Réunions

Un article de Témoins de Jéhovah: TJ-Encyclopedie, l'encyclopédie libre sur les Témoins de Jéhovah.
Aller à : navigation, rechercher
Réunion dans une Salle du Royaume

Les réunions des Témoins de Jéhovah, qui ont généralement lieu à la Salle du Royaume, ont pour but "l'encouragement mutuel et l'édification spirituelle" de chaque membre de la congrégation grâce à l'étude de la Bible selon Hébreux 10:25. Les publications du mouvement servent généralement de trames à celles-ci: il s'agit de favoriser l'échange entre membres de la congrégation en suivant un programme précis de sujets et matières à traiter. Ces réunions assurent la formation continuelle de tous, y compris celle des enfants, leur apprenant à répondre à des arguments critiques. La Société Watch Tower accorde une très grande importance à ces réunions et encourage ses membres à y assister le plus régulièrement possible, estimant que la spiritualité de ceux-ci en dépend.[1]

Jusqu'en 2008, cinq réunions se tenaient chaque semaine dans les congrégations et étaient généralement réparties en trois séances, plus particulièrement le week-end et en soirées. Actuellement, quatre réunions se tiennent chaque semaine dans les congrégations et sont généralement réparties en deux séances, plus particulièrement le week-end et en soirées. Toutes ces réunions sont débutées et clôturées par une prière publique et le chant d'un cantique tiré du recueil publié par l'organisation, dont la durée s'ajoute à celle de la réunion proprement dite, ce qui fait un total de quatre heures. La Société Watch Tower encourage ses fidèles à bien les préparer avant d’y assister, par exemple à souligner les réponses aux questions pour l'étude de La Tour de Garde. Lorsque la maladie empêche certains d’assister aux réunions de leur congrégation, des dispositions sont prises pour que l’endroit où ils sont soit relié par téléphone ou pour qu’ils écoutent un enregistrement sur cassette de la réunion ou sur DVD.

Historique

Dans les années 1870, Charles Taze Russell commença un petit groupe d'étude de la Bible à Allegheny qui, rapidement, se réunit à un rythme de deux fois par semaine, et utilisait une méthode pour examiner les Saintes Écritures.[2] Dès sa parution, La Tour de Garde recommanda à ses lecteurs de demander une visite à l'équipe rédactionnelle et deux ans plus tard, donna le conseil suivant à ceux qui ne bénéficiaient pas de réunions des Étudiants de la Bible à proximité de chez eux: "Réunissez-vous chez vous avec votre famille, ou même avec quelques personnes qui manifestent de l’intérêt. Lisez, étudiez, louez Dieu et adorez-le ensemble, car là où deux ou trois se réunissent en Son nom, le Seigneur, votre Enseignant, est là au milieu de vous. Telle était la nature de certaines réunions de l'Église aux jours des apôtres". La fréquence des réunions pouvait varier suivant les endroits; par exemple, en 1914, il y avait une réunion quotidienne à Colombo, au Ceylan.[3] Ainsi, l'idée centrale en rapport avec les réunions qui prévalait du temps de Russell était qu'il fallait en tenir en se référant aux conseils donnés à ce sujet dans La Tour de Garde et en utilisant les publications de Russell, mais ni la fréquence ni le contenu des réunions n'était prédéterminé par la Société Watch Tower à cette époque; par ailleurs, la présence et la participation à chacune de ces réunions n'était pas obligatoire.

Implication des jeunes

À l'origine, les rassemblements se concentraient sur les adultes, mais progressivement les jeunes gens furent intégrés. De 1892 à 1927, la rubrique "Leçons internationales des écoles du dimanche" parut dans les numéros de l'édition anglaise de La Tour de Garde; il s'agissait d'un commentaire biblique du pasteur congrégationaliste Peloubet, à destination du jeune public. En 1918, les congrégations formèrent des classes séparées pour les enfants et les adolescents. En 1920, une rubrique intitulée "Étude de la Bible pour les jeunes" dans L'Âge d'Or, puis en 1924 le livre The Way to Paradise furent utilisés pour enseigner les jeunes. En Suisse, des jeunes Témoins formèrent l'association "La jeunesse de Jéhovah" qui avait ses propres rassemblements et son propre périodique. Ce genre d'association parallèle pour les jeunes fut définitivement supprimé en 1938, Joseph Rutherford souhaitant que les jeunes soient intégrés aux mêmes réunions que leurs parents.[4] Actuellement, les jeunes enfants de Témoins de Jéhovah sont incités à participer aux réunions, que ce soit en donnant des commentaires ou en présentant des exposés à l'École du ministère théocratique.

