Organisation des Nations Unies

Un article de Témoins de Jéhovah: TJ-Encyclopedie, l'encyclopédie libre sur les Témoins de Jéhovah.
(Redirigé depuis ONU)
Aller à : navigation, rechercher
« Le clergé de la chrétienté et les rabbins juifs ont beau prier pour que le ciel la bénisse, l'ONU n'est une bénédiction pour personne. Elle est plutôt "l'image de la bête sauvage" qui figure l’organisation politique de Satan, le "dieu de ce système de choses". Aussi sera-t-elle bientôt détruite avec cette organisation bestiale. — Révélation 13:1-18; II Corinthiens 4:4. » — La Tour de Garde, 15 décembre 1984, p. 26
L'empire mondial de la fausse religion, "une prostituée" chevauchant l'ONU satanique

Dans la théologie des Témoins de Jéhovah, et ce depuis 1919, la Société des Nations puis l'Organisation des Nations Unies sont des créations de Satan pour égarer les hommes, et toutes les religions qui pactisent avec et donc éloignées et opposées à Dieu. Cependant, en 2001, un ex-Témoin de Jéhovah canadien a découvert que l'organisation Watchtower Bible and Tract Society était affiliée en tant qu'Organisation Non Gouvernementale au bureau DPI des Nations-Unis. Il en a fait la publicité sur un forum d'ex-Témoins de Jéhovah et à la presse. Quelques jours après la publication d'un article sur le sujet par le journal The Guardian, la Société Watchtower résiliait cette association.

Historique de la doctrine

1919: les hésitations

La première référence à la Société des Nations apparut dans La Tour de Garde (anglais) du 1er février 1919. Citant une revue qui elle-même en cite une autre, l'auteur crut lire dans l'article une possible domination de l'Église Catholique sur la future Société des Nations. Néanmoins, il n'en tira encore aucune conclusion.[1]

La Tour de Garde (anglais) du 15 février 1919 fut encore plus floue: tournant ses yeux vers la future et parfaite "Société des Nations" venant de Dieu, l'auteur ne put en retour "qu'admirer les hauts principes contenus dans la Société des Nations proposée", donc celle qui venait des hommes. Détaillant le programme de la Société des Nations tel que le président américain Wilson la voyait, l'auteur finit par écrire: "C'est vraiment idéal, et approche en petit ce que Dieu a prévu de fournir après la grande tribulation".[2] Néanmoins, les Étudiants de la Bible étaient toujours dans l'optique du début de l'anarchie générale ou grande tribulation qu'ils pensaient avoir vu débuter en octobre 1917 comme en témoigna une lettre d'un lecteur (Woodworth ?) dans le même numéro.[3] Dès lors, on pouvait se demander si la création de la Société des Nations leur était antipathique alors que leurs yeux étaient tournés vers les prédictions du livre Le Mystère Accompli. Au contraire, toujours dans le même numéro, un auteur de cette revue nota que la capitale proposée pour la Société des Nations était Jérusalem, et il y vit la main de Dieu.[4] Donc en février 1919, la Société des Nations était-elle l'ennemie de Dieu selon le mouvement des Étudiants de la Bible? Il ne semblait pas que cela était si clair, bien qu'elle était différenciée du futur Royaume de Dieu, tant l'esprit de sa constitution que le choix possible de sa capitale furent interprétés positivement comme en harmonie avec Dieu... mais pour combien de temps encore?

La Tour de Garde du 1er mars 1919 déclara que les chrétiens attendaient la solution aux problèmes actuels "ni par le socialisme, ni par une régulation gouvernementale ni par une quelconque Société des Nations, néanmoins, aussi désirable une telle solution soit-elle, mais par le pouvoir du Christ Jésus et son Église."[5]

La Tour de Garde du 15 mars 1919 nota avec joie le 19ème article de la constitution en débat de la future Société des Nations instaurant le retour des Juifs en Palestine et la constitution d'un État juif; il y vit là un accomplissement de la prophétie divine. Il faut noter que cette interprétation des Écritures fut abandonnée en 1929 par les Témoins de Jéhovah.[6]

En avril, l'anarchie ne se produisit pas; dès lors, il s'agissait de valider le fait que la Société des Nations arrivait bel et bien. La Tour de Garde (anglais) du 1er avril 1919 établissait un parallèle entre les dix rois qui devaient gouverner une heure seulement en Apocalyspe 17:12-13 et les dix nations Européennes supposées faire partie de la Société des Nations. De plus, le soutien de l'Église Catholique était de nouveau exposé dans les colonnes du périodique.[7]

Joseph Rutherford et ses collaborateurs furent libérés depuis la fin mars 1919; il semblait par l'évocation voilée de la libération de prison que La Tour de Garde (anglais) du 15 avril 1919 accueillait les propos du président dans l'article ayant pour titre "La liberté en Christ". Dans cet article figurait la première possible évocation de l'interprétation qui allait devenir officielle; en effet, l'auteur évoqua le fait que la création de la Société des Nations allait aboutir car elle était prévue dans les Écritures. Ainsi, sans détailler son avis, l'auteur voyait bien cette Société des Nations dans les prophéties bibliques.[8]

Septembre 1919: début d'une interprétation négative

En guise de préparation à ce qui est devenu une doctrine claire sur la Société des Nations, La Tour de Garde (anglais) du 15 mai 1920, p. 132, cita la Société des Nations en même temps que les mouvements religieux interconfessionnels comme des institutions humaines faillibles qui n'apporteraient pas de solution, contrairement au Royaume de Dieu. Plus tard, le Golden Age du 7 juillet 1920 ayant pour thème "L'imbroglio de la Société des Nations" était composé de plusieurs articles tirant un portrait politique et négatif de la Société des Nations: celle-ci serait contraire à l'esprit que voulait lui donner le Président américain Wilson par la faute des diplomates européens, le Traité de Versailles couplé à la création de la SDN serait injuste. Les États-Unis ne pourraient faire parti d'une super-structure qui aliénerait sa liberté de décision politique. Les races blanches seraient en minorité dans cette nouvelle structure ce qui, selon le rédacteur, était "à prouver que ce soit pour le bien général" (page 613). Ainsi, le fait que la SDN donnait le pouvoir à quelques nations au détriment des autres, que les USA n'avaient qu'un droit de vote comme tout autre nation de second rang au même titre qu'un "insignifiant protectorat mahométain et autres peuples de second plan" (page 619), et que cette SDN ne regroupait pas vraiment toutes les nations du monde, entrainait une critique générale de la SDN par le périodique.

