Lettre de Walter Salter à Joseph Rutherford

Un article de Témoins de Jéhovah: TJ-Encyclopedie, l'encyclopédie libre sur les Témoins de Jéhovah.
Aller à : navigation, rechercher

Walter Salter a été pendant 20 ans le responsable de la Société Watch Tower au Canada jusqu'à son exclusion. En avril 1937, il écrivit une lettre adressée à Joseph Rutherford et contenant un certain nombre de griefs à son encontre.

Lettre

P.O. Box no. 404
Toronto, Canada
April 1, 1937

Hon. J.F. Rutherford 4140 Braeburn Road
Kensington Heights,
San Diego, California

Je vous ai écrit le 25 janvier en vous joignant un article, qui je crois, prouve par les Saintes Écritures que nous ne sommes pas dans la Seconde Présence de notre Seigneur et que les saints n'ont pas encore été ressuscités. Que Christ ne soit pas présent est clairement prouvé par ses propos contenus en Matthieu 24 où, ayant exposé toutes les choses qui doivent se produire à la fin de ce monde, y compris la grande tribulation, il a déclaré : "Quand vous verrez TOUTES ces choses sachez qu'il est proche." (verset 33, de la Diaglott; marge de la King James Version). Remarque bien les mots du Maître qui a bien déclaré que “quand vous verrez toutes ces choses”, il ne serait pas présent, mais proche. N'a-t-il pas averti ses vrais disciples de ne pas être trompés par un homme qui déclarerait sa présence quand il n'est pas présent ?

J'ai aussi suggéré, que "la bataille du grand jour du Dieu Tout Puissant" n'est pas nécessairement "la bataille de Dieu", mais simplement une bataille puissante et finale des forces visibles de Satan entre elles, durant laquelle Dieu mettrait dans leurs cœurs l'idée de détruire la chrétienté. La bataille serait appelée “le jour du Dieu Tout Puissant”, comme on parle des jours de Shakespeare, ce qui ne prouve en aucun sens que Dieu va combattre ce jour, tout comme les jours de Shakespeare ne prouvent que Shakespeare a combattu pendant ses jours. La destruction par Dieu des forces de Satan se situerait après Har-Magueddon.

La base de tous les enseignements contenus dans les publications de la Société, qu'on pourrait appeler enseignement spirituel c'est-à-dire, l'enseignement pour le peuple du Seigneur, réside dans le fait que le Christ est revenu et est à Son temple pour le jugement. Le sens du message transmis par la Société au monde réside dans le fait que Dieu détruira à Har-Magueddon toutes les forces de Satan. Si Christ n'est pas revenu, et je crois maintenant qu'Il ne l'est pas, et si Har-Magueddon n'est pas la bataille de Dieu, et je crois que ce n'est pas le cas, cette lumière nous est venue non pas par la Watchtower, mais par une autre source, ce qui prouve que la Watchtower n'est pas le canal par lequel Dieu nourrit son peuple, et pas seulement cela, mais que tous les enseignements présentés depuis 1918 reposant sur cette base fausse sont incorrects!

C'en est assez de la doctrine : maintenant un mot concernant ce que je me sens contraint à exposer concernant la corruption de la Société.

Quand la peau, par la grâce du Seigneur, est tombée de mes yeux, j'ai été époustouflé de voir à quel point j'ai été aveuglé par vos actions, dirigé par la superstition que la Watchtower étant le canal du Seigneur donnant la nourriture en temps voulu à la maisonnée de la foi et comme vous en étiez le Président, vous étiez le domestique en chef de Dieu parmi Son peuple, le responsable, nous devions être soumis et ce que vous exigiez devoir être fait, en le croyant bêtement je n'avais aucune responsabilité dans l'affaire et que n'importe quoi que vous fassiez qui était incorrect, ou que j'ai fait comme vous me l'aviez ordonné, le Seigneur approuverait. J'avais cette pensée en tête quand sous vos ordres, j'achetais des caisses de whisky à $60.00 la caisse et des caisses de brandy et d'autres alcools, sans parler des caisses innombrables de bière. Une bouteille ou deux d'alcool n'était pas grave ; c'était pour le PRÉSIDENT et rien n'était trop beau pour le PRÉSIDENT. Il était le préféré du ciel, pourquoi ne devrait pas il avoir tout ce qui satisfasse à ses désirs et son confort. Il est vrai, j'ai une part de responsabilité car j'ai profité de votre hospitalité, ou devrais-je dire de l'hospitalité de la Société car c'était l'argent de la Société, mais j'ai participé, comme indiqué ci-dessus, étant aveuglé par l'idée que le PRÉSIDENT était responsable et donc responsable et pas moi. Aujourd'hui, je vois que ma pensée était absolument fausse et que le gaspillage de l'argent de la Société dans ce cas était un détournement de fonds et je n'aurais pas du prendre part à quoi que ce soit. J'avoue mon erreur devant les frères et devant le Seigneur et je leur demande pardon.

