Témoignage des époux Russell en rapport avec Rose Ball

Un article de Témoins de Jéhovah: TJ-Encyclopedie, l'encyclopédie libre sur les Témoins de Jéhovah.
Aller à : navigation, rechercher

Dans le cadre de sa séparation légale d'avec son mari Charles Taze Russell, Maria Russell affirma que son mari avait eu un comportement inconvenant avec la jeune fille que le couple hébergeait, jeune fille du nom de Rose Ball et qui travaillait aussi dans les bureaux de la Société Watch Tower. Tout en estimait qu'il n'était pas coupable d'adultère, elle rapporta plusieurs anecdotes indiquant que son mari aurait été très familier avec la demoiselle, ce qui l'aurait beaucoup contrariée. L'interrogatoire fut dirigé par M. Porter, l'avocat de la requérante.

Exprimant son opinion sur le témoignage de Maria en rapport avec ces allégations, Alan Rogerson écrivit: "Malheureusement, elle essaya de suggérer que le comportement du pasteur Russell à l'égard du sexe opposé était compromettant. Elle cita de nombreux exemples triviaux qui sont ouverts à une interprétation beaucoup plus raisonnable — cas où le pasteur avait réconforté les membres féminins du ménage et ainsi de suite".[1] Pour ce qui est de ces accusations de conduite inconvenante, l'historien Bernard Blandre se demande qui il faut croire, étant donné que chacun des époux a campé sur sa position à ce sujet: Maria affirmait, Charles niait.[2][3] En revanche, le très jeune âge que Charles attribuait à Rose fut contredit par Maria et ultérieurement par la découverte de documents légaux tels que des recensements et son acte de décès; enfin, contrairement à ce qu'affirma Joseph Rutherford dans les années postérieures à l'action judiciaire, Rose n'était pas orpheline, comme le prouva le témoignage de Charles qui évoqua le père de la jeune femme.

Voici donc la transcription du témoignage de Maria en rapport avec Rose Ball, témoignage qu'elle donna à la barre le 26 avril 1906 et qui figure dans les dossiers de la Cour aux pages 10 à 25, ainsi que les réponses de Charles sur ce sujet lors de son interrogatoire le lendemain (Q=Question: A/R=Réponse):

Témoignage de Maria

Original en anglais[4][5][6] Traduction en français
  • Q: When did you have your first material disagreement with your husband?
  • A: The first serious trouble with my husband was what you stated this morning, the first indignity with this woman who was in the office and in our home.
Objected to
  • Mr. Porter: We don’t mean to charge adultery.
  • Q: You don’t mean by that that your husband was guilty of adultery?
  • A: No.
  • Q: What was the name of the girl?
  • A: Rose Ball.
  • Q: That is the girl you spoke of a few moments ago?
  • A: Yes, sir.
  • Q: How long had she been with you before this trouble arose?
  • A: She came to us in about 1884.
  • Q: That would be just about the time you moved on to Clifton Avenue?
  • A: No, we moved on to Clifton Avenue in 1883. It was about 1889 (sic) when she came, just shortly after we moved to Clifton Avenue.
  • Q: Did she live with you?
  • A: Yes, sir.
  • Q: How long did she live with you?
  • A: She was with us for about ten or eleven years - oh, she was with us about twelve years.
  • Q: Just state what you observed about your husband’s conduct with this girl in your presence in your home.
  • A: Previous to this time my husband had suggested to me the idea of separation, and he said if I would agree to a separation, he would give me the house in which we were living. He said we were incompatible.
  • Q: When was that?
  • A: That was shortly before this objection was made, about 1893. We were still living on Clifton Avenue.
  • Q: What brought about the proposition from your husband?
  • A: A number of disagreements, and one thing was this: there had been letters that my husband had written to parties to which I had to make very serious objections. One of them came to me in this way. Mr. Russell had certain letters, certain envelopes that were marked personal, "Personal" was printed on them, and he sent a number of these envelopes to persons that he wanted to correspond with him privately.
Objected to as incompetent.
  • By the Court: I don’t think that tends to show any indignities to the person, unless she is leading up to something.

By Mr. Porter:

  • Q: Just state very briefly what brought about this proposition of Mr. Russell, that you should separate, that you were incompatible.
Objected to as incompetent and irrelevant.
  • By the Court: That is proper if it was brought about by some indignities to the wife. As it appears now, it is not competent. You can give the history of the case and the relations of the parties. Let her commence with the first indignities she observed that he cast upon her, and what they were.

