Les Témoins de Jéhovah

Un article de Témoins de Jéhovah: TJ-Encyclopedie, l'encyclopédie libre sur les Témoins de Jéhovah.
Aller à : navigation, rechercher
Les Témoins de Jéhovah
Auteur Bernard Blandre
Sujet Témoins de Jéhovah
Genre Étude historique et sociologique
Pays Belgique.jpg Belgique
Langue(s) Français
Date de parution originale 1991
Éditeur Brépols
Format(s) livre
Pages 198
ISBN 2-503-50063-3
Avis professionnels ou de lecteurs
Livre précédent Les Témoins de Jéhovah, un siècle d'histoire (1987)

Les Témoins de Jéhovah est un ouvrage de 1991 écrit par l'historien Bernard Blandre, spécialiste des origines du mouvement des Étudiants de la Bible. Ce livre constitue une précieuse étude sur le mouvement, notamment sur son histoire et son évolution, étude d'autant plus appréciable qu'elle a été réalisée par un auteur impartial qui ne témoigne ni complaisance ni esprit polémique vis-à-vis des Témoins.

Contenu

L'introduction de trois pages indique que, si les Témoins se défendent de faire partie de "Babylone la Grande", ils proviennent bien d'une grande lignée religieuse : ils sont un rejeton du mouvement initié par Charles Taze Russell, des Étudiants de la Bible, qui s'inspirait des doctrines adventistes, courant ayant lui-même vu le jour sous l'impulsion de William Miller, un baptiste qui ne raviva le millénarisme au sein du christianisme. L'auteur identifie Joseph Rutherford, successeur de Russell à la présidence de la Société Watch Tower, au véritable fondateur des Témoins.

Le livre se divise en plusieurs chapitres qui correspondent au plan de tous autres livres de la collection "Fils d'Abraham". La premier chapitre aborde l'histoire du mouvement en retraçant son évolution depuis l'attente du retour du Christ par les millérites en 1844 jusqu'à la fin des années 1980; il montre les évolutions successives du mouvement, du prophétisme de Russell en passant par la crise de succession et les dissidences, pour finalement aboutir à une secte routinisée et de plus en plus structurée, et évoque la crise post-1975. Le second chapitre est consacrée à la doctrine, soulignant la marque millénariste du groupe, son mode d'interprétation de la Bible, son rejet de la Trinité, la domination du monde par Satan, les dates prophétiques et l'eschatologie.

Le troisième chapitre consacré à l'anthologie reproduit des passages tirés de textes des influences doctrinales de Russell (William Miller, George Storrs, Jonas Wendell, Nelson Barbour), de ses premiers collaborateurs (Albert Jones, John Paton), de Russell lui-même, de l'oraison funèbre qui eut lieu à sa mort, de Rutherford, et des ouvrages ultérieurement édités par la Watch Tower. Ces citations sont intéressantes car elles sont généralement méconnues du grand public et des adeptes, et permettent de souligner l'évolution de la doctrine au fil des années tout en indiquant la permanence des attentes millénaristes, fournissant les justifications théoriques de certaines règles du mouvement.

Le quatrième chapitre, assez court — et pour cause: il n'y a pas grand chose à dire... —, met en valeur le désintérêt du mouvement pour toute forme artistique. Un cinquième s'intéresse à la vie spirituelle, montrant comment le petit groupe mystique des premiers temps s'est totalement muté en une organisation totalement orientée sur le prosélytisme sous Rutherford. Un sixième chapitre se penche sur le profil sociologique du groupe, étudiant les canaux de conversion, le type de personnes attirées, le rapport au monde, les facteurs de cohésion du groupe, la répartition des adeptes dans le monde et l'efficacité du prosélytisme. Enfin, un septième chapitre aborde l'organisation, présentée comme pyramidale, et le financement.

La bibliographie, très abondante, regroupe des publications provenant tant des Étudiants de la Bible, des Témoins de Jéhovah, de leurs mouvements schismatiques, de leurs critiques et des chercheurs. L'annexe se compose de schémas permettant de visualiser la place des Étudiants de la Bible par rapport à l'adventisme ainsi que les schismes du mouvement, de cartes indiquant la répartition des adeptes par pays, de statistiques sur l'évolution des effectifs dans sa globalité et par pays. Enfin, après la table des matières, quelques photos et desseins, dont plusieurs illustrations tirées des publications, sont reproduits.[1]

Réception critique

Le sociologue Regis Dericquebourg estime que ce livre constitue un complément utile à l'ouvrage de Blandre publié quatre années plus tôt, Les Témoins de Jéhovah, un siècle d'histoire. Il écrivit que Blandre "fournit une bonne description du jéhovisme tout en prenant de la hauteur par rapport au sujet".[2]

L'ouvrage est également apprécié par le professeur d'histoire-géographie Stéphane Mantoux qui en présente une critique positive sur son blog.[3]

Les deux seuls petits problèmes éventuels de ce livre, c'est qu'il commence à dater et ne rend donc pas compte de l'évolution ultérieure du mouvement; de plus, les références des citations ne sont pas incluses dans le texte.

Références

  1. Arrowup.png "Bibliographie", Mouvements Religieux, n°139, novembre 1991, Sarreguemines: Association d'Étude et d'Information sur les Mouvements Religieux
  2. Arrowup.png Dericquebourg, Régis (1992), "Blandre (Bernard) Les Témoins de Jehovah", Archives des sciences sociales des religions, 1992, vol. 80, n° 1, pp. 245,246. Consulté le 17 mai 2012
  3. Arrowup.png Mantoux, Stéphane (27 février 2011), "Bernard Blandre, Les Témoins de Jéhovah, collection Fils d'Abraham, 198 p.", historicoblog3.blogspot.fr. Consulté le 17 mai 2012