De nombreuses fois, quand je pensais à ces extravagances et à ce gaspillage, je pensais au sort des pionniers et j'en étais déconcerté, mais ma conscience s'apaisait par la conviction que le Seigneur vous utilisait pour servir Sa cause et son Peuple, et donc je n'ai pas fait et osé dire quoique ce soit, qui je pensais, pouvait faire perdre aux frères leur confiance en vous en tant que domestique du Seigneur. Il est vrai, j'ai parlé avec humour à ceux que je pensais être nos amis communs de vos idiosyncrasies, choses que tous les HOMMES disent entre amis d'un autre, comme vous avez pu dire de moi, choses qui vous ont été traîtreusement (Matthieu 24:10, Jean 16:1,2) rapportées hors contexte, mais aussi hors de leur esprit à tel point que toute personne qui a voulu connaître la vérité ne les reconnaîtrait pas comme étant mes déclarations originales, et devant mon Dieu je peux déclarer que je n'ai jamais à ma connaissance fait rien d'intentionnel pour vous nuire, ainsi que nuire au travail de la Société, ou ses intérêts, dans ma vie. Dans cette traîtrise, vous les avez rejoint - non pas que je m'y oppose en effet, je remercie Dieu qu'Il l'ait permis et vous assure que je m'y prendrais de la même manière pour n'importe lequel de ces conspirateurs si j'en avais l'opportunité.

Bien que reconnaissant votre position, comme Président de la corporation, je me suis toujours réservé le droit de penser. Il a bien été dit : "Un homme qui ne peut pas penser est un idiot, un homme qui ne va pas penser est un stupide, et un homme qui a peur de penser est un lâche". J'ai toujours refusé qu'aucune personne ne façonne mes pensées. Je ne peux pas faire autrement pour être fidèle à Dieu. Je ne peux être un Russellite et être fidèle à Dieu. Je ne peux être un Rutherfordite et être fidèle à Dieu; je ne peux être un "cannalite" et être fidèle à Dieu; je ne peux être un "Dawnite" et tous les autres "ites" et être fidèle à Dieu. Être ainsi, selon ma compréhension, serait se compromettre avec les "femmes" (organisations) et être soumis à leur volonté et non à celle de Dieu (Révélation 14:4) "Celui qui tient ma parole, qu'il proclame avec force celle-ci (et non les séductions et sophistications des hommes, quoiqu'ils disent d'eux-même et de leur responsabilité - et les organisations auxquelles ils sont associés). Regarde, je suis contre ceux qui prophétisent de faux rêves, a déclaré le Seigneur... et qui font errer mon Peuple par leurs erreurs et par leurs ténèbres." (Jérémie 23:28,42) C'est vrai, tous ces Ites ou Iarns [NdT : expression "Ite ou Iarns" à voir] ont un fond de vérité : certains plus, certains moins. Sinon, ils ne pouvaient pas tromper les gens. C'est avec cette profonde vérité et le sophisme des hommes que Satan aveugle ces derniers; en fait, plus ils utilisent mal la vérité, plus ils sont menteurs. D'ailleurs, Paul dit très bien : "Soyez sur vos gardes : Il se peut qu'il y ait quelqu'un qui vous entrainera comme sa proie au moyen de la philosophie." - Col. 2:8.

Le gaspillage de l'argent de la Société en dépenses d'alcool a été une des choses qui m'ont préoccupé; il n'y avait pas que ça. Je ne pouvais pas m'empêcher, avec pas mal de pionniers, de comparer le luxe dont vous vous entouriez avec le confort dans lequel j'étais moi-même, et parmi tout ce luxe, je ne peux pas ne pas mentionner ce qui suit :

1. Non pas une voiture 16 cylindres, mais deux; une en Californie et une à New York. Une seule voiture ne suffirait pas pour LE PRÉSIDENT; une 6 cylindres ne serait pas assez grande pour LE PRÉSIDENT. Mais en revanche une 4 cylindres suffirait très bien pour un pionnier, à défaut une bicyclette ou un traîneau, à moins que le dit pionnier ne se contente de se déplacer à pied, sans aucun véhicule.

