Watch Tower Bible and Tract Society of Pennsylvania

Un article de Témoins de Jéhovah: TJ-Encyclopedie, l'encyclopédie libre sur les Témoins de Jéhovah.
(Redirigé depuis Société Watch Tower)
Aller à : navigation, rechercher
WT-Logo

La Watch Tower Bible and Tract Society of Pennsylvania est une organisation à but non-lucratif[1] dont le siège est à Brooklyn New York, aux États-Unis. Elle est la principale entité juridique utilisée dans le monde entier par les Témoins de Jéhovah afin de diriger, d'administrer et de développer des doctrines de la religion et est souvent désignée par les membres comme étant juste "la Société". La Watch Tower est l'organisation mère d'un certain nombre de filiales, y compris la Watchtower Society of New York et l'International Bible Students Association.[2] L'effectif de la Société en elle-même est limité à entre 300 et 500 hommes Témoins de Jéhovah "mûrs, actifs et fidèles", selon la description faite par l'organisation. Près de 20 000 Témoins de Jéhovah sont employées dans les installations du Béthel,[3] dont environ 5 800 employés aux États-Unis.[4]

La structure fut formée en 1881, sous le nom de Zion's Watch Tower Tract Society, dans le but de distribuer des tracts religieux. La Société fut constituée à Pittsburgh, en Pennsylvanie le 15 décembre 1884. En 1896, la Société fut rebaptisée Watch Tower Bible and Tract Society.[5] Suite à un différend au sujet de la direction dans le mouvement des Étudiants de la Bible, la Société Watch Tower est resté associée à la branche du mouvement qui est devenue célèbre sous le nom de Témoins de Jéhovah. En 1955, la Société fut rebaptisée Watch Tower Bible and Tract Society of Pennsylvania.[6] En 1976, toutes les activités de la Société furent placées sous la supervision du Collège Central des Témoins de Jéhovah.[7]

Historique

Voir article détaillé Fondation de la Watch Tower
Noms successifs:
  • Zion's Watch Tower Tract Society (1884-1896)
  • Watch Tower Bible and Tract Society (1896-1955)
  • Watch Tower Bible and Tract Society of Pennsylvania (since 1955)

Création

Le 16 février 1881, la Zion's Watch Tower Tract Society fut formée à Pittsburgh, en Pennsylvanie, aux États-Unis, dans le but d'organiser l'impression et la distribution de tracts religieux. William Henry Conley, un industriel et philanthrope de Pittsburgh, servit en tant que président, avec Charles Taze Russell comme secrétaire-trésorier.[8] Le premier journal de la Société fut Zion's Watch Tower and Herald of Christ's Presence, d'abord publié en 1879 par Russell,[9] fondateur du mouvement des Étudiants de la Bible. Les autres écrivains de la Société à cette époque étaient notamment John Henry Paton et W.I. Mann.[8][10] La formation de la Société fut annoncée dans l'édition d'avril 1881 de Zion's Watch Tower.[11] Cette année-là, la Société reçut des dons s'élevant à 35 391,18 dollars.[12] L'historien Bernard Blandre estime que Russell, en donnant naissance à la Société Watch Tower, avait ainsi fondé une "véritable entreprise commerciale", laquelle finit par devenir une "véritable multinationale" par le biais de ses filiales, celles-ci restant sous le contrôle de la société-mère.[13]

