Masturbation

Un article de Témoins de Jéhovah: TJ-Encyclopedie, l'encyclopédie libre sur les Témoins de Jéhovah.
Aller à : navigation, rechercher
Œuvre de Gustav Klimt, dépeignant la masturbation

Bien qu'elle ne soit pas en mesure de trouver un seul verset biblique évoquant cette pratique, la Société Watch Tower affirme que la masturbation est condamnable d'un point de vue chrétien, sans toutefois ranger cette pratique au même niveau que la fornication. De ce fait, elle publie régulièrement des articles afin de dénoncer ce qu'elle estime en être les conséquences néfastes de cette pratique — corruption sur le plan spirituel, dépendance semblable à celle de la drogue, premier pas éventuel vers l'homosexualité, développement d'une personnalité égoïste, etc — et donne des conseils censés aider les adeptes qui auraient des difficultés à s'en affranchir. Dans les faits, cette condamnation de la masturbation sur des motifs critiquables est mal vécue par un bon nombre de jeunes, et beaucoup d'ex-Témoins ayant grandis dans le mouvement expriment la souffrance que leur a générée leur combat contre cette pratique.

Historique et base biblique

Historiquement, c'est apparemment à la fin des années 1940 que le premier article sur ce sujet parut dans les publications — il s'agissait toutefois davantage d'une explication de l'épisode biblique relatif à Onân pour prouver qu'il ne s'agissait pas de masturbation, l'article finissant malgré tout par une courte condamnation de cette pratique: c'est "une impureté", elle "est contraire à la loi de la nature et donc mauvaise aux yeux de Dieu", c'est "un vice contre nature" qui occasionne une "grande dégradation mentale et physique".[1] Puis d'autres articles critiques parurent dans les années 1960,[2][3] et depuis cette époque le sujet de la masturbation est revenu périodiquement dans les écrits jéhovistes.

La masturbation est considérée par la Watch Tower comme "une forme d'impureté";[4] toutefois, elle est bien obligée de reconnaître que le mot "masturbation" ne figure jamais dans la Bible, et ceci bien que ses publications se proposent fréquemment de donner le point de vue biblique de cette pratique; le mouvement admet même: "Dans les temps bibliques, cette pratique était courante dans les pays de langue grecque, et il existait plusieurs termes pour la désigner. Mais aucun d'eux n'apparaît dans la Bible."[5] De ce fait, le mouvement religieux base son point de vue de désapprobation sur des versets bibliques flous contenant des principes à caractère généraux enjoignant à la tempérance et au rejet de la convoitise tels que ceux-ci:

Référence biblique Verset(s)
Romains 13:14
« Mais revêtez-vous du Seigneur Jésus Christ, et n'ayez pas soin de la chair pour en satisfaire les convoitises. » 
Colossiens 3:5
« Faites donc mourir les membres qui sont sur la terre, l'impudicité, l'impureté, les passions, les mauvais désirs, et la cupidité, qui est une idolâtrie. » 
Éphésiens 4:19
« Ayant perdu tout sentiment, ils se sont livrés à la dissolution, pour commettre toute espèce d'impureté jointe à la cupidité. » 
Éphésiens 5:3-5
« Que l'impudicité, qu'aucune espèce d'impureté, et que la cupidité, ne soient pas même nommées parmi vous, ainsi qu'il convient à des saints. Qu'on n'entende ni paroles déshonnêtes, ni propos insensés, ni plaisanteries, choses qui sont contraires à la bienséance; qu'on entende plutôt des actions de grâces. Car, sachez-le bien, aucun impudique, ou impur, ou cupide, c'est-à-dire, idolâtre, n'a d'héritage dans le royaume de Christ et de Dieu. » 
Galates 5:19,24
« Or, les œuvres de la chair sont manifestes, ce sont l'impudicité, l'impureté, la dissolution. Ceux qui sont à Jésus Christ ont crucifié la chair avec ses passions et ses désirs. » 
1 Thessaloniciens 4:3-5
« Ce que Dieu veut, c'est votre sanctification; c'est que vous vous absteniez de l'impudicité; c'est que chacun de vous sache posséder son corps dans la sainteté et l'honnêteté, sans vous livrer à une convoitise passionnée, comme font les païens qui ne connaissent pas Dieu. » 
1 Pierre 2:11
« Bien-aimés, je vous exhorte, comme étrangers et voyageurs sur la terre, à vous abstenir des convoitises charnelles qui font la guerre à l'âme. » 

Malgré cette condamnation de la masturbation, la Watch Tower affirme qu'elle n'est toutefois "pas au nombre des péchés graves tels que la fornication".[6] Toutefois, celui qui la pratique et qui le confesse à un ancien peut encourir des sanctions ou être privé de privilèges de service dans la congrégation. Par exemple, à propos de celui qui désire occuper des fonctions dans l'organisation, une Tour de Garde disait ceci: "Celui qui se masturbe régulièrement remplit-il ces conditions? Certes, celui qui occupe déjà cette position peut retomber momentanément dans cette habitude, mais, s'il la combat victorieusement, il ne doit pas se croire disqualifié. Mais celui qui se masturbe régulièrement, par manque de maîtrise de soi, court le risque de commettre des actions encore plus graves. Il n'est sûrement pas en mesure de servir 'd’exemple pour le troupeau'."[7] Par conséquent, un ancien ou un assistant ministériel qui se masturbe régulièrement et le confesse peut perdre ses fonctions dans la congrégation.

La Watch Tower estime à juste titre que les textes bibliques de Genèse 38:9 — relatif à Onân qui laissait perdre à terre son sperme lors de ses rapports avec Tamar —, de Deutéronome 23:10,11 et de Lévitique 15:16,17, ne peuvent pas être utilisés pour interdire la masturbation, car dans le premier cas, il s'agit d'un coït interrompu, et dans les deux derniers passages il est fait allusion à une "pollution nocturne", c'est-à-dire une éjaculation pendant le sommeil.[8] L'organisation reconnaît désormais que les méfaits sur le plan physique que l'on prêtait à la masturbation au XIXè siècle n'étaient pas véridiques mais, comme cela ressort du champ lexical utilisé, elle considère la masturbation comme une maladie, comme en témoignent les mots "prévention" et "guérison" dans une publication de 1974.[7]

Motifs du rejet

Voici les raisons avancées dans les publications jéhovistes pour rejeter la masturbation (NB: les commentaires s'accompagnent parfois de références tirées de l'article "Masturbation" sur Wikipédia):