Importance d'y assister

La Société Watch Tower enseigne que l'assistance à ces réunions est indispensable afin de rester fort "spirituellement"; aussi érige-t-elle en exemple dans ses publications des cas extrêmes d'adeptes ayant surmonté de puissants obstacles pour ne pas délaisser les réunions jéhovistes. Par exemple, elle cite des cas d'adeptes ayant parcouru de longues distances dans des conditions physiques, climatiques, etc, défavorables, notamment les cas d'une femme effectuant un chemin de 22 km à pied dans la montagne avec ses six enfants,[5] d'un jeune poliomyélitique au Kenya faisant 15 km avec des béquilles,[6] d'une femme de 70 ans parcourant 10 km, traversant une rivière, au péril des crocodiles et du courant parfois fort,[7] d'un homme unijambiste qui traversait un lac dans un canoë et marchait ensuite pendant quatre heures,[8] d'adeptes de Roumanie parcouraient jusqu’à 100 kilomètres à pied nus parfois dans le froid,[9] de 12 membres du Honduras traversant un torrent emportant tout sur son passage,[10] d'une femme corpulente de 70 ans de Micronésie qui fut poussée dans une brouette par un adepte lors d'un trajet qui dura 2h30,[11] d'adeptes qui, pour assister aux réunions, ont risqué leur travail,[12] ou bravé des bombardements.[13] Naturellement, ces exemples sont de nature à culpabiliser les adeptes tentés de manquer une réunion pour cause de fatigue après une journée de travail; pourtant, il y a fort à parier que si la situation tournait mal pour un fidèle bravant des conditions extrêmes pour se rendre à la Salle du Royaume (par exemple, parce qu'il tombe gravement malade), les anciens lui auraient dit qu'il fallait être "raisonnable": ainsi, on est en face d'un cas de double contrainte dans laquelle, quoi que fasse l'adepte, il est toujours le seul responsable de son malheur, quand bien même il a scrupuleusement suivi les directives de son mouvement.

Présentation

Discours public

Dès les années 1870, les Étudiants de la Bible ont prévu des discours lors de leur réunions, quoi que cela n'était pas systématique. Russell lui-même voyagea beaucoup à travers les États-Unis et le monde lors de ses tournées pour prendre la parole devant de larges auditoires. En 1911, des orateurs se déplacèrent dans les lieux voisins de leur ecclesia pour y prononcer une série de six discours dans des lieux publics. Puis en janvier 1945, la Watch Tower mit sur pied une campagne de huit discours publics basés sur des plans qu'elle avait elle-même construits.[14] Ainsi, la grande latitude offerte aux orateurs des premiers temps s'est estompée pour céder la place à des discours rigoureusement millimétrés.

Actuellement, ce discours sur un thème biblique est présenté par un orateur expérimenté qui suit un plan détaillé fourni par la Société Watch Tower. Concrètement, chaque partie de ce plan est strictement définie selon un timing bien précis avec arguments et versets bibliques imposés, de telle sorte que généralement, l'orateur doit se contenter de restituer sous une forme plus vivante le contenu du plan; cela a pour but de réduire à néant la possibilité d'introduire des idées plus personnelles. C’est souvent à cette réunion que sont invités les nouveaux venus. Les pensées qui y sont développées doivent éveiller l’intérêt des nouveaux arrivants et affermir "spirituellement" les autres. Le discours public a une durée qui a diminué au fil du temps, passant d'une heure à 45 minutes, puis finalement à 30 minutes. Il est suivi de l'étude de La Tour de Garde, et le chant d’un cantique sert de transition quand les deux réunions se succèdent.

Étude de La Tour de Garde

Au début du mouvement, c'était la série d'ouvrages de Russell, les Études dans les Écritures, qui était étudiée lors des réunions entre adeptes, mais de façon assez libre. Puis dans la congrégation de Los Angeles, des plans pour une étude thématique de la Bible, accompagnés de questions et de références à examiner en préparation, furent publiés par des membres locaux. Ce procédé se généralisa à toutes les ecclesias — cette fois de façon officielle — de 1905 à 1914. Selon l'histoire officielle de la Watch Tower, ce furent des représentants itinérants qui, peu après, suggérèrent à la direction du mouvement que tous les adeptes étudient méthodiquement La Tour de Garde lors des réunions; à cette fin, la rubrique "Questions béréennes" figura régulièrement dès 1922. La durée de l'examen en groupe pouvait dépasser les deux heures, avant d'adopter sa durée actuelle dans les années 1930.[15] Ainsi, désormais, il y avait une homogénéisation de l'enseignement qui suit un schéma très précis: c'est Brooklyn qui encadre tout, fournissant le sujet, les réponses, les questions et le déroulement de la réunion.