By Mr. Porter:

  • Q: I want you to tell us what your husband did in company with this woman Rose, in your presence and in your home.
  • A: In the first place, I considered it -
Objected to.
  • Q: Tell us what you saw and what he said and what was done.
  • A: One evening I spent the evening downstairs, and our library and our bedroom were next to each other upstairs on the second flour, and I spent the evening downstairs reading, and I went upstairs about ten o’clock to my room, and I supposed that he was either in the library or had retired, and when I went up there I found that he was in neither place, and I stepped out in the hall, and I found that he was in his night robe, sitting beside Miss Ball’s bed and she was in bed. On other occasions I found him going in there and I found she called him in and said she wasn’t well and wanted him in, and I objected to this, and I said that it was highly improper, and I said "We have people about the house, and what kind of a name will be attached to this house if you do that kind of thing?" and he got angry.
  • Q: You state that you found him doing this at other times. How often after that?
  • A: I found him a number of times, I don’t remember how often.
  • Q: In her room?
  • A: Yes, sir. And I found him in the servants girl’s room as well, and I found him locked in the servant girl’s room.
  • Q: Did he make any explanation why he was in the girl’s room?
  • A: No, he did not; he just got angry.
  • Q: What did you say to him about this conduct, and what did he say?
  • A: I said to him, "We have a great work on our hands," and I said, "in this work you and I have to walk very circumspectly before the world, and if you are going to do things like this, what will happen? Suppose you are all right, don’t you suppose people will talk about things like this?" and I said, "I am not satisfied with it," and he said he wasn’t going to be ruled by me. But I felt distressed about that.
  • Q: What did Rose do at the Watch Tower?
  • A: She attended to the correspondence.
  • Q: Where was her desk with reference to the desk of Mr. Russell in the Watch Tower Society?
  • A: It wasn’t near his; it was in the office.
  • Q: When would he go to the Watch Tower in the morning?
  • A: I don’t remember; he generally went down alone.
  • Q: Who would return with him?
  • A: She came with him in the evenings, and they came home about eleven o’clock and the young men that were in the office - she was the only girl, and the young men would go home, and he wouldn’t allow her to go home with them, and she must wait and always go with him.
Objected to.
  • Q: I want the mere fact. Did this girl Rose go home with your husband?
  • A: Yes, sir.
  • Q: And the young men came home ahead of them?
  • A: Yes, sir.
  • Q: State to the Court and jury what talk, if any, you had with this girl Rose, in regard to her relations with your husband, which you communicated to your husband.
Objected to.
  • By the Court: The objection is sustained unless you show what you propose to prove.
  • By Mr. Porter: We propose to prove by the witness upon the stand that the plaintiff after observing the conduct as stated by her, of her husband with Rose Ball, she went to the girl and secured from her statement that Mr. Russell at various times embrased and kissed her; that he called her his little wife and jelly-fish, and told that a man’s heart was so big he could love a dozen women, but a woman’s heart was so small she could only love properly one man: that after receiving this statement from Rose Ball, the plaintiff told her husband that, and he admitted that is was true.
Objected to as incompetent and irrelevant, and especially because it gives a conversation which, if it occurred would not tend in the slightest degree to prove indignities to the person of Mrs. Russell.
Objection overruled and bill sealed for defendant.
  • By the Court: We will not permit you to show what Rose Ball told her. We will permit you to show that she went to her husband and told him that Rose Ball had told her that he was keeping her and telling her she was his dear little wife, and that he said that is was true.

By Mr. Porter:

  • Q: You understood the ruling of the Court? You are to tell what you stated to your husband that Rose had said, and his reply to you.
  • A: I told him that I had learned something that was very serious, and I didn’t tell him right away. I let a day elapse, until I felt I had control of myself and would talk, and then I told him that I had something very serious to tell him about this matter, and he said: "What is it?" and I said, "Rose has told me that you have been very intimate with her, that you have been in the habit of hugging and kissing her and having her sit on your knee and fondling each other, and she tells me you bid her under no account to tell me, but she couldn’t keep it any longer. She said if I was distressed about it she felt she would have to come and make a confession to me, and she has done that."

By the Court:

  • Q: What did he say?
  • A: He tried to make light of it first, and I said, "Husband, you can’t do that. I know the whole thing. She has told me straight, and I know it to be true." Well, he said he was very sorry: it was true, but he was sorry. He said he didn’t mean any harm. I said, "I don’t see how you could do an act like that without meaning harm."
  • Q: What year was that?
  • A: In the fall of 1894.

