Méthodes de prédication

Un article de Témoins de Jéhovah: TJ-Encyclopedie, l'encyclopédie libre sur les Témoins de Jéhovah.
Aller à : navigation, rechercher

Les méthodes de prédication pratiquées au sein des Étudiants de la Bible, puis des Témoins de Jéhovah, ont varié au fil du temps, que ce soit au niveau de la forme comme au niveau du message à transmettre. Actuellement, ce sont les visites domiciliaires qui constituent la forme de prosélytisme la plus fréquemment utilisée par le mouvement.

Époque de Russell

Colporteurs

Voir article détaillé Colporteur

Dès la fin des années 1870, Charles Taze Russell, le fondateur de la Société Watch Tower, commença à publier le magazine aujourd'hui connu sous le nom La Tour de Garde ainsi que d'autres publications dont des tracts et des brochures, dont Food for Thinking Christians, distribuée à 1 200 000 exemplaires, et remise principalement à des amis du mouvement ou distribuée à la sortie des Églises le dimanche. Russell envoya deux de ses associés, John Sunderlin et J. Bender, respectivement à Londres et en Écosse pour distribuer 300 000 copies de cette publication.[1] Russell avait donné des instructions spécifiant qu'il fallait utiliser toutes les techniques modernes de communications pour diffuser le message biblique.

C'est, par exemple, par l'intermédiaire d'Étudiants de la Bible évangélisateurs que Joseph Rutherford fut mis en contact avec le mouvement.

Dès la fin des années 1880, Russell rechercha, par le biais de petites annonces, des distributeurs qu'il plaçait sous contrat. Plusieurs milliers de colporteurs (correspondant aujourd'hui aux pionniers permanents) ont commencé à prêcher à temps plein la théologie développée par Russell et ont distribué la littérature millénariste du groupe.[2]

Journaux

Par la suite, une intense campagne de prédication a été entreprise par le moyen de la presse: en effet, Russell télégraphiait chaque semaine un sermon à un service de presse qui le retransmettait à des journaux américains et européens. De ce fait, en 1913, ces sermons auraient atteint 15 millions de personnes par l'intermédiaire de 2 000 journaux.[3]

Tournées de sermons

Voir article détaillé Voyages de Russell

Dès la fin des années 1870, Russell commença à réaliser de plus ou moins longs voyages pour des raisons religieuses, mais uniquement à l'intérieur des États-Unis. Toutefois, à partir de 1891, le pasteur décida d'entreprendre des voyages à travers le monde qui l'amenèrent à visiter les continents européens, asiatiques, et une très petite partie du continent africain. Par exemple, cette année-là, Russell effectua une tournée au Canada, et en Europe (Royaume-Uni, Irlande, Russie) et en Turquie où il prononça des discours devant des auditoires de plusieurs centaines de personnes.[2] Il justifia de telles tournées par le fait de se rendre compte sur le terrain de ce qui devait être fait pour disséminer son enseignement. D'après ses premières conclusions, seuls les pays scandinaves, le Royaume-Uni et la Suisse semblaient réceptives à sa prédication. Ces tournées lui furent parfois reprochées comme étant de vastes campagnes de publicité.

Films

Voir article détaillé Photo-Drame de la Création

Un film en quatre parties, appelé le Photo-Drame de la Création, d'une durée totale de huit heures, fut produit par la Société Watch Tower sous la direction de Russell. Projeté dans des salles de spectacles, le film présentait les croyances de Russell relatives au plan de Dieu, depuis la création du monde jusqu'à la fin du Règne de mille ans du Christ. D'un point de vue technique, ce film était très en avance sur son époque. Durant l'année 1914, plus de neuf millions de personnes, en Amérique du Nord, en Europe et en Océanie, avaient visionné le film. Néanmoins, la promotion par le biais de films ne s'est plus reproduite par la suite.

Époque de Rutherford

Toutefois, c'est sous la présidence de Joseph Franklin Rutherford que l'activité de prosélytisme a connu un véritable essor. En effet, Rutherford a activé les Étudiants de la Bible pour prêcher, par exemple au moyen de ses discours lors d'assemblées tenues à Cedar Point dans l'Ohio, notamment du 1er au 8 septembre 1919 et du 5 au 13 septembre 1922. Il a inauguré le magazine L'Âge d'Or en 1919, alors édité par Clayton Woodworth, et prévu comme magazine d'informations générales destiné au grand public, et mit en place le procédé de rapport de prédication. Rutherford mit l'accent sur la nécessité de prêcher aux domiciles à partir de 1922.[4] Des campagnes de distribution du livre de Rutherford, Des millions de personnes actuellement vivantes ne mourront jamais, ont été organisées, prévoyant la "fin des temps" pour 1925.[5] Les nombreux écrits du président de la Société Watch Tower ont été distribués par millions grâce à la prédication zélée des fidèles. Toutefois, sous la présidence de Rutherford, les pratiques de prosélytisme se diversifièrent: les phonographes portatifs, les voitures équipées de haut-parleurs, les défilés d'hommes-sandwichs et les émissions par radio, furent quelques-unes des méthodes alors utilisées dans le cadre de la prédication.

