Procès Walsh

Un article de Témoins de Jéhovah: TJ-Encyclopedie, l'encyclopédie libre sur les Témoins de Jéhovah.
Aller à : navigation, rechercher

Il s'agit d'un procès qui s'est tenu en Écosse en 1954, en rapport avec la conscription, où plusieurs dirigeants des Témoins de Jéhovah ont témoigné.

Présentation

Une audience préliminaire s'est tenue à Edimbourg en janvier 1954 afin d'évaluer si la requête formulée par la Société Watch Tower était pertinente ou pas; Hayden Cooper Covington assista à cette audience. Lord Strachan accepta la demande après avoir écouté les avocats des deux parties, et le procès put commencer le 23 novembre 1954.

Le procès, connu sous le nom "Douglas Walsh vs Le Très Honorable James Latham Clyde", a donc eu lieu en Écosse à la fin de l'année 1954. Au cours du procès, les responsables de la Watchtower Bible and Tract Society firent tout pour prouver que les Témoins de Jéhovah étaient une "religion" avec des "ministres" qui devraient être exemptés de la conscription militaire en Écosse. La Société Watch Tower fut défendue par le doyen du Corps du barreau d'Écosse, John Cameron.

La décision fut rendue le 7 janvier 1955 par Lord Strachan qui reconnut la qualité de religion aux Témoins de Jéhovah, mais refusa le statut de "ministre" à Walsh. La même année, les Témoins de Jéhovah portèrent l'affaire devant la Cour suprême d'Écosse, puis devant la Chambre des Lords à Londres, mais ils ne purent obtenir gain de cause.

Au-delà de la décision en elle-même, ce procès produisit des témoignages d'une nature très controversée, mais aussi instructive car elle donne au lecteur un regard à l'intérieur du processus de la politique en matière de décision de la Société Watch Tower. Douglas Walsh, surveillant de congrégation et pionnier, et les plus hauts responsables de la Société, y compris le vice-président (plus tard président), Frederick Franz, donnèrent des témoignages révélateurs, à savoir que les Témoins de Jéhovah vivent sous une dictature religieuse qui nie l'indépendance d'esprit à ses adhérents, et force les Témoins de Jéhovah à accepter et à prêcher une «fausse prophétie» à leurs voisins.

Liste des personnes ayant témoigné

  • 1- Frederick William Franz p. 2 (Cross p. 81, re-examined p. 154)
  • 2- Hayden Cooper Convington p. 178 (Cross p. 332, re-examined p. 423)
  • 3- Grant Suiter p. 433 (Cross p. 500, re-examined p. 557)
  • 4- Alfred Price Hughes p. 562 (Cross p. 603, re-examined p. 654)
  • 5- E.C. Chitty p. 669 (Cross p. 675, re-examined none)
  • 6- Alfred Hopley p. 747 (Cross p. 756, re-examined 761)

Extraits des témoignages

Voici la traduction en français de quelques passages significatifs dont certains furent signalés par Raymond Franz dans l'un de ses ouvrages (légende: Q = Question ; R et A = Réponse).

PS: La traduction est parfois approximative et doit être améliorée.

