John Paton

Un article de Témoins de Jéhovah: TJ-Encyclopedie, l'encyclopédie libre sur les Témoins de Jéhovah.
Aller à : navigation, rechercher
John Paton
Nom complet John Henry Paton
Naissance 7 avril 1843
Galston, Écosse
Décès 6 septembre 1922
Almont, Michigan
Occupation personnalité religieuse, écrivain
Connu(e) pour collaborateur de Charles Taze Russell
Œuvres célèbres The Day Dawn
Parents David Paton
Christian Woodburn
Conjoint Sarah Elizabeth Wilson
Enfants 8 enfants

John Henry Paton (7 avril 1843, Galston, Écosse - 6 septembre 1922, Almont, Michigan, États-Unis) était un adventiste qui collabora pendant un court moment avec Nelson Barbour, puis avec Russell. Bien que sa participation au groupe de Russell fut brève et que les publications de la Watch Tower ne mentionnent plus son nom, Paton constitua l'une des principales sources théologiques du pasteur.

Jeunesse et famille

Paton avait pour parents David Paton et Christian Woodburn, qui tenaient une boucherie et étaient membres de la Congrégation des Disciples du Nouveau Testament à Newmilns, une communauté formée par d'anciens baptistes à forte dimension prosélyte. Sa mère décéda le 21 janvier 1849 du choléra. Peu après, son père épousa la sœur de sa défunte femme, Elizabeth Woodburn. En tout, John eut 15 frères et sœurs issus des deux mariages de son père.

Le 8 mai 1852, la famille émigra en l'Amérique sur le voilier SS Conway qui débarqua à New York, puis voyagea en train jusqu'à Buffalo et en bateau à vapeur sur les Grands Lacs jusqu'à Detroit. En 1853, les Paton commencèrent à diriger une ferme nommée Saulsbury Farm à Almont, contribuant de façon significative à la prospérité de la ville. A côté de son travail dans la ferme, John commença à exercer la profession d'enseignant dans le Retherford School District en 1860 et 1861. En août 1862, il s'enrôla dans la 22è infanterie des bénévoles du Michigan et la quitta le 10 juillet 1865 à St. Louis, Missouri, avec le grade de sergent. Son engagement dans l'infanterie le poussa à lire six fois les Évangiles. À l'automne 1865, il acheta quarante acres dans le canton d'Armada, près de la ferme de son oncle également nommé John Paton.[1]

Le 13 janvier 1866, il épousa son amie d'enfance, Sarah Elizabeth Wilson (né à Berlin, Michigan, le 21 janvier 1844), tous deux partirent vivre dans leur ferme le 26 mars 1866 et devinrent parents en novembre de la même année. En octobre 1868, sa sœur Christina William Millikin décéda. Paton eut en tout six enfants: Henry Wilson (né le 1er novembre 1866), George Wilber (né le 11 octobre 1868), Nora Edith, (née le 5 juillet 1870, et qui épousa S. O. Robinson), David William (né le 28 juillet 1874), et Annie Ethel (née le 12 mai 1883, et qui épousa O.E. Swain). En 1915, tous ses enfants étaient encore vivants, ils étaient tous mariés, et Paton avait 16 petits-enfants.[1]

Parcours religieux

Globalement, Penton se caractérisa par son rejet de la prédestination, son acceptation du dogme de l'immortalité conditionnelle qui le conduisit à épouser la doctrine du salut universel.[2] En outre, il était trinitaire.[3]