Argument Citations extraites des publications Commentaire
Crée une dépendance, au même titre que l'alcool ou la drogue
  • "Comme l'usage de la drogue", on peut devenir "esclave" de la masturbation pour fuir les problèmes.[9]
  • Le masturbateur "ne tarde pas à éprouver l'irrésistible désir de recommencer", tombant dans "un cercle vicieux, difficile à briser". Il "peut devenir esclave de ses impulsions, de ses désirs et de ses appétits sexuels et en faire l'objet de son dévouement".[7]
  • "Au même titre que l'usage de la drogue, la masturbation pourrait devenir une pratique."[10]
  • Le fait de recourir à la masturbation de temps à autre n'est pas en soi le signe d'une dépendance. C'est uniquement lorsqu'il s'agit d'une pratique compulsive qu'elle est critiquée par les spécialistes, étant alors davantage le signe d'un désordre émotionnel, plutôt qu'un facteur de trouble personnel.[11][12] Dans ce genre de cas, il est plus utile d'examiner les causes des comportements compulsifs, plutôt que d'essayer de réprimer la masturbation.[13][14]
  • La comparaison avec l'alcool (en quantité) et la drogue est inappropriée, car ces derniers sont dommageables pour la santé, peuvent se révéler être un gouffre financier, et réduisent souvent le niveau de vie d'une personne en le dépouillant de sa dignité; or, ce n'est pas le cas de la masturbation.
Peut mener à l'homosexualité
  • Lors de assemblée "Les hommes de bonne volonté" de 1970, il y fut "démontré qu'elle [la masturbation] est mauvaise et qu'elle peut causer beaucoup de tort. Elle peut conduire à l'homosexualité".[15]
  • Elle pousse à d'autres péchés, y compris l'homosexualité.[9]
  • Elle peut, et "cela arrive fréquemment", "conduire [un jeune] à l'homosexualité, car n'étant pas satisfait par son activité sexuelle solitaire, il recherchera un partenaire avec lequel il pourra se livrer à des plaisirs sexuels."[7]
  • La Watch Tower connaît décidément bien mal la nature humaine, toute empêtrée qu'elle est dans les fantasmes qu'elle se crée... S'il est vrai que certains préadolescents peuvent se livrer à ses jeux sexuels avec des partenaires du même sexe, il n'empêche que cela se produit à un âge où l'identité sexuelle n'est pas encore pleinement formée et qu'il y a un intérêt naissant pour la sexualité. Une fois qu'il a grandi et s'est affirmé sur le plan de son identité sexuelle, le jeune hétérosexuel ne cherchera pas des partenaires du même sexe, à moins bien sûr que le jeune en question ne soit effectivement homosexuel, mais dans ce genre de cas, toute pratique éventuelle de la masturbation n'y changera rien.
  • Puisque le masturbateur chercherait un partenaire, pourquoi la Watch Tower n'évoquerait pas le fait qu'il pourrait se tourner vers les animaux ou les enfants? Pourquoi uniquement vers les personnes de son propre sexe? En fait, il est à noter que ce genre d'affirmations a figuré dans les publications des années 1970 pour l'essentiel, à une époque où Nathan Knorr, le président de la Watch Tower, était obnubilé par les thèmes de la masturbation et de l'homosexualité, comme le prouvent les témoignages d'anciens Témoins du Béthel de Brooklyn.[16] Il se pourrait donc bien que ce genre d'ineptie qui s'est répandue au sein de l'organisation soit en réalité le résultat d'un préjugé du président...
Constitue une souillure sur les plans mental et affectif, car elle contribue à nourrir des fantasmes sexuels
  • "Au lieu de faire mourir les membres du corps "pour ce qui est de la fornication, de l'impureté, des désirs sexuels [inconvenants]", la masturbation les excite."[17] Ce genre d'idées revient fréquemment dans les publications jéhovistes.
  • Le fait est que tout le monde se masturbe, et pourtant le monde n'est pas rempli de détraqués sexuels; parmi ceux qui se sont masturbés figurent les personnes mariées fidèles à leur conjoint.
  • Bien souvent, hormis les actes sexuels très classiques, les fantasmes du masturbateur resteront toute sa vie des fantasmes qui ne se concrétiseront jamais. Il est curieux qu'une organisation qui fait la promotion d'un paradis terrestre qui ne s'est jamais concrétisé et qui enferme ses adeptes dans un imaginaire collectif de tous les instants — avec des résultats dommageables: diabolisation du monde extérieur, élitisme, etc — puisse reprocher à des gens de vouloir échapper, pendant quelques instants, aux contraintes de la vie réelle en ayant recours à une évasion en pensée somme toute bien inoffensive...
  • Si la masturbation excite nécessairement les "désirs sexuels inconvenants", comment la Watch Tower peut-elle expliquer que même de nombreuses personnes asexuelles y ont également recours, puisque ces personnes n'ont pas envie de rapports sexuels?
  • Enfin, même les couples mariés peuvent recourir aux fantasmes sexuels durant leurs relations sexuelles; pour autant, cela n'est pas un motif de rejet des rapports sexuels.
Peut nuire à un mariage ultérieur
  • Elle pourrait compromettre le bonheur d'un mariage ultérieur, car elle conduit à l'égoïsme dans la recherche de sexe, amenant "déception" et "malheur".[9]
  • "Deux autorité [sic] en la matière" ont écrit que, parfois, ceux qui ont pratiqué la masturbation parviennent difficilement à y renoncer après leur mariage et "à puiser une entière satisfaction dans les relations sexuelles." Il est dit que des hommes "s'étant laissés dominer par cette mauvaise habitude, ne l'ont pas abandonnée après leur mariage et ont ainsi plongé leur famille dans le chagrin".[18]
  • C'est un "véritable obstacle à un mariage heureux et satisfaisant. Les faits prouvent qu'elle persiste souvent après le mariage au point que le coupable se sent obligé de consulter un psychiatre."[7]
  • Celui qui se masturbe "nuit à son bonheur conjugal futur" en faisant preuve d'égoïsme.[10]
  • Elle "peut finir par considérer les autres comme de vulgaires objets sexuels (...). La sexualité devient étrangère à toute notion d'amour ; elle n’est plus qu'un réflexe qui procure un plaisir momentané et qui apaise une pulsion sexuelle." [17]
  • La Watch Tower dresse ici un portrait des plus alarmistes (argument de la pente glissante), mais est bien en peine de pouvoir prouver ces allégations par des études sérieuses, d'autant que de nombreuses personnes mariées se masturbent sans que cela ne crée de problèmes dans leur couple.
  • Au contraire, la masturbation peut, par exemple, constituer pour l'homme des séances d'apprentissage de contrôle de son éjaculation; ainsi, le fait d'être au bord de l'éjaculation des dizaines de fois durant cette période crée un contrôle sur soi, et ainsi permet d'éviter, dans le cadre de relations sexuelles, une éjaculation précoce susceptible de laisser une épouse insatisfaite.
  • De plus, certaines personnes ont davantage de besoins sexuels que leur conjoint, et la masturbation peut leur permettre de les satisfaire sans solliciter leur conjoint qui n'en aurait pas envie. Ne vaut-il pas qu'ils procèdent ainsi plutôt que d'entretenir une relation extra-conjugale?
Est contre nature et donc engendre un fort sentiment de culpabilité
  • Celui qui se livre pour la première fois à la masturbation éprouve un sentiment de culpabilité parce qu'elle constitue "un acte contre nature" qui ne tient "pas compte de cette disposition naturelle [le mariage] ou l'écarte". Si la culpabilité est absente, "c'est probablement parce que, ayant été influencé par la propagande moderne permissive sur le sexe.[7]
  • "Quelqu'un qui a pris l'habitude de se masturber est souvent rongé par un sentiment de culpabilité"; toutefois, "un remords excessif peut (...) vous décourager", "essayez donc de relativiser les choses". "N'en concluez pas que vous commettez le péché impardonnable. L'essentiel est de résister à vos pulsions et de ne jamais abandonner la lutte!" (l'article cite plusieurs jeunes Témoins ployant sous un énorme poids de culpabilité)[4]
  • En cas de masturbation, "la réaction de votre cœur — qui vous condamne — (...) tout cela est le signe d'un bon état d'esprit."[17]
  • La Watch Tower inverse les rôles: la masturbation est certainement bien plus naturelle que l'institution du mariage. Dans certaines sociétés, la masturbation est considérée comme naturelle et apprise aux enfants: par exemple femmes Lesu de Nouvelle-Guinée "s'assoient par terre et plient leur jambe droite de telle sorte que leur talon s’appuie contre leur sexe. (...) C'est une position habituelle pour les femmes, qui est apprise dans l'enfance";[19] de même, dans les Îles Marquises, "la masturbation chez les garçons commence environ à l’âge de trois ans, ou parfois avant. Beaucoup de garçons se masturbent avant de savoir parler."[20]