By Mr. Porter:

  • Q: Did you state to your husband at this meeting any endearing terms?
  • A: yes, sir.
  • Q: What were they?
  • A: I said, "She tells me that one evening when you came home" - I asked her when did these things occur. I said to him, "She says they occurred down at the office when she stayed down there with him in the evenings after the rest had gone, and at home at any time when I wasn’t around."
  • Q: Now, about the endearing terms.
  • A: She said one evening when she came with him, just as she got inside the hall, it was late in the evening, about eleven o’clock, he put his arms around her and kissed her. This was in the vestibule before they entered the hall, and he called her his little wife, but she said,"I am not your wife," and he said, "I will call you daughter, and a daughter has nearly all the privileges of a wife."
  • Q: And what other terms were used?
  • A: Then he said, "I am like a jelly-fish. I float around here and there. I touch this one and that one, and if she responds, I take her to me, and if not, I float on to others," and she wrote that out so that I could remember it for sure when I would speak to him about it. And he confessed that he said those things.
Counsel for respondent moves the Court to strike out the testimony of the witness in relation to the alleged misconduct between Mr. Russell and this girl, Rose Ball, which she says she discovered in 1894, the libel specifically charging that the offences of which she complains began in 1897.
  • By the Court: You have not mentioned that in the libel. I will grant the motion and strike out that testimony. You must begin your testimony about seven or eight years ago.
Bill of exceptions sealed for libellant.

By Mr. Porter:

  • Q: This suit was brought by you in April 1903, and we will be compelled to confine the testimony to what has happened subsequent to April, 1896, a few days one way or the other is not material.
  • By the Court: We will allow you leeway of a year if you want.

By Mr. Porter:

  • Q: Begin in January, 1896. Did Mr. Russell and you ever discuss this Rose Ball matter after say January 1, 1896, did it ever come up?
  • A: Yes, sir.
  • Q: What was said by you or your husband in relation to this girl Rose after January 1, 1896, and where?
Objected to as incompetent and irrelevant, being a mere attempt to reintroduce the testimony that has been already excluded.
Objection sustained and bill sealed for libellant.



  • Q: Quand avez-vous eu votre premier désaccord important avec votre mari?
  • R: Le premier problème véritable avec mon mari était ce que vous avez dit ce matin, sa première indignité avec cette femme qui vivait dans le bureau et dans notre maison.
Objection
  • M. Porter: Nous ne voulons pas dire que nous faisons une accusation d'adultère.
  • Q: Vous ne voulez pas dire par là que votre mari était coupable d'adultère?
  • R: Non.
  • Q: Quel était le nom de la jeune fille?
  • A: Rose Ball.
  • Q: C'est la fille dont vous avez parlé il y a quelques instants?
  • R: Oui, Monsieur.
  • Q: Combien de temps a-t-elle été avec vous avant que cette difficulté ne survienne?
  • A: Elle est venue chez nous vers 1884.
  • Q: C'était à peu près au moment où vous avez déménagé à Clifton Avenue?
  • R: Non, nous avons déménagé à Clifton Avenue en 1883. C'était vers 1889 (sic) quand elle est venue, peu de temps après nous ayons déménagé à Clifton Avenue.
  • Q: Vivait-elle avec vous?
  • R: Oui, Monsieur.
  • Q: Combien de temps a-t-elle vécu avec vous?
  • R: Elle était avec nous pendant environ dix ou onze ans — oh, elle était avec nous environ douze ans.
  • Q: Dites simplement ce que vous avez observé sur la conduite de votre mari avec cette fille en votre présence dans votre maison.
  • A: Avant cette époque, mon mari m'avait suggéré l'idée de la séparation, et il dit que si j'étais d'accord pour une séparation, il me donnerait la maison dans laquelle nous vivions. Il dit que nous étions incompatibles.
  • Q: Quand était-ce?
  • A: C'était peu de temps avant que cette objection ait été faite, vers 1893. Nous vivions encore Clifton Avenue.
  • Q: Qu'est ce qui amena la proposition de votre mari?
  • A: Un certain nombre de désaccords, et une chose était celle-ci: il y avait eu des lettres que mon mari avait écrites à des personnes à propos desquelles j'ai eu à faire des objections très graves. L'un d'elles est venue à moi de cette manière. M. Russell avait certaines lettres, certaines enveloppes qui étaient marquées personnelles, "Personnel" était imprimé sur elles, et il envoyait un certain nombre de ces enveloppes aux personnes avec lesquelles il voulait correspondre en privé.
Objection: Hors de cause.
  • Par la Cour: Je ne pense pas que cela tende à montrer une quelconque indignité envers la personne, à moins qu'elle ne mène à quelque chose.

Par M. Porter:

  • Q: Expliquez simplement très brièvement ce qui a provoqué cette proposition de M. Russell, que vous devriez vous séparer, que vous étiez incompatibles.
  • Objection: Hors de cause et sans pertinence.
  • Par la Cour: C'est approprié si la proposition a été provoquée par certaines offenses à l'épouse. Telle qu'elle apparaît maintenant, elle est hors de cause. Vous pouvez donner l'histoire de l'affaire et les relations entre les parties. Laissez-la commencer par les premières offenses qu'elle a constatées qu'il jetait sur elle, et ce qu'elles étaient.

