Frederick Franz

Un article de Témoins de Jéhovah: TJ-Encyclopedie, l'encyclopédie libre sur les Témoins de Jéhovah.
Aller à : navigation, rechercher
Frederick Franz
Nom complet Frederick William Franz
Naissance 12 septembre 1893
Covington, Kentucky
Décès 22 décembre 1992
Brooklyn, New York
Nationalité Etats-Unis.jpg Américaine
Occupation "Oracle" de l'organisation
Connu(e) pour Président de la Watch Tower Bible & Tract Society
Œuvres célèbres Nombreuses publications théologiques

Frederick William Franz (12 septembre 1893 – 22 décembre 1992) a servi en tant que président de la Société Watch Tower, l'entité légale utilisée pour diriger le travail des Témoins de Jéhovah. Il avait précédemment servi cette même société de 1945 à 1977 en tant que vice-président et membre du Collège Central des Témoins de Jéhovah avant de remplacer Nathan Homer Knorr en 1977.

Biographie

Franz est né à Covington dans le Kentucky et obtint le baccalauréat en 1911. Il suivit des cours de grec biblique à l'université de Cincinnati,[1] projetant déjà de devenir pasteur presbytérien.[2] Après avoir lu quelques écrits de Charles Taze Russell, il s'est intéressé aux Étudiants de la Bible. Il fut baptisé en tant qu'Étudiant de la Bible le 30 novembre 1913[3] ou bien le 5 avril 1914,[2] et quitta l'université en mai 1914. Franz commença immédiatement à évangéliser à plein temps comme pionnier.

En 1920, Franz rejoignit le Béthel de Brooklyn,[2] puis en 1926, il fit partie de l'équipe éditoriale en qualité de chercheur biblique et d'auteur pour les publications de la Société. Franz est généralement connu — bien que jamais officiellement — pour avoir été une figure prépondérante dans la préparation de la Traduction du Monde Nouveau des Témoins de Jéhovah, qui a été conçue anonymement comme la plupart des publications de la Watch Tower. Il était également le principal théologien du mouvement.[4] Il était un des membres les plus anciens à diriger l'organisation et l'un des plus vieux dirigeants dans quelque religion que ce soit. Dans ses dernières années, il était plutôt faible.

Franz mourut à Brooklyn, New York en 1992 à l'âge de 99 ans et Milton George Henschel lui succéda. Le New York Times du 24 décembre 1992 le décrivit comme "un dirigeant religieux....[de] confession chrétienne" et "un bibliste (érudit de la Bible)". L'article prétendit qu'il était "versé en hébreu, araméen et grec".

Le neveu de Franz et membre du Collège Central Raymond Franz fut renvoyé et par la suite exclu en 1980 pendant la présidence de Frederick W. Franz.[5]

Réalisations et éducation

Franz est généralement connu pour avoir été le traducteur dirigeant la préparation de la Traduction du Monde Nouveau,[6] et le rédacteur en chef de cette version de la Bible.[7] Il était considéré comme l'"oracle" de l'organisation.[8]

Franz était l'un des meilleurs élèves de l'Université de Cincinnati.[9] Sa formation se concentrait sur le latin et le grec classique[10][11] Selon Alexander Macmillan, en plus de sa langue maternelle l'anglais, Franz parlait couramment espagnol, portugais et allemand, s'y connaissait en français et était un érudit en hébreu, syriaque et latin, bien que les registres étudiants de Franz n'indiquent aucunement qu'il ait étudié plus en avant le grec qu'au niveau basique ou débutant.[12] De plus, contrairement aux affirmations de Macmillan, Franz ne reçut pas de bourse Rhodes.[9]