  • En réalité, c'est la Société Watch Tower qui, bien souvent, contribue, par ses mises en garde répétées sur la masturbation, à culpabiliser le jeune qui s'y adonne. Analysant un passage d'une publication jéhoviste dans lequel un jeune confie à son père qu'il se masturbe, l'auteur Vivien Perrec écrivit: "Ces lignes sont imprégnées par la dramatisation liée à la diabolisation de la pratique inoffensive de la masturbation: l'adulte qui écoute l'adolescent a les larmes aux yeux, comme s'il s'agissait d'un combat tragique et glorieux au sein d'un monde s'enfonçant dans la décadence. Il est parlé de rechutes pour qualifier la "récidive" d'un jeune, qui, s'il y succombe, se sent comme un individu complètement dépourvu de valeur. La masturbation est présentée comme quelque chose d'anormal, de vicié et serait la réminiscence de l'emprise perverse de la chair pécheresse (...). L'adolescent se perçoit comme quelqu'un de faible et de pervers."[21]
  • La Watch Tower a recours à une pétition de principe: de façon arbitraire, elle estime que ce sont ceux qui n'éprouvent pas de culpabilité qui sont mentalement avilis, et que le fait d'être en proie à ce sentiment constitue la "normalité"; elle n'envisage pas la possibilité que son jugement, influencé par ses croyances et non corroboré par des études sur le sujet, puisse être erroné.
  • Ironiquement, la culpabilité que les publications jéhovistes génère au sujet de la masturbation est si forte que le mouvement est obligé de chercher à relativiser le poids de cette culpabilité. Or, il est fort à parier que ces jeunes ne se sentiraient pas autant écrasés par la culpabilité si, précisément, la Watch Tower n'éditait pas articles aussi alarmistes sur la masturbation.
  • Si la masturbation n'est pas naturelle, alors comment se fait-il que de nombreux animaux aient recours à cette pratique?[22] Par exemple, les primates, les chevaux, les éléphants, les dauphins, etc, se masturbent, et l'autostimulation est clairement réalisée pour obtenir un orgasme,[23] et ceci même si concrètement ils ont des partenaires à disposition.[24] Il a été remarqué que même des animaux dont la morphologie ne leur permet pas de se masturber avec les pattes ont recours à des objets pour s'autostimuler.[25] La masturbation des animaux ne concourt pas à la reproduction de l'espèce et ne semble pas avoir d'autre objectif que de leur procurer du plaisir, dès lors, si cette pratique est "contre nature", comment l'expliquer puisque ces créatures n'ont pas hérité du péché originel? Et surtout, comment qualifier de "contre nature" une pratique qui, précisément, est omniprésente dans la nature?
Se fait en cachette, donc c'est honteux
  • Le masturbateur "éprouve généralement de la honte et soustrait son acte répugnant aux regards des autres".[7]
  • Quel argument ridicule! Les rapports sexuels entre personnes mariées, la défécation ou la toilette intime sont également des actes qui ne se font pas en public, mais simplement parce que cela relève de l'intimité, et non parce que c'est inconvenant...
Est le comportement d'individus mentalement dérangé
  • "Il est reconnu que les gens anormaux, à l'esprit dérangé, se livrent à la masturbation, ce qui prouve le caractère anormal et contre nature de cette pratique. (...) Nombre de prêtres et de religieuses à l'esprit dérangé sont esclaves d'habitudes masturbatoires."[7]
  • La technique ici employée est celle du déshonneur par association. Or, les "gens anormaux" portent aussi des vêtements, absorbent de la nourriture, dorment, et respirent de l'air. Faut-il en conclure également que cela prouve le "caractère anormal et contre nature" de ces pratiques? Si réellement ce sont les personnes "anormales" qui se masturbent, alors il faut en conclure que le monde entier est peuplé de malades mentaux, y compris l'écrasante majorité des Témoins de Jéhovah...
  • Il s'avère que, selon les spécialistes, la masturbation se développe dès la vie intra-utérine. Plusieurs auteurs ont observé, grâce à l'échographie, des stimulations génitales dès la 26è semaine.[26] Une enquête réalisée auprès de 60 échographistes indique que les stimulations manu-génitales sont assez souvent observées par 70% des praticiens.[27] Ces stimulations génitales semblent parfois aboutir à des états similaires à l'orgasme.[28][29] Le bébé à naître est-il donc anormal?
Permet d'éviter les problèmes en agissant comme tranquillisant
  • Ceux qui recourent à la masturbation le font "pour se soustraire à leurs ennuis physiques et sentimentaux"; c'est "une sorte de sédatif ou de tranquillisant qui les distrait de leurs soucis".[7]
  • On pourrait recourir à la masturbation "chaque fois qu'on se sentirait tendu ou qu'on manquerait de volonté pour résoudre les problèmes qui causent cette tension. Ce serait un cercle vicieux dont on deviendrait finalement esclave. Or Dieu dit que nous devons dominer notre corps et non pas nous laisser dominer par lui."[10]
  • "Beaucoup se masturbent pour se libérer de la tension et de l'angoisse. Or, recourir à cette pratique est une façon puérile d'affronter les problèmes."[5]
  • Et alors? Suivant la même idée, aurait-on idée de condamner la personne tendue ou angoissée qui, dans face à ce genre de sentiments, mange du chocolat ou se fait couler un bain chaud pour se détendre? Ce qui serait effectivement condamnable, ce serait de ne rien faire pour régler ses problèmes, et non de chercher un moyen de s'apaiser.
  • Ce genre de réflexion est risible de la part d'une organisation qui pousse ses adeptes à fuir les réalités de la vie actuelle pour vivre dans une communauté faussement chaleureuse où les difficultés ne sont que masquées, et à ne rien entreprendre pour résoudre les problèmes de la société, pour compter uniquement sur un paradis terrestre qui constituerait la panacée...
Résulte de l'oisiveté
  • "Les gens qui s'ennuient, les chômeurs et les prisonniers, surtout s'ils ont fait usage de stupéfiants, se masturbent souvent."[7]
  • Le désœuvrement a aussi poussé de nombreuses inactives, des chômeurs et des prisonniers à écouter les Témoins de Jéhovah lorsqu'ils ont présenté leur message. L'oisiveté serait-elle vraiment la mère de tous les vices?
Forme d'idolâtrie de soi-même et d'avidité
  • Celui qui se masturbe "paralyse son développement social et émotif", et ceci "peut l'inciter à 's'intéresser excessivement à sa personne' et à devenir introverti."[7]
  • "Il détourne de Dieu son affection pour la porter sur un objet convoité, en l'occurrence ses organes génitaux, qui prennent une importance peu justifiée. Cette pratique pourrait alors toucher à l'idolâtrie."[7]
  • "Celui qui est victime de cette habitude tend à rapporter à son moi toutes ses pensées, de sorte qu'il devient égocentrique, égoïste". Cette pratique est narcissique.[7]
  • Elle "nuit à la spiritualité; elle engendre peu à peu des penchants qui portent à l'égocentrisme et qui corrompent l'esprit".[17]
  • "La masturbation est un acte de convoitise et d'avidité", le masturbateur s'arrogeant le droit de connaître le plaisir sexuel hors du mariage sans vouloir en "assumer les responsabilités".[10]
  • Se masturber, c'est accorder une "importance excessive au sexe", ce qui nourrit et excite les désirs sexuels "d'une manière blâmable".[8]
  • "Celui ou celle qui se masturbe s'absorbe complètement dans son plaisir sexuel, montrant un total égocentrisme. Le sexe devient alors étranger à toute notion d'amour; il n'est plus qu'un réflexe utile à la détente."[5]
  • Cette pratique "peut amener de graves problèmes" car elle "rend esclave de [ses] désirs".[30]
  • Il y a de multiples occasions dans où l'on se fait plaisir sans pour autant en venir à s'idolâtrer. Partant du même principe, faut-il en déduire qu'une personne qui passe son après-midi à faire du shopping constitue un monstre d'égoïsme, dans la mesure où elle achète des vêtements pour elle-même, s'observe dans la glace à plusieurs reprises et tient compte de ses goûts et de ses préférences? La Watch Tower tombe dans une dramatisation (argument de la pente glissante) qui est vraiment ridicule...
  • En désignant la masturbation comme étant une forme de narcissisme, la Watch Tower utilise de vieux arguments contre cette pratique, arguments élaborés au Siècle des lumières (XVII-XIXè siècles), oubliant toutefois de préciser que parmi tous les autres critiques de l'époque figuraient notamment le fait que les éjaculations trop fréquentes "asséchaient" le corps et lui faisaient perdre son énergie, ce qui aurait eu pour effet de rendre le sujet amorphe... L'accusation de narcissisme n'était qu'un "argument" parmi tant d'autres tout aussi risibles, à tel point qu'ils ne sont plus utilisés aujourd'hui, ce qui n'empêche pas la Watch Tower de sélectionner celui qui l'arrange...

