Procès soutenus par Russell

Un article de Témoins de Jéhovah: TJ-Encyclopedie, l'encyclopédie libre sur les Témoins de Jéhovah.
Aller à : navigation, rechercher

Fondateur d'un groupe religieux hétérodoxe, Charles Taze Russell, le premier président de la Société Watch Tower fut un personnage controversé de son vivant et, de ce fait, connut plusieurs démêlés judiciaires portant aussi bien sur sa vie personnelle (mariage et rapport avec les femmes, qualifications théologiques) que publique (affaires commerciales); ces cas de justice, largement médiatisés à l'époque, ont parfois amené certains critiques à remettre en cause l'intégrité du pasteur — avec plus ou moins de succès, certaines accusations étant infondées ou exagérées. Lui-même recourut plusieurs fois à la justice lorsqu'il estima que ses opposants l'avaient diffamé. Voici un tableau incomplet des procès soutenus par Russell, classés par ordre chronologique et par "affaire" (les jugements d'un même cas en première instance, en appel et devant la cour suprême sont regroupés en une seule affaire).

Procès

Sur le sujet des procès de Russell, le prêtre Gérard Hébert recense dans son ouvrage de 1960 une étude de Robert Toupin intitulée "Le dossier du "pasteur" Russell", paru dans Sciences ecclésiastiques environ deux ans plus tôt, et écrit qu'il s'agit probablement de "la première étude scientifique sur les principaux procès de Russell, en particulier sur son procès en séparation d'avec sa femme. [L'auteur] corrige plusieurs inexactitudes qu'on trouvait dans la plupart des écrits concernant le "pasteur"; par ailleurs, il confirme certains soupçons sur sa conduite, en les appuyant non plus sur une simple tradition orale ou sur quelques articles de journaux, mais sur les documents publics que constituent les dossiers judiciaires".[1]

