Liste de compromis de la Société Watch Tower

Un article de Témoins de Jéhovah: TJ-Encyclopedie, l'encyclopédie libre sur les Témoins de Jéhovah.
Aller à : navigation, rechercher

La Société Watch Tower se présente toujours dans ses publications comme une organisation qui se tient rigoureusement à l'écart des affaires du "monde", qui conserve en toutes circonstances un strict apolitisme, refusant de transiger avec ses principes quand elle est en conflit ou en discussion avec les autorités. De ce fait, elle ne se gêne pas dans le même temps pour dénoncer ce qu'elle considère comme des compromis auxquels les autres religions auraient consenti. Nourris en permanence des publications jéhovistes qui vantent le mouvement et présentent la persécution comme la conséquence de cette intransigeance, les fidèles sont généralement très fiers de ce séparatisme et de cette loyauté, pensant que cela constitue la preuve incontestable que leur religion est la seule qui soit intègre, puisqu'elle ne se serait jamais compromise avec "le monde", contrairement aux autres religions.

Pourtant, ce que le fidèle de base ignore bien souvent du fait du contrôle de l'information par le mouvement — on ne lui donne en interne que des éléments élogieux sur l'organisation et la lecture des critiques est prohibée —, c'est que la Watch Tower a, de façon assez récurrente, violé ses propres principes: elle a parfois participé à des événements à caractère politique, n'a pas respecté sa neutralité en rapport avec la guerre ou le service militaire, a entretenu des relations avec "Babylone la Grande" ou a eu recourt au mensonge pur et simple (elle a justifié ouvertement pendant un temps ce dernier point par la doctrine de la "stratégie de guerre théocratique").

On remarque que l'organisation a rompu ses propres règles lorsque ses intérêts étaient en jeu, soit en termes de reconnaissance légale par les gouvernements, d'image publique, d'avantages financiers ou de lobbying. En revanche, les fidèles n'ont pas le droit d'avoir recours à ces mêmes procédés considérés comme malhonnêtes par le mouvement, et cela même quand leur vie ou celles de leurs proches sont en danger. Il faut donc en déduire que les biens matériels ou l'argent de l'organisation ont plus d'importance dans le système jéhoviste que la vie des adeptes.

Après avoir cité certains compromis dont celui sur le service miliaire au Mexique à une certaine époque, l'historien Bernard Blandre conclut ainsi: "Les Témoins de Jéhovah, eux, s'affirment les seuls à ne pas avoir transigé. Ce qui précède montre pourtant qu'aussi bien les dirigeants que les individus sont prêts à certains compromis. Le Témoin de Jéhovah de base, fier de sa fidélité aux principes de son organisation, en est-il bien conscient?"[1]

Cette page a pour but de rassembler les principaux compromis consentis par la Société Watch Tower, c'est-à-dire lorsqu'elle (ou l'une de ses filiales) a transgressé ses propres règles, sans que, la plupart du temps, les fidèles de base ne soient mis au courant. Certains de ces faits sont suffisamment notoires et importants pour renvoyer à un article détaillé. Dans la mesure du possible, l'ordre chronologique a été respecté et les sources proposées sont des scans de documents officiels ou des liens pointant vers les sites des organismes en question.

Compromis de la Watch Tower

Ponctuels

Date et objet du compromis Description, comportements incriminés et preuves
  • 1918
  • Collaboration à l'effort de guerre
Voir article détaillé Compromis de la Watch Tower en 1918
  • Durant l'été 1918, les sept dirigeants de la Société Watch Tower — dont le président Joseph Rutherford — furent emprisonnés et considérés comme des agents d'espionnage. De ce fait, la Société Watch Tower publia deux Tour de Garde au printemps 1918 qui indiquaient que ce n'était pas grave d'acheter les bons liberté servant à financer la guerre, qu'il ne s'agissait pas d'une question religieuse, et encourageaient les Étudiants de la Bible à soutenir la Journée nationale de prière pour la victoire des alliés dans la guerre. La Tour de Garde affirma que beaucoup de membres des Étudiants de la Bible qui en avaient les moyens financiers avaient déjà acheté des bons à cette époque, et expliqua: "Un chrétien, ne voulant pas tuer, a peut-être été consciencieusement incapable d'acheter des bons de l'État; plus tard, il considère les grandes bénédictions qu'il a reçues grâce à son gouvernement, et se rend compte que la nation est en difficulté et confrontée à des dangers pour sa liberté, et il se sent lui-même consciemment en mesure de prêter de l'argent pour le pays, tout comme il prêterait à un ami en détresse. Le chrétien le plus large d'esprit est celui qui est le mieux informé des Écritures".[2] Selon le New York Times du 29 avril 1918, des dirigeants de la Watch Tower expliquèrent que le refus des bons était un malentendu et que les membres du Béthel ne les avaient pas achetés simplement parce que leur allocation mensuelle de 15 $ ne le leur permettait pas; Rutherford déclara aussi que les citoyens devaient fournir leur assistance volontairement. Ironiquement, le groupe dissident des Standfasters, qui s'était détaché parce qu'il avait été choqué par ce compromis, fut considéré par la Watch Tower comme étant apostat.
  • Dette de sang, violation de la neutralité, mensonge
  • Articles de La Tour de Garde (anglais) du 15 mai 1918 p. 152 R 6257, et du 1er juin 1918, p. 168 R 6268, également retranscrits sur jehovahs-witness.net; "Could not talk of loan", article du 29 avril 1918 du New York Times
  • 1918, États-Unis
  • Questions relatives au service militaire et à la participation à la guerre
Voir article détaillé Service militaire: Compromis lors de la Première guerre mondiale
  • Durant le procès de 1918 relatif à l'accusation d'espionnage de huit des dirigeants de la Société Watch Tower, l'un de ceux-ci, le secrétaire-trésorier William E. Van Amburgh, apporta son témoignage. Quand on lui demanda si la Watch Tower empêchait ses membres de prendre les armes pour leur pays, il répondit "Non"; lorsqu'on lui demanda si un membre pouvait être soldat, il répondit "Oui"; et quand on lui posa la question si la Société promulguait des règles interdisant à un homme d'aller à la guerre, il répondit: "Non, pas s'il pense que cela est juste" (par la suite, Amburgh prétexta avoir mal compris les questions qui lui avait été posées). Or, il était manifeste que cela ne correspondait pas à la réalité, puisqu'au même moment, Rutherford demandait à ses disciples de refuser le service combattant, même si ceux-ci devaient le payer de leur vie.