Enregistrement

Le 15 décembre 1884, la Société fut enregistrée sous le nom de Zion's Watch Tower Tract Society en Pennsylvanie comme une association à but non lucratif, avec Russell comme président. La Société fut localisée à Allegheny, en Pennsylvanie. Dans sa charte, écrite par Russell, le but déclaré de la Société était "l'amélioration mentale, morale et religieuse des hommes et des femmes, par l'enseignement de la Bible au moyen de la publication et de la distribution de Bibles, livres, papiers, brochures et autres publications bibliques, et en offrant des conférences orales gratuites pour les gens".[14] La charte prévoyait un conseil de sept administrateurs, dont trois qui servaient comme officiers — un président, vice-président (initialement William I. Mann) et un secrétaire-trésorier (initialement Maria Russell). La charte stipulait que ceux-ci devaient être choisis parmi les administrateurs et élus annuellement par scrutin. Les membres du conseil étaient nommés à vie, sauf en cas de révocation par un vote des deux tiers des actionnaires. Les postes vacants du conseil résultant de décès, de démissions ou de retraits seraient comblés par un vote majoritaire des membres du conseil restant dans les 20 jours; si ces postes vacants n'étaient pas comblés dans les 30 jours, une nomination pouvait être faite par le président, et celle-ci ne durerait que jusqu'à la réunion annuelle suivante de la Société, lorsque les postes vacants serait comblés par le moyen des élections.[15]

Toute personne payant 10 dollars ou plus des Tracts de l'Ancien Testament de la Société ou faisant un don de 10 dollars ou plus à la Société était considérée comme un membre pouvant voter et ayant droit à une voix par tranche de 10 dollars de don.[15] Russell indiqua que, bien qu'ayant un conseil d'administration et des actionnaires, la Société serait dirigée par deux personnes seulement, lui et son épouse Maria.[15] Russell déclara qu'en décembre 1893, sa femme et lui détenaient 3 705 parts de vote, soit 58%, sur un total de 6 383 parts du vote, "et donc contrôlent la Société; et ce fut pleinement compris par les administrateurs dès le début. Leur utilité, il était entendu, serait apparu dans le cas de notre mort ... Pour cette raison, également, des élections formelles n'ont pas eu lieu; parce que cela aurait été une simple farce, une tromperie, de convoquer les actionnaires de vote de tous les coins du monde, à grands frais, pour comprendre à leur arrivée que leur venue était inutile, Sœur Russell et moi-même ayant plus d'une majorité sur tout ce qu'on pouvait rassembler. Cependant, personne ne fut empêché d'assister à ces élections." L'afflux de dons a progressivement fait diminuer la proportion des actions des Russells, et en 1908 leurs parts de vote représentaient moins de la moitié du total.[14][16] Russell souligna les limites de la Société, expliquant: "Zion's Watch Tower Tract Society n'est pas une 'société religieuse' dans le sens ordinaire de ce terme".[17] Il déclara aussi: "Ceci est une simple association d'affaires... Elle n'a pas de credo ou de confession. Elle est simplement une commodité pour les affaires dans la diffusion de la vérité".[15] L'enregistrement de la Société signifiait qu'elle survivrait à Russell, donc des individus qui voulaient léguer leur argent ou des biens à lui n'auraient pas à modifier leur testament, s'il décédaient avant eux.[18] Le 19 septembre, 1896, le nom de la Société changea en Watch Tower Bible and Tract Society.[19]

À partir de 1908, Russell requit des directeurs qu'ils écrivent leurs démissions quand ils avaient été nommés afin qu'il puisse les révoquer en remplissant simplement la date.[16] En 1909, Russell donna des instructions au conseiller juridique Joseph Franklin Rutherford pour déterminer si le siège de la Société pouvait être déménagée à Brooklyn, New York.[20] Rutherford indiqua que parce qu'elle avait été établie sous la loi de Pennsylvanie, la Société ne pouvait pas être enregistrée dans l'État de New York, mais suggéra qu'une nouvelle société soit enregistrée là-bas pour faire le même travail. Rutherford organisa ensuite la formation de la People's Pulpit Association, qui fut constituée le 23 février 1909,[21] et en écrivit la charte; celle-ci donnait au président — qui serait élu pour la vie à la première réunion — "le pouvoir et le contrôle absolus" de ses activités à New York.[20] La Société vendit ses immeubles à Pittsburgh et déménagea son personnel à ses nouveaux quartiers généraux à Brooklyn. Tous les biens de New York ont été achetés au nom de la Société de New York et toutes les affaires juridiques de la Société ont été faites en son nom; toutefois, Russell insista sur l'utilisation continue du nom Watch Tower Bible and Tract Society sur toutes les correspondances et publications.[20]