À ce sujet, lors d'un procès en Écosse en 1954,[7] à la demande du juge, Frederick Franz refusa de tenter la traduction d'un verset biblique simple (Genèse 2:4) de l'anglais à l'hébreu, et admit ne pas savoir parler hébreu. Alors que Franz était considéré comme le principal exégète de la Watch Tower, Raymond Franz rapporte que lors de la rédaction de l'encyclopédie biblique Aide auxiliaire pour une meilleure intelligence de la Bible, pour des questions techniques en grec et en hébreu, Frederick Franz renvoyait fréquemment son neveu, à la grande surprise de ce dernier, à lire les commentaires de la bible d'Adam Clark (1762-1832), Cooke ainsi que Soncino (1945-1952), pour la partie hébraïque.[13]

Franz était la source de toute "nouvelle lumière" et, sauf en cas très rares de véto de la part de Knorr quand ce dernier était président, il décidait de toutes les questions bibliques.[14] Parmi tous les publications éditées par la Watch Tower, seuls ceux écrits par Franz ne devaient pas être modifiés sans son accord.[15] Il participait rarement au porte à porte.[16]

En 1950, Franz expliqua que la résurrection des princes de l'Ancien Testament ne s'effectuerait pas avant Har-Maguédôn, ce qui constituait un retour aux idées de Charles Taze Russell.[17]

Lors d'une réunion du Collège Central, il fut demander à Franz si, selon lui, l'expression traduite par "de porte en porte" en Actes 5:42 et 20:20 signifiait vraiment aller d'une porte à une autre, ce à quoi il répondit: "Oui, je crois que cela peut le signifier", sans être capable de défendre son point de vue de façon de façon convaincante, ce qui provoqua le rire des autres membres du Collège Central.[18]

Lors du vote du 11 octobre 1978, Franz se prononça en faveur du maintien du refus du service civil et exprima l'idée que les filiales n'avait à donner leur avis sur cette question, déclarant: "D'où viennent en fait tous ces renseignements [les rapports des filiales]? Viennent-ils du haut vers le bas? Où du bas vers le haut?", et ajouta que la décision du Collège Central ne devait pas être établie sur ces rapports.[19]

Lors d'une assemblée de district à New York en 1980, Franz expliqua à l'auditoire que seuls les Témoins survivraient à Har-Maguédon, que cela était soutenu par la Bible et que les petits enfants de ceux qui ne seraient pas Témoins seraient eux aussi détruits.[20] En mai de la même année, il prononça un discours dans une congrégation espagnole de l’État de New York afin de mettre en garde contre l'"apostasie", insistant sur le fait que la Bible devait être étudiée et expliquée à la Salle du Royaume uniquement, et non dans des cadres privés.[21]

Franz inaugura les filiales de Chypre (1969),[22] de l'Argentine (octobre 1974),[23] de Colombie (septembre 1979)[24] et du Japon (15 mai 1982),[25] ainsi que le bâtiment de la ferme de la Société (1973),[26] de la Salle d'assemblées à Madrid (1975),[27] du bâtiment situé au 25 Columbia Heights (15 mars 1982),[28] de la nouvelle aile du Béthel de Londres (1983).[29] Il participa à la remise des diplômes de nombreuses classes de l'École de Guiléad et fit de très nombreuses tournées de services à travers le monde (voir carte ci-dessous).

En vert, pays visités lors des tournées de service de Frederick Franz

Personnalité

Jamais marié, Franz a toujours soutenu Rutherford dans toutes ses actions, lui offrant une justification biblique pour sa villa Beth-Sarim et écrivant et signant le premier la lettre contre Olin Moyle qui parut dans La Tour de Garde du 15 octobre 1939.[30] Franz manifesta certains défauts de son mentor, notamment une certaine intolérance et arrogance. En 1943, il se débarrassa du vice-président Hayden Covington en développant la doctrine selon laquelle un non-oint ne pouvait pas faire partie de la direction de l'organisation.[31] Après l'échec de 1975, Franz attribua la responsabilité de la non-réalisation de la prophétie à la communauté des Témoins, expliquant lors d'un assemblée à Toroto: "Savez-vous pourquoi rien ne s'est produit en 1975? C'est parce que vous attendiez que quelque chose se passe".[32][33]