  • Double discours, mensonge
  • Scans du procès page 707 et page 709; scans d'une lettre de Rutherford adressée à un frère à propos de la nécessité de refuser d'aller à la guerre page 1221 et pages 1222-23
  • 1933, Allemagne
  • Lettre à Hitler
Voir article détaillé Déclaration de faits et lettre au Chancelier du Reich
  • La Watch Tower a envoyé une Déclaration de Faits, adoptée le 25 juin 1933 par environ 7000 TJ réunis en assemblée à Berlin, accompagnée d'une lettre, à Hitler, alors Chancelier du Reich. La Déclaration, rédigée par Rutherford et distribuée à environ 2 100 000 exemplaires, ainsi que la lettre déclaraient notamment qu'« il n'y a jamais eu le moindre argent de juifs qui a contribué à notre œuvre » et stigmatisaient l'empire Anglo-américain, la Société des Nations, le Big-Business, les catholiques et les juifs de New York et présentaient les TJ comme d'« ardents défenseurs » des « buts et idéaux moraux élevés promulgués par le gouvernement national du Reich allemand ». Ces documents sont parfois interprétés comme une tentative de conciliation idéologique et l'historien Detlef Garbe estime qu'ils « laiss[e]nt parfois transparaître des accents antisémites ».[3]
  • Tentative de conciliation idéologique
  • Déclaration de Faits + la lettre (originales + traduction), et liste de liens en rapports avec ce thème
  • 1938-1947, Australie
  • Activités commerciales et participation à l'effort de guerre
  • À partir de 1938 et dans les années qui ont suivi, le Béthel d'Australie se fit beaucoup d'argent dans des activités commerciales qui contribuaient parfois à l'effort de guerre. En effet, les Béthélites dirigeaient alors des scieries, plus de 20 fermes, un bureau d'étude, une boulangerie et d'autres entreprises dont deux imprimeries commerciales; ils étaient alors également disposées à laver les uniformes des soldats, à les nourrir à la cantine et à produire des instruments de guerre. Le but affiché était, selon les publications, de fournir du travail aux adeptes.[4][5] Cette situation causa des problèmes parmi les adeptes, et finalement Rutherford vint en Australie notamment "pour examiner des plaintes au sujet de certaines activités commerciales que la filiale d’Australie avait organisées (...). Il fut satisfait de constater que cela n’avait pas affecté la prédication de la bonne nouvelle et il félicita frère MacGillivray pour son initiative [c'est lui qui avait réorganisé ainsi la filiale]. Toutefois, ces activités allaient susciter plus tard des problèmes et des difficultés." [6] En effet, ces activités faisaient "des victimes", car "l'organisation avait été trop loin en montant des entreprises commerciales."[7] En conséquence, lors de sa visite en Australie en 1947, Nathan Knorr prononça une résolution dans six villes d'Australie, résolution qui déclarait notamment:[8] "Durant la Seconde Guerre mondiale nous avons, d'une manière ou d'une autre, été mêlés à l'iniquité du présent monde alors en guerre. Nous avons participé avec certains biens du peuple voué à Dieu à ce qui était, nous le comprenons maintenant, un aspect de l'effort de guerre et de la propagande en faveur de celle-ci, violant ainsi la position de neutralité véritable (...). Une telle attitude (...) a suscité l'opprobre et la mésentente en rapport avec le nom et la cause de Dieu, et a troublé et affaibli les frères. Nous ne voulons pas rejeter la responsabilité de cette conduite sur un ou plusieurs frères en particulier, mais nous souhaitons reconnaître humblement notre responsabilité commune en cette affaire, ici en Australie." Ce compromis, exceptionnellement rapporté dans les publications jéhovistes, rejette néanmoins la faute à tous les Témoins alors que c'était le dirigeant de la filiale, avec l'approbation du président (Rutherford) qui n'avait rien trouvé à redire à cette situation lors du sa visite, qui avait mis en place ces activités commerciales.
  • Immixtion dans les affaires du monde, violation de la neutralité
  • La Tour de Garde (anglais), 1er juin 1947, p. 173; Annuaire des Témoins de Jéhovah, 1983, chapitre "Australie"; Les Témoins de Jéhovah: Prédicateurs du Royaume de Dieu, 1993, p. 641
  • 1943, Suisse
  • Service militaire
Voir article détaillé Compromis suisse de 1943
  • Accusés durant la Seconde Guerre mondiale d'interdire le service militaire à leurs adeptes, les dirigeants jéhovistes de Suisse firent rédiger une "déclaration" par un avocat, qu'il signèrent. Adressée aux autorités suisses, elle affirmait notamment ceci : « à aucun moment, ils n'avaient vu l'accomplissement des obligations militaires comme une offense contre les principes et les aspirations de l'association des Témoins de Jéhovah », et « des centaines de nos membres et de nos sympathisants ont accomplis leur obligation militaire et continuent à le faire » ; apparemment, le but de ce mensonge était de protéger le dernier bureau européen encore en activité à ce moment-là. La communication avec Brooklyn était alors rompue. Bien que Knorr critiqua cette déclaration lors d'un congrès à Zurich en 1947, les publications ultérieures de la WT donnèrent une autre version de cet épisode.[9]
  • Mensonge, langage volontairement destiné à tromper
  • Déclaration des TJ suisses; Lettre embarrassée de la WT; Les Bibleforshers et le Nazisme -1933-1945, Sylvie Graffard & Léo Tristan, 6ème éd., pp. 53,54
  • 1943-1989, Mexique
  • Enregistrement comme société civile et culturelle
Voir article détaillé Enregistrement comme association culturelle au Mexique
  • Au Mexique, alors que la Constitution de 1917 du pays prévoyait la nationalisation de tous les biens appartenant aux religions, la Société Watch Tower décida de contourner la loi sur ce sujet: en effet, elle demanda à ce que la filiale du pays se présente au gouvernement comme une société civile et culturelle, ce qui eut des conséquences sur les pratiques du culte des Témoins de Jéhovah, entrainant la suppression des cantiques et des prières lors des réunions, le refus d'utiliser la Bible dans le cadre du porte à porte, et des changements de vocabulaire. Cette façon de procéder, que l'ex-membre du Collège Central Raymond Franz considère comme une entorse aux principes de l'organisation, dura de 1943 à 1989, année au cours de laquelle le gouvernement demanda à la filiale de se faire enregistrer comme une association religieuse.
  • Double langage
  • Franz, Raymond V. (2003), Crise de conscience, Atlanta: Commentary Press, pp. 200-07; WTBTS (1995), Annuaire des Témoins de Jéhovah, Watch Tower Bible & Tract Society, pp. 168-25
  • Années 1960, Mexique
  • Affaire du service militaire
Voir article détaillé Compromis sur le service militaire au Mexique
  • Nathan Knorr, Frederick Franz et le Collège Central de l'époque ont accepté que les jeunes Témoins du Mexique payent des pots-de-vin d'environ 200 $ à des fonctionnaires mexicains. En retour, il recevaient un faux certificat attestant qu'ils avaient effectué un service militaire d'un an et étaient maintenant reconnus comme réservistes de l'armée mexicaine. Certains de ces Témoins avaient pourtant des fonctions élevées dans la congrégation, telles que surveillant de circonscription ou de district.
  • Mensonge, double discours : dans d'autres pays, les TJ subissaient au même moment de terribles persécutions parce qu'ils devaient refusaient d'acheter la carte obligatoire d'un parti politique (Malawi) ou étaient condamnés à d'éprouvantes peines d'emprisonnement pour leur refus du service militaire.
