Euthanasie

Un article de Témoins de Jéhovah: TJ-Encyclopedie, l'encyclopédie libre sur les Témoins de Jéhovah.
Aller à : navigation, rechercher

Dans ses publications, la Société Watch Tower s'est parfois exprimée sur la question de l'euthanasie, même si les articles abordant cette question n'ont pas été très nombreux. Son point de vue est que l'euthanasie "positive" ou "active", c'est-à-dire celle qui consiste à hâter la mort dans la cas où celle-ci est inévitable et que la personne souffre, est contraire aux principes bibliques; en revanche, l'euthanasie "négative" ou "passive", qui consiste à s'abstenir de prolonger par des moyens extraordinaires une vie qui, de toute façon, va bientôt s'éteindre, est une question de conscience et est donc autorisée.[1]

Arguments

Dans les années 1960, la question se posait déjà dans les publications jéhovistes de savoir s'il fallait autoriser un malade incurable à mourir,[2] et le mouvement exprimait son avis à partir de son interprétation de la Bible.[3] Ce point de vue a été constant au fil des années, et depuis les années 1970, quatre articles traitèrent de ce sujet de façon similaire, avançant globalement les mêmes arguments et fournissant les mêmes conseils.[4][5][6][7]

Le point de vue de la Watch Tower trouve son fondement dans les principes bibliques suivants:

  • 1/ le caractère sacré de la vie qui émane de Dieu selon Psaume 36:9;
  • 2/ la condamnation du meurtre selon Exode 20:13, celui-ci étant défini en Nombres 35:20 comme étant prémédité et motivé par la haine;
  • 3/ le fait de conserver une bonne conscience selon 1Pierre 3:16;
  • 4/ la soumission aux "autorités supérieures" requise en Romains 13:1,5 (les gouvernements étant fréquemment opposés à l'euthanasie), et ceci même si concrètement, l'auteur d'un euthanasie est rarement sanctionné.

De surcroît, selon la Watch Tower, l'épisode biblique dans lequel Saül (1Samuel 31:3,4), premier roi des Juifs, demanda à son porteur d'armes de le mettre à mort alors qu'il était grièvement blessé, ne peut pas être retenu comme supportant l'euthanasie active puisque l'Amalécite qui, ultérieurement, prétendit avoir achevé Saül, fut mis à mort par le roi David (2Samuel 1:2-16).[6] De ce fait, il est dit: "Les personnes qui désirent conformer leur vie aux principes bibliques ne recourront jamais à l'euthanasie "positive"", puisqu'il y a eu préméditation: la formulation ici prouve clairement qu'il s'agit d'une interdiction faite aux adeptes,[4] et donc le suicide assisté est considéré comme un meurtre.[8] En revanche, selon la Watch Tower, la Bible n'exige pas de prolonger la vie par des traitements coûteux qui font perdurer inutilement la souffrance du malade, et ceci alors que sa mort est toute proche; toutefois, même dans cette situation, il est rappelé que la décision ne doit pas être prise à la légère, que chaque cas est unique, que des malades censés être condamnés peuvent recouvrer la santé de façon inattendue et que la médecine peut progresser au point de vaincre une maladie jusque là incurable.

La décision d'euthanasier, difficile à prendre à cause de "sentiments très profonds" qui peuvent altérer le jugement,[4] incombe d'abord au patient, puis à un parent proche ou un représentant légal s'il n'est plus en mesure de déterminer pour lui-même ou s'il s'agit d'un enfant mineur. Il convient de décider après avoir consulté "son médecin, un ministre religieux et ses proches parents", et de respecter la volonté du mourant.[6] Dans un article de 1991, il était dit, sans plus de détails, que les anciens seront dans cette situation "d'un grand soutien", probablement pour ce qui est d'aider à prendre une décision.[7]

Par contre, il n'est pas interdit d'euthanasier un animal familier afin d'abréger ses souffrances.[9][10]

Citations et nouvelles dans le monde

En 1974, un article de la rubrique "Coup d'œil sur le monde" rapporta que Trois prix Nobel s'était prononcés en faveur de l'euthanasie active et rassemblaient des signatures dans ce sens. La Watch Tower conclut en mettant en parallèle cette demande avec sa doctrine de rejet des transfusions sanguines, déclarant: "Ces personnalités reconnaissent qu'un malade a le droit de se suicider par personne interposée. Il serait intéressant de savoir si ces mêmes personnalités reconnaissent aux chrétiens le droit de refuser une thérapeutique qui viole leur conscience fondée sur les principes bibliques."[11] Ainsi, pour la Watch Tower, on peut choisir de mourir, mais uniquement si cela relève d'une obéissance aveugle à une autorité religieuse en vertu d'une interprétation discutable d'un passage biblique, et pas si l'on est concrètement à l'article de la mort et qu'on souffre le martyre...