Dans les années 1960, Franz accepta que les Témoins masculins du Mexique soudoient les fonctionnaires afin d'obtenir de fausses cartes de réservistes.[34]

Franz avait peu de réalisme sur les difficultés de la vie et se montrait parfois fataliste envers les tragédies; par exemple, lorsqu'il prononça le discours d'enterrement de son petit neveu âgé de 34 ans, il ne parla quasiment pas du défunt et transforma le service funéraire en prétexte pour exposer la doctrine de l'organisation. De même, Franz avait expliqué en 1980 que lorsque sa mère l'avait averti en 1939 de la mort de son père, il lui avait répondu qu'il n'assisterait pas aux funérailles afin de ne pas délaisser les activités d'édition du Béthel; il y assista finalement car sa mère avait téléphoné en colère à Joseph Rutherford pour lui dire de changer d'avis. Raymond Franz pense que cela reflétait "sa formation et une vie d'auto-discipline contre toute forme d'intense sentiment pour toute autre chose que les "intérêts théocratiques""; il regrette qu'un homme si détaché du monde et ayant peu de sens pratique ait eu tant de responsabilités dans des décisions touchant à des domaines dans lesquels il n'avait aucune expérience individuelle.[35] Certes, ce n'était pas un "ermite" car il acceptait les invitations à déjeuner, mais était toujours traité différemment des autres invités et, lors de ces repas, les discussions étaient très éloignées des sujets d'occupations ordinaires.[36]

Selon l'auteur Edmond Gruss, Franz était "une énigme, parfois amical, gentil et avec qui il était facile de converser, mais affichant à d'autres moments un comportement erratique et une instabilité dans le discours et la conduite". Au niveau de l'écriture des ouvrages théologiques, Franz utilisait une structure "confuse et vaseuse" des phrases et des paragraphes, "un style de saveur de flou absolu"; Gruss prend pour exemple le livre La vie éternelle — Dans la liberté des enfants de Dieu (1966), qui fut si dur à comprendre qu'il fut abandonné comme livre étudié lors de l'étude du livre.[30]

De même, l'historien James Penton décrit Franz comme un "puissant orateur, parfois grandiloquent, avec une étrange cadence d'élocution". Selon lui, il était "une personne beaucoup plus agréable que Rutherford ou Knorr", et se montrait "abordable" et "aimable" aussi longtemps qu'il n'était pas défié. Toutefois, il était également "excentrique" de la même manière que Paul Johnson et Clayton Woodworth, notamment parce qu'il utilisait des interprétations allégoriques de 'types' prophétiques "souvent turbides, turgides et inutilement complexes". Tout comme Rutherford, Franz contribua à créer une "aura d'autorité presque mystique" nimbant les dirigeants de l'organisation.[8]

Il était le dernier des dirigeants de la Watch Tower à exercer un impact charismatique sur la communauté des Témoins, et à sa mort, les membres restants du Collège Central eurent des hésitations à réviser les doctrines qu'il avait établies.[37]

