

Communication lors d'une assemblée de circonscription sur les prématurés et l'EPO

Beaucoup de communications les plus tendancieuses sont maintenant véhiculées par le mouvement lors des réunions plutôt que dans les revues de celui-ci. A ce titre, lors d'une assemblée à Marseille, d'après un forum de Témoins de Jéhovah un membre du CLH aurait parlé d'une affaire médicale[5] ayant impliqué un bébé prématuré de 30 semaines né de parents Témoins de Jéhovah, qui aurait eu lieu à l'hôpital Purpan de Toulouse. Cette affaire aurait été une première et aurait permis, selon la personne, de généraliser l'utilisation de l'EPO pour les prématurés dans les hôpitaux français. L'enfant, après 3 jours d'injection d'EPO fournie par le Béthel, aurait eu son taux d'hémoglobine stabilisé et le 4ème jour, ce taux aurait même augmenté.

Interrogé par nos soins par mail, le service néonatologie de cet hôpital dément l'affaire ("C'est faux") : "L'EPO s'administre en trois injections par semaine, 18 doses au total pour les prématurés nés à moins de 32 SA et/ou pesant moins de 1250 g." "L'EPO n'a pas une action immédiate sur l'anémie. Elle est surtout efficace pour éviter l'anémie secondaire s'installant progressivement chez le prématuré, du fait de leur immaturité." Enfin, la responsable du service précise que bien loin d'avoir été le premier hôpital se servant de l'EPO avec les prématurés, il a été un des derniers à accueillir cette technique et ne peut donc être à l'origine de la généralisation de l'utilisation de l'EPO pour les prématurés en France [6].

NDL : Cette fausse information a dépassé actuellement le cadre des forums TJs et se répend sur le web par le biais d'autres sites [3], [4].

Devant les tribunaux

Affaire prématurés du Québec (2007)

Pour obtenir l'autorisation de procéder à des transfusions sanguines sur des jumeaux prématurés, les deux médecins qui soignaient ceux-ci avaient expliqué au tribunal que les transfusions sanguines étaient nécessaires pour maintenir en vie les jumeaux, qui étaient nés par césarienne après 25 semaines de grossesse, et leur éviter des séquelles neurologiques graves. Les défenseurs avaient fait entendre le Dr David Burrows, lui même Témoin de Jéhovah, pour qui il existait des alternatives aux transfusions sanguines, dont l’érythropoïétine (EPO). Un avis que ne partagaient pas les Dres Piuze et Bélanger, qui ont affirmé devant le tribunal que l’EPO n’était pas indiquée dans le cas des jumeaux. « Le Tribunal est satisfait des explications qu’elles donnent et préfère leur opinion à celle du Dr Burrows, qui n’a pas vu ni examiné [les enfants] », écrit le juge Bouchard dans son jugement [5].

Affaire des sextuplés de Vancouver (2007-2008)

Voir article détaillé Affaire des sextuplés de Vancouver

Dans cette affaire, les parents ont engagé une bataille juridique contre l'hôpital et le gouvernement qui leur ont retiré un temps la garde des enfants, pour pouvoir leur administrer des transfusions sanguines. La Cour Suprême de cet état du Canada a accordé aux parents le droit produire une contre-examination des arguments des médecins :

  • Le 21 janvier 2008, les parents des sextuplés font comparaître devant la Cour, deux médecins qui déclarent que les transfusions sanguines n'étaient pas médicalement indispensables dans le cas des sextuplés. Pour le Dr. Robin Ohls, un chercheur en néonatalogie de l' Université de New Mexico, seule une hémorragie aurait justifié une transfusion sanguine et aucun des bébés ne serait mort d'un trop faible taux d'hémoglobine. Elle préconise plutôt l'utilisation d' Epo, sans savoir s'il était utilisé dans l'hôpital qui a soigné les enfants. Le juge en chef Donald Brenner Ohls lui demande de préciser ce qu'elle entend par pas "médicalement indispensable" et si cela comprend la possibilité d' une invalidité permanente. Elle répond qu'il n'existe aucune preuve que les transfusions auraient empêché celle-ci. Le Dr. David Burrows, un néonatalogiste d' Ontario, lui-même Témoin de Jéhovah, atteste lui-aussi que les transfusions sanguines n'étaient pas indispensables dans le cas des sextuplés.
  • Le 22 janvier 2008, le Dr. Alfonso Solimano, le néonatalogiste qui a soigné ces grands prématurés, explique à la Cour que l'alimentation en oxygène des bébés était compromise et que la transfusion sanguine paraissait être la solution la moins dangereuse pour la santé des enfants. Selon lui, il existait bien d'autres solutions pour augmenter le niveau d'oxygène dans le corps des enfants, mais les effets secondaires en auraient été plus dangereux qu'une transfusion sanguine. Il explique que les bébés n'étaient pas en bonne santé, que le niveau d'oxygène dans leur corps chuttait et que les battements de leur coeur s'accéléraient. La distribution de l'oxygène dans tous les tissus était alors compromise.

NDL : Selon le témoignage du Dr Solimano, il apparaît que les bébés étaient fortement anémiés, au point que l'oxygénation des tissus était compromise. Il en résulte que seule une mesure d'urgence comme la transfusion sanguine pouvait rétablir rapidement la circulation de l'oxygène (notamment du cerveau) et éviter de graves séquelles neurologiques [7]. L'EPO, qui demande plus d'une semaine de traitement avant de commencer à stimuler la production des globules rouges, aurait bien permis au niveau d'hémoglobine de remonter, mais trop tard pour éviter des dommages irréversibles .

Références

  1. Arrowup.png Journal de Pharmacie Clinique
  2. Arrowup.png Érythropoïétine et anémie du prématuré sur le site du CNRS
  3. Arrowup.png Randomized Trial of Liberal Versus Restrictive Guidelines for Red Blood Cell Transfusion in Preterm Infants
  4. Arrowup.png Etude Une thérapie combinée de vitamine B12, d’acide folique, de fer et d’érythropoïétine permet de réduire les transfusions sanguines chez les bébés prématurés de très petit poids, par le Centre d'information sur le médicament
  5. Arrowup.png Note : Le forum TJ sur lequel avait été prise cette information a effacé ce sujet [1], il est encore disponible (pour combien de temps ?) sur cet autre autre forum [2].
  6. Arrowup.png Mail reçu par l'auteur. Copie sur demande à cchasson@free.fr
  7. Arrowup.png Note : Les globules rouges commencent à transporter l'oxygène immédiatement, suite à une transfusion sanguine. Voir :Un Docteur Répond aux Questions fréquemment posées par les Témoins de Jéhovah

Voir aussi