Les arguments politiques développés peuvent surprendre ceux qui n'ont pas lu cette revue dans cette période, car on était alors effectivement très loin du thème de la neutralité politique; néanmoins c'était une habitude du Golden Age. De plus, il semble que les arguments présentés, y compris les arguments racistes évoqués ci-dessus, étaient couramment évoqués aux États-Unis à cette époque et cela amena ce pays à ne pas participer à la SDN. Enfin, la revue aborda la question de la SDN en rapport avec Dieu, très loin de la doctrine de la "fornication spirituelle"; elle nota négativement que l'évocation de prière à Dieu a été écartée des cérémonies de la SDN et qu'aussi bien le Pape que le Vatican pourraient être invités à participer à la SDN. L'article conclut alors par le passage d'Isaie 8:9-13 déjà cité dans La Tour de Garde (anglais) du 15 mai 1920.

La Tour de Garde (anglais) du 1er juin 1920 publia une lettre étonnante d'un Étudiant de la Bible allemand. Se basant sur l'alliance de plusieurs rois protestants en 1528 et leur chute trois années après, cet étudiant fit une comparaison avec la Société des Nations qui a été créée en 1918, et arriva à la date 1921 tant pour la chute de l'Église Catholique que des Églises protestantes.[9]

C'est dans le Golden Age du 29 septembre 1920 que la doctrine sur la Société des Nations fut clairement définie pour la première fois dans son intégralité dans une revue du mouvement: elle constituait une conspiration fomentée par les clergés protestant et catholique, les géants financiers et les milieux politiques (ce qui était considéré comme étant la Trinité non Sainte), contre les "oints du Seigneur" et le commun peuple en mettant en place une contrefaçon du Royaume de Dieu (pages 708,719). Selon le périodique, la Société des Nations fut saluée comme un Sauveur par ceux-ci, et le clergé qui cherchait à s'allier avec les éléments politiques et financiers commettait la "fornication spirituelle" (page 709).

1921: "La bête écarlate" d'Apocalypse 17 et "l'abomination de la désolation"

La Tour de Garde (anglais) du 1er janvier 1921 identifia la Société des Nations à la bête écarlate d'Apocalypse 17.[10] Pour le rédacteur, il s'agissait d'un complot britannique pour avoir la mainmise sur les États-Unis. De même, il considéra que le contrôle de la Palestine par le Royaume-Uni sous la juridiction de la Société des Nations prouvait que celle-ci était "l'abomination de la désolation" prévue par le prophète Daniel et Jésus pour marquer la fin des temps. Selon l'auteur, depuis 1918, la Palestine appartenait à Jéhovah et ne devait plus être contrôlée par une autorité humaine, qui dès lors se "t[enai]t dans un lieu saint" (Matthieu 24:15). Se basant sur Apocalypse 17:8 qui déclare que la bête était tombée puis remontée de l'abîme, il déclara que la Société des Nations était la résurgence de l'Empire Romain.[11]

La Tour de Garde (anglais) du 1er avril 1922 déclara que cette Société des Nations était montée par Satan pour contrer l'arrivée du Royaume de Jésus en 1914.[12]

Le 10 septembre 1922, lors de leur assemblée tenue à Cedar-Point (USA), les Étudiants de la Bible produisirent une déclaration pour annoncer que le Royaume de Dieu serait le seul moyen pour apporter une paix et une sécurité durables; la Société des Nations y était mentionnée pour affirmer son échec.[13]

En 1931, dans le volume 2 du livre Lumière, Rutherford identifia toujours la Société des Nations à la bête écarlate mentionnée en Apocalypse 17:3, mais il la définissait comme la résurgence de la conférence internationale de paix de la Haye formée en 1899 après la Première guerre mondiale, et non plus à la résurgence de l'Empire Romain.[14]

1940: transition difficile de la SDN vers l'ONU

Au début de la guerre, la Société des Nations ne servait à rien, bien qu'elle était en retrait dans les affaires internationales par son inutilité, et le mouvement continuait à parler d'elle. Selon La Tour de Garde (anglais) du 1er novembre 1940, c'est elle qui ouvrit la voie au totalitarisme, "l'abomination qui cause la désolation" était alors l'alliance des dictatures et de l'Église Catholique, plus la Société des Nations.[15]

Pour assurer la transition, alors que l'attention du mouvement était à l'époque concentrée sur Hitler, un article de La Tour de Garde de 1941 expliqua que celui-ci avait pris le pouvoir grâce à un complot visant à rétablir "le Saint Empire Romain" et fomenté par des nations appartenant à la Société des Nations, y compris les États-Unis. Hitler était présenté comme pouvant être Gog de Magog.[16]

1986: l'ONU en tant que conspiration mondiale satanique

L'apogée de la théologie de Frederick Franz se matérialisa dans une série de livres dans les années 1980. Les derniers de cette série furent explicités dans les Tour de Garde de l'époque; par exemple celle d'avril 1987, faisant référence au livre Le Prince de Paix, décrivit "les Nations Unies" comme "une gigantesque conspiration mondiale" orchestrée par "les nations soumises au prince de ce monde, Satan le Diable".[17]

Vers un changement doctrinal comme le concept de "génération"?

Depuis quelques années, les Témoins de Jéhovah ont, à de nombreuses reprises, tenté de collaboration avec les instances internationales comme l'ONU, l'OSCE ou le Conseil de l'Europe, souvent par le biais du statut d'ONG accordée aux officines officielles des Témoins de Jéhovah ou par une association parallèle comme l'AMS. De ce fait, on peut se demander si la théologie des Témoins de Jéhovah sur "l'image de la bête", à savoir l'ONU pourra encore tenir longtemps. Peut-on décrire comme "satanique" un instrument dont on se sert régulièrement pour asseoir ses droits à la liberté de religion?

On peut d'ores et déjà noter un changement dans l'absence de citations régulières de la prophétie concernant l'ONU: il est devenu rare que les revues jéhovistes évoquent l'ONU en rapport avec la fin des temps et comme étant l'ennemie de Dieu. De plus, quand cela lui arrive, on peut remarquer un léger changement: il n'est plus dit que c'est l'ONU qui détruira les religions et se retournera ensuite contre les Témoins de Jéhovah, mais bien des éléments au sein de l'ONU.[18]

Dès lors, assiste-t-on à une amorce de changement sur l'identité de "l'image de la bête" comme on a pu le vivre dans les années 90 pour le concept de "génération"? Si oui, cela signifierait qu'un point doctrinal central depuis 1919 serait remis en cause, bien plus important que le concept de "génération" qui, si l'on suit son historique, a été dans un premier temps redéfini pour finalement disparaître des revues Témoins de Jéhovah sans être officiellement abandonné.