2. Votre appartement de New York et son luxueux mobilier, coûtant facilement 10.000$ par an en loyer.

3. Votre palace résidentiel à Staten Island, censé être nécessaire pour abriter la station de radio WBBR.

4. Comme si cette résidence n'était pas suffisante, vous disposez aussi d'une petite retraite dans les bois de Staten Island dans laquelle vous pouvez vous reposer pendant que les pionniers font du porte à porte.

5. Votre autre demeure à San Diego pour laquelle vous m'avez vous-même affirmé qu'on vous en proposait 75.000 $. Mais bien sûr, la vendre pour que les fonds recueillis puissent profiter aux pionniers est impossible puisque cette demeure est léguée à David. Quelle hypocrisie !

6. Vos confortables et coûteux lieux de résidence à Magdebourg en Allemagne à disposition DU PRÉSIDENT, sans parler de l'appartement qui vous est réservé à Londres.

Et quelle est votre position envers tout cela ? Vous vous en vantez de façon éhontée à vos Frères. "Quel mal y a t-il à cela ? Ne suis-je pas LE PRÉSIDENT ?" Oui, vous vous en glorifiez sans aucune honte.

Rien n'est trop bon pour LE PRÉSIDENT. Il doit disposer de tout le confort et de toute la considération tout en se montrant plein de sympathie et d'admiration envers les "chers pionniers". C'est facile de parler comme ça, mais il y a un abîme entre ce que vous dites et la façon dont vous vous comportez. Et je ne peux pas imaginer un exemple plus frappant qu'une comparaison entre le clergé et les pratiquants d'une part, et vous-même et les pionniers d'autre part quand Jésus dit : "Ils lient de lourdes charges et les posent sur les épaules des hommes, mais eux-mêmes ne veulent pas les bouger du doigt. Malheur à vous, scribes et pharisiens hypocrites ! parce que vous dévorez les maisons des veuves... parce que vous parcourez la mer et la terre ferme pour faire un seul prosélyte. Et l'amour... les chefs s'assoient dans les synagogues...et aiment à être appelés par les hommes Rabbi, Rabbi". En vérité, les pionniers et les autres personnes ont des charges empilées sur leurs épaules que vous ne voudriez pas les bouger du doigt. En vérité, les veuves se sont vu leurs maisons dévorées par vous ou plutôt ordonné d'être dévorées par vous car vous ordonnez à vos Frères de "prendre leur dernier sou pour leur vendre un livre, car ils en ont plus besoin qu'ils n'ont besoin de pain." Quelle mentalité ! Et encore les Frères s'y soumettent. Alors que quelques-uns prennent le dernier sou en se "glorifiant dans leur honte" comme dit Paul, la grande majorité déteste ça, mais se résout à obéir au nom de Dieu. Quel sacrilège ! Que de blasphèmes ! Quel dévoiement au nom du Père Céleste ! Les Frères vous ont servi fidèlement, ils ont été vos serviteurs dévoués et se sont fait voler par vous de tout, ce que même la parole de Dieu et sa précieuse promesse que vous avez rendue nulle et non avenue par vos vains bavardages; démarchant jour après jour, se posant des questions mais sans protester. Bonté divine, quelle fidélité, mais quel dirigeant ! Je suis sûr que beaucoup vont ouvrir les yeux car 7.000 personnes au moins ne se sont pas prosternés devant Baal alors qu'ils ont prononcé votre nom plus souvent que celui de Dieu Tout Puissant. J'aurais aimé que vous ayez fait du porte à porte comme les pionniers et d'autres personnes l'ont fait, ainsi vous sauriez de quoi vous parlez.

