Incarcération

Un article de Témoins de Jéhovah: TJ-Encyclopedie, l'encyclopédie libre sur les Témoins de Jéhovah.
Aller à : navigation, rechercher

La Société Watch Tower affirme que, grâce à la vérité que le mouvement est censé faire connaître, des individus ayant parfois eu des comportements répréhensibles au regard de la loi (viols, meurtres, malhonnêteté dans les affaires, etc) se sont transformés en personnes adoratrices de Jéhovah et respectueuses des principes bibliques, abandonnant ainsi la conduite qui les avait amenés à une incarcération. Pourtant, dans les faits, des Témoins de Jéhovah sont parfois condamnés à des peines de prison pour des crimes ou des délits, et ceci à une fréquence qui amène à relativiser les prétentions du mouvement.

Doctrine

Pour justifier le changement soi-disant spectaculaire de comportement auquel certains individus auraient consentis durant leur conversion aux Témoins de Jéhovah, l'organisation jéhoviste se base sur le passage d'Ésaïe 11:6-9, dans lequel il est dit:

"Le loup résidera quelque temps avec l'agneau, et le léopard se couchera avec le chevreau, et le veau et le jeune lion à crinière et l'animal bien nourri, tous ensemble; et un petit garçon les conduira. La vache et l'ourse pâtureront; ensemble se coucheront leurs petits. Et même le lion mangera de la paille comme le taureau. Oui, le nourrisson jouera sur le trou du cobra; et sur la lucarne du serpent venimeux l'enfant sevré mettra vraiment sa main. On ne fera aucun mal et on ne causera aucun ravage dans toute ma montagne sainte, car vraiment la terre sera remplie de la connaissance de Jéhovah comme les eaux recouvrent la mer."

Tout en reconnaissant que ces passages s'appliquaient au rétablissement des Israël dans leur pays après leur libération de la captivité à Babylone, la Watch Tower estime également qu'il existe un accomplissement moderne de ces paroles. En effet, on peut lire ceci dans les publications jéhovistes:

  • La prophétie d'Isaïe, lumière pour tous les humains I, p. 164, § 14:
"Cette prophétie a un accomplissement plus grand. En 1914, Jésus, le Messie, a été intronisé sur le mont Sion céleste. En 1919, le reste des membres de "l'Israël de Dieu" ont été libérés de la captivité babylonienne et ont pris part au rétablissement du vrai culte (Galates 6:16). Les conditions étaient réunies pour qu'ait lieu un accomplissement moderne de la prophétie d'Isaïe relative au Paradis. "La connaissance exacte", la connaissance de Jéhovah, a changé des personnalités (Colossiens 3:9,10). Des gens auparavant violents sont devenus pacifiques (Romains 12:2; Éphésiens 4:17-24). Ces changements se sont à présent opérés chez des millions de personnes."
"Sous le règne du Messie, les prophéties de rétablissement connaîtront un accomplissement en plus grand. Les humains qui, à une époque, auront manifesté un caractère bestial, animal et haineux, vivront en paix avec leurs semblables plus dociles; ils ne chercheront ni à leur faire du mal ni à les blesser."
  • La Tour de Garde, 1er janvier 1984, p. 5, "Peut-on vivre aujourd’hui dans un paradis?":
"Cette prophétie dépeint également une transformation des comportements humains. (...) Des humains qui avaient naguère des traits de caractère bestiaux, qui ont peut-être tué ou exploité leurs semblables ou qui leur ont fait du tort de quelque autre manière, renouvellent tant et si bien leur personnalité qu'ils réussissent à s'entendre avec des gens aussi pacifiques que des agneaux. Lorsque de telles relations s'établissent entre des hommes, l'expression "paradis spirituel" ne paraît pas trop forte pour les décrire." [et la suite de l'article montre que ce "paradis spirituel" est l'organisation jéhoviste.]

De ce fait, certains adeptes s'imaginent naïvement qu'il n'y a même pas de Témoins en prison pour violation de la loi. Même en admettant que certains d'entre eux soient écroués, on pourrait légitimement s'attendre, vu les affirmations du mouvement qui n'hésite pas à s'appliquer une prophétie biblique et à revendiquer l'influence de l'esprit saint derrière ces transformations de personnalité, à une grande différence entre le nombre de Témoins dans les prisons et celui d'autres groupes religieux à la taille sensiblement identique.