Point de vue jéhoviste sur l'association, l'aide ou le soutien à l'ONU

Le livre La Révélation: Le grand dénouement est proche!, au chapitre 34, page 248, déclarait:

« L'ONU n'a pas de solutions à proposer. En effet, ce n'est pas Celui qui donne la vie à tous les humains qui l'a fait venir à l'existence. Son existence sera de courte durée, car, selon le décret de Dieu, "elle va s'en aller à la destruction". Les noms des fondateurs et des admirateurs de l'ONU n'ont pas été écrits dans le rouleau de vie de Dieu. Comment des hommes pécheurs et mortels, dont beaucoup se moquent du nom de Dieu, pourraient-ils réaliser par le moyen de l'ONU ce que, selon ses propres paroles, Jéhovah Dieu est près d’accomplir, non pas par des moyens humains, mais par l’entremise du Royaume de son Christ ? — Daniel 7:27 ; Révélation 11:15.
« L'ONU est en réalité une contrefaçon blasphématoire du Royaume messianique de Dieu confié à son Prince de paix, Jésus Christ, dont la domination princière n'aura pas de fin (Isaïe 9:6, 7). »

Controverses

1992-2001: Association avec le bureau DPI de l'ONU

ONU et organisations non-gouvernementales

Il y a deux types d'associations différentes des Organisations Non Gouvernementales avec l'Organisation des Nations-Unies:

  • L'association consultative avec l'ECOSOC (le conseil économique et social). Cette association est définie par la résolution 1296 de 1968 (dispositions relatives aux consultations avec les organisations non gouvernementales) modifiée par la résolution 1996/31 (relations aux fins de consultations entre l'Organisation des Nations Unies et les organisations non gouvernementales). Le but de cette association est de débattre de la politique et des orientations de l'ONU.
  • L'association avec le bureau d'information de l'ONU (DPI). Cette association est définie par la résolution 1297 de l'ECOSOC qui prend appui sur la résolution 1296 vue ci-dessus. On peut lire sur le site de l'ONU:[1]
« En 1968, le Conseil économique et social, par la résolution 1297 (XLIV) du 27 mai, a demandé au Département de l'information d'associer les ONG, en gardant à l'esprit la résolution 1296 (XLIV) du 23 mai 1968, qui stipule qu'une ONG "...doit s'engager à aider l'Organisation des Nations Unies, dans son œuvre et à faire connaître les principes et les activités des Nations Unies, conformément à ses propres buts et desseins ainsi qu'à la nature et à l'étendue de sa compétence et de ses travaux. »

Le but de cette association est donc de répandre et fournir de l'information positive sur l'ONU et ses réalisations, et de la soutenir par ce moyen. C'est ce type d'association que la Watchtower a choisi de 1992 à 2001.

Dans les deux cas, ces départements (ECOSOC ou DPI) sont bien une partie de l'ONU, en s'y associant l'ONG s'associe bien sûr à l'ONU. Le but pour une ONG de s'associer avec l'un de ces département c'est de SOUTENIR et AIDER l'ONU ("doit s'engager à aider l'Organisation des Nations Unies dans son œuvre", cf. résolution 1296 du 23 mai 1968 reprise dans la résolution 1297 du 27 mai).

Dans le cas de la Watchtower, il est impossible de prétendre que s'associer avec le bureau DPI ne veut pas dire s'associer avec l'ONU. Il est tout aussi impossible d'oublier qu'une ONG s'associe à se bureau pour aider et soutenir l'ONU dans la diffusion de ses œuvres et objectifs comme certains sites défendant les Témoins tentent de le faire.[19]

Chronologie de l'affaire

Date Ce qui s'est passé
1991 L.W. Barry, membre du Collège Central, et Ciro Aulicino, du Département de la Rédaction, déposèrent une demande pour associer la Société Watchtower au Département de l'Information de l'ONU (DPI).[2]
1992 La Société Watchtower fut reconnue en tant qu'Organisation Non Gouvernementale au bureau DPI des Nations-Unis, alors que les conditions d'inscriptions en tant qu'ONG étaient très claires dès cette époque.[3]
1994 Un fascicule de l'ONU rappela aux ONG inscrites leurs obligations. À la page 6, il était dit que les ONG...[4]
« -partagent les idéaux de la Charte de l’Organisation des Nations Unies;
« -opèrent seulement sur une base non lucrative;
« -ont démontré un intérêt pour les activités de l'ONU et ont prouvé leur capacité à sensibiliser des audiences larges ou spécialisées telles que les éducateurs, les représentants des médias, les responsables politiques et le monde des affaires;
« –ont la volonté et les moyens de conduire des programmes d'information efficaces sur les activités de l'ONU en publiant des lettres d'information, des bulletins et des pamphlets, en organisant des conférences, séminaires et tables rondes, et en s'assurant la coopération des médias. »

La Société Watchtower fut inscrite comme ONG avec pour mission « la liberté de religion », « l'Environnement », « l'Éducation » et « Communication et Média ».