1858-1873: D'une communauté à une autre

En 1858, Paton assista à des réunions religieuses tenues par le ministre méthodiste McGeorge School House, puis à d'autres réunions dans le County Line School House par le prêcheur William McKay, ce qui développa chez lui l'intérêt pour la religion. Le 7 mars 1858, il fut baptisé par William Potter, pasteur baptiste de Hadley dans le Michigan, puis amena d'autres personnes de sa famille à adhérer à sa communauté. Mais désapprouvant l'expulsion d'un aîné, il quitta l'église le 17 août 1861. Paton entra en contact avec l'Église chrétienne de l'Avent lorsqu'il entendit prêcher le millérite Joshua V. Himes. Rattaché à la communauté adventiste de Buchanan sans toutefois en faire partie, il fit son premier sermon durant l'été 1867. Même s'il accepta une licence d'exhortateur de l'Église Protestante Méthodiste, il resta indépendant et, pendant deux ans, prêcha dans la School House Stoddard un dimanche sur deux, tout en enseignant dans une école du dimanche composé de membres de diverses confessions. Il retourna à l'église baptiste le 5 février 1870; en octobre 1870, il fut ordonné au ministère évangélique par un Conseil des ministres Baptistes et devint pasteur de l'Église Baptiste d'Almont, mais démissionna de cette fonction le 24 décembre 1871 à cause de son attachement à la doctrine de l'immortalité conditionnelle. Il devint membre de la Conférence Chrétienne de l'Avent du Michigan, alors qu'il était encore membre de l'Église baptiste, ce qui l'amena à être convoqué devant un conseil le 28 février 1872 au motif d'hérésie, et fut finalement excommunié. Ensuite, il organisa une Église du Christ à Almont, qui était reliée à la Conférence Chrétienne de l'Avent du Michigan. À cette époque, il commença une intense évangélisation.[2]

1873-1882: Collaboration avec Barbour, puis Russell

En 1873, Paton entra en contact avec Barbour car ce dernier lui envoya sa littérature; séduit par sa chronologie, Paton intégra son groupe en 1874 et participa à sa revue The Herald of the Morning de 1875 à 1879, tout en s'intéressant à d'autres groupes adventistes. Paton se rallia à l'idée d'une présence invisible du Christ en 1874.[4][5]

En mars 1876, Paton était à Allegheny pour rencontrer Charles Taze Russell, alors nouvellement intéressé par les idées de Barbour. En août de la même année, les trois hommes se rencontrèrent à Philadelphie.[2] Selon le récit de Russell, après que lui-même fut entré en contact avec Barbour, ce dernier envoya Paton vers lui pour prêcher et payer ses dépenses.[6] Les trois furent associés pendant une courte période pendant laquelle ils s'évertuèrent à faire connaître les idées contenues dans Les Trois Mondes.[7] Toutefois, l'enlèvement des saints ne s'étant pas produite en 1878, cela entraîna un désaccord entre les Barbour et Russell, désaccord amplifié par des points de vue divergents sur la rançon qui aboutit à une séparation. Russell fit d'ailleurs rédigé par Paton un article confirmant la foi dans le sang du Christ, article qui parut dans l'édition de décembre 1878.[8] Les deux camps s'opposèrent aussi sur la question de la nature de l'expiation.

Paton décida de se rallier à Russell; sa collaboration avec ce dernier fut également brève, mais intense, puisqu'il écrivit de nombreux articles dans La Tour de Garde (alors appelée Zion's Watch Tower) avant son départ. Sur la demande de Russell, il rédigea aussi le livre de 333 pages The Day Dawn or the Gospel in Type and Prophecy afin de remplacer Les Trois mondes, livre publié par le disciple Albert Jones.[9][10] Russell fit la promotion de l'ouvrage dans Zion's Watch Tower d'avril 1881. Selon le sociologue Bernard Blandre, la conclusion du livre résume la théologie du groupe: plan divin de salut et périodes censées le composer, rôle du Christ et possibilité d'une interprétation allégorique de la Bible;[11] Russell utilisa les idées de ce livre pour sa série des Millennial Dawn.

En mars 1879, Paton présida la cérémonie de mariage de Charles et Maria Russell.[12]