Le déménagement de la Pennsylvanie à New York se produisit pendant la séparation légale des époux Russell. Le tribunal avait accordé à Maria un "divorce limité" le 4 mars 1908, mais en 1909 celle-ci renvoya son mari devant le tribunal de Pittsburgh pour demander une augmentation de la pension alimentaire, ce que Rusell refusa.[22] Rapportant les propos de Russell, les journaux de l'époque indiquèrent que le démanagement de la Société à Brooklyn était motivé par un désir d'échapper à l'injonction du tribunal de Pennsylvanie: il pouvait ainsi se déclarer en faillite et éviter d'être incarcéré pour défaut de payer la pension alimentaire.[23] Les auteurs Barbara Harrison Grizzuti et Edmond C. Gruss reprirent cette idée dans leur ouvrages.[24]

En 1914, l'International Bible Students Association fut constituée en Grande-Bretagne pour administrer les affaires dans ce pays. Comme la People's Pulpit Association, elle constitua une filiale de l'organisation mère en Pennsylvanie et tout le travail effectué par les deux filiales fut décrit comme étant l'œuvre de la Société Watch Tower. La Tour de Garde précisa: "L'éditeur de La Tour de Garde est le président de chacune de ces trois Sociétés. Toute responsabilité financière liée à l'avancement de l'œuvre procède de (la société de Pennsylvanie). De là, les autres sociétés et toutes les branches de l'œuvre reçoivent leur soutien financier... Nous utilisons parfois un nom et tantôt l'autre dans différentes parties de notre œuvre - et pourtant tous signifient finalement la Watch Tower Bible and Tract Society, à laquelle tous les dons doivent être faits".[2]

Dispute pour la présidence

Voir article détaillé Crise de succession de 1917

Russell décéda le 31 octobre 1916, dans un train à Pampa, Texas, lors d'un voyage de prédication à travers le pays. Le 6 janvier 1917, Rutherford, alors membre du conseil et conseiller juridique de la Société, fut élu président de la Société Watch Tower, sans opposition, lors du congrès de Pittsburgh. Sous sa présidence, le rôle de la Société subit un changement majeur.[25] Les nouveaux règlements (By Laws de 1917) adoptés tant par la convention de Pittsburgh que par le conseil d'administration déclarèrent que le président serait le directeur exécutif et directeur général de la Société, en lui donnant la pleine responsabilité de ses affaires dans le monde entier.[26]

En juin, quatre des sept directeurs de la Société Watch Tower — Robert H. Hirsh, Alfred I. Ritchie, Isaac F. Hoskins et James D. Wright — décidèrent qu'ils avaient commis une erreur en approuvant des pouvoirs élargis à Rutherford pour la direction de l'organisation, affirmant que celui-ci était devenu autocrate.[27] En juin, Hirsch tenta d'annuler le nouveau règlement et de récupérer l'autorité du Conseil du président,[28] mais Rutherford prétendit plus tard qu'il avait alors détecté une conspiration parmi les administrateurs, affirmant que ceux-ci cherchaient alors à prendre le contrôle de la Société.[29] En juillet, Rutherford gagna un avis juridique de la part d'un avocat de Philadelphie qui lui dit qu'aucun de ses opposants ne pouvaient être légalement reconnus comme administrateurs de la Société. Le 12 juillet, Rutherford remplit ce qu'il prétendait être quatre postes vacants au Conseil d'administration en nommant Alexander Hugh Macmillan, l'Étudiant de la Bible de Pennsylvanie W. E. Spill, John A. Bohnet et George H. Fisher en tant qu'administrateurs.[30] Entre août et novembre, la Société et les quatre directeurs évincés publièrent une série de pamphlets, chaque camp accusant l'autre de comportement ambitieux et autoritaire. Les anciens administrateurs affirmèrent également que Rutherford avait demandé à tous les travailleurs du siège de Brooklyn de signer une pétition afin de le soutenir, et ceci avec la menacé de licenciement de tous ceux qui ont refuseraient de signer.[31] Les anciens administrateurs quittèrent le siège de Brooklyn le 8 août,[32] et Rutherford revint à son bureau le 5 janvier 1918.