Arguments jugés invalides

Ayant conscience de la fragilité de son argumentation, la Watch Tower a aussi abordé les éventuelles objections qui peuvent être formulées contre sa position et, bien évidemment, cherche à récuser chacune d'entre elles:

Argument Citations extraites des publications Commentaire
Pas mentionnée dans la Bible
  • "Les Écritures grecques chrétiennes parlent-elles de la masturbation? Non, elles ne traitent pas ce sujet." Mais des versets (cf. voir ci-dessus) demandent de limiter ses appétits sexuels.[8] Ce genre d'idée est régulièrement reprise dans toutes les publications abordant la masturbation.
  • Il est curieux que Dieu n'ait pas jugé bon d'évoquer cette pratique si vraiment il souhaitait l'interdire à ses adorateurs, et ceci d'autant plus qu'il existait au temps bibliques des mots spécifiques pour désigner cette pratique.[31] Même la Loi mosaïque, qui évoquait très fréquemment les causes d'impureté en développant dans des chapitres entiers de nombreuses situations en apparence anodine, n'a pas évoqué la masturbation. Si vraiment le rejet de celle-ci était indispensable pour le chrétien, pourquoi cela n'est-il pas clairement exprimé?
  • Les versets retenus par la Watch Tower énoncent des principes généraux qui ne définissent pas un rejet d'une pratique en particulier, et sont donc sujets à interprétation. De la même manière, elle a souvent utilisé le principe énoncé en Jean 17:16 pour justifier le rejet de certains comportements/rites/pratiques qu'elle a parfois jugés acceptables par la suite. Des lors, il n'est pas étonnant de constater que d'autres églises et mouvements qui affirment se baser strictement sur la Bible (par exemple le site lelitconjugal.info) parviennent à une conclusion différente au sujet de la masturbation.
Caractère généralisé de cette pratique
  • "En cette période d'immoralité", elle est promue par des conseillers éducatifs et de certains conducteurs religieux, autorités médicales. Si la culpabilité est absente, "c'est probablement parce que, ayant été influencé par quelqu'un d'autre, l'individu en vient à croire que la masturbation est en réalité une pratique "bonne", "normale", voire "bénéfique"", car "la propagande moderne essaie d'étouffer ou de miner la conscience donnée par Dieu."[7]
  • La Watch Tower reconnaît que la masturbation est très courante, chiffres à l'appui, mais déclare que le vol, le mensonge ou le rhume le sont également et que cela ne les rend pas pas acceptables ou souhaitables pour autant.[10]
  • "Sa banalité a même amené de nombreux médecins à prétendre qu’il s'agit là d'un comportement normal, voire bénéfique."[32]
  • La Watch Tower confond la cause et la conséquence, présupposant que la banalité de la masturbation témoignerait obligatoirement de son caractère bénéfique et donc qu'il faut l'accepter, alors que c'est plutôt l'inverse: si des spécialistes en font la promotion et contribuent ainsi à la rendre populaire, c'est avant tout parce qu'elle ne présente pas de danger pour l'individu; c'est son innocuité et les bienfaits physiques qu'elle apportent qui la rendent courante et recommandable.
  • De plus, la Watch Tower cite à titre de comparaison des pratiques largement répandues et pourtant condamnables (vol, mensonge), cherchant ainsi à tordre le cou à l'idée selon laquelle le caractère courant d'une chose témoignerait nécessairement de sa légitimité. Or, ce raisonnement n'est pas rigoureusement exact, car si la récurrence d'une pratique peut être le signe de sa légitimité, cela n'est pas obligatoire. Dès lors, il ne faut pas s'étonner que la Watch Tower soit capable de citer des contre-exemples d'un raisonnement qu'elle a, en réalité, elle-même érigé en argument en faveur de la masturbation (technique de l'homme de paille).
Innocuité sur le plan physique d'après les spécialistes
  • Les médecins et psychiatres sont critiqués pour leur savoir incertain (exemple à l'appui), ce qui les pousse à tort à prétendre que la masturbation est inoffensive, pourvu qu'elle ne s'accompagne pas de culpabilité, étant elle-même source de troubles. En revanche, la Bible est "une source de conseils stable et exempte d'erreur" et souhaite notre bonheur.[9]
  • Beaucoup de psychiatres estiment que la masturbation n'est pas néfaste pour la santé, pourvu qu'on ne développe pas de culpabilité, celle-ci pouvant être source de troubles. Or, "les médecins comme les psychiatres sont imparfaits, donc sujets à l'erreur. De plus, leur opinion est changeante."[10]
  • Pourquoi les personnes qui pratiquent la masturbation n'en souffrent-elles pas de façon concrète, puisque la Bible prévient que ceux qui se livrent à "l'impureté" finissent par en recevoir le "plein salaire que mérite leur égarement" (Romains 1:24,27), ce que la Watch Tower a parfois associé à la maladie? Comment se fait-il que quelque chose de "contre nature" n'ait pas de conséquences fâcheuses sur le plan physique?