  • Franz, Raymond (2003), Crise de conscience, Atlanta: Commentary Press, pp. 110-35; Exemple de fausses attestations; Autres scans
  • Avant les années 1980, Colombie
  • Fausses déclarations fiscales
  • Le Comité de filiale de Colombie fut embarrassé par certaines règles de comptabilité définies par la Watch Tower. De ce fait, lors de la visite d'un surveillant de zone envoyé par la Société, il prépara une liste de questions sur lesquelles il souhaitait des éclaircissements. Une question avait trait au report de la filiale concernant un revenu présenté au gouvernement comme des "donations", alors que les livres de la Société le présentait comme un "retour d'investissements", échappant ainsi à une taxe qui aurait placé la filiale comme une société commerciale. Une autre question concernait le statut des missionnaires, qui étaient présentés comme des employés au Ministère du Gouvernement s'occupant des étrangers — ce qui était obligatoire pour les laisser entrer dans le pays —, alors que la filiale ne déclarait aucun employé sur ses déclarations d'impôts. Raymond Franz précisa que cette façon de procéder était courante et que ce n'était pas la filiale qui prenait l'initiative du mensonge — puisqu'elle-même était mal à l'aise de faire de telles déclarations —, mais que l'ordre émanait bien du siège mondial.
  • Double langage, malhonnêteté, non-respect des lois de "César"
  • À la Recherche de la Liberté Chrétienne, Raymond Franz, Commentary Press, 2è éd. (angl.), 1999, pp. 280-82, le livre présente des photocopies de ces questions
  • 1989-1990
  • Gratuité des publications
  • En 1988, l'évangéliste Jimmy Swaggart a été aux prises avec la justice dans l'affaire Swaggart Ministries v. California Board of Equalization, affaire destinée à taxer les bénéfices tirés de la vente de matériel religieux. Ayant compris que la défaite de Swaggart pourrait entraîner ensuite la taxation de ses ventes de publications, la Watch Tower a déposé un mémoire nommé Amicus Curiae davant la Cour suprême des États-Unis afin de déclarer inconstitutionnel ce changement. Elle a soutenu donc Jimmy Swaggart et s'est associée avec d'autres religions, dont la Consicence de Krishna et les Églises du Christ. Toutefois, le 17 février 1990, la Cour décida que l'État pouvait procéder à cette taxation, et un mois à peine plus tard, la WT décréta officiellement que ses publications seraient désormais distribuées gratuitement selon le principes de "dons volontaires", présentant cela comme une mesure bienveillante destinée à simplifiée l'œuvre et à permettre aux personnes nécessiteuses d'avoir plus facilement accès aux publications. La vraie raison de ce changement est mentionnée de manière tellement discrète dans le livre Prédicateurs que peu de Témoins peuvent faire le rapprochement avec l'affaire Swaggart.[10] Par ailleurs, cette mesure mit des années avant de s'appliquer aux pays les plus pauvres.
  • Immixtion dans les affaires du "monde", mensonge
  • Résumé de l'affaire Swaggart, U.S. Supreme Court Media; Transcript des arguments soumis à la Cour, U.S. Supreme Court Media; Mémoire Amicus Curiae de la WT; À la Recherche de la Liberté Chrétienne, Raymond Franz, Commentary Press, 2è éd. (angl.), 1999, pp. 581,82
  • 1992, Thaïlande
  • Impression d'une Bible pour une société évangélique
  • En 1992, la Société Watch Tower a accepté d'imprimer 2 000 exemplaires de la version de la Bible thaïlandaise connue sous le nom "Bible OV83" pour le compte de la Société thaïlandaise de la Bible, membre des United Bible Societies, mais dans ce cas, la Bible portait uniquement le tampon de cette société évangélique. La Société Watch Tower a également fait un tirage de 4 500 exemplaires pour son propre usage, mais cette fois-ci en indiquant qu'elle en était l'éditrice avec la permission de la Société thaïlandaise de la Bible. Dans des correspondances datées de 1994 adressées au Révérend Somdee Poosawtsee, secrétaire général de la Société thaïlandaise de la Bible (et par ailleurs directeur d'une école nommée "International Graduate School of Leadership" et fondée sur le modèle de l'organisation Campus Crusade for Christ), Daryl Westfall, de l'organisation évangélique T.W. Ministries (Phoenix, Arizona, USA) fait remarquer que David Brown, un ex-Témoin ayant travaillé au siège mondial de la Société Watch Tower, avait noté l'étonnante similitude entre les cartes utilisées dans la Traduction du Monde Nouveau et la Bible thaïlandaise OV83, imprimée aux États-Unis, où seule la langue — l'anglais pour l'une, le thaï pour l'autre — différait. Il se demande ensuite comment la Société Watch Tower a pu accepter ce compromis, compte tenu de sa diabolisation des religions de la chrétienté, et du fait qu'un Témoin ayant agi de la sorte aurait été excommunié. Dans ses différentes réponses, le révérend Poosawtsee confirme qu'il n'y a pas eu de violation de copyright, qu'un accord a bien été passé entre les deux sociétés et que cette vieille traduction de la Bible restaure le nom Jéhovah dans l'Ancien Testament.
  • Collaboration avec "Babylone La Grande"
  • "Watchtower and Thailand Bible Society Correspondence", courriers + scans de pages des deux Bibles; Présentation du révérend Somdee Poosawtsee
  • 1992-2001
  • Affiliation avec le DPI de l'ONU
Voir article détaillé Organisation des Nations Unies
  • Bien que l'ONU soit qualifiée par leur doctrine de « contrefaçon du Royaume de Dieu » instaurée par Satan pour égarer les humains, et « qu'aucun chrétien ne doit soutenir cette organisation », le Collège Central a accepté de « soutenir l'ONU et ses actions » et de « mobiliser l'opinion en faveur des Nations Unies », selon les conditions de la charte. La Société Watchtower est ainsi devenue un membre associé (une ONG) du Département d'information publique de l'Organisation des Nations unies (UN/DPI) de février 1992 à octobre 2001. Suite à la révélation du scandale par un journal britannique le 8 octobre 2001, la Watch Tower a décidé dans la précipitation de demander son retrait, seulement le lendemain de la publication de l'article. De nombreux Témoins de Jéhovah ont voulu obtenir des explications de l'ONU, qui a décidé de publier sur son site officiel une lettre récapitulant cette affaire. Les différents porte-paroles de la Watch Tower donnèrent des explications divergentes sur les raisons de cet affiliation. Finalement, le mouvement envoya une lettre à ses filiales, qui expliquait ses motifs: elle dit avoir voulu ainsi avoir accès à la bibliothèque de l'ONU, et s'est retirée parce que les conditions d'adhésion auraient alors changé. Il s'agissait de mensonges, puisque l'accès aux documents de cette librairie pouvait se faire sans s'affilier et les conditions d'affiliation n'ont pas été modifiées durant l'adhésion de la Watch Tower.
  • Violation de la neutralité politique, affiliation avec la "bête sauvage", mensonges
  • Demande d'affiliation; Résolution 1297 (XLIV) du Conseil économique et social qui rappelle les conditions d'affiliation, La WT est dans la liste des ONG affiliées en 1997; Lettre de l'ONU résumant l'affaire; Lettre de la WT aux filiales; Lettre de l'ONU stipulant que les conditions sont inchangées; Liste de documents en rapport avec cette question
  • Juillet 1993, République tchèque
  • Réponse aux questions du Ministère de la Culture sur le sang, le service militaire et civil
  • Dans une lettre, le Ministère de la Culture de la République tchèque avait soulevé trois objections à la demande de la Société religieuse des Témoins de Jéhovah qui souhaitait obtenir un enregistrement officiel: ces objections portaient sur trois points en particulier, à savoir s'il était vrai que les Témoins de Jéhovah étaient tenus de refuser 1/ les transfusions sanguines pour eux ou pour leurs enfants; 2/ le service militaire; 3/ le service civil de remplacement. Or, dans une lettre datée du 30 juillet 1993 et adressée au Ministère de la Culture représenté par P. Zeman, le Comité provisoire de la Société religieuse des Témoins de Jéhovah (la branche tchèque de l'organisation), composé d'Eduard Sobicka et d'Ondrej Kadisa, a répondu aux trois questions: "Non, ce n'est pas ce que la Société enseigne", puis a nettement édulcoré la position de la Watch Tower et a affirmé que le refus ne résultait que d'un choix volontaire de la part du fidèle. La lettre précise même que la Bible ne dit rien sur le service civil, qui était pourtant strictement interdit à l'époque, tout comme la transfusion et le service militaire (qui, eux, le sont toujours). Le but de cette distorsion de la réalité était d'obtenir la reconnaissance légale dans ce pays.