Cette réunion est aujourd'hui un maillon important de l'enseignement des Témoins de Jéhovah, La Tour de Garde étant considérée comme un des instruments principaux de la Société Watch Tower pour dispenser sa 'nourriture spirituelle'; ses articles traitent généralement d’une question doctrinale, cultuelle, comportementale ou prophétique. Sous la direction d'un ancien, un membre masculin de la congrégation lit chaque paragraphe d'un article récent, puis l'ancien pose la question imprimée dans le périodique se rapportant à ce paragraphe et l'assistance est invitée à y répondre en s'inspirant de ce passage. Tout le monde, y compris les enfants, sont encouragés à participer en répondant aux questions posées. Cette réunion dure une heure. Ce n'est pas un débat, car il ne s'agit pas d'apporter des idées personnelles ou critiques, mais simplement de répéter les pensées développées dans les paragraphes, et ceci bien que la plupart du temps les assistants s'expriment dans leurs propres termes. Le but de cette réunion est manifestement d'acquérir la doctrine du mouvement et de l'imprimer dans les esprits. Selon Alan Rogerson, cette réunion peut devenir "ennuyeuse et monotone" lorsqu'elle se prolonge au-delà du temps imparti.[16]

École du ministère théocratique

En 1916, des classes réservés aux hommes appelés "Écoles des prophètes" et destinées à améliorer leur art oratoire virent le jour, mais disparurent bientôt. En 1943, sous l'impulsion de Nathan Knorr devenu alors président de la Watch Tower, un nouveau programme appelé "École du ministère théocratique" fut institué dans toutes les congrégations afin de développer les qualités oratoires des adeptes. Au début, seuls les hommes étaient autorisés à participer à cette école, mais en 1959, les femmes purent aussi s'y inscrire, bien que, dans leur cas, elles ne peuvent pas prononcer de discours à l'auditoire, mais seulement effectuer des saynètes avec une autre adepte féminine.[17]

Ainsi, cette réunion de type 'école' a pour but de former les Témoins de Jéhovah à la prédication grâce à des mises en situation, d’aider les élèves à améliorer leurs exposés et de permettre aux plus talentueux de devenir des orateurs et des enseignants qualifiés. Les prestations de tous sont évaluées et consignées dans une fiche de conseils oratoires personnelle et l’ancien qui dirige cette réunion indique oralement à chacun les points à améliorer. Il y a 53 points en tout à travailler (un seul à considérer par exposé), et 30 cadres différents pour les adeptes féminins. Cette réunion se compose d'un discours sur une technique oratoire et basé sur le livre Tirez profit de l'École du Ministère théocratique (5 minutes, par un ancien), d'un discours d'instruction (10 minutes, présenté par un ancien ou un assistant ministériel), d'un examen des points bibliques intéressants d'une portion de la Bible (6 minutes, par un ancien ou un assistant ministériel, avec participation de l'auditoire), d'une lecture biblique (4 minutes, par un homme), et de deux sujets bibliques (5 minutes chacun, le premier par deux femmes, le second par un hommes ou deux femmes). Tous les quatre mois, une révision orale remplace le programme habituel (mais la technique oratoire et les points bibliques intéressants sont présentés) : quinze questions portant sur l'ensemble des matières examinées dans les quatre mois écoulés et figurant dans Le Ministère du Royaume sont posées à l'auditoire par le surveillant à l'école du ministère du Royaume qui donne les réponses fournies par la Société Watch Tower. D'une durée de 45 minutes jusqu'en 2008 et de 30 minutes depuis 2009, la réunion est suivie de la Réunion de service.

Réunion de service

Dès 1923, une partie de la réunion de prières fut dévolue aux témoignages sur l'évangélisation. Dès 1926, ces réunions sur le prosélytisme reçurent le nom de "Réunions des ouvriers", et passèrent de mensuelles à hebdomadaires en 1928. Avant 1932, la "Réunion de service" remplaça la réunion de témoignage et se tint à un rythme hebdomadaire.[18] Ainsi, c'est sous la présidence de Rutherford, qui avait transformé le mouvement en une véritable armée de vendeurs de livres, que cette réunion se constitua.