Questions posées à Frédérick Franz

Page(s) Original en anglais Traduction en français
4
  • Q: In addition to these publications, do you prepare and issue a number of theological pamphlets and books from time to time ?
  • A: Yes
  • Q: Can you tell me this; are these theological publications and semi-monthly periodicals used for discussion or statements of doctrine?
  • A: Yes.
  • Q: Are these statements held to be authoritative?
  • A: Yes.
  • Q: Is their acceptance a matter of choice,or is it obligatory on all those who wish to be and remain members of the Society?
  • A: It is obligatory.
  • Q: En complément de ces publications régulières, préparez-vous et publiez-vous un certain nombre de livres et de brochures de temps en temps ?
  • R: Oui.
  • Q: Pouvez-vous m'expliquer cela; ces publications théologiques et ces bimensuels sont-ils utilisés pour la discussion ou l'établissement des doctrines ?
  • R: Oui.
  • Q: Est-ce que ces déclarations sont tenues pour être autoritaires ?
  • R: Oui.
  • Q: Est-ce que leur acceptation est une affaire de choix ou est-ce obligatoire de les accepter pour ceux qui souhaitent être ou rester membres de la Société ?
  • R: C'est obligatoire.
7, 8, 9, 88, 91-92, 102-103
  • Q: Have you also made yourself familiar with Hebrew?
  • A: Yes. (...)
  • Q: So that you have a substantial linguistic apparatus at your command?
  • A: Yes, for use in my biblical work.
  • Q: I think you are able to read and follow the Bible in Hebrew, Greek, Latin, Spanish, Portuguese, German, and French?
  • A: Yes.
  • Q: It is the case, is it not, that in 1950 there was prepared and issued what is called the New World Translation of the Christian Greek Scriptures?
  • A: Yes. (...)
  • Q: I think that it was your duty, was it not, before the issue of that New World Translation by your Society to check that translation for accuracy?
  • A: That is true.
  • Q: In light of your studies and in light of your knowledge?
  • A: That is true.
  • Q: And did you do so?
  • A: I did so. (...)
  • Q: And was it your duty on behalf of the Society to check the translation into English from the original Hebrew of that first volume of the Old Testament Scriptures?
  • A: Yes. (...)
  • Q: In so far as translation of the Bible itself is undertaken, are you responsible for that?
  • A: I have been authorised to examine a translation and determine its accuracy and recommend its acceptance in the form in which it is submitted.
  • Q: Are the translators members of the Editorial Committee?
  • A: That is a question which I, as a member of the Board of Directors, am not authorised to disclose. (...)
  • Q: When did you go to the University?....
  • Q: Did you graduate?
  • A: No, I did not. (...)
  • Q: You, yourself, read and speak Hebrew, do you?
  • A: I do not speak Hebrew.
  • Q: You do not?
  • A: No.
  • Q: Can you, yourself, translate that into Hebrew?
  • A: Which?
  • Q: That fourth verse of the Second Chapter of Genesis? A. You mean here?
  • Q: Yes?
  • A: No, I won't attempt to do that.
  • Q: Vous êtes-vous également familiarisé avec l'hébreu ?
  • R: Oui. (...)
  • Q: Alors que vous avez un équipement linguistique substantiel à votre ordre?
  • R: Oui, pour l'utiliser dans mon travail biblique.
  • Q: Je pense que vous êtes capable de lire et de suivre la Bible en hébreu, grec, latin, espagnol, portugais, allemand et français?
  • R: Oui.
  • Q: C'est le cas, n'est-ce pas, qu'en 1950 il fut préparé et publié ce qu'on appelle la Traduction du Monde Nouveau des Écritures grecques chrétiennes?
  • R: Oui. (...)
  • Q: Je pense que c'était votre devoir, n'est-ce pas, de vérifier la traduction pour la précision avant la sortie de cette traduction du Nouveau Monde par votre société ?
  • A: C'est vrai.
  • Q: À la lumière de vos études et à la lumière de vos connaissances?
  • R: C'est vrai.
  • Q: Et avez-vous agi ainsi?
  • R: J'ai agi ainsi. (...)
  • Q: Et était-ce votre devoir, au nom de la Société, de vérifier la traduction en anglais à partir de l'original en hébreu de ce premier volume de l'Ancien Testament ?
  • R: Oui. (...)
  • Q: Dans la mesure où la traduction de la Bible elle-même est entreprise, êtes-vous responsable de cela?
  • R: J'ai été autorisé à examiner une traduction et en déterminer l'exactitude et de recommander son acceptation dans la forme sous laquelle elle est soumise.
  • Q: Est-ce que les traducteurs sont membres du Commission de rédaction?
  • R: C'est une question que moi, en tant que membre du conseil d'administration, je ne suis pas autorisé à communiquer. (...)
  • Q: Quand êtes-vous allé à l'Université ? (...)
  • Q: Avez-vous obtenu votre licence?
  • R: Non, je ne l'ai pas obtenue. (...)
  • Q: Vous-même, lisez-vous et parlez-vous l'hébreu?
  • A: Je ne parle pas l'hébreu.
  • Q: Vous ne le parlez pas?
  • R: Non.
  • Q: Pouvez-vous, vous-même, traduire en hébreu?
  • A: Quoi?
  • Q: Ce quatrième verset du second chapitre de la Genèse?
  • R. Vous voulez dire ici?
  • Q: Oui.
  • A: Non, je ne vais pas essayer de le faire.
25
  • Q: Is it for that reason that Jehovah's witnesses accept without question doctrines and Biblical interpretations as expounded by the Watchtower Bible and Tract Society through its Directors?
  • A: Yes.
  • Q: In publications both periodical and in book form?
  • A: Yes.
  • Q. Est-ce pour cette raison que les Témoins de Jéhovah acceptent sans question les doctrines et les interprétations bibliques telles que développées par la Watchtower Bible and Tract Society à travers son administration?
  • R. Oui.
  • Q. Dans les publications à la fois sous ses formes de périodique et de livre ?
  • R. Oui.
38
  • Q: But I think you have told us already that an acceptance of the beliefs and facts is compulsory?
  • A: Yes.
  • Q: And there is no possibility of picking and choosing amongst the facts which you will accept, and those which you will reject? It must be taken as a whole?
  • A: That is right. Each individual must prove it by the scriptures.
  • Q: Accepting the exposition of the scriptures in the manner you have already explained?
  • A: That is right.
  • Q: Mais je pense que vous nous avez déjà dit que l'acceptation des croyances et des faits est obligatoire?
  • R: Oui.
  • Q. Et il n'y a pas de possibilité de prendre et de choisir parmi les faits qui vous accepterez, et ceux qui vous rejetterez ? Cela doit être pris dans son ensemble ?
  • R: C'est exact. Chaque personne doit le prouver par les Écritures.
  • Q: Accepter l'exposition des Écritures dans la manière que vous avez déjà expliqué ?
  • R: C'est exact.
103-105
  • Q: Did he not fix 1874 as some other crucial date?
  • A: 1874 used to be understood as the date of Jesus' Second Coming spiritually.
  • Q: Do you say. used to be understood?
  • A: That is right.
  • Q: That was issued as a fact which was to be accepted by all who were Jehovah's Witnesses?
  • A: Yes.
  • Q: That is no longer now accepted, , is it ?
  • A: No. (...)
  • Q: His date of 1874 as a crucial date and the date of Christ's Second Coming ?
  • A: No.
  • Q: What did you say he fixed it as; I understood that is what you said, I must have misunderstood you ?
  • A: He did not base 1874 on these Scriptures.
  • Q: He based it on these Scirptures coupled with the view that the [illisible] occured in 539 ?
  • A: Yes. 539 was the date he used in the calculation. But 1874 was not based on that.
  • Q: But it was a calculation which is no longer accepted by the Board of Directors of the Society?
  • A: That is correct.
  • Q: So that I am correct, I am just anxious to canvass the position, it became the bounden duty of the witnesses to accept this miscalculation?
  • A: Yes.
  • Q: N'a-t-il pas fixé 1874 comme une date cruciale ? [concernant Charles Russell]
  • R: 1874 était la date alors comprise comme étant la deuxième venue de Jésus, cette venue étant spirituelle.
  • Q: Dites-vous bien alors que la date était comprise ?
  • R: C'est vrai.
  • Q: Ceci était considéré comme un fait qui devait être accepté par tous ceux qui étaient Témoins de Jéhovah ?
  • R: Oui.
  • Q: Cette date est-elle maintenant toujours acceptée ?
  • R: Non. (...)
  • Q: Sa date de 1874 comme étant une date cruciale, était-elle la date de la seconde venue du Christ ?
  • R: Non.
  • Q: Que dites-vous qu'il fixa alors concernant cette date ? J'ai compris que c'est ce que vous disiez, vous ai-je mal compris ?
  • R: Il n'a pas basé la connaissance de cette date sur les Écritures.
  • Q: A-t-il basé ces vues sur les Écritures en les associant avec ses vues sur la monarchie Babylonienne en vigueur en 539 ?
  • R: Oui, 539 était une date utilisée dans le calcul. Mais 1874 n'était pas basée la-dessus.
  • Q: Mais c'est une date qui n'est plus acceptée par la direction de la Société ?
  • R: C'est juste.
  • Q: Donc, si ce que je dis est juste, je suis inquiet de connaître votre position: les Témoins furent-ils obligés d'accepter cette erreur de calcul ?
  • R: Oui.
112-114
  • Q: So that once again Judge Rutherford preached error?
  • A: He didn't preach the full round-about truth of the matter.