Phonographe

Dès 1934, La Tour de Garde commença à faire la promotion du phonographe dans le cadre du porte à porte. Concrètement, l'adepte présentait en introduction une carte de témoignage qui contenait un court texte que l'interlocuteur lisait, à la suite de quoi l'adepte mettait en route son phonographe portatif qui diffusait des discours de Rutherford. Il était fréquent que le maître de maison soit profondément exténué par cet enregistrement et achète les publications afin de se débarrasser du Témoin, ou encore que ce dernier doive se protéger des chiens que les occupants du domicile pouvaient lâcher quand ils étaient en colère. La méthode "carte de témoignage + phonographe" avait un triple avantage: premièrement, elle permettait de "robotiser" les adeptes qui pouvaient prêcher pendant toute une journée sans même dire un mot, et ainsi sans risque d'être pris à défaut dans leurs propos; deuxièmement, la Watch Tower elle-même pouvait ainsi écouler ses stocks de phonographes qu'elle produisait, au prix de 19,95 $ (avec 18 enregistrements) en 1934, puis au prix de 10 $ avec trois disques en 1936; et troisièmement, elle satisfaisait l'ego de Rutherford qui voyait ses discours diffusés auprès de toutes sortes de personnes, ce qui participait à sa renommée.[6]

Radios

Le 26 février 1922, Joseph Rutherford prononça son premier discours radiodiffusé. Puis, à partir de 1924, l'organisation dirigea une station de radio, la WBBR, qui émettait depuis New York, et mis sur pied des réseaux s'étendant au monde entier pour diffuser ses propres programmes sur les ondes. Un pic de 408 stations relayant le message jéhoviste sur les cinq continents fut atteint en 1933.[7] Malgré l'efficacité de cette méthode pour ce qui est d'atteindre un grand nombre de personnes, la diffusion d'émission par radio fut abandonnée et la station WBBR fut vendue en 1957, en grande partie à cause de la prédominance des télévangélistes dans les programmes par radio avec lesquels les Témoins voulaient se différencier, et aussi parce que cela ne permettait pas de faire participer tous les adeptes.

Véhicules équipées de haut-parleurs

Les adeptes utilisaient aussi une voiture munie de haut-parleurs reliés à un amplificateur qu'ils garaient par exemple près des marchés, des parcs, des routes principales, etc. Généralement, la diffusion commençait par une musique, puis par un discours de Rutherford.[8][9]

Défilés d'hommes-sandwichs

À partir de 1936, les Témoins — environ un millier à chaque fois — annoncèrent les discours publics de leurs plus grandes assemblées en portant des pancartes soit devant et derrière, soit au-dessus d'eux.[10] Par exemple, cette méthode fut utilisée quand Rutherford prononça le discours "Harmaguédon" à Glasgow et à Londres en 1936,[11] ou encore au Brésil pour annoncer les réunions au cours desquelles les brochures Face aux réalités et Fascisme ou Liberté seraient publiées, en 1939.[12]

Aujourd'hui

Porte à porte

La porte à porte est la principale forme de prédication du mouvement religieux. Il a la priorité sur toute autre forme.[13] Il est généralement effectué par groupes de deux.

Dans les pays à majorité chrétienne, le samedi est généralement le jour réservé à la diffusion des périodiques La Tour de Garde et Réveillez-vous!. Les autres jours de la semaine, chaque mois, les fidèles doivent proposer en priorité une publication en particulier appelée de ce fait "offre du mois" qui est mentionnée dans Le Ministère du Royaume.

En général, le proclamateur aborde l'hôte de maison en parlant des conditions mondiales censées accomplir les prophéties bibliques, d'un fait divers dramatique, ou d'un autre sujet religieux, ou bien se contente de proposer des périodiques.

Ensuite, le proclamateur effectue ce qu'il est appelé une « nouvelle visite » en revenant voir une personne qui a manifesté de l'intérêt. Si possible, il s'efforce d'établir une route de périodiques (c'est-à-dire qu'il remet à la personne régulièrement les magazines de l'organisation), et essaie de débuter avec elle une étude biblique à domicile à l'aide d'une ou plusieurs de leurs publications. Cette étude consiste en un examen méthodique (d'une durée d'une heure généralement) chaque semaine d'une publication abordant les doctrines et pratiques du mouvement religieux. La personne qui étudie, qui a généralement préparé à l'avance le chapitre à examiner, répond aux questions figurant en bas de page de la publication et qui sont posées par le proclamateur. On s'attend à ce que l'étudiant réponde selon ce qui est mentionné dans le paragraphe se rapportant à la question. La Watch Tower souhaite réduire la durée d'une étude à six mois seulement, temps qu'elle estime nécessaire pour amener l'étudiant au baptême.[14] De ce fait, il est donc conseillé de ne pas se contenter de distribuer des publications, mais surtout de proposer assez rapidement un examen gratuit de la Bible. Le but ultime est que la personne en question et éventuellement sa famille devienne Témoins de Jéhovah.