En mai 1918, Rutherford et sept autres administrateurs de la Watch Tower furent arrêtés sur des accusations de sédition en vertu de la Loi sur l'espionnage. Le 21 juin, ils furent condamnés à 20 ans d'emprisonnement. Rutherford craignit de constater que ses adversaires aient pris le contrôle de la Société en son absence, mais le 2 janvier 1919, il apprit qu'il avait été réélu président lors du congrès de Pittsburgh la veille.[33] Toutefois, à partir d'alors jusqu'à la mi-1919, environ un Étudiant de la Bible sur sept avait choisi de quitter l'organisation plutôt que d'accepter la direction de Rutherford,[34] formant des groupes comme les Standfasters, le Mouvement Missionnaire Intérieur Laïque, l'Association des Étudiants de la Bible de l'Aurore, l'Institut Biblique Pastoral, entre autres.[35]

Bien que formée comme une "commodité d'affaires" avec un objectif d'édition et de distribution de littérature basée sur la Bible et de gestion des fonds nécessaires pour cette tâche, la Société des années 1920 commença sa transformation en une "société religieuse" que Russell avait rejetée, en introduisant un contrôle centralisé et une réglementation des congrégations des Étudiants de la Bible dans le monde entier.[36] En 1938, Rutherford introduisit le terme "théocratie" pour décrire la direction hiérarchique des Témoins de Jéhovah; le périodique Consolation expliqua: "La théocratie est actuellement administré par la Bible Watch Tower and Tract Society, dont le juge Rutherford est le président et directeur général".[37] La Société nomma des "serviteurs de zone" pour superviser les congrégations, et dans un article de La Tour de Garde Rutherford déclara la nécessité pour les congrégations à "entrer en ligne" avec la nouvelle structure.[38][39]

Amendements à la charte

Après la mort de Rutherford en 1942, Nathan Homer Knorr devint le président de la Société Watch Tower, et par la suite introduisit d'autres changements au rôle de la Société. Lors d'une série de conférences données à Pittsburgh le 30 septembre 1944, coïncidant avec la réunion annuelle de la Société, il fut annoncé que des changements seraient apportés à la charte de 1884 pour la mettre en "étroite harmonie avec les principes théocratiques". Les modifications, dont la plupart ont été adoptées à l'unanimité, altérèrent sensiblement les conditions d'adhésion, déclarant pour la première fois que les buts de la Société comprenait le fait de prêcher le Royaume de Dieu, d'agir comme un serviteur et régisseur des Témoins de Jéhovah, et d'envoyer des missionnaires et des enseignants pour l'adoration publique de Dieu et de Jésus Christ. La nouvelle charte, qui entra en vigueur le 1er janvier 1945, comprenaient les changements suivants:[40]