Je pourrais continuer à l'envi en ce qui concerne les choses que je connais de votre conduite personnelle et le contraste entre vous-même et les pionniers, mais je ne le ferai pas. Mon seul but en commentant mon expérience personnelle avec vous est le sérieux espoir de faire prendre conscience aux Frères de la tromperie qui consiste à accorder plus sa confiance à un homme qu'à la parole de Dieu ou d'idolâtrer un bureau et de mettre sa confiance plus dans ce bureau que dans la Parole de Dieu. Un chrétien doit apprendre que pour honorer Dieu il doit accorder sa foi dans la parole de Dieu et seulement la Parole de Dieu, en en faisant son bouclier et son armure et non en un homme, un groupe d'hommes ou une société, quel que soit ce qui est dit de cet homme, de ce groupe d'hommes ou de cette société. Car sinon, nous nous bornons à suivre le type de raisonnement humain et cela conduit invariablement au désastre tel que les naufrages tout le long du chemin que l'Âge de l'Évangile rapporte. Un organisme après l'autre, Satan a vaincu et assujetti conformément à sa volonté. Le clergé vaincu par Satan a essayé d'établir le Royaume avant l'heure et de convertir le monde. Bien sûr, ils prétendaient que ce n'était pas eux qui le faisaient, mais Dieu. Alors aujourd'hui, Satan a vaincu la Société et a conduit à faire croire aux Frères à travers la WATCHTOWER que le temps était venu d'établir le Royaume et de rassembler le peuple pendant qu'il en est encore temps, prétendant bien sûr que ce n'était pas eux qui le faisaient, mais Dieu. Mais Dieu n'y est pour rien et donc ils ne vont nulle part comme tous les frères honnêtes l'admettent maintenant, eux qui se posent des questions comme "si les millions de personnes qui ne vont jamais mourir constituant la grande multitude sont rassemblés, où sont-ils ? Car ils ne sont certainement pas en train de venir dans notre ville." Vous savez comme moi, et comme savent pertinemment ceux qui lisent les rapports que malgré tous nos prodigieux efforts, il y a moins de 50 000 personnes associées à l'œuvre de la Société ! Si pour les dix ans à venir, on pouvait associer une moyenne de 50 000 personnes supplémentaires par an, on arriverait seulement à un total de 550 000 personnes. Combien de temps cela prendrait-il à cette vitesse pour rassembler les "millions de personnes qui ne mourront jamais" et si un tel nombre de personne doit témoigner avant Har-Magueddon comme vous l'enseignez, dans combien de temps est Har-Magueddon ? Quelqu'un se dira sûrement : "Mais alors, si c'est vrai, qu'est-ce qu'on fait maintenant ?" La Bible répond à cette question de cette façon : "Nous avons été en état de grossesse, nous avons eu les douleurs; nous avons, pour ainsi dire, enfanté du vent. Nous ne réalisons pas de salut véritable en ce qui concerne le pays, et il ne tombe pas d’habitants pour le sol productif." Isaïe 26:18. "Ce ne sont pas tous ceux qui me disent : ‘ Seigneur, Seigneur ’, qui entreront dans le royaume des cieux, mais celui qui fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux. Beaucoup me diront en ce jour-là : ‘ Seigneur, Seigneur, n’est-ce pas en ton nom que nous avons prophétisé, et en ton nom que nous avons expulsé des démons, et en ton nom que nous avons accompli de nombreuses œuvres de puissance ? ’ Et à eux pourtant je [le] confesserai alors : Je ne vous ai jamais connus ! Éloignez-vous de moi, vous qui pratiquez l’illégalité." Mathieu 7:21-23. L'Église Catholique Romaine fait du bon travail mais au nom de l'Église Catholique Romaine. De la même façon, le protestantisme fait du bon travail au nom du protestantisme et l'Armée du Salut fait de même en son nom propre, mais la Société fait du bon travail au nom du Très Saint Père (Jéhovah). "En fait, Seigneur, nous sommes si surchargés de travail que nous avons peu de temps pour ouvrir notre bible, et encore moins le temps pour l'étudier. Vois, Seigneur, nous avons notre livre de l'année à étudier, un livre qui se fait l'écho de nos formidables actions, et notre PRÉSIDENT aussi qui est très occupé à écrire des livres. Et, Ô Seigneur, il est si courageux et sa foi en Toi est si grande qu'il s'isole entre quatre murs ou s'entoure littéralement de gardes du corps armés, crie à tue-tête ses rêves (Jérémie 23:31,32) [sic] et nous envoie faire du porte à porte faire face à l'ennemi pendant que lui fait du "verre à verre" et nous dit que si nous ne le faisons pas, nous serons exterminés. Mais ne te méprends pas à notre sujet Seigneur, nous ne le faisons pas par peur ou pour obtenir une récompense mais en raison du grand amour que nous avons pour Toi. Nous ne seront donc pas déçus si nous n'obtenons pas de récompense et notre espoir est d'être épargnés quand viendra Har-Magueddon. Notre PRÉSIDENT, Seigneur est vraiment un homme très important. Bien sûr, il dit qu'il ne l'est pas bien qu'il pense qu'il l'est mais c'est le signe de sa modestie et quoiqu'il nous demandera, nous le ferons. Maintenant Seigneur, est-ce de la fidélité en toi ou de la fidélité en un homme ? Tu vois, il dit qu'il parle en Ton nom et que nous n'avons pas à nous demander pourquoi ; notre rôle est de faire ce qu'il dit et de mourir ; et 'nous aimons qu'il en soit ainsi.' Bien sûr, il dit que quand il parle en personne, il peut être incorrect de dire qu'il parle à Ta place, mais quand il parle en tant que PRÉSIDENT, ou par l'intermédiaire de la WATCHTOWER ou de ses livres, alors c'est comme si tu parlais ; n'est-ce pas merveilleux !"