1881-1922: Après Russell

Toutefois, les deux hommes se séparèrent "avec une certaine amertume" vers 1881, Russell n'acceptant plus aucun article de Paton dans Zion's Watch Tower après juin 1881.[10][9] Paton créa un schisme au sein des Étudiants de la Bible et publia le magazine religieux The World's Hope;[11] l'auteur Timothy White considère d'ailleurs ce schisme comme étant le plus important de tous ceux provoqués par les anciens associés de Russell de l'époque, car Paton était le plus proéminents d'entre eux.[9] Ce dernier rédigea en 1882 un second ouvrage avec le même titre Day Dawn, mais celui-ci fut rejeté par Russell à cause de son point de vue sur la rançon,[9] ce dernier exprimant son rejet du livre de Paton dans la Zion's Watch Tower du 15 juillet 1906. La Société Watch Tower critiqua ce livre — ce fut d'ailleurs là la seule mention de Paton dans la littérature jéhoviste depuis 1970 — affirmant que l'auteur "niait qu'Adam soit tombé dans le péché et par conséquent rejetait la nécessité d'un racheteur. Selon lui, le Seigneur lui-même était un homme imparfait qui avait simplement montré à ses semblables, par sa vie, comment crucifier leurs tendances pécheresses".[8] Parmi ceux qui rejoignirent le schisme de Paton figurèrent Lizzie Allen, Joseph Smith, Harriett Storrs, John Sunderlin et William Mann.[13]

Au moins en 1882, Paton fut membre d'une petite loge maçonnique à Almont, et prêta son nom à des aliments naturels dont la publicité apparaissait au dos de beaucoup de livres à l'époque. Il continua à voyager et à écrire, rédigeant les ouvrages The Day Dawn or the Gospel in Type and Prophecy, volume 3 (1890),[14] The Perfect Day (1892),[15] Moses and Christ or the Plan of the World's Salvation[16] et The Great Revelation or God's Love, Purpose, And Plan (1896). Il se présenta comme candidat du Parti de la Prohibition pour la législature de l'État pour en 1888-1889, et obtint 135 voix sur plus de trois mille exprimés.[2]

Dans son magazine, Paton inclut en 1900 une discussion avec quelques pasteurs voisins sur la question de l'enfer et la doctrine de l'annihilation sans espoir. En 1892, Paton fut président d'une organisation religieuse nommée Larger Hope Publishing Company.[17] En 1891, il publia le livre The Golden Link écrit par Ermina C. Stray. En 1897, lorsque William Henry Conley, le premier président de la Zion Watch Tower, décéda, Paton rapporta la nouvelle dans son magazine, déclarant même qu'il était resté chez les Conley de très nombreuses fois au cours des 20 dernières années. Bien que Conley nia croire aux enseignements de Paton dans la lettre publiée dans la Zion's Watch Tower de 1894, il resta apparemment bien plus proche de Paton que de Russell.

Du 11 février au 9 mars 1915, Paton écrivit une autobiographie (The Autobiography of John H. Paton), mais celle-ci ne mentionne pas ses collaborations avec Barbour et Russell.[1]

Ressources sur le sujet

Références

  1. 1,0, 1,1 et 1,2 Watchtowerinformationservice.org
  2. 2,0, 2,1, 2,2 et 2,3 truthhistory.blogspot.com
  3. Arrowup.png Penton, 1997, p. 343
  4. Arrowup.png Penton, 1997, p. 18
  5. Arrowup.png Will, 2006, p. 7
  6. Arrowup.png Penton, 1997, p. 19
  7. Arrowup.png Penton, 1997, p. 22
  8. 8,0 et 8,1 WTBTS (1993), Les Témoins de Jéhovah: Prédicateurs du Royaume de Jéhovah, p. 620
  9. 9,0, 9,1, 9,2 et 9,3 Will, 2006, p. 10
  10. 10,0 et 10,1 Penton, 1997, p. 23
  11. 11,0 et 11,1 Blandre, Bernard (1991), Les Témoins de Jéhovah, Belgique: Brepols, pp. 60,186 (ISBN 2-503-50063-3)
  12. Arrowup.png Gazette (anglais), 14 mars 1879, Pittsburgh
  13. Arrowup.png Parkinson, 1999, p. 39
  14. Arrowup.png Day Dawn, volume 3, books.google.com. Consulté le 12 août 2011
  15. Arrowup.png The Perfect Day, books.google.com. Consulté le 12 août 2011
  16. Arrowup.png Moses & Christ or the Plan of the World's Salvation, books.google.com. Consulté le 12 août 2011
  17. Arrowup.png Chapman Bros (1892), Lapeer-Macomb County MI Archives Biographies, Chicago