Nom du procès * Année + nom du tribunal
* Détails sur l'affaire
* Verdict
John Balfour v. Charles Taze Russell and George Rindfuss[2]
  • 1895, Cour suprême de l’État de Pennsylvanie
  • Au début des années 1890, Russell et son aide comptable et disciple George Rindfuss[3] achetèrent à John Snee un bail de pétrole et de gaz sur 70 acres dans le comté de Butler. Le bail initial comprenait un puits d'huile foré par Snee, auquel s'en ajoutèrent deux autres, forés par Russell et Rindfuss. Cherchant à mettre fin au bail, le propriétaire intenta un procès.
  • Procès gagné par Russell
Charles Taze Russell v. City of Allegheny[2]
  • 1895, cour locale d'Allegheny
  • Russell déposa une plainte en raison de dommages matériels causés par des réfections de la rue.
  • Procès réglé pour 300 dollars
Allegheny Merchant v. Charles Taze Russell[2]
  • 1897
  • Russell cessa de payer un compte de charge qui avait été établi longtemps auparavant avec un commerçant local. Maria, bien que séparée de son époux, continua d'utiliser ce compte pour acheter des produits d'épicerie et autres nécessités. De ce fait, le commerçant intenta un procès contre Russell pour le paiement du solde de 177 dollars. Russell ignora cette plainte.
  • Procès perdu par Russell
Charles Taze Russell v. Rock Run Fuel Gas Company and John Snee[2]
  • 1898, Cour suprême de l’État de Pennsylvanie
  • En novembre 1894, Russell acheta 300 des 1 500 actions autorisées de la Rock Run Fuel Gas Company, société créée en août 1893 par John Snee, George Rindfuss, et trois autres afin de vendre du gaz naturel aux entreprises du comté d'Allegheny. Devant le caractère infructueux de cet achat — ce qui se serait très nettement arrangé par la suite —, Russell porta plainte en 1897-98 au motif de fraude de la part de Snee et de collusion du conseil d'administration.
  • Procès perdu par Russell
Russell v. Russell (séparation conjugale)
Voir article détaillé Séparation légale des époux Russell
  • 1906, cour de Pittsburgh; 1908, Cour suprême de l'État de Pennsylvanie
  • La séparation légale des époux Russell fut une décision de justice impliquant Russell et sa femme Maria qui fut accordée en 1906 par une cour de Pittsburgh, à la demande de l'épouse qui, en 1903, avait saisi la justice pour obtenir un divorce limité. Deux ans plus tard, ce jugement fut confirmé en appel ainsi que devant la Cour Suprême de l'État de Pennsylvanie. Compte tenu des accusations que Maria proféra contre son mari — impudicité, égoïsme, méchanceté —, du transfert par Charles de son argent à la Société Watch Tower qu'il déménagea dans un autre État lorsque la pension alimentaire due à sa femme fut augmentée par le tribunal, et de ses liens avec une sociétés telle que la Société Solon, cet épisode est souvent utilisé pour discréditer le pasteur.
  • Procès perdu par Russell, condamné à payer une pension alimentaire
Russell v. Washington Post
Voir article détaillé Russell contre le Washington Post
  • 1908, Cour d'appel du District de Columbia
  • Le 4 mai 1906, le journal Washington Post publia un article particulièrement vindicatif et ironique contre Russell, dans lequel l'affirmation selon laquelle le pasteur se comportait comme une "méduse" - allégation provenant de son procès en séparation conjugale - était considérée comme un fait incontestable. Le 6 février 1908, le pasteur poursuivit le journal pour diffamation, et le 5 mai, le jury rendit son verdict.
  • Procès gagné par Russell qui obtint 15 000 dollars de la cour d'appel.
Russell v. Brooklyn Daily Eagle
("blé miraculeux")
Voir article détaillé Blé miraculeux
  • 1913, Kings County Supreme Court; puis 1915, Cour suprême de l'État de New York
  • Suite à la vente du "blé miracle" par la Société Watch Tower, le journal Brooklyn Daily Eagle publia une série d'articles comprenant des caricatures de Russell, présenté comme étant un homme d'affaires sans scrupules. L'une d'entre elles ayant pour titre "Easy Money Puzzle" fut publiée le 23 septembre 1912; elle montrait un banquier debout sur les marches de la Banque de l'Union — banque liquidée en 1912 du fait de son incapacité à payer plus de la moitié de ce que ses clients avaient investi. Cet homme était en train de héler un vieux marchand ambulant qui s'enfuyait avec un petit butin. Le banquier lui déclarait: "Vous perdez votre temps. Venez ici", et la légende du dessin disait: "Si le pasteur Russell peut obtenir un dollar la livre pour le blé miraculeux, que pouvait-il obtenir pour les stocks et obligations miraculeux de l'ancienne Banque de l'Union?" Cette caricature amena Russell à attaquer le journal pour diffamation et à réclamer 100 000 $ de dommages et intérêts, estimant que ces articles avaient nui à sa réputation. À la barre, les témoignages mirent en évidence l'existence de diverses sociétés détenues par Russell.
  • Procès perdu par Russell, condamné à payer 15 dollars au journal
Russell v. J.J. Ross
Voir article détaillé Procès contre Ross
  • 1913, Cour suprême de l'Ontario
  • Un ecclésiastique baptiste du Canada du nom de J.J. Ross. critiqua sévèrement Russell dans la brochure Some Facts about the Self-Styled "Pastor" Russell publiée en 1912, l'accusant notamment d'être leader religieux alors qu'il n'avait aucune qualification en tant que théologien. Sur les conseils de son conseiller juridique, Joseph Rutherford, Russell poursuivi en justice Ross au motif de diffamation. Au cours de l'interrogatoire du 17 mars 1913, Russell déclara avoir fréquenté l'école publique pendant sept ans, admit qu'il ne savait rien du latin et de l'hébreu et n'avait jamais pris de cours de philosophie ou de théologie systématique, et qu'il n'avait jamais fréquenté les écoles d'enseignement supérieur. Plus tard, Ross prétendit que Russell s'était parjuré lors de son témoignage au sujet de sa connaissance du grec, mais cette accusation était sans réel fondement.
  • Procès perdu par Russell

Voir aussi

Références

  1. Arrowup.png Toupin, Robert, S.J., "Le dossier du "pasteur" Russell", Sciences ecclésiastiques, Montréal (1855 est rue Rachel), 10,3 (octobre 1958), 497-519; cité par Hébert, Gérard (1960) (français), Les Témoins de Jéhovah. Essai critique d'histoire et de doctrine, Montréal: éditions Bellarmin, p. 271
  2. 2,0, 2,1, 2,2 et 2,3 JW Divorces (anglais), "The Internet's Best Financial Biography of Charles Taze Russell — The Secret Business History of Charles Taze Russell Hidden for Decades by the Watchtower Society", jwdivorces.bravehost.com. Consulté le 19 février 2012
  3. Arrowup.png Russell, Charles T. (25 avril 1894) (anglais), A Conspiracy Exposed: "My book-keeper and general business representative at that time, Bro. Geo. Rindfuss..."