Par M. Porter:

  • Q: Je veux que vous nous disiez ce que votre mari a fait en compagnie de cette femme Rose, en votre présence et dans votre maison.
  • A: En premier lieu, je considérais —
Objection.
  • Q: Dites-nous ce que vous avez vu et ce qu'il dit et ce qui a été fait.
  • A: Un soir, j'ai passé la soirée en bas, et notre bibliothèque et notre chambre étaient côte à cote sur le même étage, au second étage, et j'ai passé la soirée en bas à lire, et je suis montée vers les dix heures dans ma chambre, et je supposais qu'il était soit dans la bibliothèque soit qu'il s'était retiré, et quand je suis allée là-haut, j'ai constaté qu'il n'était dans aucun de ces deux endroits, et je suis sortie dans le hall, et j'ai trouvé qu'il était dans en habit de nuit, assis à côté du lit de Mlle Ball qui était couchée. En d'autres occasions, je l'ai trouvé en train d'aller là-bas et j'ai constaté qu'elle l'avait appelé en disant qu'elle n'était pas bien et le voulait ici, et je me suis opposée à cela, et je l'ai dit que c'était très inconvenant, et j'ai dit: "Nous avons des gens autour de la maison, et quel genre de de renommée s'attachera à cette maison si tu fais ce genre de chose?" et il se mit en colère.
  • Q: Vous dites que vous l'avez trouvé en train de faire cela à d'autres moments. Combien de fois par la suite?
  • A: Je l'ai trouvé un certain nombre de fois, je ne me souviens pas combien de fois.
  • Q: Dans sa chambre?
  • R: Oui, Monsieur. Et je l'ai aussi trouvé dans la chambre de la servante, et je l'ai trouvé enfermé dans la chambre de la servante.
  • Q: A-t-il formulé une quelconque explication sur la raison pour laquelle il était dans la chambre de la fille?
  • R: Non, il n'en a pas formulée; il s'est juste mis en colère.
  • Q: Que lui avez-vous dit à propos de cette conduite, et qu'a-t-il dit?
  • A: Je lui ai dit: "Nous avons un grand travail dans nos mains", et je l'ai dit, "dans ce travail toi et moi devons marcher avec beaucoup de circonspection devant le monde, et si tu en viens à faire des choses comme ça, qu'est-ce qui va se passer? Supposons que tu es fait tout bien, ne supposes-tu pas que les gens vont parler de ce genre de choses?", et j'ai dit, "Je ne suis pas contente de cela", et il a dit qu'il ne se laisserait pas dirigé par moi. Mais je me suis senti affligée à cause de cela.
  • Q: Qu'est-ce que Rose faisait à la Watch Tower?
  • A: Elle s'occupait de la correspondance.
  • Q: Où était son bureau par rapport à celui de M. Russell dans la Société Watch Tower?
  • R: Il n'était pas près de sien; il était dans l'immeuble.
  • Q: Quand allait-il à la Watch Tower dans la matinée?
  • R: Je ne me souviens pas, il descendait seul en général.
  • Q: Qui revenait avec lui?
  • A: Elle revenait avec lui les soirées, et ils revenaient à la maison vers onze heures et les jeunes hommes qui se trouvaient dans le bureau — elle était la seule fille, et les jeunes hommes rentraient chez eux, et il ne lui permettrait pas rentrer à la maison avec eux, et elle devait attendre et toujours revenir avec lui.
Objection.
  • Q: Je veux uniquement le fait. Cette fille Rose rentrait-elle à la maison avec votre mari?
  • R: Oui, Monsieur.
  • Q: Et les jeunes hommes rentraient chez eux avant?
  • R: Oui, Monsieur.
  • Q: Dites à la Cour et au jury quelle discussion, le cas échéant, vous avez eu avec cette jeune fille Rose, en ce qui concerne ses relations avec votre mari, que vous avez communiquée à votre mari.
Objection.
  • Par la Cour: L'objection est maintenue, sauf si vous montrez ce que vous vous proposez à prouver.
  • Par M. Porter: Nous proposons de prouver par le témoin que la demanderesse, après avoir observé la conduite, comme déclaré, de son mari avec Rose Ball, est allée trouver la jeune fille et a obtenu d'elle la déclaration que M. Russell, à divers moments, l'avait étreinte et embrassée, qu'il l'appelait sa petite femme et méduse, et qu'il a dit que le cœur d'un homme était si grand qu'il pouvait aimer une douzaine de femmes, mais un cœur d'une femme était si petit qu'elle ne pouvait aimer correctement qu'un seul homme: qu'après avoir reçu cette déclaration de Rose Ball, la plaignante rapporta cela à son mari, et il admit que c'est vrai.
Objection: Hors de cause et sans pertinence, et surtout parce que le témoignage donne une conversation qui, si elle a eu lieu, ne tendrait pas du tout à prouver les offenses envers la personne de Mme Russell.
Objection rejetée et projet de loi scellé pour la défenderesse.
  • Par la Cour: Nous ne vous permettrons pas de dire ce que Rose Ball lui a dit. Nous allons vous permettre de montrer qu'elle est allée voir son mari et lui a dit que Rose Ball lui avait raconté, qu'il la retenait et lui disait qu'elle était sa petite femme chérie, et qu'il dit que c'était vrai.