(...)

  • Q: In that particular, not putting too fine a point on it, he was in error?
  • A: He was in error.
  • Q: How was that error corrected?
  • A: We have had no book given out dealing with that particular phase of the subject.
  • Q: But you haven't stopped publishing the book with that in it?
  • A: The book still circulates, and is a reference work to show that we believed at that time.
  • Q: How does one now joining Jehovah's Witnesses,and reading this erroneous view of Judge Rutherford's know that it is now regarded as erroneous?
  • A: Because he keeps up with the latest expositions and the latest publications in bound book form.
  • Q: But there is no latest or recent publication of the Society which brings to the notice of the Witnesses that that view held by Judge Rutherford is wrong?
  • A: The explanations given show that there is a different understanding of the matter to-day.
  • Q: Where upon that particular point does the adherent to the society find any enlightenment?
  • A: In the publications that he reads.
  • Q: Must he read all of them to arrive at the fact that upon this one point Judge Rutherford was in error?
  • A: It isn't necessary for him to read that Judge Rutherford is in error on that point. What he is interested in is in the present truth, the up-to-date truth.
  • Q: Yesterday's errors cease to be published do they?
  • A: Yes, we correct ourselves.
  • Q: But not always expressly?
  • A: We correct ourselves as it becomes due to make a correction, and if anything is under study we make no statement of it until we are certain.
  • Q: But may one not assume that Judge Rutherford did not publish until he also was certain?
  • A: He published only when he was convinced, and he withheld publication until he was convinced that he was correct.
  • Q: So that what is published as the truth today by the Society may have to be admitted to be wrong in a few years?
  • A: We have to wait and see.
  • Q: And in the meantime, the body of Jehovah's Witnesses have been following error?
  • A: They have been following a mis-construction of the Scriptures.
  • Q: Error?
  • A. Well, error.
  • Q: Donc, une fois de plus que le juge Rutherford a prêché l'erreur?
  • R: Il ne prêchait pas la pleine vérité de la question.

(...)