Actuellement, au cours de cette réunion, on étudie les recommandations de l'organisation, à l'aide d'un bulletin interne : Le Ministère du Royaume, dont les différentes parties sont présentées par plusieurs membres de la congrégation ayant les qualités jugées nécessaires pour le faire. C’est lors de cette réunion que sont annoncées toutes les dispositions prises par la congrégation, notamment les exclusions, les réintégrations, les arrivées de nouveaux membres, les baptêmes, les nominations. Sont aussi abordées lors de celle-ci, les questions matérielles et fiscales, telles que des résolutions soumises au vote à main levée à propos de l'utilisation des dons reçus par la congrégation. Selon d'anciens témoins de Jéhovah ayant témoigné sous serment devant la commission d'enquête parlementaire de 2006,[19] ces résolutions seraient systématiquement approuvées à l'unanimité, les votes n'étant là d'après eux, que pour donner un semblant d'offrandes volontaires non imposées. L'argent collecté dans les boîtes à offrandes servirait essentiellement à répondre à l'engagement moral des résolutions. Au cas où le montant des dons serait insuffisant, une annonce serait faite à la congrégation pour demander aux membres de celle-ci de faire preuve d’encore plus de générosité. Cette réunion durait 45 minutes jusqu'en 2008 et 35 minutes depuis 2009.

Étude de livre

La réunion appelée "Étude de livre" telle qu'elle était pratiquée jusqu'en 2008 dans les congrégations des Témoins de Jéhovah trouve son origine en 1895, lorsque les Étudiants de la Bible décidèrent d'organiser des réunions en soirée dans un foyer privé, réunions appelées "Cercles de l'aurore pour l'étude de la Bible" (renommées plus tard "Cercles béréens pour l’étude de la Bible"), avec pour programme l'examen des livre L'Aurore du Millenium. Par la suite, apparurent les "Réunions de foyers", tenues hebdomadairement chez des adeptes et composées d'expressions de piété et de louanges, ainsi que les "Réunions de prières", consacrées aux prières, cantiques et témoignages.[20] Ces réunions avaient lieu respectivement les mercredis soir et vendredis soir.[21]

Jusqu'en 2008, cette réunion avait lieu un soir de semaine (parfois l'après-midi) et durait une heure. La congrégation était souvent scindée en plusieurs petits groupes qui se réunissent dans un foyer de Témoins de Jéhovah ou parfois à la Salle du Royaume. Depuis 2009, cette réunion est regroupée avec celle qui a lieu un soir en semaine, est réduite à 20 minutes et est rebaptisée "Étude biblique de la congrégation". Un représentant de la congrégation dirige l'étude d'un manuel édité par la Société Watch Tower qui traite de sujets plus dogmatiques. Cette réunion se déroule avec un système de questions-réponses similaire à celui de l'étude de La Tour de Garde. Ainsi, le fait que cette réunion ne se tienne plus dans les foyers privés enlève les adeptes de l'un des rares moments où ils pouvaient faire davantage connaissance dans un cadre restreint et souvent plus chaleureux (il arrivait souvent que la réunion soit suivie d'une collation).

En théorie, le temps consacré avant 2009 à l'étude de livre doit être remplacé par ce que la Watch Tower appelle le "culte familial": le chef de famille doit organiser cette réunion chaque semaine, à un moment précis, et chaque membre de la famille doit y participer et tirer leçon des matières étudiées ce jour là. Chaque famille doit examiner sa situation et voir quels sont ses besoins et faire des recherches en conséquences pour apporter une aide pratique aux enfants par exemple. On ignore si cette forme de culte en privé est rigoureusement suivie par les adeptes ou pas. De plus, le caractère bien moins formel de cette réunion familiale constitue une sorte de retour aux premières réunions des Étudiants de la Bible.

Semaine spéciale

Lors des "semaines spéciales" (c'est-à-dire quand un surveillant de circonscription ou de district visite la congrégation, en principe deux fois dans l'année), les réunions traditionnelles sont écourtées au profit de discours prononcés par le ministre de passage : l'"École du Ministère théocratique" est écourtée (ne sont développés que la technique oratoire, le discours d'instruction et les points bibliques intéressants), les communications de la "Réunion de service" sont supprimées, l'"Étude de livre" est écourtée de 15 minutes, et l'examen de La Tour de Garde ne dure qu'une demi-heure sans lecture des paragraphes. C'est durant le passage du surveillant de circonscription ou de district que sont examinées les propositions faite par les anciens de nomination de membres masculins de la congrégation comme assistants ministériels ou anciens. Il y a aussi, durant ces semaines-là, une réunion avec les frères nommés, et une autre avec les pionniers permanents.