  • Une explication modifiée et élargie de l'article II, en précisant le but de la Société. Cela comprenait la prédication de l'évangile du Royaume de Dieu à toutes les nations; imprimer et distribuer des bibles et diffuser des vérités bibliques avec la littérature expliquant ces vérités bibliques et la prophétie concernant l'établissement du Royaume de Dieu; autoriser et nommer des agents, fonctionnaires, employés, enseignants, évangélisateurs, missionnaires, ministres et autres pour "aller dans le monde publiquement et de maison en maison pour prêcher les vérités bibliques aux personnes désireuses d'écouter, en laissant à ces personnes la littérature et en leur dirigeant des études bibliques"; améliorer les personnes mentalement et moralement par l'instruction "sur la Bible et des sujets d'importance secondaire scientifiques, historiques et littéraires"; établir et maintenir des écoles bibliques et des classes; "enseigner, former, préparer et équiper les hommes et les femmes en tant que ministres, missionnaires, évangélisateurs, prêcheurs, enseignants et formateurs dans la Bible et la littérature biblique, et pour l'adoration chrétienne publique du Dieu Tout-Puissant et de Jésus Christ" et "organiser et tenir des assemblées locales et dans le monde pour un tel culte".
  • Un amendement à l'article V, détaillant les qualités requises des membres de la Société. Chaque don de 10 dollars aux fonds de la Société permettait jusque là au donateur d'obtenir une part de vote; la modification limitait désormais l'appartenance aux "seuls hommes qui sont des Témoins mûrs, actifs et fidèles à Jéhovah se consacrant à plein temps à l'accomplissement d'un ou plusieurs de ses objectifs agréés (...) ou de tels hommes qui se consacrent à temps partiel en tant que ministres ou fonctionnaires présidant actifs des congrégations des Témoins de Jéhovah". L'article modifié stipulait qu'"un homme qui se trouve être en harmonie avec les buts de la Société et qui possède les qualifications ci-dessus peut être élu comme membre après avoir été nommé par un membre, administrateur ou dirigeant, ou sur demande écrite adressée au président ou au secrétaire. Ces membres sont élus sur constatation par le bureau des directeurs qu'il possède les qualifications nécessaires et en recevant un vote majoritaire des membres..." Ainsi, l'amendement limitait désormais l'adhésion à un nombre entre 300 et 500, incluant environ sept résidents de chacun des 48 états des États-Unis. Il introduisait également une clause prévoyant la suspension ou l'expulsion d'un membre pour avoir volontairement violé les règles de la Société, ou "devenant en disharmonie avec l'une des buts de la Société ou l'une de ses œuvres ou pour une conduite délibérée préjudiciable à l'intérêt supérieur de la Société et contrairement à ses devoirs en tant que membre, ou dès qu'il cesse d'être un serviteur à plein temps de la Société ou un fonctionnaire à temps partiel d'une congrégation des Témoins de Jéhovah".
  • Un amendement à l'article VII, traitant de la gouvernance de la Société par son conseil d'administration. L'amendement supprima la référence à l'adhésion à la constitution et aux lois de Pennsylvanie des États-Unis. Il précisa également les pouvoirs de ce conseil, y compris sur les questions des finances et des biens.
  • Un amendement à l'article VIII, détaillant les titulaires de charge de la Société et la durée du mandat et le mode de nomination des dirigeants et administrateurs. Une clause stipulant que les membres du conseil seraient nommés à vie fut supprimée. La nouvelle clause de condition pour l'adhésion au conseil pour une durée maximale de trois ans, les directeurs pouvant réélire au moment de l'expiration de leur mandat.

Collège Central

Voir article détaillé Collège Central

En 1976, la direction de la Watch Tower et des congrégations des Témoins de Jéhovah partout dans le monde fut placée sous le contrôle du Collège Central, réduisant ainsi les pouvoirs du président de la Société. Celle-ci a décrit ce changement comme l'"un des plus importants réajustements organisationnels dans l'histoire moderne des Témoins de Jéhovah."[41]

Après la mort de Knorr en 1977, les présidents suivants de la Watch Tower furent Frederick William Franz (juin 1977 – décembre 1992); Milton George Henschel (décembre 1992 – octobre 2000) et Don Alden Adams (octobre 2000 – ).

Biens immobiliers

Voir article détaillé Bâtiments de la Watch Tower

La Société Watch Tower possède de nombreux bâtiments, particulièrement à son siège mondial. Alors que ceux-ci se concentraient principalement à Brooklyn depuis 1909, de récentes transactions indiquent que les quartiers généraux de l'organisation sont en train de déménager pour Warwick.

