Leo Greenlees

Un article de Témoins de Jéhovah: TJ-Encyclopedie, l'encyclopédie libre sur les Témoins de Jéhovah.
(Redirigé depuis Leo K. Greenlees)
Aller à : navigation, rechercher
Leo Greenlees
Nom complet Leo Kincaid Greenlees
Décès fin des années 1980
Nationalité Etats-Unis.jpg Américaine ?
Connu(e) pour Membre du Collège Central

Leo Kincaid Greenlees fut un membre du Collège Central à partir de 1971 mais fut révoqué par celui-ci dans les années 1980.

Biographie

Il fut pionnier dès 1931 pendant cinq ans au Canada, puis son compagnon de chambre Percy Chapman et lui-même furent envoyés par Joseph Franklin Rutherford pour remplacer Walter Salter, le surveillant de la branche canadienne jugé rebelle. Greenlees arriva au Béthel de Toronto le 13 juin 1936. Il fut trésorier de la filiale canadienne et de l’Association internationale des Étudiants de la Bible du Canada. En 1964, Greenlees fut affecté au Béthel de Brooklyn.[1] Puis en mars 1965, il prit la tête de la filiale canadienne jusqu'à ce qu'un nouveau surveillant y soit nommé en octobre de la même année.[2] Étant administrateur de la corporation de New York, il devint automatiquement membre du Collège Central quand ce groupe fut institué en 1971.

À la suite d'un problème relatif à la conscription, il fut traduit en justice dans le procès Greenlees contre le Procureur général du Canada. La Cour suprême de l'Ontario, puis la cour d’appel de l'Ontario et enfin la Cour suprême du Canada[3] refusèrent de lui donner raison. Un appel fut formé devant le Conseil privé de Londres mais juste avant que il ne soit entendu, en octobre 1946, le gouvernement avait révoqué la loi sur la conscription. En première instance, Greenlees, Chapman et Hayden Covington firent une déposition[4]

Greenlees aurait été exclu du Collège Central en 1984 pour cause d'homosexualité et quitta le Béthel mais aucune annonce ne fut faite à ce sujet dans les publications de la Société Watch Tower à ce moment-là. L'historien et ex-Témoin de Jéhovah James Penton affirme que ces faits furent bien connus par les membres du Béthel de l'époque et même que Greenlees contacta des ex-TJ après avoir été démis du Collège Central.[5] Il servit comme pionnier spécial et fut finalement ancien à Downtown, une congrégation de La Nouvelle-Orléans, en Louisiane. Il mourut à la fin des années 1980.

Les publications des Témoins de Jéhovah ne mentionnent plus du tout Greenlees après 1984. Toutefois, La Tour de Garde du 1er janvier 1986, page 13, déclara de façon énigmatique:

"Aussi choquant que cela puisse paraître, même des individus qui occupaient une place en vue dans l'organisation de Jéhovah ont chuté et se sont livrés à des pratiques immorales, y compris l'homosexualité, l'échange de conjoints et les agressions d'enfants."

Critiques d'anciens TJ

Alan Feurbacher rapporta de nombreuses anecdotes en rapport avec Greenlees, qui proviennent d'ex-adeptes,[6] notamment celles-ci:

Tandis qu'il était en voiture pendant deux heures avec un TJ qui était venu le chercher à l'aéroport de Tampa et qui avait du mal à rester Témoin, Greenlees écouta ce TJ qui lui fit part de ce qui le tourmentait en rapport avec la Watch Tower (la chronologie, les changements des questions pour le baptême, la médiation du Christ, 1975, affaire du Mexique...). Il acquiesça mais au moment de sortir de la voiture dit au TJ quelque chose comme: "Oui, tu as raison, frère. Mais, n'oublie pas où tu as appris la vérité!"

Une ex-Témoin chez qui Greenlees a logé lorsqu'elle était adepte rapporte qu'elle fut choquée quand celui-ci lui demanda de jouer au piano l'Ave Maria car il trouvait la musique jolie.

Mark Palo, un ex-Témoin, affirme avoir été sexuellement agressé par Greenlees. Il déclare n'avoir rien dit à l'époque parce qu'il était terrorisé par la peur et n'a identifié son agresseur que des années plus tard lorsqu'il a vu la photo de Greenlees.[7]

Références

  1. Arrowup.png WTBTS (1979), Annuaire des Témoins de Jéhovah, Watch Tower Bible & Tract Society, p. 135
  2. Arrowup.png WTBTS (1979), Annuaire des Témoins de Jéhovah, Watch Tower Bible & Tract Society, p. 162
  3. Arrowup.png Cour Suprême du Canada (anglais), Greenlees v. Attorney-General for Canada, [1946] S.C.R. 462, 20 mai 1946, csc.lexum.umontreal.ca. Consulté le 22 novembre 2009
  4. Arrowup.png WTBTS (1979), Annuaire des Témoins de Jéhovah, Watch Tower Bible & Tract Society, pp. 141,142
  5. Arrowup.png Penton, James (1997, 2è éd.) (anglais), Apocalypse Delayed: The Story of Jehovah's Witnesses, Toronto: University of Toronto Press, pp. 322,93
  6. Arrowup.png Jehovahs Witness Net (anglais) Post d'Alan Feurbacher, jehovahs-witness.net. Consulté le 22 novembre 2009
  7. Arrowup.png Freeminds (16 janvier 2009) (anglais), "Mark Palo - Leo Greenlees Child Abuse Victim", freeminds.org. Consulté le 22 novembre 2009