1996 L'ECOSOC adopta une résolution. Le partenariat entre les ONG ayant le statut consultatif auprès de l'ECOSOC et l'ONU devait être plus important.[5] Les ONG devaient s'engager davantage pour promouvoir les actions de l’ONU. Cela ne concernait pas les ONG associées au bureau DPI de l'ONU comme la Watchtower, mais l'engagement précisa qu'il faudrait par la suite que cela se répercute pour ces ONG.
1997 La Watchtower était alors toujours affiliée comme ONG.[6][7]
1998 Le Réveillez-vous ! du 15 novembre 1998 fut clairement une apologie du travail réalisé à l'ONU.
1999 L'inscription fut refaite comme chaque année. Cette fois-ci, les missions de la Société Watcthower concernaient d'autres sujets que l'on retrouvait dans les abréviations du document officiel:
DIS: Désarmement
HR: Droits de l'Homme
WOM: Le statut des femmes.
PEA: La Paix et la Sécurité internationale
3-5 octobre 2000 Les Témoins de Jéhovah furent recensés comme une ONG pour le forum VILNIUS dédié à l'Holocauste.
11 septembre 2001 Après les attentats sur les Twin Towers, la sécurité fut renforcée. Alors qu'auparavant des étudiants et des chercheurs pouvaient obtenir l'accès à la bibliothèque avec un « pass temporaire », dorénavant seuls les membres de l'ONU et ceux des ONG peuvent y avoir accès. [8]
8 octobre 2001 Stephen Bates, un journaliste du Guardian révèla que les Témoins de Jéhovah étaient associés à l'ONU depuis 10 ans alors! [9][10] Le même jour, la filiale portugaise répondit à un Témoin de Jéhovah qui avait lu l'information sur Internet que cette association servait à "défendre les droits de nos frères dans des pays où leurs droits sont violés, leur envoyer des soins médicaux, de l'alimentation et toute autre sorte d'aide."[11]
9 octobre 2001 La Watchtower se désengagea officiellement de l'ONU en prétextant par la suite qu'elle l'avait fait pour obtenir un badge d'accès à la librairie de l'ONU.[12] [13][14]
15 octobre 2001 Stephen Bates, du Guardian, traita d'hypocrites les dirigeants des Témoins de Jéhovah, dans son article.[15]
20 octobre Pedro Candeias, un représentant de la filiale portugaise, s'exprima dans le journal Público, expliquant que l'affiliation de la Watchtower avec le DPI de l'ONU avait servi à "distribuer l'aide humanitaire et de défendre les droits de l'homme dans plusieurs pays du monde". Il cite un certain nombre de pays africains que l'affiliation aurait permis d'atteindre, et certifie que cela ne constitue pas un compromis ni un engagement politique. Ainsi, ses affirmations contredisent celles données deux jours plus tard par une autre représentant officiel de l'organisation.
22 octobre 2001 Paul Gillies, du Service Presse du Béthel de Londres, répondit dans un courrier que Stephen Bates s'était trompé et que l'accès à la bibliothèque des Nations Unies était la raison pour laquelle la Watchtower s'était associée en tant qu'ONG au bureau de DPI. Il affirma qu'aucune signature n'avait été demandée au moment de l'affiliation et que les critères d'affiliation, publiés seulement par la suite selon lui, exigeaient un soutien à l'ONU, ce qui aurait conduit à la demande de désaffiliation.[16]
Semaine du 22 octobre 2001 Stephen Bates se moqua de Paul Gillies et de son hypocrisie, alors que c’était à lui qu'il avait précédemment demandé des informations sans obtenir de réponse. Pour lui, le fait que l'organisation des Témoins de Jéhovah se soit retirée de l'ONU aussi vite était la preuve qu'elle n'avait pas la conscience nette.[17]
Octobre 2001 En Caroline du Sud (USA), Ciro Aulicino, celui-là même qui avait inscrit la Watcthower en tant qu'ONG, prononça un discours à une assemblée dans lequel il fustigea l'ONU et indiqua que le 11 septembre était un tournant dans l'histoire prophétique.[18]
1er novembre 2001 Une lettre du Béthel de Brooklyn envoyée à toutes les filiales expliqua que l'association avec l'ONU était nécessaire pour l'accès aux recherches universitaires et que la société Watchtower s'était désormais retirée car les critères auraient changé pour les ONG.[19]
24 janvier 2002 La liste 2001- 2002 des ONG révéla que la Watchtower était bien associée en tant qu'ONG à cette époque, et que depuis la mort de Lloyd Barry c'était Don Alden Adams, président de la Watcthower, qui le remplaçait sur cette liste.[20]
18 mars 2002 L'ONU confirma que les critères était les mêmes depuis 1991 et qu'ils n'avaient forcé aucune ONG à être membre du DPI.[21]
4 mars 2004 Ayant reçu de nombreuses requêtes au sujet de l'association de la Watchtower Bible and Tract Society of New York avec le département de l’information publique (DPI), l'ONU mit à disposition sur son site une lettre officielle traitant des relations entre la Watcthower et l'ONU.[22][23] On pouvait y lire:
« Le département de l'information publique de l'organisation des Nations Unies a récemment reçu de nombreuses requêtes au sujet de l'association de la Watchtower Bible and Tract Society of New York avec le département de l(information publique (DPI). Cette organisation a déposé une demande pour s'associer au DPI en 1991 et a été reconnue en 1992. En acceptant l'association avec le DPI, cette organisation a accepté de se plier aux critères d'association, cela comporte le respect et le soutien des principes de la Charte des Nations Unies, ainsi qu'un engagement international consistant à mener des programmes concrets d'information auprès de ses membres ainsi qu'à l'égard d'une audience élargie au sujet des activités des Nations Unies. En octobre 2001, Giro Aulicino, le représentant principal de la Watchtower Bible and Tract Society of New York, a demandé que l'on mette fin à l'association de cette organisation avec le DPI. Donnant suite à cette requête, le DPI à décidé d'exclure la Watchtower Bible and Tract Society of New York le 9 octobre 2001. »

Raisons de l'association

Selon l'ONU, les seuls buts officiels que doit poursuivre une ONG en s'associant avec le bureau DPI de l'ONU, sont:[24]

« Comment se fait la coopération entre les ONG et le Département de l'information ?
« Le Département de l'information et les ONG coopèrent régulièrement. Les ONG associées au Département de l'information disséminent l'information concernant l'ONU à leurs membres, permettant d'approfondir la connaissance et le soutien de l'Organisation à la base. La diffusion prend les formes suivantes:
« - Publicité sur les activités de l'ONU de par le monde sur des questions telles que la paix et la sécurité, le développement économique et social, la défense des droits de l'homme, les affaires humanitaires et le respect du droit international.
« - Promotion des célébrations et années internationales proclamées par l'Assemblée générale, afin d'attirer l'attention mondiale sur des questions importantes confrontant l'Humanité. »

Bien avant les critères d'association, les raisons de l'association avec le bureau DPI de l'ONU sont donc à prendre en compte. La même page du site web officiel de l'ONU continue:

« L'importance de la coopération avec les ONG comme partie intégrale des activités d'information de l'ONU a été reconnue dès la création du Département de l'information en 1946. L'Assemblée générale, dans sa résolution 13(1), demandait au Département de l'information et à ses bureaux auxiliaires:
« ...de donner un encouragement et une aide efficaces aux services d'information nationaux, aux établissements d'enseignement et aux autres organisations nationales et privées de tous genres, désireux de faire connaitre les travaux des Nations Unies. À cette fin, et aussi pour d'autres buts, il devrait avoir un service complet de documentation, fournir ou documenter des conférenciers et mettre ses publications, films documentaires, bandes d'images, affiches et autres documents graphiques à la disposition de ces services, établissements et organisations. »

En 1968, le Conseil économique et social, par la résolution 1297 (XLIV) du 27 mai, a demandé au Département de l'information d'associer les ONG, en gardant à l'esprit la résolution 1296 (XLIV) du 23 mai 1968, qui stipule qu'une ONG « ...doit s'engager à aider l'Organisation des Nations Unies, dans son œuvre et à faire connaître les principes et les activités des Nations Unies, conformément à ses propres buts et desseins ainsi qu'à la nature et à l'étendue de sa compétence et de ses travaux. »

Par cette association, le bureau DPI fournit tout une série de service aux ONG désireuse d'aider l'ONU à diffuser ses informations et à se faire connaître. La Société Watchtower souhaitait-elle 'aider l'Organisation des Nations Unies" en s'associant à l'ONU, diffusait-elle des informations positives envers l'ONU? La chronologie de la doctrine sur l'ONU ci-dessus en donne un aperçu. Néanmoins, pour le mouvement, quelle était la ou les raisons de l'association avec le bureau DPI?