Par M. Porter:

  • Q: Vous avez compris la décision de la Cour? Vous allez nous dire ce que vous avez déclaré à votre mari que Rose vous avait dit, et sa réponse à vous.
  • R: Je lui ai dit que j'avais appris quelque chose qui était très grave, et je ne le lui ai pas dit tout de suite. J'ai laissé un jour s'écouler, jusqu'à ce que je sente que je me dominais et que je pourrais parler, et puis je lui ai dit que j'avais quelque chose de très grave à lui dire à ce sujet, et il a dit: "C'est quoi?" et j'ai dit, "Rose m'a dit que tu avais été très familier avec elle, que tu as pris l'habitude de l'étreindre et de l'embrasser et de l'asseoir sur tes genoux et de vous caresser mutuellement, et elle me dit que tu lui as ordonné de ne rien me raconter, mais elle ne pouvait pas garder cela pour elle plus longtemps. Elle dit que, comme j'étais angoissée à ce sujet, elle sentit qu'elle devait venir à moi et me faire un aveu, et elle l'a fait".

Par la Cour:

  • Q: Qu'est-ce qu'il a dit?
  • R: Il a d'abord essayé de prendre cela à la légère, et je l'ai dit, "mon mari, tu ne peux pas faire cela. Je sais toute l'affaire. Elle m'a dit tout, et je sais que c'est vrai". Eh bien, il a dit qu'il était très fâché: C'était vrai, mais il était désolé. Il a dit qu'il ne voulait pas faire un quelconque mal. J'ai dit, "je ne vois pas comment tu peux te comporter ainsi, sans vouloir faire mal".
  • Q: En quelle année était-ce?
  • R: À l'automne 1894.

Par M. Porter:

  • Q: Avez-vous indiqué à votre mari lors de cette réunion tous les mots doux?
  • R: Oui, Monsieur.
  • Q: Quels étaient-ils?
  • R: J'ai dit, "elle me dit qu'un soir où tu es rentré", je lui ai demandé quand ces choses s'étaient produites. Je lui ai dit: "Elle dit qu'elles se sont produites en bas au bureau quand elle était restée là-bas avec lui le soir après que les autres soient partis, et à la maison à tout moment lorsque je n'étais pas là".
  • Q: Maintenant, sur les mots doux.
  • R: Elle a dit qu'un soir quand elle revenait avec lui, alors qu'elle entrait à l'intérieur du hall, il était tard dans la soirée, vers onze heures, il a mis ses bras autour d'elle et l'embrassa. C'était dans le vestibule avant qu'ils n'entrent dans la salle, et il l'appelait sa petite épouse, mais elle dit, "je ne suis pas votre épouse", et il a dit, "je vais vous appeler fille, et une fille a presque tous les privilèges d'une épouse".
  • Q: Et quels autres termes a-t-il utilisés?
  • R: Puis il dit: "Je suis comme une méduse. Je flotte ici et là. Je touche celle-ci et celle-là, et si elle répond, je la prends pour moi, et si non, je flotte vers d'autres", et elle a écrit cela afin que je ne puisse m'en souvenir avec certitude quand je lui parlerai de ce sujet. Et il avoua qu'il avait dit ces choses.

L'avocat de l'intimé avance vers la Cour pour rayer le témoignage du témoin en rapport avec l'inconduite alléguée entre M. Russell et cette jeune fille, Rose Ball, qui dit-elle, elle a découvert en 1894, l'acte d'accusation spécifiant que les offenses dont elle se plaint avaient commencé en 1897.

  • Par la Cour: Vous n'avez pas mentionné cela dans l'acte d'accusation. Je vais accorder la motion et rayer le témoignage. Vous devez commencer votre témoignage il y a sept ou huit ans.

Note d'exception scellé pour le requérant.

Par M. Porter:

  • Q: Vous avez intentée cette action en avril 1903, et nous serons obligés de limiter le témoignage de ce qui s'est passé à la période postérieure à avril 1896, quelques jours avant ou après n'étant pas significatif.
  • Par la Cour: Nous vous permettrons une marge de manœuvre d'une année si vous voulez.

