I'm Perfect, You're Doomed: Tales from a Jehovah's Witness Upbringing

Un article de Témoins de Jéhovah: TJ-Encyclopedie, l'encyclopédie libre sur les Témoins de Jéhovah.
Aller à : navigation, rechercher
I'm Perfect, You're Doomed: Tales from a Jehovah's Witness Upbringing
Auteur Kyria Abrahams
Genre Témoignage personnel
Pays Etats-Unis.jpg États-Unis
Langue(s) Anglais
Date de parution originale 2009
Éditeur Simon & Schuster, Touchstone
Format(s) livre, partiellement numérisé
Pages 339
ISBN 978-1-4165-5684-8
Avis professionnels ou de lecteurs

I'm Perfect, You're Doomed: Tales from a Jehovah's Witness Upbringing est un ouvrage autobiographique de 2009 de Kyria Abrahams.

Contenu

Dans ce livre, Abrahams commence par raconter son éducation dans une famille de Témoins de Jéhovah qui n'était pas harmonieuse. Durant toute son enfance et adolescence, elle crut qu'Har-Maguédôn était imminent, que seuls les Témoins de Jéhovah seraient sauvés et donc ne finit même pas l'école. L'auteur savait donc que les choses du monde comme les célébrations d'anniversaire, le divorce, les Schtroumpfs, la masturbation et Halloween étaient, entre autres, des péchés. Elle connut un mariage très précoce, avec un mari qu'elle n'aimait pas et qui ne la satisfaisait pas sexuellement, ce qui la poussa à l'adultère avec des hommes rencontrés sur Internet et donc au divorce, et à l'alcool et aux drogues. Son exclusion lui permit toutefois de développer des relations avec des gens du monde qui l'aidèrent et se révélèrent de meilleurs amis que les Témoins. Finalement, l'auteur devint poétesse et comédienne. Le livre est divisé en 27 chapitres, suivis d'un glossaire des mots employés par les Témoins de Jéhovah.

Réception critique

Il est possible d'appliquer plusieurs grilles de lecture à cet ouvrage: étant donné que la désaffection religieuse de l'auteur ne résulte d'une remise en question des dogmes jéhovistes, mais d'une volonté d'échapper à un mariage malheureux, certains y verront l'opportunisme d'une jeune femme se rebellant contre son affiliation religieuse une fois que celle-ci devint trop contraignante à ses yeux, d'autres y verront le récit d'une personne étouffée dans sa personnalité véritable qui doit découvrir, au travers de mauvaises expériences et alors en perte de repères, qui elle est vraiment, avant de s'assagir. La partie traitant de sa période post-TJ est généralement considérée par les avis critiques des lecteurs comme étant sombre et triste, avec des propos à caractère sexuel un peu crus.

Beaucoup de critiques littéraires ont loué le livre pour son côté sarcastique, bien que cet humour omniprésent puisse être diversement apprécié. Selon la critique d'Austin Cline du site atheism.about.com qui attribue au livre quatre étoiles sur cinq, Abrahams "est un des rares écrivains qui puisse raconter une histoire d'oppression, de répression, ou des décisions vraiment horribles tout en restant divertissante et amusante". Il explique que l'auteur n'hésite pas à révéler la façon dont elle a contribué à sa situation par le biais de mauvaises décisions, et conclut en estimant que son style peut plaire à n'importe quel lecteur, et pas forcément aux ex-Témoins pour qui ce livre ne sera pas absolument utile. Toutefois, parmi les points négatifs, il cite le manque d'explication sur la doctrine du mouvement.[1] Bryan Rourke, de Providence Journal, écrivit: "Ce que Kyria Abrahams dit est sérieux, mais la façon dont elle le dit est drôle". Dans le magazine Penthouse, il fut écrit que "ce qui aurait pu être cliché ou larmoyant est hilarant dans ses mains [celle de l'auteur]". Selon un avis professionnel laissé sur books.google.fr, Abrahams offre un récit "imagé, mordant, vicieux" de ses deux premières décennies de sa vie. C'est une sorte de "cure confessionnelle", tour à tour mélancolique et drôle. Le livre est "aussi curieusement captivant que des visionnements répétés au ralenti d'un accident dans un parc d'attractions".[2] Maria Ciampa, de The Comedians, juge ce livre "hilarant, brut et touchant".[3]

Toutefois, il y eut aussi certaines critiques. Jeremy Lott, du Washington Times, met ce livre en parallèle avec celui d'un ex-catholique sincère, Joe Queenan, intitulé Closing Time: A Memoir. Pour lui, ce sont deux exemples illustrant l'idée: "Quand la religion cesse d'être utile pour nous, l'apostasie est presque une donnée", même s'il précise immédiatement qu'"utile" n'est pas nécessairement l'équivalent de "pertinent". Il explique que la situation familiale et matérielle de l'ex-catholique Queenan était bien pire que celles d'Abrahams et juge meilleures ses raisons d'avoir abandonné sa religion, affirmant que Queenan, qui n'est même plus chrétien, sait reconnaître à l'église catholique certaines qualités et ne s'est pas départi de certaines vertus chrétiennes. Lott trouve "monstrueusement injuste" qu'Abrahams désigne son ancienne foi comme étant responsable de sa promiscuité sexuelle après son exclusion. Il conclut: "Mlle Abrahams a écrit le mémoire le plus drôle, M. Queenan le meilleur".[4]

Liens externes

Références

  1. Arrowup.png Cline, Austin (anglais), "I'm Perfect, You're Doomed: Tales from a Jehovah's Witness Upbringing", atheism.about.com. Consulté le 20 juillet 2012
  2. Arrowup.png Google Books (anglais), "I'm Perfect, You're Doomed: Tales from a Jehovah's Witness Upbringing, books.google.fr. Consulté le 20 juillet 2012
  3. Arrowup.png Ciampa, Maria (avril 2009) (anglais), "Kyria Abrahams", thecomedians.org. Consulté le 22 juillet 2012
  4. Arrowup.png Lott, Jeremy (12 juin 2009) (anglais), "Book Review: Losing their religion", The Washington Times. Consulté le 22 juillet 2012