2003: association avec l'IAPSO

En 2003, la Société Watchtower est mentionnée comme cliente de l'IAPSO

L'IAPSO (Inter-Agency Procurement Services Organisation) est un organisme de l'ONU chargé de négocier des prix avec des fournisseur pour le agences de l'ONU et les organismes ou ONG collaborant avec les Nations Unies. Or, en 2003, cet organisme, qui était à l'époque sous la direction du PNUD (Programme des Nations-Unies pour le développement), révéla dans un document en ligne sur son site, à la page 30, que la Société Watchtower a été un de ses clients, c'est à dire que celle-ci a profité des prix et produits proposés par cette agence de l'ONU.[25]

Les conditions des services de l'IAPSO à ses clients sont restés inchangés depuis 20 ans; on peut les lire sur leur site web tant pour les clients qui utilisent leur service Internet que pour ceux qui ne passent pas par ce service.[26] Dans ce dernier document on peut lire par exemple en introduction:

« Les services fournis par IAPSO sont limités à l'assistance du système Onusien, aux services d'aides gouvernementales, et aux organisations coopérant avec le système onusien, comme les organisations donneuses d'aide gouvernementale ou les organisations non gouvernementale (ONG). »[20]

Il est donc clair que la Société Watchtower, sûrement pour ses opérations en Afrique, a profité des prix avantageux sur le matériel et/ou des services de l'agence de l'ONU spécialisée dans ce domaine, l'IAPSO. À cette fin, elle a encore une fois déclaré ou a véritablement collaboré avec l'ONU.

Un précédent ?

L'hypocrisie de la Société Watchtower révélée par cette affaire a été présentée au départ comme une première: l'organisation, pour qui l'ONU est satanique, utilise celle-ci pour défendre sa liberté de culte dans le monde entier et va même jusqu'à promettre de soutenir ses actions, alors qu'elle interdit aux fidèles de le faire sous peine d'exclusion du mouvement. Ce n'est pourtant qu'un exemple parmi d'autres de la politique du Béthel de Brooklyn, au fil des ans.

1918-1919, libération des huit dirigeants

Si l'affaire en elle-même recèle de nombreuses compromissions de l'équipe de Rutherford pour demander leur libération de prison par rapport aux standards qu'il fixa lui-même en matière de fidélité face à la persécution, il peut être noté ici comment Rutherford fit appel à de nombreux membres du Congrès pour demander sa libération ou signer une pétition dans ce sens. L'embarras du rédacteur de la Tour de Garde (anglais) du 1er avril 1919 pour préciser comment les membres du congrès avaient été avertis est palpable: Prétextant la large publicité de l'affaire, il affirma que de nombreux "rédacteurs de journaux, membres du Congrès, sénateurs et gouverneurs ont signé des pétitions pour la libération des Étudiants de la Bible emprisonnés". Il ajouta: "Comme exemple de nombreuses lettres que des membres du Congrès ont écrit en réponse aux lettres qu'ils ont reçues, nous citons celle du membre du Congrès M CLyde Kelly de Pennsylvanie..."[21]

Ainsi, dès 1919, quand il va de son intérêt, l'intervention politique n'est pas étranger au mouvement des Étudiants de la Bible qui deviendra celui des Témoins de Jéhovah.

1930, Lettonie

Dans les années 30, la cible préférée de Joseph Rutherford était la "chrétienté" qui, au début, allait elle seule subir la colère de Dieu, les nations païennes étant peu concernée par la bataille menée par Dieu. Au sein de la chrétienté, les pays les plus abominables étaient l'Angleterre et les États-Unis, identifiés au faux prophète du livre de la Révélation, directement sous l'influence de Satan; ceux-ci, comme tous les autres pays de la "chrétienté", méritaient une destruction justifiée de la part de Jéhovah.

Néanmoins, dans le même temps, quand la Lettonie n'a pas voulu enregistrer la Société Watchtower dans son pays en 1930, puisque la loi lettone exigeait un clergé local et non pas composé d'étrangers, et que les propos anti-clergé et anti-politique des revues TJ étaient jugés dangereux par le gouvernement letton, c'est l'ambassadeur des États-Unis qui fut sollicité par Rutherford pour lui permettre l'enregistrement.

L'historien, Nikandrs Gills, proche du CESNUR et défendant les Témoins de Jéhovah, rapporte pourtant:

« Le 1er juillet 1930, l'ambassadeur des États-Unis s'adressa au ministre des Affaires étrangères letton (M. Hugo Celmins) pour lui demander des explications à propos du refus de la part des institutions de permettre à la "Watch Tower Bible and Tract Society" d'ouvrir une filiale en Lettonie et pour le prier de lui envoyer une justification légale de ce refus (le ministre des Affaires étrangères de Lettonie au département des Affaires spirituelles, le 4 juillet 1930, n° 13455). L'ambassadeur des États-Unis soulignait que le refus d’enregistrer la société était en contradiction avec le 13e paragraphe de l’Accord entre la Lettonie et les États-Unis sur « Friendship, Trade and Consular Relations ». Dans cette lettre, l’ambassadeur citait expressément le motif avancé pour ce refus, à savoir que «les activités de la société en Lettonie sont "indésirables". »[22]

1933, Allemagne

Alors que la Société Watchtower publia la brochure La Crise, dont certains passages en appellent à la destruction méritée des États-Unis par Dieu, tout comme le livre Préparation, Rutherford fit une nouvelle fois appel au Département d'État américain face à la confiscation des biens de la Société Watchtower en Allemagne, afin qu'il intervienne auprès des services de Hitler pour régler le problème.

Voir aussi

Liens externes

Liens critiques

Liens favorables

Références

NB: Les citations ci-dessous en anglais sont directement tirées des publications originales par copié-collé, ce qui explique que certains mots soient déformés.