En fait, ces publications dit-il, contiennent vos instructions auxquelles nous devons obéir. Mais c'est fou la différence qu'un petit bureau construit par un homme ou qu'un bout de papier et de l'encre peuvent faire. Et comme on peut faire autorité à l'image du prêtre catholique qui dit que le pain et le vin ne sont que du pain et du vin, mais une fois béni ce pain et ce vin deviennent le véritable corps et le véritable sang du Christ ! Et comme M. Rutherford (oh pardon ! j'aurais dû dire "Juge") peut devenir semblable à Mr Ratti [NdT Ambrogio Damiano Achille Ratti (1857-1939), dit Pie XI, nommé pape à Rome en 1922], car ce dernier ne dit-il pas que quand il parle en son nom propre sa parole ne signifie rien, mais que quand il parle en tant que pape, il parle de façon infaillible. "Mais" diront certains, "l'Église Catholique Romaine travestit la vérité et la Société est la vraie église." Mais la question qui devrait être posée est qu'il est plus raisonnable de conclure que la Société est la contrefaçon de l'Église Catholique Romaine, même si l'Église Catholique n'est pas la véritable église et ne semble pas être l'œuvre du même potier ? Remarquez les points communs entre les deux : fierté, arrogance, intolérance, emphase, pour ne rien dire de leur esprit de jugement. De plus, l'affirmation de Paul dans Thessaloniciens 2 2:4,8 semble s'appliquer aux deux. Ces versets disent : "Il s’oppose et s’élève au-dessus de toute personne qui est appelée “ dieu ” ou un objet de vénération, si bien qu’il s’assoit dans le temple de Dieu, montrant publiquement qu’il est lui-même un dieu. (Quand nous parlons de manière officielle, c'est la parole de Dieu, attention !) ...Alors vraiment se révélera le sans-loi, que le Seigneur Jésus supprimera par l’esprit de sa bouche et réduira à rien par la manifestation de sa présence."

Maintenant, quelques mots sur le situation financière de la Société. Vous informez les Frères et le public que les livres et brochures sont placés à disposition du public à titre payant - payants, ils le sont, c'est le moins qu'on puisse dire ! Vous savez bien que le prix que les pionniers couvraient jusqu'à récemment tous les coûts, y compris les frais généraux qui s'appliquent et même maintenant les pertes sont très légères sur quelques articles, alors que de l'autre côté, le prix payé par les sociétés et le public représente pour la Société un gain net d'au moins 100% ! Qu'est-ce que 100%, si ce n'est pas du profit ! Pauvres Frères influençables ! Et comme ils sont portés à croire tout ce que vous leur dites ! D'où pensent-ils que viennent les millions de dollars investis dans les bâtiments, les machines, les actions etc... à Brooklyn, Magdebourg, Londres, Toronto et d'autres endroits, sans compter vos propres résidences etc... sinon du profit de la vente des livres ? Vous savez comme moi que le profit réalisé par le Bureau Canadien à lui seul ces dernières années représentait une centaine de milliers de dollars. Et à l'époque à laquelle j'étais relevé de mes fonctions, il n'y avait pas seulement un encours énorme à la banque mais aussi plus de 25 000 $ en espèces dormant dans les coffres de la Société au 40 Irwin Avenue qui sont restés là pendant des années et qui pouvaient être utilisés pour les besoins du Président ou pour ceux qu'il aurait désignés en cas d'urgence - et les chers pionniers ? Et encore, les rapports annuels font état de nos grosses pertes et de comment on espère que le Seigneur les comblera. Comme on dit : "Les rapports ne mentent pas, mais les menteurs ne doutent de rien" [NdT : Jeu de mot intraduisible, basé sur le double sens en anglais du mot "figure" (expression "se figurer" et aussi "rapports chiffrés")].