Par M. Porter:

  • Q: Commencez en janvier 1896. N'avez-vous jamais, M. Russell et vous, discuté de l'affaire Rose Ball après, disons le 1er janvier 1896, la question n'a-t-elle jamais été soulevée?
  • R: Oui, Monsieur.
  • Q: Qu'avez-vous, dit vous ou votre mari, en rapport avec cette jeune fille Rose après le 1er janvier 1896, et où?
Objection hors de cause et sans pertinence, il s'agit d'une simple tentative de réintroduire le témoignage qui a été déjà exclu.
Objection retenue et note scellée pour le requérant.

Témoignage de Charles

On ne sait pas si le témoignage, tel qu'il fut rapporté par le Brooklyn Daily Eagle est complet ou seulement partiel.

Original en anglais[7] Traduction en français
  • Q: Did you ever at any time undertake to humiliate, or did you ever do any act, or say any words, such as using the expression, "jellyfish", or anything that would hurt Mrs. Russell's feelings in any way?
  • A: Nothing intentional, sir. If I might, I would like to explain. We had in our family this Miss Ball that was referred to. Might I mention that?
  • Q: Yes, if there is anything of that kind.
  • A: We had a young man in the office by the name of Charles Ball, who came to us from Buffalo, and was deeply interested.
  • Q: What has that to do with the girl?
  • A: This was her brother. She wanted to come because her brother was here. After her brother died, she was lonely, and Mrs. Russell and I both thought a great deal of her. She was a very young-looking girl, wore short dresses, and Mrs. Russell and I thought it would be best to have her come into the room — in the same room with us — so she would read in our study in the evening. We had a large study. She kissed us both a goodnight when she was going to bed, and we treated her in every way as a daughter, and told her that we considered her such, and she told us she considered us as as her parents. This might be considered by Mrs. Russell as being something offensive, but I will explain it. This Miss Ball one evening came to me in the front room — or rather, I heard someone sobbing, and, I turned around to see, and she was crying at her desk, and I inquired what was the matter, and she didn't answer for quite a while, and finally she jumped up and came over and sat down on my knee, and was still crying, and I inquired what was the matter, what could be the matter. She said Mrs. Russell has been overworking her or something, and I tried to show her that she was mistaken, that Mrs. Russell wouldn't do anything of the kind, and I tried to allay the feelings. Another time she came to and sat on my knee when there was some young man who was giving her attention more than she liked, and had been making himself unpleasant, and she was worked up and was crying. But she merely came to me as a father.
  • Q: She has been with you for some time?
  • A: Yes, sir; she had no relatives there, and we told her she could call herself by our name. She said the only reason she didn't do that she was afraid it her father heard of it he would think she had lost of self-respect for him.
  • Q: You treated her as a daughter in your home?
  • A: Yes, sir; she looked to be about 13. I don't know how old she was.
  • Q: She may have been older?
  • A: I heard someone say that she was only ten. She was a very young-looking woman.
  • Q: Wore short dresses?
  • A: Yes, sir.
  • Q: And grew up in your home?
  • A: Yes, sir. I should say that some time later, Mrs. Russell told me that Miss Ball had come [ces deux mots sont illisibles] to her and said that there was something she would tell her — that she kissed me at some time when she wasn't present.
  • Q: She went to tell her about that?
  • A: Yes, sir. Miss Ball was very conscientious and she thought that this was something Mrs. Russell should know, and when Mrs. Russell mentioned it to me I said, "That is so, that was all right, there was nothing improper about that", and I explained to Mrs. Russell —
  • Q: There no further trouble about that?
  • A: No.
  • Q: They have mentioned that matter when you were found in her room.
  • A: I don't remember this occurrence, but it is very likely it would be true that Mrs. Russell might have come in and found me by the bedside with her hand in mine. I suppose I was feeling her pulse, I don't know anything else. It would be a common occurrence; gave medicine in the family, and not only in our own family, but Mrs. Russell's sister living in the adjoining place. I used to be the family physician over there; they sent to me always for medicine. I happened to have some knowledge in medicine, but if anybody would get bad we would send for a regular physician.
  • Q: Anything of that kind that occurred was just in the interest of the family health?
  • A: Yes, sir.
  • Q: You would just as likely gone into one house to another?
  • A: Yes, sir. Another matter Mrs. Russell mentioned to me years ago, when she was intimating that she might bring a suit. She said: "It would look very badly for you it I would tell in court that I found you once in the room with Emily". I can't think of the name, Matthews, since married. "And that the door was locked." I said, "Dear, you understand all about that. You know that was the room in which the slops were emptied, and the water was carried, and that was the morning that Emily Matthews was sick, and you told me of it and asked me to go up and see her, and when they were running out and in with water pails I turned the key for half a minute until I would have a chance to hear quietly what she had to say, and there wasn't the slightest impropriety in anything that was done". I would just as soon, that everybody in this room would be present.
  • Q: It was simply to keep the people from running in and out?
  • A: Yes, sir. The slops were emptied in that room, and there was a pump and it made a great deal of noise when they operated the pump.
  • Q: There was some expression used here about a jellyfish?
  • A: Yes, sir. I never made use of such an expression. I hope I don't look idiotic enough to say that. In my opinion, any man that claims to be a jellyfish would have no sens at all. I would like to be given credit for having some backbone.
  • Q: Ne vous êtes-vous jamais, à n'importe quel moment, chargé d'humilier, ou n'avez-vous jamais accompli un quelconque acte, ou dit de quelconques mots, comme l'utilisation de l'expression, "méduse", ou quelque chose qui aurait blessé les sentiments de Mme Russell d'une quelconque façon?