Cas rapportés dans les publications

Régulièrement, la Watch Tower fait paraître des biographies de personnes autrefois criminelles qui sont devenues des adeptes pacifiques manifestant la personnalité nouvelle.[1][2][3][4][5] De plus, les publications relatent fréquemment les programmes d'enseignements jéhovistes dans les établissements pénitentiaires du monde entier,[6][7][8][9] et fait valoir les bons résultats obtenus auprès de certains détenus ainsi que, bien souvent, les impressions favorables sur le personnel de la prison.[10] Des assemblées et des baptêmes sont parfois effectués dans l'enceinte pénitentiaire.[11][12]

Toutefois, s'il n'y a pas lieu de douter de la véracité de ces récits — bien que l'on puisse penser qu'il y ait une volonté de créer le plus de contraste possible entre l'avant et l'après conversion —, le fait est que ces changements de vie radicaux sont loin d'être limités aux Témoins de Jéhovah, comme les adeptes ont souvent la fierté ou la naïveté de le croire. À ce sujet, le site Adherents.com relève: "Un nombre anormalement élevé de prisonniers n'étaient en aucune façon des personnes religieuses pratiquantes avant leur incarcération. Autrement dit, ils ne présentaient aucune des mesures standards sociologiques de la religiosité, comme la prière régulière, l'étude des Écritures, et la participation à des services religieux". [13] De même, une enquête de 2012 du Pew Forum on Religion & Public Life a prouvé que de nombreux groupes religieux recrutaient dans les prisons, et que la religion (quelle qu'elle soit: Islam, protestantisme, Judaïsme, etc) constituait une voie de réhabilitation très fréquente pour une grande majorité de détenus.[14]

De plus, la fréquence de ces changements de vie n'est pas aussi élevée que les périodiques le laisse entendre: en effet, d'une manière générale, seules les récits favorables au mouvement sont rapportés dans les écrits jéhovistes, tandis que les cas d'adeptes ayant commis des atrocités après avoir été baptisés sont passés sous silence — à moins qu'ils n'aient éventuellement fait l'objet au préalable d'une importante couverture médiatique. De ce fait, la vision que les fidèles ont sur la supposée conduite irréprochable des membres de leur communauté est grandement faussée, car ils n'ont accès qu'à une version tronquée de la réalité, conjuguée avec une dépréciation systématique du comportement des fidèles des autres religions.

Réalité

Statistiques

Or, des recensements portant sur le nombre de prisonniers par religion indiquent non seulement qu'il y a bel et bien des adeptes en prison, mais aussi que leur nombre tend à démentir les prétentions du mouvement. Par exemple, en 1999 et en 2000, on comptait une centaine de Témoins de Jéhovah dans les prisons d'Angleterre et du pays de Galles, chiffre qui ne différait pas beaucoup de plusieurs autres groupes religieux minoritaires.[15] De plus, cela signifie qu'en 1999, il y avait en Angleterre 1 Témoin incarcéré pour 255 prisonniers, tandis qu'en 2008, on comptait 1 proclamateur pour 445 habitants: ainsi, il y a proportionnellement plus de Témoins (presque le double) dans la population carcérale que dans celle du pays.

De même, en 1997, un recensement partiel portant sur environ 4,65% des détenus dénombra 665 Témoins emprisonnés aux États-Unis, ce qui représentait 0,714% de la population carcérale étudiée, soit 1/112 (à titre de comparaison, il y avait en 2008 1 proclamateur pour 270 habitants dans ce pays). Ce chiffre est largement supérieur à celui d'autres dénominations: par exemple, les mormons, qui sont approximativement cinq à six fois plus nombreux que les Témoins aux États-Unis, comptaient plus de la moitié moins de prisonniers. En outre, le recensement cita plusieurs mouvements religieux qui parvenaient à convertir bon nombre de criminels une fois que ceux-ci étaient incarcérés, mais les Témoins de Jéhovah ne figurent pas dans cette liste.[13]

