Mesures de discipline religieuse

Un article de Témoins de Jéhovah: TJ-Encyclopedie, l'encyclopédie libre sur les Témoins de Jéhovah.
Aller à : navigation, rechercher

Selon la doctrine officielle du mouvement, il est nécessaire que les anciens reprennent les transgresseurs, et ceci afin de préserver la pureté des congrégations; pour cela, ils disposent de plusieurs mesures de discipline religieuse, en fonction de l'importance des fautes qui ont été commises.

Notation

Voir article détaillé Notation

Elle concerne tout Témoin de Jéhovah qui se conduit d'une manière déviante par rapport aux principes bibliques, sans pour autant commettre de péché grave qui peut aboutir à l'excommunication. Les Témoins de Jéhovah s'appuient dans ce cas sur la deuxième épître de Paul aux Thessaloniciens:

"6 Or nous vous ordonnons, frères, au nom du Seigneur Jésus Christ, de vous éloigner de tout frère qui marche de manière désordonnée et non selon la tradition que vous avez reçue de nous. (...) 14 Mais si quelqu’un n’obéit pas à notre parole [qui vous est parvenue] grâce à cette lettre, notez cet homme, cessez de le fréquenter, pour qu’il en prenne honte. 15 Et pourtant, ne le considérez pas comme un ennemi, mais continuez à l’avertir comme un frère."(2 Thessaloniciens 3:6,2 Thessaloniciens 3:14-15)

Dans la pratique, après que cette personne ait été mise en garde à plusieurs reprises, sans changement de sa part, un discours expliquant en quoi un tel comportement ne convient pas pour un chrétien est prononcé, sans donner de nom en particulier. Ensuite, les Témoins de Jéhovah 'notent' individuellement la personne, après avoir constaté que ses actes correspondent à la description de ce mauvais comportement. Ils limitent dès lors leurs relations amicales ou de loisirs avec cette personne en dehors des activités spirituelles, tant qu'elle ne corrige pas son attitude. Les publications recommandent aux Témoins de Jéhovah de ne pas 'noter' d’eux-mêmes quelqu’un qui désobéirait aux conseils divins, pour ne pas être tentés de 'noter' mal à propos et d’employer cette mesure comme une forme de punition en réponse à des offenses mineures ou à des conflits de personnalité. Ce n’est que lorsqu’un ancien a donné un discours sur le genre de mauvais comportement impliqué, que chaque Témoin de Jéhovah peut 'noter' individuellement l’indiscipliné et cesser de le fréquenter « afin de ne pas se laisser 'contaminer' ou égarer ». Dans ce cas, comme les anciens ont ouvertement donné des conseils sur le sujet, « l’indiscipliné » comprend pourquoi d’autres membres de la congrégation déclinent les invitations qu’il leur fait à titre amical[1]. Les membres de la congrégation continuent à avoir des liens fraternels avec la personne 'notée' lors des réunions ou de l'œuvre de prédication.

Réprimande ou blâme

La réprimande est la conséquence d'un péché grave commis par un Témoin de Jéhovah. C'est le comité de discipline religieuse qui reprend le pécheur en le faisant méditer sur des passages bibliques. S'il se repent sincèrement de sa faute, il n'est pas excommunié, mais seulement 'repris'. Il arrive qu’on retire à celui-ci quelques « privilèges », comme celui de « représenter la congrégation dans la prière », de « faire la lecture des textes bibliques », de « participer au programme des réunions » ou de « donner des commentaires » durant le déroulement de celles-ci.[2] Dans certains cas particuliers, la réprimande peut être publique. C'est le cas où une faute risque d'être connue de beaucoup et qu'il est jugé préférable de montrer que le problème a été réglé par la congrégation. Une simple annonce indique « Untel a été repris » durant la réunion de Service. Les restrictions de 'privilèges' peuvent parfois être annoncées à la congrégation. Les autres membres doivent alors limiter leurs relations avec cette personne en dehors des activités spirituelles, selon les mêmes modalités que dans le cas de la notation.

Exclusion

Voir article détaillé Exclusion

Les Témoins de Jéhovah pratiquent l'excommunication, les anciens sont responsables d'organiser des comités de discipline religieuse confidentiels lorsqu'il leur a été révélé par confession ou par dénonciation, le péché grave d'un de leurs membres. Si le « pécheur » ne manifeste aucun regret quant à ses actions, ils décident son excommunication, ce qui entraîne la coupure immédiate des liens religieux, sociaux et affectifs entre le pécheur et l'ensemble des fidèles de la congrégation. Les Témoins déclarent en ce sens suivre le principe de la Bible (1 Corinthiens 5:11-13) où l'apôtre Paul déclare:

"Je vous ai écrit de n'avoir pas de rapport avec celui qui, tout en portant le nom de frère, serait débauché, cupide, idolâtre, insulteur, ivrogne ou rapace, et même, avec un tel homme, de ne point prendre de repas (...). Enlevez le mauvais du milieu de vous."