  1. Arrowup.png La Tour de Garde (anglais), 1er février 1919, p. 36:
    « ROME IN POLITICS
    « Bible Students are familiar with the teachings of the Scriptures which indicate that the Catholic Church would figure very largely in the political affairs of the world. For a brief period at the end of this age, the Revelator, referring, we believe, to the Papal system as a world power, says: And when he cometh be nmst continue a short space." (Revelation 17:10) Students of prophecy are therefore interested to learn with accuracy the views of the Pope on the coming "League of Nations." The habitual interest of Papacy in the politics of the country is well expressed in the following extract from The Christian Leader of January 7, 1919: "It is no new thing that the Church of Rome seeks to control the political movements of any country in which it is strong enough to make it worth while to try. In the early history of our country, Rome was too weak to make itself’ felt, except in a small way in two or three of the states. But, of late it thinks of itself somewhat as Germany has been doing able to control the government and derive its own nourishment from the life of the nation. Usually it proceeds very slyly, and rarely publishes its purpose to the world; but occasionally it forgets discretion and allows its inward thoughts to escape. One of our contemporaries has lighted upon an article credited to The National Catholic Register, which yets fall statements of facts and purposes which may well open the eyes of our people. The paper referred to congratulates itself aml its readers in such paragraphs as the following: "’It is God’s plan that the Holy Father of Rome should be the temporal and spiritual head of His Kingdom on earth. It is the same today as in the time of the first pope. The best way to accomplish this is through political power, through religious education and service. God has doubly blessed the Catholic Church of A~nerica by placing one of its most faithful sons at the right hand of President Wilson. Next to the President,H on. Joseph Tumulty, a Knight of Columbus of the 33rd degree,w ieldst he greatest political power of any man in America; and as a true Catholich eis exercising the greatest trust which God has given into his hands for the glory of the holy church. Through his tact and holy zeal he has created a warm friendship between the Catholic Church and President Wilson. This is the first time in the history of the country when the President and a great political party have openly sought an equal and honest alliance with the Catholic Church. Through the efforts of Hon. Joseph Tumulty, President Wilson has practically granted that education in the., Philippines shall be under control of the Catholic Church; and lthat religious activity in the great American army shall be under the direction of the Knights of Columbus. This meat us the addition to the church of one million of the country ’bse st and bravest young men, or at least their strong preference and sympathy for the Catholic Church.’ »
  2. Arrowup.png La Tour de Garde (anglais), 15 février 1919, pp. 51,52:
    « View from the Tower
    « With the great Peace Conference actually in progress and with the League of Nations a virtual reality, Bible Students are in a position to ,see more in these two world-events than mere evolution of human thought and action. They are but the strides of divine Providence in this "great day of Jehovah." Blind in,Iced are all wlvo cannot appreciate that this is the day of preparation for Messiah’s kingdom, in which a perfect League of Nations will exist, yea, a binding together in common interest of all kindreds and peoples, and in which the Golden Rule will be the law supreme. While the Lord’s people are tremendously interested in the outcome of the present Peace Congress and in the League of Nations ,which may tbcre be born, nevertheless we look with still greater longing to the time foretold by the prophets of Israel when the kindreds of earth shall say one to another: "Let us go up to the mountain of the Lord. to the house of the God of Jacob; and he will teach us of his ways, and we will walk in his paths,"at which time "nation shall not lift up sword against nation, neither shall they learn war any more.’--Isaiah 2:2-4; Micab 4:1 4. We cannot but admire the high principles embodied in the proposed League of Nations, formulated undoubtedly by those who have no knowledge of the great plan of God. This fact makes all the more wonderful the ideals which they express. For instance, it has been made plain by President Wilson and the advocates of his ideas that the proposed League of Nations is more than merely a league to enforce peace. They would not have us consider it too exclusively from the standpoint of politics or of military relations. It should be considered as fully from the economic and social points of view. The President's idea seems to be that the League of Nations which he proposes should stand for world service rather than mere world regulation in the military sense, and that the very smallest of nations shall be participants in its every arrangement. In other words, his idea undoubtedly is that the league shall not be established merely for the purpose of promoting peace by threat or coercion; but that its purpose, when put into operation, will be to make of all nations of earth one great family, working together for the common benefit in all the avenues of national life. Truly this is idealistic, and approximates in a small way that which God has foretold that he will bring about after this great time of trouble.»
  3. Arrowup.png La Tour de Garde (anglais), 15 février 1919, p. 52:
    « Frank H. Simonds in ’Problems of Peace’ is reported as follows:
    « "Meantime behind all the discussion rises the shadow of Bolshevis~n, which may yet dissolve the Congress of Versailles ¯ aa Napoleon’s return from Elba ended the Congress of Vienna. If Europe east of the I~hine and north of the Alps and the Carpathians falls into anarchy and chaos, new military operations may become inevitable; and the first task of the League of Nations, if then constituted, may be to wrestle with the new enemy, which is daily gaining strength in Germany., while retaining a firm grip upon unhappy Russia. Therefore it is at least possible that the Congress of Versailles may be unable to restore peace in the world, however sincere its efforts; and it may well be that the failure will ~ot be due to the rivalries of the nations represented, but to the consequences of the storm which Germany loosed four years and a half ago.'
    « All of the above confirms October, 1917, as the divinely appointed time for the war phase of the great time of trouble to merge into the revolution phase of that trouble. See Z 1915, p. 254, col 2, lines 11-14. Note also that Volume G is posthumous in a very special sense, as is so clearly proved by interpretations of Ezekiel commented in THE WATCHTOWER for December 15, 1917, pp. 378, 379. »
  4. Arrowup.png La Tour de Garde (anglais), 15 février 1919, p. 52:
    « Would bless all mankind. How little people in general realize that "God moves in a mysterious way" in the affairs of men, overruling their affairs, all unconscious]~ to men themselves, in order to accomplish his purlavsesl Recently the Foreign Affairs Committee of the French Chamber of Deputies suggested Versailles as the capital of the League of Nations. The New York American of recent date asks. "Why Not Jerusalem1" We quote from the same issue of The Ameriea~:
    « "At a great meeting of Protestants, Catholics, Greek-Church and Jews last Tuesday at the Metropolitan Opera House to celebrate ’Jerusalem Redeemed’ from Turkish power, it was suggested that Jerusalem be made the capital of the League of Nations. The associations of Jerusalem, or Zion, do indeed give it a prestige in the eyes of all Catholics, Protestants, Greek- Church, Jews and Mohammedans. And it would be in her. mony with that movement now attracting attention, but so little understood by Jew and Gentile, called Zionism, a movement meant to mean the common weal of all peoples and the peace of the world.