  • La Watch Tower fait preuve d'une grande ambiguité, voire d'une hypocrisie, dans ses recours aux spécialistes du "monde": elle affirme que leurs points de vue sont incertains et sujets à l'erreur, mais ne les cite-t-elle pas quand leurs avis sont susceptibles de corroborer le sien? Par exemple, dans La Tour de Garde du 15 janvier 1983, elle cite un biologiste et Prix Nobel du nom d'Alexis Carrel, puisque dans l'une de ses déclarations il condamnait l'abus de sexe mais, comme le fait remarquer un site critique, elle "oublie" de préciser que cet homme 1/ n'était pas une autorité en matière de sexualité puisque ses domaines de compétence étaient la suture vasculaire et la transplantation de cellules sanguines et d'organes; 2/ proposait une théorie douteuse d'eugénique négatif (il écrivit: "beaucoup d'individus inférieurs ont été conservés grâce aux efforts de l'hygiène et de la médecine"), proposant le conditionnement par le fouet et l'euthanasie pour les plus criminels, même s'ils étaient aliénés; 3/ présentait une opinion qui n'est plus d'actualité, la citation datant de 1935. Ainsi, comme elle le fait pour tous les sujets controversés — par exemple, le poteau de supplice comme instrument de torture du Christ plutôt que la croix —, la Watch Tower délaisse les études récentes de spécialistes reconnus, mais se rabat sur des personnes non-qualifiées aux théories douteuses et dépassées pour donner une apparence de crédibilité à son propre point de vue.
  • La Watch Tower affirme se baser sur la Bible qui offre des "conseils stable et exempte d'erreur"; or, elle a très fréquemment eu recours à des versets bibliques pour soutenir un point de vue, puis a révisé son point de vue quelques années plus tard en se basant sur d'autres versets bibliques (par exemple sur la question du service civil ou des transplantations d'organes). Cela démontre qu'il ne s'agissait en réalité que d'une interprétation, soumise aux humeurs et préférences des dirigeants de l'organisation — et ceci d'autant lorsqu'aucun verset n'évoquait clairement le sujet examiné. Se pourrait-il qu'il en soit de même un jour pour la masturbation? Par leurs multiples revirements doctrinaux et prophéties non accomplies, les dirigeants de la Watch Tower n'ont-ils pas prouvé qu'ils étaient bien plus "imparfaits, donc sujets à l'erreur" que les médecins qu'ils critiquent, ce qui ne les empêche pas d'être dogmatiques pour autant?
Pas un remplaçant aux relations sexuelles
  • La masturbation n'est pas un remplaçant des rapports sexuels et elle "affaiblit une bonne conscience et l'amour du bien".[9]
  • Ce n'est pas un succédané aux relations sexuelles, "car celui qui se masturbe affaiblit sa conscience et son amour du bien, deux choses qui peuvent justement l'empêcher de commettre de tels péchés".[10]
  • La réalité, c'est que la mastubation est bel et bien une façon de remplacer, voire d'éviter les rapports sexuels, à la différence près que celui qui se masturbe réduit la tension provoquée par les pulsions sexuelles, tandis que celui qui leur résiste ne fait qu'augmenter cette tension.
Dieu a doté les adolescents de pulsions sexuelles fortes
  • Mais Jéhovah a aussi doté les humains de l'appétit concernant le manger et à boire, donc "la Bible ne condamne pas l’appétit sexuel en lui-même, tout comme elle ne s'oppose pas au goût naturel et raisonnable [italique dans l'original] pour la nourriture et pour la boisson. Toutefois, nous n'ignorons pas que du fait de notre imperfection nos appétits risquent de devenir effrénés."[8]
  • La comparaison avec les aliments n'est pas du tout appropriée: lorsque la Bible condamne (et la médecine décourage) la gloutonnerie et l'alcoolisme, elle met en garde contre un excès de nourriture et de boisson. Autrement dit, c'est la quantité qui détermine le côté nuisible de ces pratiques, et non le simple fait de manger ou de boire. Une personne qui ressent la faim ou la soif peut combler ces besoins en mangeant et en buvant des quantités raisonnables d'aliments; à l'inverse, celui qui éprouve un besoin de se masturber n'est jamais légitimement autorisé à y recourir d'après la Watch Tower, même s'il le fait sans excès: c'est carrément une condamnation, et non une limitation, de la pratique.
  • Le caractère universel des pulsions sexuelles très fortes à l'adolescence prouve qu'elles entrent dans l'ordre naturel du développement de l'humain, ce que la Watch Tower admet volontiers dans ses publications. Dès lors, il serait utile de s'interroger: pourquoi Dieu aurait-il créé les humains avec un désir sexuel très fort à un âge où précisément, ils ne seraient pas en mesure de l'assouvir "légitimement" dans le cadre du mariage? Est-ce qu'il ne s'agirait pas là d'une véritable cruauté de la part d'un Dieu aimant qui placerait ainsi volontairement une épreuve aux humains, sachant qu'ils ne parviendront jamais à en sortir pleinement victorieux (cf. Jacques 1:13: "Car Dieu ne peut être éprouvé par des choses mauvaises et lui-même n'éprouve personne [de cette façon]")?

Oublis dans les publications

Origine des critiques

La masturbation a presque toujours été considérée comme un péché par l'Église catholique (qui a d'ailleurs grandement censuré toute forme de sexualité, y compris dans le cadre du couple marié). Toutefois, évoquant les origines modernes de la condamnation de la masturbation, l'article "Masturbation" de Wikipédia explique que la réprobation de cette pratique dans les trois derniers siècles trouvait sa source dans des écrits de moralistes (Shannon...), de religieux (Dutoit-Membrini...) et de médecins (Marten, Tissot, Acton...). Ces écrits ne provenaient généralement pas d'études scientifiques ou médicales, mais de convictions personnelles ou d'intérêts particuliers.