En 1978, alors qu'"un changement d'attitude se dessin[ait] depuis peu dans certains milieux", un article présenta différents avis de juristes du monde entier, avis formulés à l'occasion d'un procès fictif portant sur un cas d'euthanasie active, lors d'une conférence intitulée "Défense légale et internationale des Droits de l'homme". Le point de vue de l'avocat Ambrosio Padilla, croyant, rejoignait parfaitement celui de la Watch Tower.[5] En 1981, un article cita La Tribune de Lausanne qui s'étonnait de la nécessité d'un projet de loi contre l'avortement et l'euthanasie, dans la mesure où le respect de la vie d'autrui est au centre de l'enseignement biblique, selon le rédacteur; puis le Réveillez-vous! s'interrogeait: "Comment se fait-il que des communautés 'éduquées' pendant des siècles par les Églises de la chrétienté manifestent un tel mépris des principes divins?"[12]

La Watch Tower rapporta parfois des nouvelles de légalisations de l'euthanasie dans certains pays,[13][14] et les inquiétudes qu'elle pouvait susciter.[15][16]

Faits divers

En 2003, Bob Stokes, 60 ans, et sa femme Jennie, 55 ans, deux Témoins de Jéhovah britanniques qui souffraient respectivement d'épilepsie et de diabète, se sont rendus dans une "clinique de suicide" en Suisse après avoir dit à leur famille qu'ils partaient en vacances. Là, ils ont pris des doses mortelles de médicaments peu après leur arrivée. Cet acte a surpris l'entourage, compte tenu de l'appartenance religieuse du couple.[17]

En 2009, environ 120 personnes se rassemblèrent sur les marches du Parlement à Adelaïde en faveur de l'euthanasie volontaire en Australie. Ian Wood, du groupe Christians Supporting Choice for Voluntary Euthanasia, affirma que parmi les membres du groupe ou manifestants, il y avait un Témoin de Jéhovah.[18] Deux ans plus tard, le révérend baptiste Trevor Bensch, fondateur de cette association, présenta celle-ci comme un "groupe œcuménique" et, citant les dénominations représentées au sein de celles-ci, mentionna les Témoins de Jéhovah.[19]

En août 2011, Clarice Di Tullio, une Témoin de Jéhovah de 48 ans souffrant de la sclérose en plaques, a gagné en Italie le droit de ne pas recevoir un traitement, affirmant devant la cour de Trévise: "Je ne veux pas que ma vie soit prolongée si les médecins sont raisonnablement convaincus que mon cas est désespéré". Or, les juges ont rendu un arrêt respectant son souhait, ce qui a suscité un débat entre partisans et adversaires de l'euthanasie.[20]

Un site dédié à l'euthanasie rapporte le cas de, Georgette Malette, une Témoin de 57 ans victime d'un accident de la route en 1979, qui avait clairement exprimé son refus de transfusion, transfusion qu'elle a malgré tout reçue de son médecin. Elle a attaqué ce dernier en justice en juin 1980, et a obtenu du juge des dommages et intérêts. Le site semble estimer que ce cas relevait d'une volonté de choisir sa fin de vie et donc de l'euthanasie.[21]

Références

  1. Arrowup.png Mengel, Mark B.; Holleman, Warren Lee; Fields, Scott A. (2002) (anglais), Fundamentals of Clinical Practice, Springer, p. 657 (ISBN 978-0-3064-6692-2)
  2. Arrowup.png Réveillez-vous!, 22 janvier 1966, pp. 29,30
  3. Arrowup.png Réveillez-vous!, 8 mai 1962, pp. 13,14
  4. 4,0, 4,1 et 4,2 Réveillez-vous!, 8 août 1974, pp. 27-29, "Que dit la Bible? Que faut-il penser de l'euthanasie?"
  5. 5,0 et 5,1 Réveillez-vous!, 8 juillet 1978, pp. 4-7, "L’euthanasie — Qu’en disent les juristes?"
  6. 6,0, 6,1 et 6,2 Réveillez-vous!, 8 septembre 1986, pp. 20,21, "D'après la Bible... Le "droit de mourir": qui doit en décider?"
  7. 7,0 et 7,1 Réveillez-vous!, 22 octobre 1991, pp. 7-9, "La meilleure des assistances"
  8. Arrowup.png DuBose, Edwin R.; Penton, James M. (2002) (anglais), "The Jehovah's Witnesses", The Park Ridge Center for the Study of Health, Faith and Ethics, pp. 9,10, format pdf
  9. Arrowup.png La Tour de Garde, 1er juin 2003, p. 31, "Questions des lecteurs"
  10. Arrowup.png Réveillez-vous!, 22 février 2004, p. 9, "Un point de vue équilibré sur les animaux"
  11. Arrowup.png La Tour de Garde, 22 septembre 1974, p. 31, "Coup d'œil sur le monde"
  12. Arrowup.png Réveillez-vous!, 22 mars 1981, p. 29, "Coup d'œil sur le monde"
  13. Arrowup.png Réveillez-vous!, 22 février 1997, p. 29, "Coup d’œil sur le monde"
  14. Arrowup.png Réveillez-vous!, 8 août 2001, p. 29, "Coup d'œil sur le monde"
  15. Arrowup.png Réveillez-vous!, 22 octobre 1978, p. 30, "Coup d’œil sur le monde"
  16. Arrowup.png Réveillez-vous!, 8 juillet 1978, p. 30, "Coup d’œil sur le monde"
  17. Arrowup.png Smith, Justine; Prince, Rose (15 avril 2003) (anglais), "Suicide Tourists; Couple Fly off to Die. But Family Think They Are on Holiday", Londres: The Mirror, v.i.v.free.fr. Consulté le 26 août 2012
  18. Arrowup.png ABC News (28 octobre 2009) (anglais), "Rally Support for Voluntary Euthanasia", abc.net.au. Consulté le 26 août 2012
  19. Arrowup.png Hinds, Clayton (31 mars 2011) (anglais), "Christian Group Supports Euthanasia", Christian Today. Consulté le 26 août 2012
  20. Arrowup.png New 24 (4 août 2011) (anglais), "Dying Italian Stirs Euthanasia Debate", news24.com. Consulté le 26 août 2012
  21. Arrowup.png Euthanasia (anglais), "Cases in History", euthanasia.cc/cases.htlm. Consulté le 26 août 2012