  • Q: Dans ce cas particulier, en n'insistant pas trop là-dessus, était-il dans l'erreur ?
  • R: Il était dans l'erreur.
  • Q: Comment cette erreur a-t-elle été corrigée ?
  • R: Nous n'avons eu aucun livre donné traitant de cette phase particulière du sujet.
  • Q: Mais vous n'avez pas cessé de publier le livre avec cela dedans ?
  • R: Le livre circule encore, et est un ouvrage de référence pour montrer que l'on croyait à cette époque.
  • Q: Comment quelqu'un rejoignant maintenant les Témoins de Jéhovah et lisant ce point de vue erroné du juge Rutherford sait-il qu'il est désormais considérée comme erroné ?
  • R: Parce qu'il est en lien avec les dernières révélations et les publications les plus récentes sous forme de livre relié.
  • Q: Mais il n'y a pas de dernière publication ou récente de la Société qui porte à la connaissance des Témoins que ce point de vue tenu par le juge Rutherford était faux ?
  • R: Les explications données montrent qu'il y a une compréhension différente de la question à présent.
  • Q: Sur ce point particulier, où est-ce que l'adhérent à la Société trouve-t-il un quelconque éclaircissement ?
  • R: Dans les publications qu'il lit.
  • Q: Doit-il toutes les lire pour en arriver au fait que sur ce point, le juge Rutherford était dans l'erreur?
  • R: Il n'est pas nécessaire pour lui de lire que le juge Rutherford était dans l'erreur sur ce point. Ce qu'il l'intéresse, c'est la vérité présente, la vérité mise à jour.
  • Q: Les erreurs d'hier cessent-elles d'être publiés ?
  • A: Oui, nous nous corrigeons.
  • Q: Mais pas toujours expressément ?
  • A: Nous nous corrigeons quand il devient obligatoire d'apporter une correction, et si quelque chose est en train d'être étudié, nous ne faisons aucune déclaration jusqu'à ce que nous soyons certains.
  • Q: Mais ne peut-on pas supposer que le juge Rutherford ne publia pas jusqu'à ce qu'il fut aussi certain ?
  • A: Il publia seulement quand il était convaincu, et il interrompit la publication jusqu'à ce qu'il soit convaincu qu'il avait raison.
  • Q: Donc ce qui est publié comme une vérité aujourd'hui par la Société peut-être considéré comme une erreur dans le futur ?
  • R: Nous devons attendre et voir.
  • Q: Est-ce qu'en attendant l'ensemble des Témoins de Jéhovah a suivi l'erreur ?
  • R: Ils ont suivi la fausse interprétation des Écritures.
  • Q: L'erreur ?
  • R: À juste titre l'erreur.
120, 121
  • Q: Am I right that it was at one time forecast that in 1925 Abraham and other prophets would come back to earth?
  • A: They were expected to come back approximately then.
  • Q: But they did not come back?
  • A: No.
  • Q: It was published, was it not, to the body of Jehovah's witnesses, that that was expected in 1925?
  • A: Yes.
  • Q: But that was wrong?
  • A: Yes, and Judge Rutherford admitted it to the Headquarters.
  • Q: Ai-je raison de dire qu'à une époque il était prévu qu'en 1925, Abraham et les autres prophètes reviendraient à la terre?
  • R: Ils étaient censés revenir approximativement à cette époque.
  • Q: Mais ils ne sont pas revenus ?
  • R: Non.
  • Q: Il a été publié, n'est-ce pas, au corps de Témoins de Jéhovah, que c'était prévu en 1925 ?
  • A: Oui.
  • Q: Mais c'était faux ?
  • R: Oui, et le juge Rutherford l'a admis au siège.
122, 123
  • A: In order to become an Ordained Minister of a congregation he must come to an understanding of the things contained in those books.
  • Q: But, then, is baptism not the ordaining of a person as a Minister ?
  • A: Yes.
  • Q: Therefore at baptism must he know those books ?
  • A: He must understand he purposes of God which are set foron in these books ?
  • Q: Set forth in those books, and set forth in those books as an interpretation of the Bible ?
  • A: These books give an explanation on the whole Scriptures.
  • Q: But an authoritative exposition ?
  • A: They submit the Bible or the statements that are therein made, and the individual examines the statement and then the Scripture to see that the statement is Scripturally supported.
  • Q: He what ?
  • A: He examines the Scripture to see whether the statement is supported by the Scripture. As the Apostle says: "Prove all things; hold fest that which is good".
  • Q: I understand the position to be - do please correct me if I am wrong - that a member of the Jehovah's Witnesses must accept as a true Scripture and interpretation what is given in the books I referred to you?
  • A: But he does not compulsorily do so, he is given his Christian right of examining the Scriptures to confirm that this is Scripturally sustained.
  • Q: And if he finds that the Scripture is not sustained by the books or vice versa, what is he to do?
  • A: The Scripture is there in support of the statement, that is why it is put there.
  • Q: What does a man do if he finds disharmony between the Scripture and those books?
  • A: You will have to find me a man who does find that, then I can answer, or he will answer.
  • Q: Do you imply that the individual member has the right of reading the books and the Bible and forming his own view as to the proper interpretations of Holy Writ?
  • A: He comes...
  • Q: Would you say yes or no, and then qualify?
  • A: No. Do you want me to qualify now ?
  • Q: Yes, if you wish ?
  • A: The Scripture is there given in support of the statement, and therefore the individual when he looks up the Scripture and thereby verifies the statement, then he comes to a Sciptural view of the matter, Scriptural understanding As it is written in Acts, the seventeenth chapter and the eleventh verse, that the Bereans were more noble than those of Thessalonica in that they received the Word with all readiness, and the searched the Scripture to see whether those things were so, and we instruct to follow that noble course of the Bereans in searching the Scripture to see whether these things were so.
  • Q: A Witness has no alternative, has he, to accept as authoritative and to be obeyed, instructions in the Watchtower or the Informant or Awake!?
  • A: He must accept those.
  • Q: Pour devenir un ministre ordonné de la congrégation, un adepte doit avoir la compréhension des choses qui sont contenues dans ce livre.
  • Q: Ensuite le baptême l'ordonne-t-il comme ministre ?
  • R: Oui.
  • Q: Donc au moment du baptême, doit-il connaître ces livres ?
  • R: Il doit comprendre les desseins de Dieu qui sont exposés dans ces livres.
  • Q: Les idées exposées dans ces livres sont-elles présentées comme étant une interprétation de la Bible ?