À partir de l'article "Dès le retour de notre Seigneur" qui démontre que ce n'est pas pour demain, que la majorité de nos Frères possèdent et que les autres doivent posséder dès leur enrôlement, ils peuvent choisir entre "Ainsi parla le Seigneur" et votre vocabulaire emphatique, votre supercherie et tout ce que s'en suit, et c'est ce qu'ils choisissent. De plus, étant donné le témoignage ci-dessus qui est authentique devant le Seigneur tel que vous le savez, les Frères peuvent déterminer qui vous servez. Beaucoup sans doute décideront : "Je resterai dans la Société jusqu'à ce que le Président lui-même par l'intermédiaire de la WATCHTOWER me dise de partir". Pauvres enfants abusés, puisse Dieu avoir pitié d'eux, c'est mon souhait le plus sincère. Ils finiront par la force de la logique des événements de réaliser leur erreur comme j'en ai été forcé également, moi le plus aveugle des aveugles.

Il est assez étrange qu'après nos déconvenues de 1914 et 1925 nous ne sachions toujours pas établir une frontière nette entre la déduction et un simple "Ainsi parla le Seigneur" et nous continuons à dogmatiser en ce qui concerne la présence du Seigneur, Sa présence dans son temple et sur ce que Har-Mageddon nous apportera. Mais "il n'y a pas plus sourd que celui qui ne veut pas entendre" et ils continueront à prophétiser de faux rêves jusqu'à ce que les évènements eux-mêmes en prouvent la déraison. Et cela, même si de tels faux enseignements déshonoreront Dieu et Sa Parole, car qu'est-ce qui est plus à même de déshonorer la Parole de Dieu dans l'esprit des gens qu'un témoignage qui est fait sur une déclaration basée sur la parole de Dieu quand il s'avère que ce témoignage est faux. On fait bien de faire référence au Deutéronome 18:21, 22 qui dit : "Et si tu dis dans ton cœur : “ Comment reconnaîtrons-nous la parole que Jéhovah n’a pas dite ? ” Quand le prophète parlera au nom de Jéhovah et que la parole n’arrivera pas ou ne se réalisera pas, c’est là la parole que Jéhovah n’a pas dite. Le prophète l’a dite par présomption. Tu ne devras pas avoir peur de lui" (Un remarquable exemple, notre absurdité en ce qui concerne ce que Dieu s'apprêtait à faire en l'an 1925). Là encore, je citerai Jérémie 23:28-32 [sic] "Le prophète chez qui il y a un rêve, qu’il raconte le rêve ; mais celui chez qui il y a ma parole, qu’il dise ma parole selon la vérité... “ Me voici contre les prophètes [qui prophétisent] des rêves mensongers ”, c’est là ce que déclare Jéhovah, “ qui les racontent et font errer mon peuple à cause de leurs mensonges et à cause de leur vantardise. ”"

Jusqu'à ce que je reçoive l'article "Dès le retour de notre Seigneur", ci-dessus mentionné, je pensais que la Société était la voix du Seigneur. Cet article a secoué mes convictions. Je vous ai écrit pour voir si on pouvait répondre à l'article. Je n'ai pas eu de réponse. On ne pouvait pas me répondre parce que c'est la vérité, et maintenant je ne crois plus que la Société soit le canal de vérité du Seigneur ou que soyez Son serviteur, quoique vous soyez d'autre. Comme Dieu est contre la Société (Jérémie 23:28:32) [sic] une femme adultère sur deux qui souille les hommes et fait d'eux des marionnettes ou des hommes qui ne contredisent jamais, alors je dois l'être aussi. J'ai été hardi à la tâche et y compris pendant la période du témoignage du "Jéhovah des hôtes" [NdT à voir cette expression] et ensuite j'ai été conduit à la conclusion qu'un tel service non seulement n'était pas au service de Dieu mais qu'il déshonorait Sa parole et Son nom. Pourquoi, me dirait-on ? Réponse : parce que le message contenu dans les publications est largement basé sur la fausse supposition que notre Seigneur est présent, qu'il est dans Son temple et que Dieu au moment d'Har-Magueddon détruira l'œuvre de Satan et amènera depuis Son royaume autorité et gloire sur la Terre. Ce message est énoncé de façon présomptueuse et est basé sur le raisonnement et la déduction d'un homme et non pas sur un quelconque "ainsi parla le Seigneur". En d'autres mots, c'est ce que le Seigneur appelle des "rêves mensongers" et il dit qu'il est contre cela et donc je dois l'être aussi. Dieu était-il content de nos rêves mensongers concernant 1925 et le zèle de nos Frères à ce propos ? Non. Était-ce un mensonge ? C'en était un. Avons-nous retenu la leçon et avons-nous appris l'humilité devant le Seigneur ? Non, mais nous avons continué présomptueusement à annoncer nos rêves futurs en Son nom. Sera-t-il plus content cette fois de notre rêve et de notre zèle qu'il l'était en 1925 ? Non, il ne le sera pas, et en conséquence il incombe à un enfant de Dieu fidèle de courageusement prendre position, de sortir de la Société et de ne pas prendre part à ses péchés.