Activités

La Société est une importante société d'éditions de publications religieuses, incluant des livres, des tracts, des magazines et des Bibles. En 1979, la Société avait 39 filiales d'impression dans le monde entier. En 1990, il fut signalé qu'en un an, la Société imprimait dans le monde entier 696 000 000 de copies de ses magazines, La Tour de Garde et Réveillez-vous! ainsi que 35 811 000 autres écrits, qui sont offerts en porte-à-porte par les Témoins de Jéhovah.[42]

La Société décrit son siège et le personnel des filiales comme des bénévoles plutôt que comme des employés,[4] et les considère comme membres de l'Ordre Mondial des Serviteurs à Plein Temps des Témoins de Jéhovah.[3] Les travailleurs reçoivent une petite allocation mensuelle,[43] tandis que les repas et l'hébergement sont fournis par la Société. La "famille du Béthel" dans le quartier de Brooklyn inclut des coiffeurs, dentistes, médecins, ménagères et charpentiers, ainsi que des magasins pour réparer les appareils personnels, montres, chaussures et vêtements sans frais pour l'ouvrier.[43]

La Société ne publie pas de bilans financiers accessibles au public, mais signala qu'en 2008 elle avait dépensé plus de 141 000 000 de dollars pour soutenir "les pionniers spéciaux, les missionnaires et les surveillants itinérants dans leurs missions de service du champ". Les dons récoltés à partir de la distribution de la littérature est une source majeure de revenus, dont la plupart est utilisée pour promouvoir l'activité prosélyte.[44]

Le sociologue James A. Beckford affirma que le statut de membres de la Société pouvant voter est purement symbolique. Il dit qu'ils ne peuvent pas être considérés comme des représentants de la masse des Témoins de Jéhovah et ne sont pas en mesure de contester les actions ou l'autorité des administrateurs de la Société.[45]

Critiques

L'ex-membre du Collège Central Raymond Franz, l'auteur Edmond C. Gruss et l'historien James Penton ont accusé la Société d'être autoritaire, d'exercer un contrôle excessif et de faire preuve de coercition dans ses rapports avec les Témoins. Franz montra que l'accentuation par la Société Watch Tower de l'expression "organisation théocratique" pour décrire la structure d'autorité des Témoins de Jéhovah, qui place Dieu au sommet de son organisation, est conçue pour exercer un contrôle sur chaque aspect de la vie des adeptes[46] et pour les conditionner à penser qu'il est mauvais pour eux de remettre en question quoi que ce soit que la Société publie en tant que vérité.[47][48] La Watch Tower fut accusée d'employer des techniques de contrôle mental sur les Témoins, incluant la directive de refuser de lire toute critique sur l'organisation,[49][50] les fréquentes réunions étroitement contrôlées qui participent à l'"endoctrinement", l'embrigadement, l'aliénation sociale et les promesses de récompenses toujours futures.[51][52] En dehors des biographies, les auteurs de tous les articles des magazines de la Watch Tower sont anonymes et la correspondance de la Société n'indique généralement pas d'auteur particulier ni ne comporte de signature personnelle.[53]

Dirigeants

Actuels

  • Richard E. Abrahamson, directeur depuis 2000, secrétaire-trésorier depuis 2000
  • Don Alden Adams, directeur depuis 2000, président depuis 2000
  • Danny L. Bland, directeur depuis 2000
  • William F. Malenfant, directeur depuis 2000, vice-président depuis 2000
  • Robert W. Wallen, directeur depuis 2000, vice-président depuis 2000
  • Philip D. Wilcox, directeur depuis 2000
  • John N. Wischuk, directeur depuis 2000