  • Mensonge
  • Scan de la lettre du 30 juillet 1993 du Preparatory Committee of Religious Society of Jehovah's Witnesses au Ministère de la Culture: partie 1 et partie 2
  • 1996-2002
  • Actions dans une entreprise liée à l'armement
  • La Société Watch Tower a été propriétaire à hauteur de 50% de l'entreprise privée Rand Cam Engine Corp., laquelle était spécialisée dans la fabrication de moteurs pour les avions de chasse de l'armée des États-Unis. Il s'agissait d'un don qu'elle avait reçu, et qu'elle n'a pas refusé. Pour se défendre, la Watch Tower dit n'avoir pas été au courant et avoir été victime d'une erreur.
  • 1/ La Société Watchtower interdit à ses membres le métier des armes, de faire la guerre même face à une dictature, et même de travailler pour l'armée quelque soit le métier exercé.[11] Elle permet une entorse: si l'armée n'est pas le principal client + 2/ Elle dénonce les placements des Églises de la chrétienté dans les industries d'armement ou de tabac,[12] alors qu'elle-même fait la même chose sans que les fidèles soient au courant.
  • "Securities and Exchange Commission", document de 1996; "Securities and Exchange Commission", document de 2002; Lettre TJ, 11/11/02
  • 1997, Russie
  • Défenses judiciaire aux côtés d'une église pentecôtiste
  • En 1997, la congrégation des Témoins de Jéhovah de Yaroslavl, en Russie, ainsi qu'une une église pentecôtiste, furent menacées de dissolution car la loi stipulait qu'il fallait au moins quinze années d'enregistrement pour que la congrégation puisse être autorisée à poursuivre ses activités. L'affaire fut portée en justice de façon conjointe par les deux mouvements religieux et la décision finale du tribunal leur fut favorable. Toutefois, dans un article intitulé "Les Témoins de Jéhovah en Europe: quel type d'évolution?", la sociologue Angélique Sacriste s'étonne: "Chose surprenante, [les Témoins de Jéhovah] renoncèrent à leur séparatisme habituel pour faire cause commune avec l'Église pentecôtiste de la Glorification de Khakassia afin d'engager une procédure de contestation de la loi de 1997".
  • Collaboration avec "Babylone La Grande"
  • "The problems of Religious Freedom in the Decisions of the Russian Constitutional Court", Galina Krylova, sur le site du CESNUR; "The Church in Russia: Between the Law and Administrative Practice", Mark Elliott, sur East-West Church & Ministry Report; Sectes, Églises, Mystiques — Échanges, conquêtes, métamorphoses, sous la direction de Bernadette Rigal-Cellard, collections Religions et Civilisations, éditions Pleine Page, p. 241 (ISBN 2-913406-08-4)
  • 1998
  • Affaire du sang bulgare
Voir article détaillé Accord amiable avec le gouvernement bulgare en 1998
  • La Société Watch Tower s'est engagée par écrit, devant le secrétaire de la Commission Européenne des Droits de l'Homme, à ne pas surveiller les choix de ses adeptes en matière de transfusion sanguine et à ne pas appliquer de sanctions aux membres qui en accepteraient (cf l'alinéa 2.1 et 2.2 du rapport de la commission adoptés le 9 mars 1998), et à intégrer cette résolution dans ses statuts. Toutefois, l'organisation a ensuite envoyé une lettre aux Témoins de Jéhovah, aux Comités de liaison hospitaliers et aux médias stipulant que la doctrine sur ce point était inchangée et que les adeptes acceptant une transfusion seraient passibles d'exclusion; ces lettres contredisaient donc l'engagement que l'organisation avait pris officiellement devant les autorités gouvernementales. Le but de ce mensonge était d'obtenir le statut de religion qui leur aurait été refusé le cas échéant.
  • Mensonge, double langage: l'un devant les autorités, l'autre envers les adeptes
  • Lien fournissant les scans de tous les documents sur cette affaire
  • 10 au 12 septembre 1998
  • Participation au CESNUR
  • La Société Watch Tower figure dans le programme officiel d'une conférence intitulée "Les minorités religieuses à l'aube du XXIè siècle, organisée à Turin par le Centre pour l'étude des nouvelles religions (CESNUR), association défendant les mouvements minoritaires socialement contestés. Dans la session 'Jéhovah's Witnesses : sociological and legal perspectives' apparaissent deux représentants de la Watch Tower et les avocats jéhovistes Alain Garay et Carolyn R. Wah. Toutefois, leur participation fut annulée par la Watch Tower après que l'affaire ait été rendue publique par David Reed, un ex-Témoin, dans son périodique Comments from the Friends, dans lequel il se demande comment les Témoins, vu leur doctrine de stricte séparation avec les autres religions, peuvent participer à un tel colloque, aux côtés de représentants d'autres cultes minoritaires. Une lettre du CESNUR expliqua les raisons de l'annulation par la Watch Tower, mettant en cause le magazine de Reed, l'ex-Témoin. L'un des représentants des mormons, lui-même mormon et avocat, menaça Reed de poursuites judiciaires.
  • Collaboration avec Babylone la Grande
  • Tract du CESNUR présentant le programme de la réunion, Programme complet de la réunion, site du CESNUR; Lettre du CESNUR expliquant pourquoi la WT renonce à participer; Lettre de l'avocat mormon; Michael Homer, avocat mormon
  • 15 octobre 1999
  • Participation au Hansard Committee
  • La branche australienne de la Watch Tower envoya son avocat, Donald MacLean, et un représentant officiel, Vincent Toole, à une réunion de l'Official Committee Hansard, placée sous l'autorité du Parlement, à Sydney. La réunion fut destinée à promouvoir et protéger la liberté de religion et de croyance. Les intervenants jéhovistes évoquent le statut de la Watch Tower dans d'autres pays et demandent plus de tolérance par rapport à leur refus de la transfusion sanguine.
  • Immixtion dans les affaires du "monde"
  • Official Committee Hansard — Australia's efforts to promote and protect freedom of religion and belief, 15 octobre 1999, voir pp. 4, 61-76
  • 7 avril 2000
  • Journée mondiale de la santé
  • Des Témoins de Jéhovah ont participé à la célébration de la Journée mondiale de la santé 2000, aux côtés de nombreux membres de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et de représentants du gouvernement. Avec pour slogan "La sécurité du sang commence par moi – Sang donné, vies sauvées", les objectifs de cette célébration était d'"améliorer la prise de conscience de problèmes liés au sang dans le monde; encourager les États Membres à s'investir pour assurer le bon fonctionnement de leurs programmes nationaux transfusionnels et à mettre en place une législation ou un cadre juridique pour assurer la sécurité transfusionnelle; promouvoir le don régulier et fidéliser des donneurs de sang altruistes, bénévoles et non rémunérés, recrutés parmi les populations à faible risque".[13] Lors d'un congrès organisé au Nicaragua sur ce thème, des Témoins de Jéhovah étaient présents.