Vidéo

Ressources sur le sujet

Références

  1. Arrowup.png WTBTS (1993), Les Témoins de Jéhovah: Prédicateurs du Royaume de Dieu, Watch Tower Bible & Tract Society, chap. 9, p. 111
  2. 2,0, 2,1 et 2,2 La Tour de Garde (anglais), 1er mai 1987, pp. 22-30, article "Looking Back Over 93 Years of Living"
  3. Arrowup.png La Tour de Garde (anglais), 15 mars 1993, pp. 31,32, article "Rewarded With the Crown of Life"
  4. Arrowup.png Rogerson, Alan (1969) (anglais), Millions Now Living Will Never Die: A Study of Jehovah's Witnesses, Londres: Constable & Co, p. 66 (ISBN 09-455940-6)
  5. Arrowup.png "Witness Under Prosecution", Time Magazine, 22 février 1982
  6. Arrowup.png Wills, Tony (2006, 2è éd.) (anglais), A People for His Name: A History of Jehovah's Witnesses and an Evaluation, Morrisville: Lulu Enterprises, p. 253: "[Frederick] Franz is a language scholar of no mean ability—he supervised the translation of the Bible from the original languages into the New World Translation, completed in 1961."
  7. 7,0 et 7,1 Douglas Walsh v. The Right Honorable James Latham Clyde, M.P., P.C., etc., Écosse, 1954, (1958 ed.), pp. 87,88
  8. 8,0 et 8,1 Penton, 1997, p. 80
  9. 9,0 et 9,1 Penton, 1997, p. 79
  10. Arrowup.png 1911-1913 University of Cincinnati transcript for Frederick W. Franz. Between 1911 and 1913 Franz attended the University of Cincinnati. He earned 15 hours of Latin, 21 hours of classical Greek, and a single 2-hour credit class in a course titled "The New Testament—A course in grammar and translation."
  11. Arrowup.png La Tour de Garde (anglais), 1er mai 1987, pp. 23,24, Frederick Franz states he left the University of Cincinnati near the end of his junior year. According to Franz his early departure from the University of Cincinnati was at a sacrifice. He states, "I have never regretted that, shortly before the announcements by the educational authorities regarding the outcome of the examinations for the Cecil Rhodes Scholarship, I wrote a letter to the authorities and advised them that I had lost interest in the Oxford University scholarship and that they should drop me from the list of contestants. This I did even though my professor in Greek at the university, Dr. Joseph Harry, informed me that I had been chosen to receive it."
  12. Arrowup.png Macmillan Alexander H. (1957) (anglais), Faith on the March, Prentice Hall, pp. 181,182
  13. Arrowup.png Franz, Raymond, Crise de conscience, Atlanta: Commentary Press, p. 26
  14. Arrowup.png Franz, 2002, p. 148
  15. Arrowup.png Franz, 2002, p. 123
  16. Arrowup.png Franz, 2002, p. 158
  17. Arrowup.png Penton, 1997, p. 201
  18. Arrowup.png Franz, 2002, p. 177
  19. Arrowup.png Franz, 2002, pp. 212,213
  20. Arrowup.png Franz, 2002, p. 468
  21. Arrowup.png Penton, 1997, p. 121
  22. Arrowup.png WTBTS (1995), Annuaire des Témoins de Jéhovah, Watch Tower Bible & Tract Society, p. 97
  23. Arrowup.png WTBTS (2001), Annuaire des Témoins de Jéhovah, Watch Tower Bible & Tract Society, p. 159
  24. Arrowup.png WTBTS (1990), Annuaire des Témoins de Jéhovah, Watch Tower Bible & Tract Society, p. 123
  25. Arrowup.png WTBTS (1998), Annuaire des Témoins de Jéhovah, Watch Tower Bible & Tract Society, p. 120
  26. Arrowup.png La Tour de Garde, 1973, p. 506
  27. Arrowup.png WTBTS (1978), Annuaire des Témoins de Jéhovah, Watch Tower Bible & Tract Society, p. 254
  28. Arrowup.png La Tour de Garde, 1er décembre 1982, pp. 26,27
  29. Arrowup.png La Tour de Garde, 1er mai 1984, pp. 14,15
  30. 30,0 et 30,1 Gruss, 2003, p. 42
  31. Arrowup.png Gruss, 2003, p. 43
  32. Arrowup.png Gruss, 2003, p. 44
  33. Arrowup.png Penton, 1997, pp. 99,100
  34. Arrowup.png Penton, 1997, p. 149
  35. Arrowup.png Franz, 2002, pp. 199,200
  36. Arrowup.png Franz, 2002, p. 198
  37. Arrowup.png Penton, 1997, p. 315
Précédé par
Nathan Knorr
Président de la Watch Tower Bible and Tract Society
22 juin 1977 - 22 décembre 1992
Suivi par
Milton Henschel