Mais me diront certains, "si la Société n'accomplit pas l'œuvre du Seigneur, quelle est donc cette œuvre ?" La réponse à cette question doit être remise à une date ultérieure. Il sera tout simplement suffisant de voir dans une certaine mesure, au moins la corruption de la Chrétienté, et d’être insatisfait de cela, avant qu’il puisse accepter quelle vérité est celle de la Société et jusqu’où elle diffère de "ainsi parle le Seigneur", avant qu’il puisse recevoir la réponse à cette question. Pendant ce temps, Je suggèrerais que toute personne qui lit cette lettre lise aussi attentivement et pieusement d'abord Corinthiens 18 et Philippiens 4:8 et de faire une pause entre chaque phrase afin de réfléchir à ce qui vient d'être lu.

Quoique ça ait peu de rapport avec le sujet qui nous occupe, je ne peux pas m'empêcher de penser après que j'ai lu un récent exemplaire de GOLDEN AGE aux paroles de Paul dans Philippiens 4:8 qui dit : "Enfin, frères, toutes les choses qui sont vraies, toutes celles qui sont dignes, toutes celles qui sont justes, toutes celles qui sont pures, toutes celles qui méritent d’être aimées, toutes celles qui ont bon renom, s’il y a quelques vertus et s’il y a quelque chose qui soit digne de louanges, CONTINUEZ À CONSIDÉRER CES CHOSES." Je me demande comment on pourrait lire le langage aussi obscène et faisant froid dans le dos que contient GOLDEN AGE et en même temps réaliser l'exhortation de Paul. Mais j'entends déjà les railleurs dire : "Oh ce n'était que Paul et il a dit cela longtemps avant que le Seigneur ne vienne dans son temple en 1918. Depuis, on nous a appris à être de vrais hommes, de vrais "chrétiens" qui savent comment utiliser un langage fort.

Pendant les vingt ans que j'ai travaillé avec vous, j'ai toujours eu un sentiment d'amour envers vous dans le Seigneur et j'ai sincèrement toujours terminé les lettres que je vous envoyais en manifestant l’expression de ce sentiment. Et même en faisant cela je ne peux pas m'empêcher de demander à Dieu que vous réaliserez votre situation et que vous vous confesserez devant Lui, car je n'ai aucun souhait funeste quel qu'il soit à votre intention; Je vous plains et vous ferais du bien si je le pouvais. Rappelez-vous que Dieu est un Dieu d’aimables bontés et de tendres miséricordes, Sa miséricorde dure à jamais !

Tout en examinant la question, je me rappelle les paroles de Jésus dans Jean : "Or voici d’où vient le jugement : la lumière est venue dans le monde, mais les hommes ont mieux aimé les ténèbres que la lumière, car leurs œuvres étaient mauvaises.", non pas la vérité mais de faux rêves et de vains bavardages. "Eh bien alors, suis-je devenu votre ennemi parce que je vous dis la vérité" Galates 4:16

Sincèrement,

W. F. Salter

Réponse aux accusations de richesse et d'alcoolisme

Beth-Sarim et les Cadillacs

Lettre de W. Van Amburgh, Golden Age, 05/05/1937, p. 499. Les richesses de Rutherford sont présentées comme des « cadeaux de ses amis (...) utilisés dans les intérêts du Seigneur et de Son peuple » [sic].

Suite à la diffusion de ces griefs à l'encontre du Président parmi les Témoins de Jéhovah de l'époque, William E. Van Amburgh, le secrétaire-trésorier de la Société Watch Tower à l'époque, décida de rédiger une lettre destinée à défendre Rutherford des accusations relatives à son train de vie élevé. Seuls certains points de la richesse de Rutherford sont abordés (par exemple, rien n'est dit sur l'appartement de New York). La lettre ne conteste pas les données fournies par Salter, ce qui prouve qu'elles sont véridiques, mais remet en cause la provenance de l'argent ayant servi à les financer.