  • Événement à caractère principalement politique et en faveur des transfusions. Peut éventuellement expliquer en partie pourquoi la Watch Tower laisse davantage de questions à la conscience du fidèle en rapport avec ce sujet.
  • "Safe blood starts with me! Blood saves lives! — Stories and souvenirs from World Health Day 2000 together with useful information on blood safety", p. 53 notamment (document de l'OMS)
  • 3 au 5 octobre 2000
  • Forum international de Vilnius
  • La Société Watch Tower fut enregistrée comme ONG au forum de Vilnius sur l'époque de l'Holocauste Pillage des biens culturels. Cette rencontre, visant à la coopération internationale, fut dirigée par le Secrétaire Général du Conseil de l'Europe et le Premier Ministre de la République de Lituanie, et 38 pays y ont participé. Le but était entre autres de "discuter des besoins pour les politiciens, les juristes, historiens et conservateurs de musées dans divers pays pour diffuser des informations sur la collecte des biens culturels des victimes de l'Holocauste" et "d'évaluer les activités des États membres du Conseil de l'Europe".
  • Participation aux affaires du "monde"
  • "Présentation de la Société Watch Tower au forum de Vilnius", 3-5 octobre 2000
  • 2002
  • Argent provenant d'une firme de tabac
Voir article détaillé Henrietta M Riley Trust
  • 2003
  • Association avec un organisme de l'ONU
  • En 2003 la Watch Tower a été cliente d'un organisme de l'ONU, l'IAPSO (Inter-Agency Procurement Services Organisation). Celui-ci a pour but d'acheter en gros du matériel spécifique pour l'ONU et ses actions de développement et à fournir des formations sur la manière de gérer des marchés publics relatifs à l'aide humanitaire et au développement. Ainsi, la Watch Tower a soit collaboré avec l'ONU, soit a loué ses services pour être aidée. Les buts étaient probablement d'améliorer l'image publique de l'organisation grâce à leurs participations humanitaires, de s'étendre en Afrique et d'économiser de l'argent.
  • Association avec une partie de la "bête sauvage"
  • UNDI/IAPSO, review 2003 (voir p. 30); Conditions des services de l'IAPSO
  • 2004-2005 au moins
  • Investissement dans une holding
Voir article détaillé Investissements boursiers
  • Des documents de comptabilité publique révèlent qu'au moins en 2004 et en 2005, la Société Watch Tower était impliquée avec une très puissante holding financière américaine, la JP Morgan, via le "JP Morgan Liquid Assets Money Market Fund", détenant entre 6 et 8% du fonds. Or, en 2004, cette société affichait 3,41 milliards de dollars de fonds.
  • Participation aux affaires du "monde"
  • Documents du site de la U.S. Securities and Exchange Commission: 1, 2 (page 51), 3 (page 117); Données de 2004 sur le JP Morgan Liquid Assets Money Market Fund; Site de JP Morgan
  • 8 et 9 juin 2005
  • Participation à l'OSCE à Cordoue
Voir article détaillé Participations à l'Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe
  • La Société Watch Tower fait partie de la liste des Organisations non gouvernementales qui participèrent à la conférence de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), organisme revendiquant lui-même des activités dans les domaines "politico-militaire et économico-environnementale"[14]. Les Témoins de Jéhovah figurent deux fois : 'The European Association of Jehovah's Christian Witnesses' avec Paul Gillies comme représentant (Belgique, p. 3, aux côtés de l'Église de Scientologie), et 'Watch Tower Bible and Tract Society of Pennsylvania' avec Gregory Allen (USA, p.7).
  • Violation de la neutralité politique
  • Liste des ONG enregistrés pour la conférence de l'OSCE sur l'antisémitisme et d'autres formes d'intolérance, Ministère des Affaires Étrangères et de la Coopération
  • Octobre 2006
  • Participation à l'OSCE à Varsovie
Voir article détaillé Participations à l'Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe
  • La Société Watch Tower fait à nouveau partie de la liste des ONG qui participèrent à la conférence de l'OSCE (voir plus haut), laquelle a abordé des sujets à caractère ouvertement politiques et ayant trait aux affaires du "monde". Les Témoins figurent quatre fois : 'Association cultuelle des Témoins de Jéhovah de France' (Jean-Claude Pons, France, p. 51), 'European Association of Jehovah's Christian Witnesses' (représentée par Marcel Gillet, Paul Gillies et Luca Toffoli, Belgique et Royaume-Uni, p.59), 'Office of General Counsel for Jehovah's Witnesses' (Gregory Allen, USA, p. 77), et 'Watch Tower Bible and Tract Society' (Michal Hoszowski, Pologne, p. 84).
  • Violation de la neutralité politique
  • Liste des ONG enregistrés pour la conférence de l'OSCE sur la dimension humaine, Bureau des Institutions Démocratiques et des Droits Humains, Programme de la conférence de l'OSCE
  • 26 février 2007
  • Dialogue inter-religieux avec le gouvernement en Irlande
  • Dès novembre 2004, le Gouvernement irlandais annonça son intention de dialogue formel avec les diverses confessions religieuses du pays (baptistes, méthodistes, orthodoxes, juifs, musulmans, Armée du salut, unitariens, quakers, mormons...). Finalement, en 2007, les représentants de toutes ces religions, y compris les Témoins de Jéhovah, participèrent à une réunion inter-religieuse de dialogue avec le Gouvernement à Dublin. Introduite par le Premier ministre, le but de cette réunion était de discuter des domaines d'intérêt commun.
  • Violation de la neutralité politique, œcuménisme, participation aux affaires du "monde"
  • "Ahern to launch talks between State and religious leaders"; Débats du Parlement irlandais prévoyant cette réunion
  • 24 juin 2008
  • Dialogue avec le gouvernement vietnamien
  • Un spécialiste des droits de l'homme de l'Office of General Counsel des Témoins de Jéhovah, faisant partie d'une délégation de l'Institute for Global Engagement, un organisme défendant la liberté de religion, a rencontré en compagnie de représentants d'autres religions le Premier Ministre du Vietnam ainsi que plusieurs membres du gouvernement. Lors de la discussion, Gallina a remercié le Premier Ministre pour l'invitation du gouvernement faite aux Témoins de Jéhovah de s'enregistrer.