Prédication dans la rue

Une autre forme de prédication couramment utilisée par les Témoins de Jéhovah est la prédication dans la rue. Il peut s'agir dans certains cas de se tenir à un angle d'une rue très passante en proposant la littérature de la Société Watch Tower, en général les magazines La Tour de Garde et Réveillez-vous!. Ce peut être aussi le fait de tenir un stand mobile sur les marchés ou dans les quartiers commerçants sur lequel des publications sont disposées afin que les passants se servent gratuitement.

Autres formes de prédication

D'autres formes de prédication se sont répandues au fil du temps, auxquelles la Watch Tower encourage de participer. Parmi celles-ci:

  • Le témoignage informel, lorsqu'un adepte prêche en dehors de tout cadre prédéfini pour la prédication. Il peut s'agir d'un témoignage donné à un collègue de travail, à un camarade de classe, à un membre de la famille, à une connaissance, à un voisin, à des personnes dans des transports en commun, etc. Chaque fidèle est encouragé à tirer le maximum profit de toute circonstance se prêtant à donner un témoignage informel, voire à le susciter.[15] Pour les jeunes, il est conseillé de prêcher lors d'un exposé de classe.[14]
  • Le téléphone.[16]
  • Le courrier, particulièrement en cas de maladie du proclamateur, s'il fait mauvais temps ou si la personne ne peut pas être jointe directement. Une publication de l'organisation peut être jointe avec le pli.[17]
  • Le témoignage de magasin en magasin.[18]

En revanche, l'organisation déconseille formellement à ses membres les échanges spirituels sur Internet. En théorie, il ne faut pas monter de site Web pour propager les croyances de sa religion, encore moins entrer en débat avec des opposants, même avec ses coreligionnaires dans les chat et forums.

Références

  1. Arrowup.png Watch Tower Bible & Tract Society, 1993, pp. 405,406
  2. 2,0 et 2,1 Holden, Andrew (2002), Jehovah's Witnesses: Portrait of a Contemporary Religious Movement, Routledge, pp. 18,19 (ISBN 978-0-4152-6610-9)
  3. Arrowup.png Watch Tower Bible & Tract Society, 1993, p. 58
  4. Arrowup.png Watch Tower Bible & Tract Society, 1993, pp. 259,260
  5. Arrowup.png Watch Tower Bible & Tract Society, 1993, pp. 632,633
  6. Arrowup.png Gruss, Edmond C. (2003) (anglais), The Four Presidents of the Watch Tower Society, Xulon Press, pp. 26,27,208,209 (ISBN 978-1-5946-7131-9)
  7. Arrowup.png Watch Tower Bible & Tract Society, 1993, p. 80
  8. Arrowup.png WTBTS (1979), Annuaire des Témoins de Jéhovah, Watch Tower Bible & Tract Society, p. 44
  9. Arrowup.png WTBTS (1977), Annuaire des Témoins de Jéhovah, Watch Tower Bible & Tract Society, p. 60
  10. Arrowup.png Watch Tower Bible & Tract Society, 1993, p. 266
  11. Arrowup.png WTBTS (1973), Annuaire des Témoins de Jéhovah, Watch Tower Bible & Tract Society, p. 109
  12. Arrowup.png WTBTS (1973), Annuaire des Témoins de Jéhovah, Watch Tower Bible & Tract Society, p. 50
  13. Arrowup.png Penton, James (1997, 2è éd.) (anglais), Apocalypse Delayed: The Story of Jehovah's Witnesses, Toronto: University of Toronto Press, pp. 242,243 (ISBN 978-0-8020-7973-3)
  14. 14,0 et 14,1 Blandre, Bernard (1991), Les Témoins de Jéhovah, Belgique: éditions Brepols, p. 153 (ISBN 2-503-50063-3)
  15. Arrowup.png WTBTS (2005), Organisés pour faire la volonté de Jéhovah, Watch Tower Bible & Tract Society, p. 102
  16. Arrowup.png Le Ministère du Royaume, février 2001, pp. 5,6
  17. Arrowup.png WTBTS (2002), Tirez profit de l'École du Ministère théocratique, Watch Tower Bible & Tract Society, pp. 71-73
  18. Arrowup.png Le Ministère du Royaume, septembre 1996, pp. 4,5