  • R: Ces livres donnent un exposé de la Bible entière.
  • Q: Mais un exposé autoritaire ?
  • R: Ces livres soumettent au jugement de chacun les écrits de la Bible ou les affirmations qui y sont faites pour voir si les déclarations sont en accord avec les Écritures.
  • Q: Ils font quoi ?
  • R: Chacun examine les Écritures pour voir si les déclarations faites sont en accord avec les Écritures. Comme l'apôtre le dit: "Éprouvez toutes choses, gardez ce qui est bon."
  • Q: Si je comprends votre position, corrigez-moi si je me trompe, chaque membre de la congrégation doit accepter comme une vérité scripturale tout ce qui est dans ces livres ainsi que l'interprétation des Écritures qui en est faite ? Je m'en réfère à vous.
  • R: Mais il ne doit pas obligatoirement faire cela, il utilise normalement son droit de Chrétien d'examiner les Écritures pour confirmer que ce qui est écrit est bien conforme aux Écritures.
  • Q: Et s'il découvre que les Écritures ne sont pas soutenues par les livres, ou vice versa, que fait-il ?
  • R: Les Écritures viennent ici en soutien des déclarations, c'est la raison pour laquelle les livres sont faits.
  • Q: Que fait quelqu'un qui trouve une discordance entre les Écritures et ces livres ?
  • R: Montrez-moi d'abord qu'une telle personne existe, je pourrai alors répondre, ou lui-même pourra le faire.
  • Q: Cela implique-t-il qu'un membre pris individuellement a le droit de lire les livres et la Bible, se faire sa propre opinion et sa propre interprétation des Saintes Écritures ?
  • R: Il peut...
  • Q: Pouvez-vous préciser oui ou non, et me dire pourquoi ?
  • R: Non. Voulez-vous que j'explique cela maintenant ?
  • Q: Oui, si vous le voulez bien.
  • R: Les Saintes Écritures servent ici à appuyer les déclaration faites, et donc quand les personnes examinent les Saintes Écritures, elles vérifient aussi les affirmations. Quand elles font cela, elles font comme il est mentionné dans le livre des Actes 17:11, dans lequel les Béréens sont qualifiés de plus nobles que les Thessaloniciens parce que, après avoir reçu la Parole, ils s'empressaient de vérifier dans les Écritures pour voir si ce qu'on leur enseignait venait bien de Dieu. Nous enseignons donc la noble cause des Béréens qui vérifiaient dans les Écritures si l'enseignement était conforme.
  • Q: Un Témoin n'a donc pas d'alternative, il doit accepter le bien-fondé de ce qui est écrit et obéir aux instructions données dans La Tour de Garde ou Réveillez-vous! ?
  • R: Il doit accepter cela.
133, 134
  • Q: Is there any hope of salvation for a man who depends upon his Bible alone when he is in a situation in the world where he cannot get the tracts and publications of your Incorporation?
  • A: He is dependent on the Bible alone.
  • Q: Will he be able to interpret it truly?
  • A: No.
  • Q/ I do not want to bandy texts with you, but didn't Jesus say, "Whosoever believeth in me, liveth and believeth in me shall never die ?"
  • A: Yes.
  • Q: He did not say that there must be interposed between the individual and him an interpreting society ?
  • A: He did not say it there.
  • Q: Do you accept in unqualified terms that position as valid, "Whosoever believeth in me shall never die ?"
  • A: Yes. That is a statement of Jesus Christ.
  • Q: Accordingly, no pamphlets or publications are necessary to the individual to show others ?
  • A: By reading the Bible he can develop faith in Jesus Christ.
  • Q: But if he has that simply direct faith, please answer yes or no, he requires no other aid ?
  • A: To develop faith in Jesus Christ ?
  • Q: Shall liver for ever ?
  • A: The matter does not end there.
  • Q: Y a-t-il un espoir de salut pour un homme qui dépend seul de sa Bible parce qu'il n'est pas en mesure d'obtenir des tracts ou des publications de votre organisation ?
  • R: Il est dépendant de sa Bible.
  • Q: Est-il vraiment capable de l'interpréter ?
  • R: Non.
  • Q: Je ne veux pas échanger des textes avec vous, mais Jésus n'a-t-il pas dit : "Celui qui croit en moi, vivra et ne mourra jamais ?"
  • R: Oui.
  • Q: Il n'a pas dit qu'il doit y avoir interposé entre l'individu et lui une société qui interprète ?
  • R: Il n'a pas dit ici.
  • Q: Acceptez-vous en termes absolus cette position comme valide: "Quiconque croit en moi ne mourra jamais" ?
  • R: Oui. C'est une déclaration de Jésus Christ.
  • Q: Par conséquent, aucune des brochures ou des publications sont nécessaires à l'individu pour en montrer d'autres?
  • R: En lisant la Bible, il peut développer la foi en Jésus Christ.
  • Q: Mais s'il a cette simple foi directe, s'il vous plaît répondez oui ou non, il ne nécessite aucune autre aide ?
  • R: Pour développer la foi en Jésus Christ ?
  • Q: Pourra-t-il vivre à jamais?
  • R: La question ne s'arrête pas là.
à compléter à compléter
  • Q: Donc, le résultat de tout cela, c'est que les adeptes formeront effectivement les nouveaux membres de la société sur la terre ?
  • R: Oui, ce sera une nouvelle société mondiale, sur une nouvelle terre, et sous des nouveaux cieux, les anciens cieux et l'ancienne terre ayant disparu dans la bataille d'Harmaguédon.
  • Q: Est-ce que la population de cette nouvelle terre sera exclusivement faite de membres issus des Témoins de Jéhovah ?
  • R: Au commencement, elle ne sera composée que de Témoins de Jéhovah. Les membres du reste attendent de survivre à la bataille d'Harmaguédon. Il en est de même pour la grande foule et les autres brebis. Le séjour du reste de la terre après la bataille d'Harmaguédon sera temporaire, parce qu'ils devront finir leur course terrestre dans la mort, mais les autres brebis, en continuant de faire la volonté de Dieu, continueront de vivre sur la terre pour toujours.
à compléter à compléter
  • Q: Ces disciplines autoritaires sont-elles réellement exercées quand l'occasion se présente ?
  • R: Oui, elles le sont.
  • Q: Bien, je ne souhaite pas vous poser d'autres questions à ce sujet, mais est-ce que ces péchés sont considérés comme assez graves pour aller jusqu'à l'expulsion, sont-ils sans espoir de réintégration ?
  • R: Oui, le fait est que cette excommunication en elle-même peut conduire au rejet de l'excommunié, et à son rejet à l'extérieur de la congrégation, s'il ne se repent pas, et ne corrige pas sa ligne de conduite. Il n'y aura pas d'espoir pour lui de vivre dans le monde nouveau. De plus, il y a une ligne de conduite qui peut conduire à une excommunication définitive sans espoir de pardon, pour ceux qui commettraient le péché que l'on appelle le péché contre l'Esprit.