    « "Zionism, according to the Basle program of the founders of the modern movement wlfieh goes by that name, aims only at the establishment of a legal home for Jews in Palestine. But Zionism as proclaimed by the prophets of the Bible means Palestine, a ,homeland for the Jews, not at all only for their materialities, but as a means to promote the glory of God and the uplift of man--or, to quote the Bible words: 'In order that through ~hee [Israel] shall all the nations of the earth be blessed.'
    « "The establishment of a neutral zone, such as Palestine would be, around Jerusalem or Zion, as capital of the world's League of Nations, would thus help to solve the rising question, ’Who shall have Palestine?’
    « "The importance of having a city of holy associations as the capital of a League of Nations is evidenced by the fact that there can be no lasting League of Nations unless these are in league with God, i. e., Righteousness and Justice."»
  5. Arrowup.png La Tour de Garde (anglais), 1er mars 1919, p. 71:
    « THE RETURN OF THE KING
    « The very nature of the present distressing world condititms, as well as the sure word of prophecy bearing thereon, convinces us that l,asting relief to suffering humanity will come neither through human uplift nor through socialism nor tlirough governmental regulatitm nor through any league of nations, however, desirable such an arrangement might be, but only through the power of the Christ, Jesus and his church, bringing order out of ehaos by the establishment of the universal kingdom of peace and righteousness, now even at the door. We wait not for the new King aa the sweet babe of Bethlehem; nor yet as "the man Christ Jesus, who gave himself a ransom for all"; but we wait for him who, having been "put to death in flesh, was quickened [made alive] in spirit"-- raised from death a spirit being, whom Jehovah hath highly exalted above his former condition as a man, yea, higher even than was his spirit condition before he became a mail "Him hath God highly exalted" to the divine nature, far ~bove human nature or angelic nature or any other nature than that of God himself. Such are the natttre and the majesty of earth’s new King, for whom the whole groaning ersaf, ion longs and waits, whose pre~nee and kingdom will bring to mankind the blessings of life purchased with his own precious blood, given when he was a man. »
  6. Arrowup.png La Tour de Garde (anglais), 15 mars 1919, p. 84:
    « THE RE-BIRTH OF A NATION
    « Zionists ~aow rejoice as they apl~roaeh the fruition of their oft deferred hope of being reestsbhshed in the land promi~[ by Jehovah unto their forefathers. For many years the Lord’s consecrated people, in the light of present truth, have anticipated the restoration of Israel at this time; and all such may now lift up their heads and rejoice, for our own deliveronce is thereby indicated to be drawing nigh.-- Matthew 24:32, 33.
    « In the 19th article of the proposed constitution for the coming League of Nations, unanimously agreed upon by the special committee representing fourteen nations, and in the further deliberations of the Paris Peace Conference, Zionists are able to foresee the immediate re-creation of Palestine as a Jewish state. The article in question mentions that "certain communities formerly belonging to the Turkish empire have reached a stage of development where their existence ~s independent nations can be provisionally recognized. »
  7. Arrowup.png La Tour de Garde (anglais), 1er avril 1919, p. 101:
    « tlaving this ill mind, one of our readers has called our attention to the list of delegates at the Paris Peace Conference, as published in the Official U. S. Bu2leti~ of Feb. 8, 1919. Although there are thirty-two powers and dominions represented at the Peace Table (with from one to five delegates each, and the total delegation numbering exactly seventy), the brother wire sends us the Bulletin thinks it sufiident that there are just ten European powers in attendance at the Conference, and that these ten are the only governments in Europe that have participated in the drafting of the League of Nations. With just ten European powers possessing charter membership in the coming League of Nations, the brother asks whether we may not expect soon to see a very hleral fulfillment of Revelation 17:12, 13. Tile text reads:
    « "And the ten horns which thou sawest arc ten kings, which have received no kingdom as vet [not yet crowned or approved by Papal RemeJ; but receive powers as kings one hour with the beast. These have one mind [leagued together under one head], and shall give their power and strength unto the beast." The ten European powers having accredited representatives at the Peace Table are: Great Britain, France, Italy, Belgium, Serbia, Greece, Roumania, Portugal, Poland and Czecho-Slovakia. In this connection it may be interesting to note that Rome is already taking credit to itself for President Wilson’s celebrated "14 points" and the League of Nations idea developing therefrom. The Pittsburgh Post of Fob. 25, 1919, quotes Father R. L. Hayes of Pittsburgh as follow¢: "President Wilson’s 14 points, which were presented to the central powers as grounds on which a cessation of hostilities could be granted, were originally propounded by the pope. Point for point, the document on which peace was finally brought to the world follows the plea of our HoIy Father offered two years ago. At that time it was not acceptable, but its principles lived to finally bring about peace." »
  8. Arrowup.png La Tour de Garde (anglais), 15 avril 1919, pp. 114,115:
    « measure of liberty and protection to the peoples of the nations. There are now, according to press reports, thirty-two nations interested in the formation of such league. That the league will be formed is clearly foreshadowed by the Scriptures. notwitl~standing the fact ~.hat there is strong opposition to it from various sources. »
  9. Arrowup.png La Tour de Garde (anglais), 1er juin 1920, p. 173
  10. Arrowup.png La Tour de Garde (anglais), 1er janvier 1921, page 11:
    « It will be noticed m/{evelation 13 timt the other beast (Great Britain) says to them that dwell on the earth that thev should make an image to the beast winch had a wound. An mlage, of course, would be a likeness of the original beast. This mmge oi the beast is made up of the combined elements embraced within the League of Nations. Whatever may be said about Mr. Wilson’s effort at the l’eace Conference, beyond all peradventure of doubt the League of :Nations originated in the fertile brains of British diplomats and was born as an offspring of British diplomacy; and the other nations of earth formed the League at the dictation of Great Britain, while she stood by as a little lamb, apparently inoffensive, yet with great power, and caused Mr. Wilson and other tools to proclaim loudly the virtues of a League of ~’aiions, which League was hailed by the combined elements of ecclesiasticism as "the political expression of God’s kingdom on earth". Like wise diplomats, Britain’s representatives were willing for Mr. Wilson to have all the outward honor and to be the first President of the League of Nations; but it will be noticed that in her lamblike exercise of power it was so arranged that Britain would have a majority of the votes in that League of Nations. The :Revetator continues: "And he [the other beast, Great Britain] had power to give life unto the image of the beast, that the image of the beast should both speak, and cause that as many as would not worship the image of the beast should be killed". In other words, Great Britain, in a lamblike manner, exercised her power to give life to the unholy alliance, the League of Nations--the combined elements of financiers, politicians, and unfaithful clerk’--and in a beastly manner to cause all who would not conform to its dictates to be rendered hors de combat--made useless, without ability to exercise power. »
  11. Arrowup.png La Tour de Garde (anglais), 1er janvier 1921, p. 13:
    « The first beast, therefore, clearly pictures the "Holy" Roman Empire. The second beast pictures the British Empire. The image is clearly another beast; or we might say that it is a reappearance of the first beast which went into the pit and afterward came out. The image, or third beast, therefore, pictures all the governments of earth embraced within the League of Nations and the leagme of churches, which, are exalting man-power as gaine God. In other words, the image, or third beast, stands for Baal worship--ascribing all the progress, power and greatness to the combined efforts of men. »