Adresser la parole ou saluer un excommunié est interdit, sauf pour la famille où il est considéré comme raisonnable de limiter au maximum les entrevues, ou bien de couper uniquement le lien spirituel dans le cas d'un membre du cercle familial immédiat, l'excommunication ne rompant pas, en théorie, les liens conjugaux ou familiaux. Les mêmes procédures d'évitement et de coupure des relations s'appliquent à ceux que les Témoins de Jéhovah considèrent comme s'étant retirés volontairement. Toute personne qui a arrêté de fréquenter les Témoins de Jéhovah pour se tourner vers une autre religion, un parti politique, ou que l'on a vu accomplir des actes interdits par l'interprétation de la Bible des Témoins de Jéhovah est incluse dans cette catégorie. Depuis 2000, les Témoins de Jéhovah qui acceptent une transfusion sanguine sont rangés parmi les 'retirés volontaires', ce qui permet à la Société Watch Tower de prétendre qu'elle n'exclut pas un Témoin de Jéhovah ayant reçu une transfusion, alors que dans la pratique cela revient au même, le comité de discipline religieuse en moins. Jusqu'en 1989, une personne n'ayant pas pris le baptême mais ayant commencé à prêcher était excommuniée sur les mêmes critères qu'un Témoin de Jéhovah baptisé, depuis les proclamateurs non-baptisés peuvent quitter les Témoins de Jéhovah sans subir le traitement des excommuniés. Tout personne excommuniée qui le souhaite peut demandé à être 'réintégrée'. Pour ce faire, elle peut prendre contact avec les anciens. Pour être à nouveau admise dans la congrégation, la personne ne doit plus « pratiquer le péché », se repentir sincèrement de ses œuvres et vivre selon les préceptes bibliques telles qu'ils sont interprétés par les Témoins. Les anciens examineront sa situation et s'ils l'approuvent à l'unanimité, une brève annonce sera faite lors d'une réunion. À partir de ce moment, la personne sera à nouveau Témoin de Jéhovah sans avoir besoin de se refaire baptiser.

Références

  1. Arrowup.png La Tour de Garde, 15 mai 1982, p. 31:
    "Certains se sont demandé s’ils pouvaient 'noter' quelqu’un qui désobéit aux conseils divins, même si les anciens n’ont pas donné un discours sur le genre de mauvais comportement impliqué. Les cas où cela peut s’avérer nécessaire sont très rares (voir I Corinthiens 5:1,2). En revanche, certaines raisons font que, dans la plupart des cas, il est préférable d’attendre que les anciens aient pris des mesures précises et qu’ils aient donné un discours devant la congrégation avant de 'noter' quelqu’un. Tout d’abord, en tant qu’humains imparfaits, nous pourrions être tentés de 'noter' mal à propos et d’employer cette mesure comme une forme de punition en réponse à des offenses mineures ou à des conflits de personnalité. (...) Si leurs tentatives répétées pour aider une telle personne en privé ne portent aucun fruit, les anciens pourront discuter ensemble de la question et désigner l’un d’eux pour donner un discours biblique précis devant la congrégation. Comme Paul, ils mettront les frères en garde contre le mauvais point de vue ou la mauvaise conduite en cause, tout en s’abstenant de nommer la personne qui méprise gravement les conseils de Dieu. De cette façon, les membres de la congrégation auront bien présent à l’esprit le point de vue de Dieu et pourront se tenir sur leurs gardes, afin de ne pas se laisser 'contaminer' ou égarer. À ce moment-là, chaque chrétien pourra, comme Paul l’a écrit, 'noter' individuellement l’indiscipliné et cesser de le fréquenter. Étant donné que les anciens auront ouvertement donné des conseils sur le sujet, l’indiscipliné comprendra pourquoi d’autres membres de la congrégation déclinent les invitations qu’il leur fait à titre amical. — II Thessaloniciens 3:13-15."
  2. Arrowup.png La Tour de Garde, 1er décembre 1981, pp. 26-27 :
    "Le comité peut aussi estimer nécessaire d’imposer certaines restrictions au fautif et de lui retirer, par exemple, le privilège de participer au programme des réunions, de représenter la congrégation dans la prière ou de donner des commentaires et de faire la lecture des textes bibliques. Si le comité en a décidé ainsi, il verra avec les autres anciens s’il est nécessaire d’annoncer ces restrictions à la congrégation. À l’avenir, les mesures prises pourront être levées progressivement."