Questions posées à Hayden C. Covington

Page(s) Original en anglais Traduction en français
345-348
  • Q: Is it not vital to speak the truth on religious matters?
  • A: It certainly is.

(...)

  • Q: You have promulgated - forgive the word - false prophecy?
  • A: We have. I do not think we have promulgated false prophecy, there have been statements that were erroneous, that is the way I put it, and mistaken.

(...)

  • Q. It was promulgated as a matter which must be believed by all members of Jehovah's witnesses that the Lord's Second Coming took place in 1874?

(...)

  • Q: That was the publication of false prophecy?
  • R: That was the publication of a false prophecy, it was a false statement or an erroneous statement in fulfilment of a prophecy that was false or erroneous.
  • Q: And that had to be believed by the whole of Jehovah's Witnesses?
  • A: Yes, because you must understand, we must have unity, we cannot have disunity with a lot of people going every way, an army is supposed to march in step. (...)
  • Q: Back to the point now, a false prophecy was promulgated?
  • A: I agree to that.
  • Q: It had to be accepted by Jehovah's witnesses?
  • A: That is correct.
  • Q: If a member of Jehovah's witnesses took the view himself that that prophecy was wrong, and said so, would he be disfellowshipped?
  • A: Yes, if he said so, and kept on persisting in creating trouble, because if the whole organisation believes one thing, even though it be erroneous, and somebody else starts on his own trying to put his ideas across, then there is a disunity and trouble, there cannot be harmony, there cannot be marching ...... Our purpose is to haveunity.
  • Q: Unity at all costs?
  • A: Unity at all costs, because we believe and are sure that Jehovah God is using our organisation,the governing body of our organisation, to direct it, even though mistakes are made from time to time.
  • Q: A unity based on an enforced acceptance of false prophecy?
  • A: That is conceded to be true.
  • Q: And the person who expresses his view, as you say, that it was wrong, and was disfellowshipped, would be in breach of the covenant, if he was baptised?
  • A: That is correct.
  • Q: And as you said yesterday expressly, would be worthy of death?
  • A: I think...
  • Q: Would you say yes or no?
  • A: I will answer yes, unhesitatingly.
  • Q: Do you call that religion?
  • A: It certainly is.
  • Q: Do you call that Christianity?
  • A: I certainly do.
  • Q: N'est-il pas vital de parler vérité sur des sujet religieux ?
  • R: Bien sûr que c'est vital.
  • Q: N'y a-t-il pas de votre point de vue, dans une religion, une place pour changer de temps en temps l'interprétation des Écritures ?
  • R: Il y a des tas de raisons pour changer l'interprétation de la Bible. Par exemple, notre façon de voir devient plus claire quand on examine les prophéties accomplies après coup.
  • Q: Avez-vous annoncé, j'ai oublié le mot, de fausses prophéties ?
  • R: Je ne pense pas que nous ayons annoncé de fausses prophéties. Il y a eu des déclarations qui étaient erronées ou mal comprises. C'est la manière dont je vois les choses.
  • Q: Est-il important, aujourd'hui, dans la présente situation du monde, de savoir si la prophétie concernant la seconde venue du Christ a bien eu lieu ?
  • R: Oui, la seconde venue du Christ a bien eu lieu, et nous nous sommes toujours efforcés de regarder si c'était bien la vérité avant de la publier. Nous continuons d'ailleurs d'aller vers la meilleure information que nous puissions avoir mais nous ne pouvons pas attendre d'avoir la perfection pour la publier, nous ne pourrions dans ce cas jamais nous exprimer.
  • Q: Poursuivons cette idée. Il fut bien promulgué que la seconde venue du Christ devait arriver en 1874, vérité qu'il fallait que tous les Témoins de Jéhovah acceptent. Est-ce exact ?
  • R: Je ne suis pas très au courant de tout cela, vous parlez d'un sujet que je ne connais pas.
  • Q: Vous avez bien entendu M. Franz évidemment ?
  • R: J'ai entendu M. Franz témoigner, mais je ne suis pas familier avec ce qu'il a dit, je veux parler de la matière traitée, donc je ne peux répondre rien de plus sur le sujet que vous avez pu entendre.
  • Q: Vous êtes étranger à ce sujet ?
  • R: Ce que j'ai entendu ici est la source d'information que j'ai reçue sur le sujet.
  • Q: Avez-vous étudié la littérature de votre mouvement ?
  • R: Oui mais pas tout. Je n'ai pas étudié les 7 volumes des Études dans les Écritures, et pas du tout le sujet dont vous faites mention sur l'année 1874. Je ne suis pas familier de ce sujet.
  • Q: Je le prends alors sur moi, et dis que, ceci fut promulgué par la Société comme quoi 1874 était la date bien fondée pour la seconde venue du Christ.
  • R: Prenant cette affirmation comme un fait, on peut considérer cela comme une hypothétique possibilité.
  • Q: Est-ce que c'est la publication d'une fausse prophétie ?
  • R: Ce fut bien la publication d'une fausse prophétie, ce fut une déclaration fausse et erronée et un accomplissement faux et erroné.
  • Q: Et ceci fut accepté et cru par tous les Témoins de Jéhovah ?
  • R: Oui parce que vous devez comprendre que nous sommes unis, nous ne pouvons pas nous permettre d'être désunis, avec des gens venant de toutes origines, une armée doit marcher d'un seul pas. (...)
  • Q: Une fausse prophétie a-t-elle été promulguée ?
  • R: Je suis d'accord avec cela.
  • Q: Cela a été accepté par tous les Témoins de Jéhovah ?
  • R: C'est juste.
  • Q: Si un membre des Témoins de Jéhovah constate par lui-même que la prophétie n'est pas juste, sera-t-il exclu ?
  • R: Oui, s'il prétend cela et s'il crée des troubles, car si la totalité des frères croit en une même chose, même si elle est erronée, et si quelqu'un d'autre commence à propager ses propres idées à travers l'organisation, il y aurait une désunion et des troubles. L'organisation ne peut plus être alors en harmonie, et ça ne peut plus marcher. Quand un changement doit avoir lieu, il doit venir de la source appropriée, la tête de l'organisation, le Collège central, mais en aucun cas du bas vers le haut, parce que chacun a ses propres idées, et si nous acceptions cela, l'organisation serait désintégrée et irait dans des milliers de directions. Notre but est de garder l'unité.
  • Q: L'unité à tout prix ?
  • R: L'unité à tout prix, parce que nous croyons et sommes sûrs que Jéhovah utilise notre organisation, son Collège Central, et le dirige, même si des erreurs sont faites de temps en temps.
  • Q: Même si cette unité est basée sur une acceptation forcée des fausses prophéties ?
  • R: Pour dire vrai, oui, je vous le concède.
  • Q: Et la personne qui exprime son point de vue et, comme vous le dites, dit que c'est une faux enseignement, sera-t-elle exclue, étant en infraction avec ses engagements, si elle est baptisée ?
  • R: C'est juste.
  • Q: Et comme vous le disiez hier expressément, condamnée à mort ?
  • R: Je pense...
  • Q: Pourriez-vous préciser oui ou non ?
  • R: Je répondrai oui sans hésitation.
  • Q: Vous appelez cela une religion ?
  • R: Certainement.
  • Q: Appelez-vous cela le christianisme ?
  • R: Certainement.
à compléter
  • Q: In connections with mistakes, you were cross-examined at some length [mot illisible] to differences of view which may have taken place in the authoritative exposition of the Scriptures over the years since the foundation of the Society, and I think you agreed there had been differences ?
  • A: Yes.
  • Q: You also quite frankly agreed that persons who at any time are not prepared to accept authoritative exposition are liable to expulsion from the Society, with such spiritual consequences as that may entail ?
  • A: Yes, I said that and I state it again.
  • Q: Au sujet des erreurs, vous étiez interrogé à un certain moment sur la différence du bien-fondé d'avoir différents points de vues et compréhensions des Écritures, ces opinions ayant vu le jour depuis la fondation de la Société, je pense qu'aujourd'hui vous êtes bien d'accord pour dire qu'il y a eu une différence entre ces opinions et la réalité ?
  • R: Oui.
  • Q: Vous êtes également tout à fait d'accord pour dire que les personnes qui, en leur temps, n'étaient pas prêtes à accepter le bien-fondé des exposés ont été pressenties pour êtres exclues avec toutes les conséquences spirituelles qui en résultent ?
  • R: Je le dis et le redis encore: oui.