  12. Arrowup.png La Tour de Garde (anglais), 1er avril 1921, p. 108:
    « Satan foresees the coming of this reign of Messiah and he brings forth a counterfeit and now attempts to establish a universal empire under an arrangement desig~mted a league of nations or assocmtinu of nations, held together by compact~ and treahes and ruled over by hm representatives, namely, big bnsmess, big p(dltlClaUS and big preachers. Thin alliance is an unholy one and will be dashed to pieces shortly by the great Messmmc kingdom. Satan’s counterfeit is now beg’inning to cry: ’Peace on earth; good will to men,’ saying that through the League of Natmns and disarmament conference they are estabhshing God’s will on earth. This is deceiving many and x~lll deceive all except God’s elect. Satan’s kingdom Is belligerent, martial, Oppressive and wicked. The Lord ,Iesus now present has taken unto himself lus power to reign, and his judgments are now upon the natmns of the earth and Satan’s empire is tottering to the fail. Satan’s representatives are now crying out that the World War whmh began in 1914 prepared the way for peace and reconstruction, which the devil’s agencies are now pretending to bring to light. In the World War more than 7,000,000 men were killed, and upwards of ]8,000,000 were wounded or driven insane; and notwithstanding all this the unholy alliance cries out: ’It was for the good of mankind and to make the world safe for democracy; and the League of Nations resulting from It is the political expression of God’s kingdom on earth. »
  13. Arrowup.png La Tour de Garde (anglais), 1er novembre 1922, p. 324:
    « 6. That all international conferences and all agreements or treaties resulting therefrom, including the League of Nations compact and all like compacts, must fail, because God lms decreed it thus. »
  14. Arrowup.png Light (anglais), volume 2, pp. 86,94
  15. Arrowup.png La Tour de Garde (anglais), 1er novembre 1940:
    « War came on, it became even more sinful by completely repudiating the kingdom of God and adopting in its place and stead the Devil’s makeshift, which is the League of Nations and which has now given way to that beastly totalitarian monstrosity, "the abomination of desolation," that now attempts to rule the world in conjunction with religion (Matt. 24: 14-16). »
  16. Arrowup.png La Tour de Garde (anglais), 15 janvier 1941:
    « Hitler, the dictator, was put in power by the connivance and allied action of the religious politicians of various nations of the earth, many of whom were members of the League of Nations; and all of this movement is a conspiracy against Jehovah God and his THEOCRATIC GOVERNEMENT er Christ Jesus. The religious, political, commercial elements furnished the brains and the money to put Hitler into office, but the whole scheme originated with and was directed by Satan himself. It has been suggested that Hitler is Gog, Satan’s chief marshal, appearing in the flesh. Whether that is true or not, Hitler is an instrument completely in the employ and use of the Devil. Much of the support to put Hitler in power came from the United States. Now the work of reestablishing the old "Holy Roman Empire" is well under way. Many who are induced secretly to support this re-establishment of the old "Holy Roman Empire" are certain to rue their action and come to great grief. »
  17. Arrowup.png La Tour de Garde, 1er avril 1987, p. 19:
    « Les nations, qu'elles soient membres ou non de l'ONU, sont en réalité massées contre le gouvernement du "Prince de paix". De fait, et c'est là la pensée de Dieu, les Nations unies constituent une gigantesque conspiration mondiale. En effet, cette organisation se prétend chargée de remplir la mission dont seul le "Prince de paix" a été revêtu par Jéhovah. Elle invite les peuples du monde entier à l'aider à établir la sécurité universelle par des efforts humains. Elle a même proclamé 1986 "Année internationale de la paix". Elle se révèle ainsi être une conjuration contre le "Prince de paix" et contre l'alliance que Jéhovah a scellée avec lui pour un royaume éternel. »
  18. Arrowup.png La Tour de Garde (anglais), 15 septembre 2005, p. 19, § 13:
    « Something similar is about to take place in our day. Elements within the United Nations will be involved in the execution of divine judgment. Just as the Roman armies of the first century were designed to maintain the Pax Romana (Roman Peace), the United Nations of today is intended to be a peacekeeping instrument. Although the Roman armies tried to ensure relative safety throughout the then known world, they became the desolater of Jerusalem. Likewise today, Bible prophecy indicates that militarized powers within the United Nations will see religion as a disturbing element and will act to destroy modern-day Jerusalem—Christendom—as well as the rest of Babylon the Great. (Revelation 17:12-17) Yes, the entire world empire of false religion stands on the brink of destruction. »
  19. Arrowup.png Le site de Thierry par exemple
  20. Arrowup.png Original en anglais:
    « Services provided by IAPSO are limited to assisting the UN system, governments receiving aid, organizations cooperating with the UN system as donor government aid organizations and non-governmental organizations (NGO's). »
  21. Arrowup.png La Tour de Garde (anglais), 1er avril 1919:
    « During the past few weeks a country-wide agitation hasbeen started in behalf of these brethren, who were not only given a severe sentence because of their sincerity, but have even been denied bail, pending the appeal of their case. This has aroused the attention of newspaper editors, Congressmen, Senators and Governors, and many of them have signed petitions for the release of the Bible Students from prison. As a simple of numerous letters which Congressmen have written ia response to letters received by them, we quote the following
    from Congressman M. Clyde Kelly of Pennsylvania, received here on March 1:
    « In response to your letter of the 25th wiI1 say that I am interested in securing justice for the men in whom you are interested. ] have gone into the case thoroughly with those who know the situation and am asking for a full report with view to action. »
    « Also a letter from Congressman E. W. Saunders of Virginia has been received, reading as follows:
    « I am in receipt of your letter relating to the case of the Bible Students now in confinement at Atlanta. I beg to say that I favor the pardon of these men, and will be very glad join in a recommendation to that effect. These people are not criminals in the ordinary sense of the word, though they may have been guilty of a technical violation of the law. But the war is over now, and we ought to try to put it beyond us as rapidly as possible. We have received copy of letter from Mayor Hlenry W. Kiel of St. Louis, Me., which he has voluntarily addressed to President Wilson, reading as follows:
    « Allow me to add my individual request to those already forwarded to you asking that Messrs. Rutherford et ai., of the International Bible Students Association be admitted to bail pending a final decision of their case in the higher courts, and if possible that pardon be granted in these cases. »
    « Many letters of request for further information and expressing kindly interest in the case of our brethren have been received from Governors of the various states and other men in public life. Many Congressmen and other officials, state and national, have signed the petition calling for the release of our President J. F. Rutherford and his seven associates in bonds. Thus a wonderful witness for the truth is being given through the petition and publicity work. Public men, ordinarily difficult to reach, are showing much interest in having justice done to our brethren, and also are having their attention drawn to the tmlths for which the brethren stand. »
  22. Arrowup.png "Les témoins de Jéhovah en Lettonie au XXe siècle", Conscience et Liberté n° 59, pp. 108,109