Anciens

Voir article détaillé Liste des dirigeants de la Société Watch Tower

Présidents

Nom Date de naissance Date de mort Début de présidence Fin de présidence
William Henry Conley 11 juin 1840 25 juillet 1897 16 février 1881 Décembre 1884
Enregistrée
Charles Taze Russell 16 février 1852 31 octobre 1916 15 décembre 1884 31 octobre 1916
Joseph Franklin Rutherford 8 novembre 1869 8 janvier 1942 6 janvier 1917 8 janvier 1942
Nathan Homer Knorr 23 avril 1905 8 juin 1977 13 janvier 1942 8 juin 1977
Frederick William Franz 12 septembre 1893 22 décembre 1992 22 juin 1977 22 décembre 1992
Milton George Henschel 9 août 1920 22 mars 2003 30 décembre 1992 7 octobre 2000
Don Alden Adams 1925 7 octobre 2000 (président actuel)

Voir aussi

Ressources sur le sujet

Références

  1. Arrowup.png Pennsylvania Department of States (anglais), Business Name History, corporations.state.pa.us. Consulté le 25 août 2011
  2. 2,0 et 2,1 Watch Tower Bible & Tract Society, 1959, p. 49
  3. 3,0 et 3,1 WTBTS (2009) (anglais), Annuaire des Témoins de Jéhovah, Watch Tower Bible & Tract Society
  4. 4,0 et 4,1 Wisloski, Jess; Lisberg, Adam (6 janvier 2006) (anglais), "Jehovahs loses comp case: Church may be forced to pay millions", New York Daily News, nydailynews.com. Consulté le 25 août 2011
  5. Arrowup.png La Tour de Garde (anglais), 1er décembre 1896, page 301, "Report for Fiscal Year", R2077:
    "WATCH TOWER BIBLE AND TRACT SOCIETY. REPORT FOR FISCAL YEAR ENDING DEC. 1, 1896. ALTHOUGH the above has been the recognized name of our Society for some four years, it was not until this year that the Board of Directors took the proper steps to have the name legally changed from ZION'S WATCH TOWER TRACT SOCIETY to that above. The new name seems to be in every way preferable."
  6. Arrowup.png Watch Tower Bible & Tract Society, 1993, p. 229:
    "Zion's Watch Tower Tract Society. First formed in 1881 and then legally incorporated in the state of Pennsylvania on December 15, 1884. In 1896 its name was changed to Watch Tower Bible and Tract Society. Since 1955 it has been known as Watch Tower Bible and Tract Society of Pennsylvania."
  7. Arrowup.png Franz, 2007, pp. 80–107
  8. 8,0 et 8,1 Watch Tower Bible & Tract Society, 1993, pp. 575,576
  9. Arrowup.png Zion's Watch Tower (anglais), 1, juillet 1879, p. 1
  10. Arrowup.png Zion's Watch Tower (anglais), janvier 1881, R1
  11. Arrowup.png Zion's Watch Tower (anglais), avril 1881, R214
  12. Arrowup.png Zion's Watch Tower (anglais), janvier 1882, p. 2
  13. Arrowup.png Blandre, Bernard (1987), Les Témoins de Jéhovah, un siècle d'histoire, Paris: Desclée de Brouwer, p. 29 (ISBN 978-2-2200-2640-4)
  14. 14,0 et 14,1 J.F. Rutherford, Joseph F. (1915) (anglais), A Great Battle in the Ecclesiastical Heavens, p. 14.
  15. 15,0, 15,1, 15,2 et 15,3 Russell, Charles T. (25 avril 1894) (anglais), "A Conspiracy Exposed", Zion's Watch Tower, édition spéciale, pp. 55-60
  16. 16,0 et 16,1 Wills, 2006, p. 91
  17. Arrowup.png Zion's Watch Tower (anglais), octobre 1894, p. 330
  18. Arrowup.png Wills, 2006, p. 75
  19. Arrowup.png Pierson, 1917, p. 22
  20. 20,0, 20,1 et 20,2 Rutherford, août 1917, p. 16
  21. Arrowup.png Watch Tower Bible & Tract Society, 1959, p. 48