Cette lettre, qui figure dans le Golden Age du 5 mai 1937, p. 499, déclare :

« À CEUX QUE CELA PEUT INQUIÉTER
Chaque centime reçu par la Société Watch Tower est expliqué par ce bureau.
Pas un seul centime des fonds de la Société Watch Tower n'est allé pour la construction de la maison à San Diego où le Juge Rutherford effectue son travail d'hiver. Elle fut un cadeau de ses amis. Je ne savais pas l'existence de cette maison jusqu'à ce que je le lise dans le Golden Age.
Pas un centime des fonds de la Société Watch Tower n'est allé pour l'une ou l'autre des voitures Cadillac utilisées par le Juge Rutherford à San Diego et Brooklyn. Elles furent des cadeaux de ses amis.
En ce qui concerne la propriété à Staten Island, le lieu de la WBBR, alors que cette propriété fut achetée pour la Société Watch Tower par son Président, J.F. Rutherford (et vaut aujourd'hui plusieurs fois ce qu'il a payé pour elle), elle ne lui a pourtant jamais appartenu pendant une minute et il n'a jamais fait un centime de bénéfice par la transaction.
Je ne connais rien dans les Écritures ou dans la raison qui empêcherait n'importe quel homme de recevoir des cadeaux venant de ceux qui l'aiment, plus spécialement quand ces cadeaux sont entièrement utilisés dans les intérêts du Seigneur et de Son peuple.
Dans les intérêts de la vérité et de la justice,
Très sincèrement vôtre,
W.E. Van Amburgh,
Secrétaire et trésorier. »

Alcoolisme

Golden Age, 05/05/1937, p. 500. Clayton Woodworth tente de justifier l'alcoolisme de Rutherford.
Voir article détaillé Alcoolisme de Rutherford

Dans le même article, à la page 500, un paragraphe aborde la question de la consommation d'alcool. Il ne nie pas les accusations portées par Salter, mais se propose de justifier les problèmes de boisson du Président. Il établit un parallèle avec Jésus et ses disciples qui étaient accusés de boire et évoque un usage médical de l'alcool par Rutherford, celui-ci étant censé être efficace pour ses problèmes de santé et lui étant recommandé par son chiropracteur:

"Il n'y a rien de nouveau à ce que Jésus et ses disciples soient accusés d'être des buveurs de vin. Cette accusation a-t-elle modifié d'une quelconque manière la position de Jésus avec son Père céleste ? Pas un iota. Pourquoi Jésus en utilisait-il ? Il était sous une grande tension nerveuse. Il [l'alcool] lui a fourni un nutriment parfait, immédiatement assimilable. Le chiropracteur, traitant une fois le juge Rutherford et l'écrivain [de cet article] en même temps, dit au juge, comme il vit son dos souffrant de l'ankylose (six vertèbres soudées entre elles par la pneumonie), « Vous êtes un miracle de la grâce de Dieu. » Dans le même temps il dit à l'écrivain: "Il porte un fardeau qui vous écraserait totalement." Lisez ce paragraphe deux fois, et profitez au maximum de celui-ci, tous les hypocrites qui souhaitent rester hypocrites jusqu'à la fin. Vous recevrez votre souhait, et votre récompense."

Appartements

Puis, à la page 501, deux paragraphes répondent aux accusations sur Beth-Sarim et les appartements de Rutherford lorsqu'il visite les filiales. A propos de Beth-Sarim, l'article dit que c'est bon pour la pneumonie du Président, qu'il y effectue son travail d'hiver (il est « l'un des hommes travaillant le plus dur au monde ») , et que cette villa est réservé au Roi David, « dans les intérêts du Royaume de Jéhovah ». Pour ce qui est de son appartement à Magdebourg, il est dit que Rutherford n'a pas de chambre spécialement pour lui mais que, même si c'était le cas, c'est tout à fait son droit. Il compare ensuite le Président à Abraham, étant un pèlerin et un étranger sur terre, voyageant à Brooklyn, Londres, San Diego, Paris, Berne..., et donc qui mérite son confort.

Il est reproché à Salter d'avoir mis douze fois en capitales d'imprimerie "LE PRÉSIDENT", ce à quoi l'auteur répond qu'il l'est effectivement, qu'il supervise tout le travail et qu'il a été élu comme tel, de la même manière que, « par exemple, C.J. Woodworth est le président de la Golden Age Publishing Company » (l'exemple n'est sans doute pas choisi par hasard).

Dans l'article suivant intitulé "A personal statement regarding Salter" qui est une lettre adressée à Rutherford, l'auteur, T.J. Sullivan, déclare : « Ses références à vos logements ou à vos bureaux à Columbia Heights, Staten Island, Californie, et en d'autres endroits, comme des résidences somptueuses avec des meubles de luxe, etc, est un mensonge délibéré, et il sait qu'il est ainsi. Il sait que les fournitures de tous ces trois lieux sont pratiques, mobiliers d'entreprise de bureau destinés à la poursuite de l'œuvre du Seigneur. »

Voir aussi