Questions posées à Grant Suiter

Page(s) Original en anglais Traduction en français
503-504
  • Q: What Is the position of the Company Servant in that respect ?
  • A: He must have met the qualifications that have been previously testified to, of maturity and understanding and spiritual understanding, and in ability to read (?) the Congregation. He msut have the training previously mentioned in the Theocratic Ministry School, be a leader in the field ministry itself, be apt to teach, and otherwise have qualifications that the Scriptures laid down. Man can lay down qualifications that the Scriptures do not, you see.
  • Q: That is in general terms. But to come down to actual practice, he must attend the Theocratic Ministry School, must he not ?
  • A: Yes.
  • Q: And there he finds the library ?
  • A: Yes.
  • Q: Isn't he expected to familiarise himself with the publications of the Society ?
  • A: He certainly is.
  • Q: Indeed can he in the view of the Jehovah's Witnesses have an understanding of the Scriptures apart from the publications of the Jehovah's Witnesses ?
  • A: No.
  • Q: Only by the publications can he have a right understanding of the Scriptures ?
  • A: That is right.
  • Q: Is that not arrogance ?
  • A: No.
  • Q: You heard the evidence about 1874 having been found to be wrong as a material and crucial date, and about 1925 being a wrong date. On those two items, acceptance and absolute acceptance as Truth was imposed upon all Jehovah's Witnesses at the time ?
  • A: That is right.

(...)

  • Q: Quelle est la position du responsable des congrégations dans tout cela ?
  • R: Il doit remplir les conditions qui ont été préalablement dites: maturité, compréhension des Écritures, spirituel, et avoir la capacité de conduire une congrégation. Il doit avant cela avoir suivi les cours de l'école du ministère théocratique, être un leader dans le ministère du champs, être qualifié pour enseigner, et en plus remplir toutes les conditions exigées des Écritures. Personne ne peut fixer d'autres qualifications que les Écritures ne donnent pas.
  • Q: Cela est dit d'une manière générale, mais pour en revenir aux pratiques actuelles, il doit attendre d'avoir été à l'école du ministère théocratique, est-ce bien cela ?
  • R: Oui.
  • Q: Et dans cette école, il se trouve toute votre littérature ?
  • R: Oui.
  • Q: Je pense que là, il va se familiariser avec les publications de la Société ?
  • R: Certainement qu'il le fera.
  • Q: Peut-il avoir une compréhension différente que celle émise par les publications de la Société ?
  • R: Non.
  • Q: Est-ce qu'il ne peut qu'accepter les explications fournies par les publications ?
  • R: Oui, c'est juste.
  • Q: N'est-ce pas de l'arrogance ?
  • R: Non.
  • Q: Vous avez entendu l'évidence quand vous avez déclaré 1874, puis ensuite 1925, comme étant des dates cruciales, qui se sont ensuite avérées fausses. Sur ces deux points, l'acceptation, ou plus exactement, la totale acceptation comme étant de dates vraies, a-t-elle été imposée à tous les Témoins de l'époque ?
  • R: C'est vrai.
  • Q: Vous acceptez que cette acceptation fut fausse ?
  • R: Non pas complètement, ces points étaient certes faux, parce qu'il y a eu une erreur, mais le résultat global est ce qu'il y a d'important: au travers de ces années du ministère des Témoins de Jéhovah, depuis la formation de la Société "The Pennsylvania Corporation", il y a eu une formation constante des esprits et des cœurs tournés vers la Parole de Dieu et ses préceptes justes, donnant une force spirituelle pour rester debout pour ce qu'ils pensaient être juste, et pour mettre en valeur le nom de Jéhovah et annoncer son Royaume. Il n'y a pas de comparaison possible entre le faits d'avoir donné des détails fortuits, une compréhension erronée des dates qui ont d'ailleurs été corrigées, et l'importance capitale qu'est le culte rendu à Jéhovah. Cela a été inculqué dans les esprits des Témoins de Jéhovah et les innombrables personnes à travers toutes ces années.