Le livre Sexualité humaine de 1992 retraça ainsi la raison de la condamnation de la masturbation à partir du XVIIIè siècle:[33]

" Pour comprendre l’interdiction qui a frappé la masturbation un siècle plus tard, il faut savoir qu'un ouvrage publié à Londres en 1715 a véritablement tout bouleversé. Cet ouvrage intitulé Onania est peut être le livre qui a conditionné le plus les deux siècles de répression de la masturbation. Son auteur, un médecin, commença par décrire dans une brochure d’une dizaine de pages, les retombées physiologiques de la masturbation. Il soutenait la thèse selon laquelle les séquelles dues à la masturbation sont irréversibles, conduisent peu à peu à la déchéance du corps et de l’âme, jusqu’à la mort. De 1718 à 1778 se sont succédées près de 22 rééditions d'Onania. Les publications ont eu tant de succès, entre autres, parce que l’auteur y publiait les lettres de ses lecteurs, qui constituaient de véritables romans-feuilletons de la masturbation et des crimes qu’elle occasionne. Le médecin suisse Samuel Tissot répertoria toutes les lettres (réelles ou inventées) d' Onania, et en fit six classifications reprenant les troubles les plus fréquents. (...) Tissot suggéra que le sperme jouait un rôle important dans le fonctionnement normal de l'organisme, et que le gaspillage de ce liquide par des activités sexuelles pouvait affaiblir l'organisme et provoquer des maladies. [...] À partir de cette théorie, des médecins (...) élaborèrent un répertoire des maladies liées au gaspillage du sperme dans des activités sexuelles dommageables, dont la masturbation. "

Or, il s'avère qu'à la fin du XVIIIe siècle, la renommée de Tissot était telle qu'il n'était plus possible pour un médecin de ne pas condamner la masturbation, transformée alors en un problème médical et social.[34] Alors considérée comme un fléau, la masturbation fut vigoureusement combattue par tous, incluant les religieux, et tout un arsenal dissuasif relevant parfois de la torture fut déployé pour l'empêcher: ceintures de chasteté, serrures, cages, suppression d'aliments et des pantalons serrés, camisoles de force pour la nuit, attachement des mains à la tête du lit, introduction de sangsues au niveau du sexe, cautérisation, castration ou ablation des parties génitales...

Est-il déraisonnable de penser que la Watch Tower, véritable produit culturel de son époque qui cherche à se l'ignorer à elle-même, née dans un contexte de réprobation de la masturbation, n'ait pas été fortement influencée par le point de vue alors en vogue sur cette question? Il n'est d'ailleurs pas surprenant de constater que les adventistes du 7è jour et les mormons, nés au cours du même siècle, condamnent également la masturbation avec des arguments similaires.

Bienfaits de la pratique et méfaits de la condamnation

La Watch Tower omet de mentionner les bienfaits physiques qui peuvent résulter de la pratique de la masturbation, par exemple:

  • Diminution du risque de cancer: Selon une étude australienne effectuée auprès de 2 250 hommes âgés entre 20 et 40 ans, les risques de cancer de la prostate diminuent avec un nombre important d'éjaculations. Les chercheurs ont constaté que le risque de développer un cancer de la prostate était inférieur d'environ 33% chez la plupart des hommes qui éjaculaient fréquemment (cinq fois ou plus par semaine), quel que soit le type d'activité sexuelle, y compris la masturbation.[35] Ce résultat a été confirmé par une autre étude portant sur 30 000 hommes.[36]
  • Correction de phimosis: D'après le Dr Beauge, pour les enfants et les adolescents qui ont un phimosis, la masturbation permet de corriger le problème, en ouvrant l'anneau préputial ou en décollant le capuchon du clitoris.[37]
  • Apprentissage du contrôle de l'éjaculation: Le fait d'apprendre à maîtriser le moment de son éjaculation dans le cadre d'une sexualité solitaire permet de réduire le risque d'éjaculations précoces lors de rapports sexuels ultérieurs.
  • Évacuation du stress: Généralement, celui qui vient de se masturber est dans un état de relaxation propice à faciliter l'endormissement, dans le cas où il se trouve dans son lit.
  • Amélioration de l'état psychique: De nombreux milieux de la santé mentale estiment que la masturbation peut soulager la dépression et conduire à un plus grand sens de l'estime de soi.[38]
  • Harmonisation des besoins sexuels dans un couple: La masturbation peut être utile dans un couple où l'un des deux est plus demandeur de sexe que l'autre, en ce qu'elle offre une alternative aux relations sexuelles, évitant la frustration et une éventuelle relation extraconjugale.[39]
  • Meilleure respiration: Une étude réalisée en 2008 à la Tabriz Medical University a conclu que les éjaculations, dont celles dues à la masturbation, réduisait les vaisseaux sanguins gonflés du nez, ce qui libérait les voies respiratoires pour une respiration normale.[40]

De plus, de nombreux observateurs et critiques estiment que les exigences et conseils de la Watch Tower au sujet de la masturbation peuvent se révéler dommageables pour le jeune qui s'y soumet. Par exemple, comme le note l'historien James Penton, "une telle accentuation fut placée sur les méfaits de la masturbation qu'un grand nombre de jeunes Témoins, qui étaient encouragés à reporter leur mariage, développèrent de profonds complexes de péché".[16] De même, Perrec écrivit: "La nature intrusive de cette obligation de confession, en plus d'humilier le jeune aux yeux de ses référents depuis sa naissance, contribue à réprimer violemment sa sexualité au point de pouvoir en venir à détruire tout rapport normal à elle. L'intrusion est fantasmatiquement parachevée par la croyance en l'omniscience de Jéhovah, aux yeux duquel toute choses sont mises à nu. Dans son imaginaire, l'adepte peut être torturé par le fait qu'il se sent à tout moment épié et jugé".[21]

Moyens pour combattre

Les publications de la Société Watch Tower enseignent que celui ou celle qui recourt à la masturbation doit lutter vigoureusement contre cette pratique, et donc proposent tout un ensemble de conseils pour s'en affranchir:[8][10][4][30][7][9]

  • Haïr cette pratique
  • Être résolu à ne plus se masturber
  • Prier et agir en conséquence
  • Fuir les divertissements montrant des personnes dénudées ou de la pornographie (ouvrages, spectacles, etc)
  • Rejeter les conversations sur le sexe
  • Être impliqué dans les activités de la congrégation
  • En parler à un ancien, et "de préférence" et "le plus logiquement" à son père ou sa mère; par exemple, lors de assemblée "Les hommes de bonne volonté" de 1970, dans une mise en scène, un père Témoin et un médecin conseillent un jeune aux prises avec la masturbation, le tout assorti d'une offense "spirituelle". Il est affirmé dans le périodique que cette mise en scène fut apprécié car cela a décomplexé le sujet entre parents et enfants.[15]
  • Porter des vêtements pas trop serrés qui risqueraient d'irriter les parties sexuelles
  • Veiller à son alimentation du soir afin de bien dormir
  • Rester bien propre afin d'éviter que le sexe ne soit irrité, ce qui "attirerait anormalement [l']attention sur [lui]".
  • Être prudent lorsqu'on se lave
  • Faire de l'exercice physique
  • Partager sa chambre d'un autre membre de la famille
  • Dormir sur le côté, et non sur le dos ou le ventre
  • Jouer à un jeu
  • Faire une promenade
  • Lire la Bible ou les écrits de la Watch Tower

Les conseils donnés aux parents pour éviter que leurs enfants se masturbent sont les suivants:[7]

  • Ne pas frapper ses bébés sur leurs parties génitales
  • Éviter que ses enfants ne se renseignent auprès de leurs camarades ou de leurs professeurs.