Il est à noter que les chiffres fournis par les recensements ci-dessus ne peuvent pas inclure des adeptes détenus pour le rejet du service militaire puisque l'incarcération pour ce motif n'est plus d'actualité dans des pays tels que l'Angleterre et les États-Unis. Les Témoins dénombrés dans l'effectif carcéral ont donc commis un crime ou un délit suffisamment grave pour être sanctionnés par une peine d'emprisonnement. D'autre part, on peut supposer que le nombre d'adeptes jéhovistes en prison est inférieur à la réalité dans la mesure où 1/ l'organisation a tendance à exclure des adeptes qui seraient emprisonnés afin de préserver sa réputation, et 2/ comme dans le cas des problèmes mentaux, les membres ont généralement l'habitude de dissimuler leur affiliation religieuse dans le but de ne pas ternir l'image de leur mouvement.

En supposant que l'échantillon étudié aux États-Unis (4,65%) fût représentatif de l'ensemble de la population carcérale, on peut en déduire, en utilisant une règle de proportionnalité, qu'en 1997 il y aurait eu un total de 14 301 adeptes incarcérés aux États-Unis. Si l'on étend ces chiffres au niveau mondial, cela signifierait qu'en 2012, on compterait largement plus de 100 000 adeptes détenus dans des établissements pénitentiaires, ce qui représente grosso modo la population de villes telles que Nancy, Rouen ou Caen.

Crimes rapportés par la presse

Voir articles détaillés Faits divers et Liste d'affaires de pédophilie impliquant judiciairement le mouvement

Les médias rapportent de temps à autre des méfaits commis par des Témoins de Jéhovah; parmi ces actes figurent la pédophilie, les mauvais traitements physiques, l'homicide volontaire, la fraude à petite comme à grande échelle, etc (voir Faits divers et Liste d'affaires de pédophilie impliquant judiciairement le mouvement); en somme, il s'agit de tous les actes horribles qui sont dénoncés dans les publications comme faisant partie des comportements caractéristiques du monde éloigné de Dieu dans les derniers jours. De plus, Raymond Franz, un ex-membre du Collège Central, rapporta dans l'un de ses livres que le Département pour le Service du Béthel de Brooklyn comptait un grand nombre de dossiers sur les actes illégaux (entre autres) commis par des adeptes — incluant les agressions sexuelles sur les enfants, la fraude, le vol, les femmes battues et le meurtre —, et que ce genre de dossiers se trouve également dans les filiales de l'organisation du monde entier. Franz rapporta aussi qu'au siège mondial de Brooklyn, il fut nécessaire d'installer des verrous à toutes les portes, car il se trouvait toujours des adeptes voleurs au sein du Béthel. De plus, il précisa que ceux qui étaient les plus engagés au sein de l'organisation — pionniers, représentants de filiale — étaient tout autant impliqués dans la pratique d'actes délictueux.[16]

Certains Témoins pourraient objecter que les Témoins qui se rendent coupables d'actes illicites sont généralement exclus (ou, au minimum, repris) par les anciens de leur congrégation afin de préserver la pureté de celle-ci; le but d'une telle objection serait de prouver la droiture du mouvement qui n'accepte pas les comportements hors la loi. Toutefois, il n'empêche qu'au moment où ils ont commis leur acte, ces personnes étaient bel et bien Témoins, ce qui suppose, dans la doctrine du mouvement, qu'elles avaient réformé leur personnalité en rejetant les œuvres de la chair pour manifester les qualités propres au chrétien. Ainsi, qu'ils aient été sanctionnés ou non d'un point de vue religieux, leur crime ou délit indique que leur conversion n'a pas réussi à les rendre aussi inoffensifs qu'un "agneau". Pour expliciter ce point, Franz utilisa la comparaison suivante: "Un gouvernement pourrait à maintes reprises exiler tous ceux qui sont en désaccord avec ses décisions et règles. Mais cela ne prouverait pas que le pays était sans désaccord ou mécontentement, surtout si le fait d'exiler s'est poursuivi année après année. La pratique d'exécuter tous les criminels ne signifie pas qu'un pays était sans crime et qu'il était supérieur à d'autres pays jouissant d'un milieu sans crime, et cela particulièrement si les crimes et les exécutions ultérieures se sont poursuivis" à un taux similaire.[16]