  • Participation aux affaires du "monde"
  • "IGE Delegation Meets with Vietnam's Prime Minister", 24 juin 2008, Institute for Global Engagement
  • 29 septembre - 10 octobre 2008
  • Participation à l'OSCE
Voir article détaillé Participations à l'Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe
  • Lors d'une conférence de l'OSCE du 29 septembre au 10 octobre 2008, à Warsaw, furent présents à la conférence l'"Administrative Centre of Jehovah's Witnesses, Russia", représentée par Serguy Cherepanov (p. 41), l'"European Association of Jehovah's Christian Witnesses", avec Paul Gillies et Marcel Gillet comme représentants (p. 49), l'"Office of General Council for Jehovah's Witnesses", représentée par Gregory Olds (p. 63) et le "Religious Center of Jehovah's Witnesses in the Republic of Kazakhstan" (p. 65). Par ailleurs, Philippe Goni, l'un des principaux avocats des Témoins de Jéhovah (par exemple, il permit la reconnaissance du mouvement en Bulgarie devant les instances européennes en 1998, et le défendit fréquemment aux côtés de l'avocat Témoin de Jéhovah Alain Garay sur les questions relatives au culte, à la transfusion sanguine et au service civil. En outre, il a été le président de l'Association médico-scientifique d'information et d'assistance du malade (AMS), et a écrit un livre intitulé Les Témoins de Jéhovah - Pratique cultuelle et loi du 9 décembre 1905 (2004, L'Harmattan). Il est également délégué du parlement français dans l'Association Européenne de Droit Rural.), enregistra son cabinet parisien comme ONG et figura lui aussi parmi les participants à l'OSCE en 2008, probablement afin de défendre les intérêts du mouvement religieux sans que le nom de celui-ci ne soit mentionné (p. 45).
  • Participation aux affaires du "monde"
  • OSCE (anglais), Liste des participants à la conférence de l'OSCE, osce.org; Conseil National des Barreaux; Droit des religions, "Cour d'appel de Rouen, chambre des appels correctionnels", exemple où Goni a défendu les Témoins], droitdesreligions.net. Consulté le 17 janvier 2013; Blandre, Bernard, "Philippe Goni, Les témoins de Jéhovah - Pratique cultuelle et loi du 9 décembre 1905", Mouvements religieux, reproduit sur Vitam Impedire Vero; European Council for Rural Law (anglais), "Board of Management 2009/2011", cedr.org, version archivée du 13 juin 2010
  • 9 et 10 juillet 2009
  • Participation à l'OSCE à Vienne
Voir article détaillé Participations à l'Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe
  • Quatre organismes de la Watch Tower enregistrés comme ONG participèrent à la conférence de l'OSCE (voir plus haut) à Vienne sur le thème de la liberté de religion et de croyance : 'Administrative Centre of Jehovah's Witnesses, Russia' (Russia), 'Association cultuelle des Temoins de Jehovah' (France), 'European Association of Jehovah's Christian Witnesses' (Belgique) et 'Office of General Counsel for Jehovah's Witnesses' (USA).
  • Violation de la neutralité politique
  • Liste des participants à la conférence de l'OSCE; Contenu de la conférence
  • 2009-2012 (au moins)
  • Participation à des conférences pour des investissements agricoles
Voir article détaillé Investissements boursiers
  • Au moins en 2009 et en 2012, la Watch Tower a participé à des conférences organisées par le Global AgInvestingSM (GAI), qui se définit sur son site comme "le leader mondial des ressources pour des événements, la recherche et une idée de l'investissement dans le secteur agricole mondiale. Depuis 2009, les conférences du GAI continuent d'être les événements du monde agricole les plus importants et ayant le plus d'assistance, attirant plus de répartiteurs et de décideurs de haut niveau que n'importe quel autre". Ainsi, la Watch Tower a décidé d'investir même dans l'agriculture.
  • Participation aux affaires du "monde"
  • Liste des sociétés ayant participé à la conférence de 2009, et à celle de 2012, site du Global AgInvestingSM (GAI)
  • 2010
  • Tentative d'enregistrement comme ONG internationale au Népal
  • Ratna Bahadur Gaha Magar, le trésorier de la Social Welfare Council, a déclaré que la demande d'enregistrement de la Société Watch Tower comme ONGI (Organisation Non-Gouvernementale Internationale) au Népal a été refusée, car elle son but était de diriger des activités religieuses, précisant que "le Conseil n'accorde pas la permission à toute organisation à travailler au Népal si l'objectif de l'organisation est d'étendre la religion". En désirant obtenir ce statut, la Société Watch Tower émettait ainsi le désir de participer à et/ou modifier la vie collective d'une nation, exerçant ainsi une activité de nature politique, ce qui est incompatible avec sa doctrine de stricte séparation avec le monde.
  • Violation de la neutralité politique, immixtion dans les affaires du "monde"
  • "Missionary activities of INGOs rife", sur Repùblica
  • 4 novembre 2010
  • Participation au monde de la finance
Voir article détaillé Investissements boursiers
  • Fondée en 2000, la Brazilian Association of Private Equity and Venture Capital (ABVCAP) est une organisation favorisant le développement des investissements à long terme, contribuant notamment à améliorer les conditions de l'industrie. Selon l'organisation elle-même, ses missions sont "le développement, la croissance durable, et l'intégration du marché". Elle cherche à développer et améliorer toutes formes de placement à long terme au Brésil, insiste sur "l'intégration stratégique dans le marché des capitaux" et travaille pour "stimuler les actifs et les sociétés cotées sur le marché boursier". Ses activités ont pour but de "faciliter la relation entre les membres locaux et mondiaux de la communauté d'investissement à long terme". Or, un document résumant le déroulement d'une réunion du 4 novembre 2010 organisée avec la British Venture Capital Association (BVCA), indique que la filiale jéhoviste d'Angleterre était présente, sous le nom "Watch Tower Bible & Tract Society of Britain" (p. 3). La réunion était organisée en association avec la UK Trade & Investment, et en partenariat avec d'autres sociétés commerciales.
  • Participation aux affaires du "monde"
  • Programme de la réunion du 4 novembre 2010, site de la BVCA, voir p. 3
  • 2011
  • Participation au monde de la finance
Voir article détaillé Investissements boursiers
  • Les Hedge Funds, les investisseurs institutionnels et fonds des Hedge Funds se sont réunis au British Museum pour le Forum 2011, les 13 et 14 septembre. Plus de 350 participants, dont la Société Watch Tower, ont débattu de l'investissement des fonds à long terme, et les sujets abordés comprenaient les marchés émergents, les placements de valeur, la planification des successions, et d'autres sujets relatifs à la finance. Ainsi, la Watch Tower rencontre annuellement le monde de la haute finance et établit des plans pour l'avenir, et ceci bien qu'elle proclame la fin imminente.
  • Participation aux affaires du "monde", ne se considère plus comme "résidente étrangère" sur terre
  • "InvestHedge Forum 2011", sur le site Hedge Fund Intelligence (voir la liste"Investors"); "Hedge fund", sur Wikipédia anglophone
  • 19-21 mars 2012
  • Participation au monde de la finance
Voir article détaillé Investissements boursiers
  • Une conférence intitulée Africa Investment Summit 2012 eut lieu pendant trois jours en mars 2012 au One Whitehall Place, à Londres. Cette réunion, destinée aux investisseurs de fonds de grande taille, visait les investissements sur le continent africain dans les secteurs de l'immobilier, des énergies alternatives, des infrastructures, des hedge funds, des matières premières, du capital-risque, du marché des changes, entre autres. Or, la liste officielle des participants comprenait, aux côtés de nombreuses grosses sociétés, deux représentants officiels de la filiale jéhoviste d'Angleterre ("Watch Tower Bible & Tract Society of Britain"): le secrétaire trésorier et le conseiller financier.