  22. Arrowup.png Penton, 1997, p. 39
  23. Arrowup.png Brooklyn Daily Eagle (anglais), 4 août 1909, "Girl's midnight visit to Pastor Russell":
    "His wife, whom he married 30 years ago, when she was Maria F. Ackley, obtained a limited divorce from him in Pittsburg on the ground of cruelty. The judge who decided for Mrs Russell granted her $100 a month alimony. Pastor Russell was slow in coming to the front with payments and finally stopped paying alimony altogether. An order was ordered for the pastor's arrest in Pittsburg, but Brooklyn is a comfortable enough place and Pastor Russell didn't like going back to Pittsburg where a yawning prison awaited him. He said that his friends had paid the alimony, anyhow, and that he was purged of contempt of court thereby."
  24. Arrowup.png Gruss, 2003, p. 17
  25. Arrowup.png Gruss, 2003, pp. 25–27
  26. Arrowup.png Pierson, 1917, pp. 5,6
  27. Arrowup.png Pierson, 1917, p. 4
  28. Arrowup.png Rutherford, août 1917, p. 12
  29. Arrowup.png Rutherford, août 1917, pp. 22,23
  30. Arrowup.png Rutherford, août 1917, pp. 14,15
  31. Arrowup.png Pierson, 1917, p. 9
  32. Arrowup.png Watch Tower Bible & Tract Society, 1993, p. 68
  33. Arrowup.png Macmillan, 1957, p. 106
  34. Arrowup.png Watch Tower Bible & Tract Society, 1975, pp. 93,94
  35. Arrowup.png Rogerson, 1969, p. 39
  36. Arrowup.png Wills, 2006, pp. 175, 176
  37. Arrowup.png Consolation (anglais), 4 septembre 1940, p. 25; cité par Penton, 1997, p. 61
  38. Arrowup.png Wills, 2006, p. 201
  39. Arrowup.png La Tour de Garde (anglais), 15 juin 1938
  40. Arrowup.png Articles of amendment to Watch Tower Society charter, 15 February, 1945 (anglais), witnessesuntome.com, format pdf. Consulté le 25 août 2011
  41. Arrowup.png Watch Tower Bible & Tract Society, 1993, pp. 108,109
  42. Arrowup.png Brooklyn Heights Press (anglais), 15 mars 1990, p. 1; cité par Gruss, 2003, pp. 72,73
  43. 43,0 et 43,1 Philadelphia Inquirer (anglais), 2 août 1990, article "A sect grows in Brooklyn"; il est dit que les travailleurs de Brooklyn reçoivent 80 dollars par mois pour acheter des nécessités personnelles.
  44. Arrowup.png Penton, 1997, p. 231
  45. Arrowup.png Beckford, James A. (1975) (anglais), The Trumpet of Prophecy: A Sociological Study of Jehovah's Witnesses, Oxford: Basil Blackwell, p. 83 (ISBN 0-6311-6310-7)
  46. Arrowup.png Franz, 2007, pp. 614–54
  47. Arrowup.png Franz, 2007, pp. 69–124
  48. Arrowup.png La Tour de Garde (anglais), 15 février 1976, p. 124; cité par Franz, À la Recherche de la Liberté Chrétienne, p. 107: "Would not a failure to respond to direction from God through his organization really indicate a rejection of divine rulership?"
  49. Arrowup.png La Tour de Garde (anglais), 15 mars 1986, article "Do not be quickly shaken from your reason"
  50. Arrowup.png La Tour de Garde (anglais), 1er juillet 1994, article "At which table are you feeding?"
  51. Arrowup.png Franz, 2007, pp. 391–431
  52. Arrowup.png Gruss, 2003, pp. 110–14
  53. Arrowup.png Holden, 2002, p. 32

Liens externes

<googlemap lat="40.702289" lon="-73.994567" zoom="18"> 40.702019, -73.994568, 25 Columbia Heights

Brooklyn, NY </googlemap>