Demandes d'aumôniers

Un autre indice de la présence d'adeptes en prison réside dans le fait que le mouvement jéhoviste ait demandé à ce que des ministres du culte puissent être autorisés légalement, en qualité d'aumôniers, à rendre visite à leurs coreligionnaires incarcérés. Si l'organisation a même jugé bon de recourir à la justice pour faire entrer ses ministres dans les prisons, c'est bien parce qu'il y a là avait une vraie nécessité (outre une volonté de reconnaissance légale).[17][18] Selon l'avocat Philippe Goni, il y avait en 2011 une trentaine d'actions engagées alors devant les juridictions administratives en lien avec cette demande, et dans un communiqué, la Fédération française des Témoins de Jéhovah a rappelé que "la communauté disposaient d'aumôneries dans de nombreux pays d'Europe".[19]

Vidéos

  • "Prison : des aumôniers Témoins de Jéhovah", sur Grand Lille TV:

Références

  1. Arrowup.png La Tour de Garde, 15 juin 1978, pp. 6-9, "Peut-on réussir à rééduquer des prisonniers?"
  2. Arrowup.png Réveillez-vous!, 22 mai 1981, p. 4, "Sauriez-vous répondre? Nos rues seront-elles un jour plus sûres?"
  3. Arrowup.png Réveillez-vous!, 22 septembre 1987, pp. 19-22, "J'ai trouvé la liberté en prison!"
  4. Arrowup.png Réveillez-vous!, 22 septembre 1989, pp. 18-21, "Hier criminel, aujourd'hui chrétien — grâce à la vérité"
  5. Arrowup.png Réveillez-vous!, 8 avril 2005, p. 13, ""Un détenu peut-il se réformer?""
  6. Arrowup.png Réveillez-vous!, 22 novembre 2001, pp. 18-22, "Mémoires d'une prison marquée par la foi"
  7. Arrowup.png La Tour de Garde, 15 juillet 2002, p. 9, ""Venez à moi, [...] et moi je vous réconforterai". "Pratiquons envers tous ce qui est bon"
  8. Arrowup.png La Tour de Garde, 15 décembre 2005, pp. 9-12, "Ils 'prêchent la libération aux captifs'"
  9. Arrowup.png Réveillez-vous!, février 2008, p. 9, "Bientôt, la criminalité "ne sera plus""
  10. Arrowup.png La Tour de Garde, 1er novembre 1990, p. 21, "Le rôle des autorités supérieures"
  11. Arrowup.png WTBTS (2003), Annuaire des Témoins de Jéhovah, Watch Tower Bible & Tract Society, pp. 126,127
  12. Arrowup.png WTBTS (1993), Les Témoins de Jéhovah: Prédicateurs du Royaume de Dieu, Watch Tower Bible & Tract Society, p. 515
  13. 13,0 et 13,1 Adherents (anglais), "Prison Incarceration and Religious Preference", adherents.com. Consulté le 19 septembre 2012
  14. Arrowup.png The Pew Forum on Religion & Public Life (22 mars 2012) (anglais), "Religion in Prisons. A 50-State Survey of Prison Chaplains", pewforum.org. Consulté le 20 septembre 2012
  15. Arrowup.png Adherents (anglais), "Prison population in England and Wales by recorded religion, 31 March 1999 and 31 March 2000", adherents.com. Consulté le 19 septembre 2012
  16. 16,0 et 16,1 Franz, Raymond (2002), À la recherche de la liberté chrétienne, Atlanta: Commentary Press, pp. 312-17
  17. Arrowup.png Le Figaro (30 mai 2011), "Jéhovah: des aumôniers en prison", lefigaro.fr. Consulté le 20 septembre 2012
  18. Arrowup.png 20 Minutes (31 mai 2011), "Détention: Des aumôniers témoins de Jéhovah", lesactualitesdudroit.20minutes-blogs.fr. Consulté le 20 septembre 2012
  19. Arrowup.png Gu., A. (31 mai 2011), "Bientôt des aumôniers des Témoins de Jéhovah en prison?", lci.tf1.fr. Consulté le 20 septembre 2011