  • Participation aux affaires du "monde"
  • Programme de la réunion des 19 au 21 mars 2012, site de l'Africa Investment Summit, voir p. 2; Présentation de l'One Whitehall Place
  • 24 septembre - 5 octobre 2012
  • Participation à l'OSCE à Warsaw
Voir article détaillé Participations à l'Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe
  • Deux associations jéhovistes — l'Administrative Centre of Jehovah's Witnesses in Russia et la European Association of Jehovah's Christian Witnesses — participèrent à la réunion de l'OSCE portant sur l'accomplissement de la dimension humaine ("Human Dimension Implementation", HDIM), "la plus grande conférence annuelle d'Europe sur les droits de l'homme et la démocratie", organisée afin de servir de "plate-forme pour les États participants à l'OSCE, les partenaires pour la coopération, la société civile, les organisations internationales et les structures de l'OSCE pour faire le point sur la mise en œuvre des engagements concernant la dimension humaine, discuter des défis associés, partager les bonnes pratiques et formuler des recommandations pour de nouvelles améliorations".
  • Violation de la neutralité politique
  • Présentation de la réunion 2012 "Human Dimension Implementation", Liste des participants, sur le site de l'OSCE
  • 2-5 décembre 2012
  • Participation au monde de la finance
Voir article détaillé Investissements boursiers
  • Représentée par son "chef des placements" ("Chief Investment Officer"), la Société Watch Tower participera, aux côtés de nombreuses sociétés commerciales, à une conférence consacrée aux investissements financiers intitulée "Global Indexing & ETFs: The Preeminent Investment Management Conference", organisée par l'Information Management Network qui précise: "IMN a hâte d'accueillir les joueurs d'investissements venant du monde entier en décembre". Cette conférence aura lieu au somptueux hôtel Arizona Biltmore de Phoenix, en Arizona.
  • Participation aux affaires du "monde"
  • Programme de la réunion du 2 au 5 décembre 2012, voir page 4; Information Management Network
  • Au moins depuis 2013, Chili
  • Accrochage du drapeau national à la Salle du Royaume
  • Au Chili, les 18 et 19 septembre constituent deux jours de célébration nationale appelée Fiestas Patrias. Ces jours-là, tous les bâtiments publics sont dans l'obligation de faire flotter le drapeau du pays, une amende étant prévue pour les institutions qui refuseraient de le faire. Or, comme le prouvent des photographies et une vidéo, au moins deux Salles du Royaume ont décidé d'accrocher le drapeau national, le logo JW.org étant visible à proximité, ce qui signifie que les deux collèges d'anciens en question ont préféré se soumettre à cette directive et violer la "neutralité chrétienne" telle qu'elle est comprise par le mouvement religieux, plutôt que de payer l'amende. Des sites pro-jéhovistes se demandent comment leurs coreligionnaires ont bien pu accepter ce genre de compromis qui s'étant déjà produit en 2013 pour au moins une Salle du Royaume. Sachant que cette dernière a donc recommencé l'année suivante, il faut en déduire que le Collège Central ne l'a pas blâmée pour lui faire comprendre qu'il ne fallait pas agir ainsi. Y aurait-il donc au Chili une dérogation à la "neutralité chrétienne" de la part du mouvement (comme il l'a fait notamment au sujet du service militaire au Mexique pendant des décennies, voir plus haut) afin de ne pas être mal vu par le gouvernement ? Une lettre du Béthel explique que faire flotter le drapeau est tout à fait possible en conscience, puisqu'il n'y a pas de cérémonie, et que cela peut être considéré comme le respect d'un ordre de "César".
  • Violation de la neutralité chrétienne
  • Résumé de l'affaire sur jwsurvey.org ; vidéo sur Youtube ; lettre du Béthel expliquant pourquoi il est possible de faire flotter le drapeau; Frustration exprimée par des adeptes sur ce sujet sur jw-archive.org 1 et 2, et sur theworldnewsmedia.org

Récurrents

Date et objet du compromis Description, comportements incriminés et preuves
  • De la fin du XIXè siècle aux années 1970
  • Serment d'allégeance au gouvernement américain
Voir article détaillé Serment d'allégeance
  • Les dirigeants de la Société Watch Tower (dont Russell, Rutherford, Knorr et Henschel) ont accepté de signer leur allégeance à la Constitution des États-Unis et au Gouvernement Américain, comme le prouve leur signature sur leur passeport, alors que cela était considéré comme une expression moderne du culte à l'Empereur et donc un acte d'idolâtrie dans les publications de la Société. Dans le même temps, les fidèles de base ont subi des persécutions (renvoi d'un travail, de l'école, torture au Malawi...) précisément parce qu'ils refusaient toute forme d'allégeance envers un État.
  • Double discours
  • "Jehovah's Witnesses and National Oaths of Allegiance", par Marvin Shilmer, avec des références tirées des publications et le scan du passeport de Nathan Knorr; Autres scans des passeports des présidents de la Société Watch Tower
  • Pendant des décennies
  • Méthodes pour faire entrer des missionnaires dans un pays
  • Raymond Franz, ancien membre du Collège Central des Témoins de Jéhovah, révèle que le mouvement a fait entrer des missionnaires de façon mensongère dans certains pays (notamment le Portugal, les pays d'Amérique du Sud) lorsqu'un visa leur était refusé. La Watch Tower recourrait à des stratagèmes: 1/ un Témoin local ayant une entreprise engageait le missionnaire qui n'était pas identifié comme tel dans les documents officiels; rapidement après son entrée dans le pays, il faisait semblant de s'intéresser aux Témoins quand ils venaient à sa porte, et se convertissait; 2/ le missionnaire pouvait déposer un document dans une firme commerciale pour un jour seulement, puis se concentrait sur son activité d'évangélisation; 3/ le missionnaire pouvait entrer en tant qu'étudiant, puis suivait le minimum de cours pour se consacrer au prosélytisme; 4/ le missionnaire entrait comme touriste pour une période donnée, ressortait pour un jour seulement, puis rentrait à nouveau par un autre endroit de la frontière. Franz met cette situation en parallèle avec l'obligation d'honnêteté des adeptes mexicains qui s'étaient établis illégalement aux États-Unis et s'étaient convertis par la suite à l'organisation, et qui étaient obligés par la Watch Tower de régulariser leur situation pour accéder à des fonctions en interne, même si cela leur occasionnait de très grandes difficultés.