L'auteur Vivien Perrec critique le conseil donné aux jeunes de se confier à des adultes et à ses parents sur le thème de la masturbation, pour les raisons suivantes: "[Le jeune] doit s'adresser pour se confesser à des individus qui sont souvent mariés, et pour lesquels la sexualité n'est pas soumise à une telle répression. Autrement dit, l'adolescent doit s'adresser à des gens qui ont une sexualité normale pour que ceux-ci l'"encouragent" à réprimer anti-naturellement toute sexualité chez lui, ce qui est d'une violence inouïe en raison du traitement absolument inégalitaire entre les deux catégories d'individus (...). Ceci dit, ce qui me semble le plus le plus terrible dans cette incitation à la confession, c'est qu'elle contribue à violer l'intimité du jeune avec une ampleur effrayante, puisque ce sont les parents eux-mêmes qui sont appelés à juger leurs enfants sur cette pratique. On entre de plain-pied dans l'incestuel, avec cette violence toute particulière qui le caractérise au travers de cette emprise toxique et contre-nature de la libido des parents sur celle de leurs enfants. (...) La confession de cette pratique à un proche, et à plus forte raison à un parent, décuple la force de ce sentiment [la culpabilité]".[21]

Témoignages

Beaucoup d'anciens adeptes évoquent la souffrance que leur a causée leur lutte contre la masturbation quand ils étaient jeunes: peur de la destruction, culpabilité, perte d'estime de soi, etc.

Par exemple, l'ex-membre Nicolas Jacquette écrivit en rapport avec son habitude de la masturbation: "La puberté commence à me travailler. (...) Chaque fois que je jouis, je fonds en larmes; je frappe mon corps et mon sexe. Je me déteste d'être aussi faible. Là encore, culpabilisé, je prie Jéhovah. "Père Jéhovah, pardonne-moi! Pardonne-moi! Pardonne-moi! Je t'en supplie. Je sais que je te fais de la peine, mais c'est plus fort que moi. (...) Aide-moi à chasser le diable qui est en moi. (...)" Et tous les jours, je me procure un plaisir volé. Tous les jours, la culpabilité m'envahit. Tous les jours, je récite les mêmes prières. (...) Plein de remords, je veux me dénoncer à ma mère. (...) J'éclate en sanglots. "—Je... me masturbe... —(long silence)... combien de fois? Souvent? —...Oui! Tous les jours... Plusieurs fois par jour..." Comme tous les garçons de mon âge, mais ça, je l'ignore alors. Elle me serre dans ses bras et me parle doucement, comme à un malade. "—Chut... Ça va aller. On va trouver une solution."" Puis, il explique que son père lui fit étudier les chapitres parlant de la masturbation dans le livre Les jeunes s'interrogent et l'encouragea à davantage s'impliquer dans les activité de l'organisation. Nicolas résume tout ceci ainsi: "Chantage à la bonne conscience, pressions, culpabilité".[41]

Kyria Abrahams raconte qu'elle avait l'habitude de se masturber dès l'âge de sept ans; or, sa mère l'a surprise et "a immédiatement pris des mesures, conduisant un assaut sous pression de la honte", lui criant: "Qu'est-ce que tu fais?", puis lui disant: "Kyria, c'est sale et quelque chose que Jéhovah désapprouve. (...) C'est un péché. C'est souillé. Prions Jéhovah pour qu'il te pardonne". Kyria se mit à pleurer. Plus tard, sa mère entra à l'improviste dans la chambre de sa fille au moment où celle-ci se masturbait, et lui répétant que "c'est mal", elle affirma que l'une de ses voisines, Jennifer, ne se masturbait probablement pas, car selon elle "les gens ne font pas cette chose sale, souillée".[42]

Anecdotes

En septembre 2012, la Watch Tower fusionna ses trois sites en un seul qui prit le nom de jw.org, et mit en ligne ses publications sous différents formats, y compris les vidéos à destination du public malentendant. Or, la vidéo 22 en langue des signes américaine se base sur le chapitre "Comment vaincre la masturbation" de l'appendice du livre Gardez-vous dans l'amour de Dieu (2008); de ce fait, on voit des adeptes masculins en train d'effectuer des gestes très explicites qui ne laissent planer aucun doute sur le caractère sexuel du message qu'ils transmettent. Plusieurs fois téléchargée sur Youtube, cette vidéo a été à l'origine d'un buzz, et l'une de ses versions reçut plus de 400 000 visionnages et comptabilisa 107 pages de commentaires au bout d'à peine trois jours. Très rapidement, l'une des premières vidéos postées sur ce site de partage a été supprimée au motif suivant: "Elle ne respecte pas les règles de YouTube concernant la nudité et le contenu à caractère sexuel", ce qui est plutôt ironique quand on se rappelle que cette vidéo provient d'une organisation prude qui se base sur une moralité conservatrice, et qui parvient malgré tout à choquer.

Vidéos

  • La vidéo de la Watch Tower, sous-titrée:

Voir aussi

Ressources surle sujet

  • "Masturbation", chretien.et.homo.free.fr
  • Wikipédia, "Masturbation", fr.wikipedia.org, version du 2 septembre 2012. Une partie du présent article se base sur ce lien.