Extraits de la décision de justice

Page(s) Original en anglais Traduction en français
8 "Further, Mr Franz in the witness box accepted the statement that all the churches in Christendom are synagogues of Satan. But these are just expressions of opposition to the beliefs and practices of religious bodies other than Jehovah's Witnesses. They really mean that Jehovah's Witnesses in their own estimation have the only true religion. (...) Acceptance of these and other beliefs approved by the governing body is obligatory. Non-acceptance involves "disfellowship", that is, expulsion." "En outre, M. Franz dans le box des témoins accepta la déclaration que toutes les églises de la chrétienté sont des synagogues de Satan. Mais ce ne sont que des expressions d'opposition aux croyances et aux pratiques des organismes religieux autres que les Témoins de Jéhovah. Elles signifient vraiment que les Témoins de Jéhovah, dans leur propre estimation, possèdent la seule vraie religion. (...) L'acceptation de ces autres croyances approuvées par le Collège Central est obligatoire. La non-acceptation implique "exclusion", c'est-à-dire, expulsion."
18 "Theocratic rule was introduced. Under this rule, the president and the board of directors of the Watch Tower Bible and Tract Society, as the mouthpieces of Jehovah, are the absolute rulers of the sect. They are so in virtue of their exclusive power to interpret the scripturee, and absolute acceptance of their interpretation is obligatory on all Jehovah's Witnesses. Accordingly, the structure of the body's organisation is authoritarian and indeed totalitarian." "La règle théocratique fut introduite. Selon cette règle, le président et le conseil d'administration de la Watch Tower Bible and Tract Society sont les porte-parole de Jéhovah, sont les maîtres absolus de la secte. Ils sont ainsi en vertu de leur pouvoir exclusif d'interpréter les Écritures, et l'acceptation absolue de leur interprétation est obligatoire sur tous les Témoins de Jéhovah. En conséquence, la structure de l'organisation du corps est autoritaire et même totalitaire."

Scan des pages du procès citées ci-dessus

Le procès dans les écrits jéhovistes

Ce procès est évoqué dans deux publications du mouvement:

La Tour de Garde (anglais) du 1er juin 1955, aux pages 329 à 332 (édition anglaise) décrit ce procès sans toutefois faire référence au transcript. Aucune des déclarations des dirigeants n'est rapportée, bien que l'article fait un récapitulatif de l'ensemble des témoignages, mais présentés de façon avantageuse. L'article commente longuement la décision de justice (à savoir que les Témoins de Jéhovah ont bien été reconnus comme communauté religieuse, mais que les pionniers se sont vus refuser la qualité de "ministres"), se réjouit pour l'abondante publicité que ce procès a entrainé et termine en annonçant que les Témoins de Jéhovah ont décidé de porter l'affaire en appel, devant la Haute Cour de Justice d'Écosse. Assez ironiquement, la Watch Tower déclare : "Franz profita de l'occasion magnifique qu'il avait pour donner un bon témoignage."[1]

L' Annuaire de 1973, à la page 129, reconnaît l'existence de ce procès en déclarant qu'il "dura sept jours, et le compte rendu de l'audience remplit 762 pages dactylographiées", preuve que la Watch Tower avait accès au transcript mais qu'elle s'est bien gardée de fournir des extraits des témoignages, se contentant de rapporter de façon lapidaire les grandes lignes et notamment les enjeux du procès en termes de reconnaissance. Le but de celui-ci est décrit comme suit: "Déterminer juridiquement si les témoins de Jéhovah constituaient une organisation religieuse, et si Douglas Walsh, pionnier et surveillant de congrégation, pouvait être considéré comme ministre du culte". À propos des témoins qui se sont succédés à la barre, la Watch Tower dit qu'"à l'aide de la Bible, [F. Franz] expliqua les croyances des témoins de Jéhovah, soulignant celles qui diffèrent des grandes religions", puis que [H. Covington "mit l'accent sur l'organisation, les cérémonies et les pratiques des témoins de Jéhovah", que G. Suiter "montra comment celle-ci est financée", et que les quatre autres témoins étaient des fidèles britanniques ayant décrits les activités et la structure du mouvement au Royaume-Uni.

On remarquera que les deux publications, outre le fait qu'elles passent totalement sous silence les propos controversés des dirigeants, utilisent quasiment les mêmes tournures de phrases pour décrire la participation de ces derniers au procès (bien qu'il soit plus concis, l' Annuaire reprend les mêmes formulations de phrases que celles de la Watchtower ; à titre d'exemple, comparez ci-dessus les deux passages où la participation de F. Franz est décrite).

Liens externes

Références

  1. Arrowup.png La Tour de Garde (anglais), 1er juin 1955, pp. 329-32:
    « The case was prepared so that F. W. Franz, vice-president of the Society, was the first to go into the witness box. Quoting liberally from the Bible in his hand, he outlined the beliefs of Jehovah’s witnesses, especially those that differ from the orthodox. He explained, too, the basic reason for the existence of Jehovah’s witnesses today: that 1914 marked the beginning of Christ's second presence in Kingdom power and that a great work must be done to announce this fact to mankind before the war of Armageddon soon destroys the old, satanic system of things. Franz used the splendid opportunity he had to give a fine witness. He appreciated the courteous attitude of the court and, to the surprise of the lawyers and reporters, was acknowledged by the judge when he expressed his thanks. »