  • Double discours, mensonge
  • À la Recherche de la Liberté Chrétienne, Raymond Franz, Commentary Press, 2è éd. (angl.), 1999, pp. 282-83
  • Pendant des décennies
  • Fonctions des avocats et médecins
  • Selon Raymond Franz, les avocats appartenant au mouvement disposent d'un traitement de faveur, leur permettant d'accomplir des actes qui peuvent sembler incompatibles avec les croyances jéhovistes. Dans le chapitre 9, "Le sang et la vie, la loi et l'amour", de son deuxième livre, il explique:
« À l'époque où je faisais partie du collège central, je ne pouvais m'empêcher d'éprouver le sentiment qu'il existait une certaine discrimination dans la façon dont l'organisation faisait appliquer ses principes, cette différence de traitement se manifestant en faveur des personnes qui exercent certaines professions. (...) Les avocats sont libres de travailler pour le compte d'un candidat politique qui fait campagne en vue d'une élection. »
Par exemple, Maître Alain Garay, avocat des Témoins de Jéhovah, lui-même Témoins de Jéhovah, est (ou a été) l'un des représentants de la France à l'Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe, l'OSCE, expert au sein du Bureau des Institutions Démocratiques et des Droits de l'Homme sur la Liberté de Religion et de Croyance et donc parle au nom de la France dans un organisme international.[15] Il est aussi membre de l'association internationale pour la défense de la liberté religieuse, association dotée du statut consultatif auprès des Nations unies et du Conseil de l'Europe.[16]
  • Double langage
  • À la recherche de la liberté chrétienne, Raymond Franz, Commentary Press, 2è éd. (angl.), 1999, page 24 (n° de page à vérifier)
  • Pendant des décennies
  • Méthode pour obtenir la garde d'un enfant
  • Une brochure de 60 pages, co-préparée par l'avocate de l'organisation, Carolyn Wah, est fournie par le département juridique de la Société Watch Tower aux parents adeptes qui sont confrontés à un problème de garde d'enfant, l'autre parent n'était pas Témoin. La brochure propose certaines réponses à des questions bien précises, par exemple: "Est-ce que tous les Catholiques (ou les autres) vont être détruits [à Har-Maguédôn] ?", il faut répondre "Jéhovah fait ces jugements, pas nous" (question pouvant être posée au parent Témoin lors du contre-interrogatoire; page 12). De même, il est conseillé à propos du témoignage des jeunes gens (page 43):
« Faites attention à ce qu'ils ne donnent pas l'impression d'être à une démonstration à l'assemblée de circonscription, quand ils montreraient que les premières choses dans la vie sont le service et d'aller à la Salle du Royaume. Montrez les hobbies, les travaux manuels, l'activité sociale, les sports et surtout les projets pour l'avenir. Faites attention à ce qu'ils ne disent pas tous qu'ils vont être pionniers. Les projets peuvent être dans le commerce, se marier et avoir des enfants, le journalisme et toutes sortes d'autres choses. Peut-être pouvez-vous montrer un intérêt pour l'art et le théâtre. »
Dans plusieurs jugements, des juges ont reconnus que la Watch Tower encourageait ainsi ses membres à mentir. Par exemple, l'un d'eux a dit que "la brochure "a été conçue, et encourage, les Témoins de Jéhovah à couvrir certaines de leurs véritables croyances et induit en erreur le tribunal sur ce que sont leurs croyances et pratiques en rapport avec les enfants. (...) Il n'y a rien de mal dans la religion, si je comprends bien, à induire en erreur ou même mentir à quelqu'un qui n'est pas un témoin de Jéhovah."
  • Années 2000
  • Paiement de lobbyistes
  • En 2002, 2003 et 2004, la Société a payé des lobbyistes comme le prouve le moteur de recherche des lobbysites de la ville de New York, les principaux étant Fried, Frank, Harris, Shriver & Jacobson, LLP (04) et Pillsbury Winthrop LLP (02), et les additionnels Melanie Meyers et Stephen Lefkowitz. Les trois cas de recours à des lobbyistes concernent des demandes de changements de zonage et des permis spéciaux pour des constructions sur le site de New York.
  • Participation aux affaires du "monde"
  • Année 2002, année 2003 et année 2004", sur le site NYC Lobbyist Search, ou aller à la page principale "Welcome to the NYC Lobbyist Search!" et taper "Watchtower Bible" dans le moteur de recherche "Search by Name". PS : Les liens ci-dessus sont morts, mais un résultat pour l'année 2003 est toujours visible ici.

Voir aussi

Références

  1. Arrowup.png Blandre, Bernard (1987), Les Témoins de Jéhovah, un siècle d'histoire, Paris: Desclée de Brouwer, pp. 117,119 (ISBN 978-2-2200-2640-4)
  2. Arrowup.png On retrouve sensiblement cette même prose dans les publications jéhovistes à chaque changement de doctrine ou de comportement (par exemple, lors de l'acceptation soudaine du service civil dans les années 1990): il s'agit de prétendre que c'était le choix du fidèle en conscience, alors que dans les faits c'était une obligation dont le non-respect était passible de sanctions de la part de l'organisation et de la défaveur divine...
  3. Arrowup.png "Désintérêt de la société, désinformation de l'État, nouvelle persécution, et à présent, instrumentalisation de l'histoire ?", Persécution et résistance des Témoins de Jéhovah pendant le régime nazi (1933-1945), éditions Shortgen, p. 262
  4. Arrowup.png La Tour de Garde (anglais), 1er juin 1947, p.173
  5. Arrowup.png WTBTS (1993), Les Témoins de Jéhovah: Prédicateurs du Royaume de Dieu, Watch Tower Bible & Tract Society, p. 641:
    "Les frères avaient même indirectement participé à l’effort de guerre."
    La version anglaise précisait:
    "There were others who had been called in for work who became so busy with printing things pertaining to this world, working in machine shops producing instruments of war, or serving soldiers in canteens."
  6. Arrowup.png WTBTS (1983), Annuaire des Témoins de Jéhovah, Watch Tower Bible & Tract Society, p. 62
  7. Arrowup.png WTBTS (1983), Annuaire des Témoins de Jéhovah, Watch Tower Bible & Tract Society, p. 95
  8. Arrowup.png WTBTS (1983), Annuaire des Témoins de Jéhovah, Watch Tower Bible & Tract Society, p. 97
  9. Arrowup.png Annuaire 1987 des Témoins de Jéhovah 1987, p. 156 :
    « Fidèles aux directives de leur conscience, la plupart des Témoins de Jéhovah refusèrent le service armé (És. 2:2-4; Rom. 6:12-14; 12:1, 2) ».
  10. Arrowup.png Les Témoins de Jéhovah : Prédicateurs du Royaume de Dieu, page 349 :
    « Des scandales financiers notoires ayant éclaté dans certaines religions de la chrétienté, et les autorités ayant de plus en plus tendance à considérer les activités religieuses comme une entreprise commerciale, en 1990, les Témoins de Jéhovah ont apporté quelques modifications à leur œuvre pour éviter tout malentendu. »
  11. Arrowup.png Par exemple Réveillez-vous !, 8 juin 1989, p. 10
  12. Arrowup.png La Révélation, le grand dénouement est proche, WTBTS, 1988, p. 264 :
    « Au contraire, la religion d'origine babylonienne entretient souvent des rapports équivoques avec le monde des affaires. Par exemple, en 1987 un journal (Albany Times Union) a rapporté que l'administrateur financier de l'archidiocèse catholique de Miami (États-Unis) reconnaissait que l'Église possède des actions dans des sociétés productrices d'armes nucléaires, de films classés X, et de cigarettes. »
  13. Arrowup.png Communiqué de presse du 6 avril 2000 de l'Organisation des Nations Unies
  14. Arrowup.png Site officiel de l'OSCE
  15. Arrowup.png 19/12/2006 - conférence de presse de la Commission d'Enquête parlementaire relative à l'influence des mouvements à caractère sectaire et aux conséquences de leurs pratiques sur la santé physique et mentale des mineurs, intervention de Georges Fenech
  16. Arrowup.png "Les États en Europe face à la liberté des confessions et des religions", Conscience et Liberté, n° 59, 2000, format pdf, p. 3