Références

  1. Arrowup.png Réveillez-vous! (anglais), 8 août 1949, p. 26, "Sinning Against One's Own Body":
    "Still this does not deny that self-abuse or masturbation is uncleanness and contrary to the law of nature and hence wrong in God's sight. (...) But whether one does the one act or the other, one is sinning against the same God of righteousness. (Leviticus 18:23,24). Whereas the law of the land or the Christian congregation may not get after one for committing the sin of self-abuse, yet it is an unnatural vice. It eventually results in great degradation mentally and physically. Bather than smother the flame of passion this way, it would be better physically and spiritually to follow the advice above given by the apostle. But if one is unfortunately married or does not choose to marry, then avoid circumstances where such sin is indulged in. Seek Christian association. Keep your mind on pure spiritual things. Pray God's help to overcome."
  2. Arrowup.png La Tour de Garde, 1er février 1960, pp. 126-28
  3. Arrowup.png Réveillez-vous!, 22 mars 1969, pp. 24-27
  4. 4,0, 4,1 et 4,2 Réveillez-vous!, juin 2011, pp. 18-20, "Les jeunes s'interrogent... Comment vaincre cette habitude?"
  5. 5,0, 5,1 et 5,2 WTBTS (1989), Les jeunes s'interrogent — Réponses pratiques, Watch Tower Bible & Tract Society, pp. 198-211
  6. Arrowup.png Réveillez-vous!, 8 novembre 1994, p. 20, "Les jeunes s'interrogent... Ai-je commis le péché impardonnable?"
  7. 7,00, 7,01, 7,02, 7,03, 7,04, 7,05, 7,06, 7,07, 7,08, 7,09, 7,10, 7,11, 7,12, 7,13, 7,14 et 7,15 La Tour de Garde, 1er janvier 1974, pp. 20-26, "Renoncez à la masturbation — Pourquoi? Comment?"
  8. 8,0, 8,1, 8,2, 8,3 et 8,4 La Tour de Garde, 1er septembre 1983, pp. 26-28, "Soutenons le point de vue de Dieu sur la sexualité"
  9. 9,0, 9,1, 9,2, 9,3, 9,4 et 9,5 La Tour de Garde, 1er août 1972, pp. 469-471, "Conseils utiles pour les jeunes gens. Pourquoi rejeter la masturbation?"
  10. 10,0, 10,1, 10,2, 10,3, 10,4, 10,5, 10,6 et 10,7 WTBTS (1997), Votre jeunesse — Comment en tirer le meilleur parti, Watch Tower Bible & Tract Society, pp. 35-42, "Chapitre 5. La masturbation et l'homosexualité"
  11. Arrowup.png Levine, M.P; Troiden, R.R. (1988) (anglais), "The Myth of Sexual Compulsivity", Journal of Sex Research, volume 25, n°3, doi: 10.1080/00224498809551467, pp. 347–63
  12. Arrowup.png Giles, J (2006) (anglais), "No such thing as excessive levels of sexual behavior", Archives of Sexual Behavior, volume 35, n°6, pp. 641,642
  13. Arrowup.png Children Medical Office (anglais), "Childrens Medical Office of North Andover, P.C. article on Masturbation in Early Childhood", Chmed.com. Consulté le 1er septembre 2012
  14. Arrowup.png Fawver, Patricia (1er octobre 2010) (anglais),"Sexual health", The Sexual Health Network, version archivée du 16 juillet 2011. Consulté le 1er septembre 2012
  15. 15,0 et 15,1 La Tour de Garde, 15 avril 1971, pp. 246,247, "Merveilleux bienfaits dispensés par les assemblées des "Hommes de bonne volonté""
  16. 16,0 et 16,1 Penton, James M. (1997, 2è éd.) (anglais), Apocalypse Delayed: The Story of Jehovah's Witnesses, Toronto: University of Toronto Press, pp. 111,223,225 (ISBN 0-8020-7973-3)
  17. 17,0, 17,1, 17,2 et 17,3 WTBTS (2008), Gardez-vous dans l'amour de Dieu, Watch Tower Bible & Tract Society, pp. 218,219, "Comment vaincre la masturbation"
  18. Arrowup.png Réveillez-vous!, 8 février 1973, p. 7, "Comment réussir votre vie de célibataire"
  19. Arrowup.png Powdermaker, Hortense (1933) (anglais), Life in Lesu, New York: W.W. Norton and Co.
  20. Arrowup.png Suggs, Robert C. (1966) (anglais), Marquesan Sexual Behavior, Harcourt, Brace & World
  21. 21,0, 21,1 et 21,2 Perrec, Vivien (2012), Les Témoins de Jéhovah: Analyse Psychosociale, Paris: L'Harmattan, pp. 41,42 (ISBN 978-2-296-56005-5)
  22. Arrowup.png Bagemihl, Bruce (1999) (anglais), Biological Exuberance: Animal Homosexuality and Natural Diversity, St. Martin's Press (ISBN 0-312-19239-8)
  23. Arrowup.png Ford, Clellan S.; Beach, Frank A. (1965) (anglais), Patterns of Sexual Behavior, Londres: Methuen & Co
  24. Arrowup.png Carpenter, C.R. (1942) (anglais), Sexual Behavior of Free Ranging Rhesus Monkeys (Macaca mulatta), J. Comp. Psychol., vol. XXXIII, pp. 113-42 et 143-162
  25. Arrowup.png Shadle A.R. (1946) (anglais), Copulation in the porcupine, J. Wildlife Management, vol. X, pp. 159-162
  26. Arrowup.png Meizner I (1987) (anglais), "Sonographic Observation of in Utero Fetal "Masturbation"", Journal of Ultrasound in Medicine, 6(2), p. 111
  27. Arrowup.png Broussin, Bernard; Brenot, Philippe (1995), "Existe-t-il une sexualité du fœtus? Fertilité, contraception, sexualité", Nov, 23/11:696-698
  28. Arrowup.png Giorgi, G.; Siccardi, M. (1996) (anglais), Ultrasonographic Observation of a Female Fetus' Sexual Behavior in Utero, Am. J. Obstet. Gynecol., 175 (3 Pt 1), p. 753
  29. Arrowup.png Broussin, Bernard; Brenot, Philippe (1996), Orgasme in utero?, Sexologies, 21(5), pp. 15,16
  30. 30,0 et 30,1 WTBTS (2008), Les jeunes s'interrogent — Réponses pratiques 2, Watch Tower Bible & Tract Society, pp. 239-41, "Chapitre 29. Comment chasser les pensées érotiques?"
  31. Arrowup.png Journal of Psychology and Theology (La Mirada, CA, USA: Rosemead School of Psychology. Biola University) 36 (4), p. 258–69 (ISSN 0091-6471):
    "The Bible presents no clear theological ethic on masturbation, leaving many young unmarried Christians with confusion and guilt around their sexuality."
  32. Arrowup.png La Tour de Garde, 15 avril 1985, pp. 16-18
  33. Arrowup.png Allgeier, Albert et Elisabeth (1992), Sexualité humaine, De Boeck Université
  34. Arrowup.png Darby, Robert (2005) (anglais), A Surgical Temptation: The Demonization of the Foreskin and the Rise of Circumcision in Britain, University of Chicago Press
  35. Arrowup.png Giles, G.G.; Severi, G; English, D.R.; McCredie, M.R.E; Borland, R.; Boyle, P.; Hopper, J.L. (2003) (anglais), "Sexual Factors and Prostate Cancer", British Journal of Urology International, vol. 92, p. 211, format pdf. Consulté le 3 septembre 2012
  36. Arrowup.png Leitzmann M.F., Platz E.A., Stampfer M.J., Willett W.C., Giovannucci E. (anglais), Ejaculation Frequency and Subsequent Risk of Prostate Cancer, J. Am. Med. Assoc., 7, pp. 1578-86
  37. Arrowup.png Beaugé, Michel, "Traitement médical du phimosis congénital de l'adolescent", enfant.ovh.org. Consulté le 3 septembre 2012
  38. Arrowup.png Ken R. WellsThomson Gale (2006) (anglais), "Masturbation", Gale Encyclopedia of Children's Health, healthline.com. Consulté le 3 septembre 2012
  39. Arrowup.png The Badger Herald (24 avril 2007) (anglais), "Masturbation Key to Healthy, Functional Sexual Relationships", Madison, Wisconsin, USA: Badger Herald, Inc., badgerherald.com. Consulté le 3 septembre 2012
  40. Arrowup.png Robson, David (1er avril 2009) (anglais), "Masturbation Could Bring Hay Fever Relief for Men", New Scientist Mental. Consulté le 3 septembre 2012
  41. Arrowup.png Jacquette, Nicolas (2007), Nicolas, 25 ans, rescapé des Témoins de Jéhovah, Paris: Balland, pp. 131-33 (ISBN 978-2-35315-018-2)
  42. Arrowup.png Abrahams, Kyria (2009) (anglais), I'm Perfect, You're Doomed: Tales from a Jehovah's Witness Upbringing, Simon & Schuster, pp. 63-65 (ISBN 978-1-4165-5684-8)