  • R: Rien d'intentionnel, Monsieur. Si vous me le permettez, je voudrais m'expliquer. Nous avons eu dans notre famille cette demoiselle Ball à laquelle il a été fait référence. Pourrais-je parler de cela?
  • Q: Oui, s'il y a quelque chose de ce genre.
  • R: Nous avons eu un jeune homme dans le bureau du nom de Charles Ball, qui nous est venu de Buffalo, et était profondément intéressé.
  • Q: Qu'est-ce que cela a à voir avec la jeune fille?
  • R: Il s'agissait de son frère. Elle voulait venir parce que son frère était là. Après la mort de son frère, elle se sentait seule, et Mme Russell et moi avons tous deux beaucoup pensé à elle. Elle était une fille très jeune d'apparence, portait des robes courtes, et Mme Russell et moi avons pensé qu'il serait préférable de la faire venir dans la pièce — dans la même pièce avec nous — si elle eût voulu lire dans notre salle d'étude dans la soirée. Nous avions une grande salle d'étude. Elle nous embrassait tous deux pour nous souhaiter bonne nuit quand elle allait au lit, et nous l'avons entièrement traitée comme une fille, et lui avons dit que nous la considérions ainsi, et elle nous a dit qu'elle nous considérait comme ses parents. Cela pourrait être considéré par Mme Russell comme étant quelque chose d'offensant, mais je vais vous l'expliquer. Cette demoiselle Ball, un soir, est venue à moi dans la salle de devant — ou plutôt, j'ai entendu quelqu'un sangloter, et, je me suis retourné pour voir, et elle pleurait à son bureau, et je lui demandais quelle était la question, et elle n'a pas répondu pendant un certain temps, et enfin elle se leva et vint s'asseoir sur mes genoux, et pleurait toujours, et je lui demandais de quoi il s'agissait, quel pouvait être le problème. Elle a déclaré que Mme Russell l'avait surmenée dans son travail ou quelque chose dans ce genre, et j'ai essayé de lui montrer qu'elle se trompait, que Mme Russell ne ferait rien de ce genre, et j'ai essayé d'apaiser des sentiments. Une autre fois, elle vint et s'assit sur mes genoux tandis qu'il y avait un jeune homme qui lui donnait de l'attention plus que ce qu'elle aimait, et s'était rendu lui-même désagréable, et ça l'avait travaillé et elle pleurait. Mais elle se contenta de me venir à moi comme elle viendrait à un père.
  • Q: Elle a été avec vous pendant un certain temps?
  • R: Oui, Monsieur, elle n'avait pas de famille là-bas, et nous lui avons dit qu'elle pourrait s'appeler par notre nom. Elle a dit que la seule raison pour laquelle elle ne le fit pas était qu'elle avait peur que son père en entende parler, et qu'il pense qu'elle ait perdu son respect pour lui.
  • Q: Vous l'avez traitée comme une fille dans votre maison?
  • R: Oui, Monsieur, elle avait l'air d'avoir environ 13 ans. Je ne sais pas quel âge elle avait.
  • Q: Elle aurait pu être plus âgée?
  • R: J'ai entendu quelqu'un dire qu'elle n'avait que dix ans. Elle était une femme qui faisait très jeune d'apparence.
  • Q: Portant des robes courtes?
  • R: Oui, Monsieur.
  • Q: Et qui a grandi dans votre maison?
  • R: Oui, Monsieur. Je dois dire que quelque temps plus tard, Mme Russell m'a dit que mademoiselle Ball était venue vers elle et avait dit qu'elle avait quelque chose à lui raconter — qu'elle m'avait embrassé à un certain moment, alors qu'elle n'était pas présente.
  • Q: Elle est allée lui dire cela?
  • R: Oui, Monsieur. Mlle Ball était très consciencieux et elle pensait que c'était quelque chose que Mme Russell devait savoir, et quand Mme Russell m'en parla j'ai dit, "C'est ainsi, cela était tout correct, il n'y avait rien d'inconvenant à ce sujet", et j'ai expliqué à Mme Russell —
  • Q: Il y a pas de trouble ultérieur à ce sujet?
  • R: Non.
  • Q: Ils ont mentionné le fait qu'à un moment on vous a trouvé dans sa chambre.
  • R: Je ne me souviens pas de cet événement, mais il est très probable que ce soit vrai que Mme Russell ait pu venir et m'ait trouvé au chevet, avec sa main dans la mienne. Je suppose que je prenais son pouls, je ne vois rien d'autre. Ce serait une pratique courante; j'ai donné des soins médicaux dans la famille, et pas seulement dans notre propre famille, mais aussi à la sœur de Mme Russell vivant juste à côté. J'avais l'habitude d'être le médecin de famille là-bas, ils m'envoyaient toujours pour des soins médicaux. Il se trouvait que j'avais quelques connaissances en médecine, mais si quelqu'un allait mal, nous envoyions un médecin régulier.
  • Q: Tout ceci qui s'est produit était juste dans l'intérêt de la santé de la famille?
  • R: Oui, Monsieur.
  • Q: Vous étiez susceptible d'entrer dans une maison à l'autre?
  • R: Oui, Monsieur. Une autre question dont Mme Russell m'a parlé il y des années, quand elle laissait entendre qu'elle pourrait intenter une action en justice. Elle dit: "Ce serait très mauvais pour toi si je disais au tribunal que je t'ai trouvé une fois dans la chambre avec Emily". Je ne peux pas me rappeler le nom, Matthews, elle est mariée depuis. "Et que la porte était fermée." J'ai dit, "Ma chère, tu comprends parfaitement cette question. Tu sais que c'était la chambre dans laquelle les eaux usées étaient vidées, et l'eau était transportée, et que c'était le matin où Emily Matthews était malade, et tu m'en avais parlé et m'avais demandé d'aller la voir, et quand ils étaient en train de courir avec des seaux d'eau, j'ai tourné la clé pour une demi-minute jusqu'à ce que je puisse avoir une chance d'entendre tranquillement ce qu'elle avait à dire, et il n'y avait pas la moindre inconvenance dans tout ce qui a été fait". Je voulais juste que rapidement n'importe qui dans cette pièce soit présent.
  • Q: C'était tout simplement pour empêcher les gens d'entrer et de sortir?
  • R: Oui, Monsieur. Les eaux usées étaient vidées dans cette chambre, et il y avait une pompe et elle faisait beaucoup de bruit quand elle était actionnée.
  • Q: Il y eut une expression utilisée ici à propos d'une méduse?
  • R: Oui, Monsieur. Je n'ai jamais fait usage d'une telle expression. J'espère que je ne paraît pas si idiot pour dire ça. À mon avis, n'importe quel homme qui prétend être une méduse n'aurait pas de bon sens du tout. Je voudrais avoir le mérite de posséder une colonne vertébrale.