Caractéristiques et assistances

Voir article détaillé Caractéristiques des réunions

Chez les Témoins de Jéhovah, les réunions du culte auxquelles les adeptes doivent assister ont des caractéristiques qui leur sont propres, différant de celles pratiquées dans d'autres confessions. En effet, les sociologues ayant étudié le groupe ont noté l'absence d'émotion et le côté très mécanique de ces rassemblements qui visent à infantiliser les adeptes, à resserrer l'apparente unité et à les pousser à agir en conformité avec les instructions données par le mouvement. De plus, l'assistance à ces réunions est généralement plus élevée que celle observée dans les autres groupes religieux, ce qui peut traduire une dépendance au mouvement.

Liens externes

Voir aussi

Références

  • Rogerson, Alan (1969) (anglais), Millions Now Living Will Never Die: A Study of Jehovah's Witnesses, Londres: Constable, pp. 127-34 (SBN 09-455940-6)
  1. Arrowup.png La Tour de Garde, 15 mars 2000, pp. 15 à 20:
    "Comment, en effet, pouvons-nous espérer tenir bon sous la pression de ce système sans la force que donne une alimentation spirituelle saine et régulière ? En fait, privés de rassemblements réguliers nous pourrions être tentés de quitter purement et simplement 'le sentier des justes'. (Proverbes 4:18.) (...)6 Hébreux 10:25 nous donne une autre raison importante d'être réguliers aux réunions. Dans ce verset, l'apôtre Paul exhorte les chrétiens à se rassembler 'd’autant plus qu’ils voient approcher le jour'. Effectivement, ne perdons pas de vue que le 'jour de Jéhovah' approche (2 Pierre 3:12). Si nous en arrivions à penser que la fin du système actuel n’est pas pour tout de suite, nous ne tarderions pas à laisser des centres d’intérêt personnels prendre le pas sur des activités spirituelles aussi nécessaires que l’assistance aux réunions."
  2. Arrowup.png La Tour de Garde, 15 août 2006, p. 13
  3. Arrowup.png Watch Tower Bible & Tract Society, 1993, p. 236
  4. Arrowup.png Watch Tower Bible & Tract Society, 1993, pp. 244-46
  5. Arrowup.png WTBTS (2009), Annuaire des Témoins de Jéhovah, Watch Tower Bible & Tract Society, p. 138
  6. Arrowup.png WTBTS (1989), Annuaire des Témoins de Jéhovah, Watch Tower Bible & Tract Society, p. 42
  7. Arrowup.png La Tour de Garde, 15 avril 1987, p. 23, article "Les Kényans se montrent 'zélés pour les belles œuvres'"
  8. Arrowup.png WTBTS (1999), Annuaire des Témoins de Jéhovah, Watch Tower Bible & Tract Society, p. 45
  9. Arrowup.png WTBTS (2006), Annuaire des Témoins de Jéhovah, Watch Tower Bible & Tract Society, p. 102
  10. Arrowup.png La Tour de Garde, 1er janvier 1994, p. 11, § 9, article "Réfugions-nous en Jéhovah"
  11. Arrowup.png WTBTS (1997), Annuaire des Témoins de Jéhovah, Watch Tower Bible & Tract Society, pp. 236,237
  12. Arrowup.png Réveillez-vous!, mai 2007, p. 8, article "Quel espoir pour les pauvres?"
  13. Arrowup.png La Tour de Garde, 1er décembre 2000, p. 17, § 13, article "Aimez-vous infiniment les rappels de Jéhovah?"
  14. Arrowup.png Watch Tower Bible & Tract Society, 1993, p. 249
  15. Arrowup.png Watch Tower Bible & Tract Society, 1993, pp. 237,251,252
  16. Arrowup.png Rogerson, 1969, p. 129
  17. Arrowup.png Watch Tower Bible & Tract Society, 1993, p. 247
  18. Arrowup.png Watch Tower Bible & Tract Society, 1993, pp. 246,247
  19. Arrowup.png Auditions d'ex-témoins de Jéhovah devant la commission d'enquête parlementaire: Les sectes et enfance, septembre 2006
  20. Arrowup.png Watch Tower Bible & Tract Society, 1993, pp. 237,238
  21. Arrowup.png Blandre, Bernard (1987), Les Témoins de Jéhovah, un siècle d'histoire, Paris: Desclée de Brouwer, p. 28 (ISBN 978-2-2200-2640-4)