Scans de journaux

Voici deux scans du journal The Brooklyn Daily Eagle du 29 octobre 1911, article "Girl Kissed Pastor and Sat on His Knee", rapportant les témoignages de Maria et de Charles en rapport avec Rose et la servante Emily:

Voir aussi

Références

  1. Arrowup.png Rogerson, Alan (1969) (anglais), Millions Now Living Will Never Die: A Study of Jehovah's Witnesses, Londres: Constable, p. 26 (SBN 09-455940-6)
  2. Arrowup.png Blandre, Bernard (1986), Les Témoins de Jéhovah: Un siècle d'histoire, Desclée de Brouwer, p. 41 (ISBN 2-2200-2640-4)
  3. Arrowup.png Blandre, Bernard (1988), "Aux origines des étudiants de la Bible et des Témoins de Jéhovah — Attentes et débats 1873-1919", Mouvements religieux, Sarreguemines: Association d'étude et d'information sur les mouvements religieux, p. 16
  4. Arrowup.png Ross, J.J. (1913) (anglais), Some Facts and More Facts about Self-styled "Pastor" Charles T. Russell, Philadelphie, pp. 25-30, format pdf
  5. Arrowup.png "Court Trial Transcript of CT Russell & Maria Russell, pages 10—25" (anglais), pastor-russell.com. Consulté le 6 mai 2012
  6. Arrowup.png Hébert, Gérard, S.J. (1960), Les Témoins de Jéhovah. Essai critique d'histoire et de doctrine, Montréal: éditions Bellarmin, pp. 292-303
  7. Arrowup.png The Brooklyn Daily Eagle (29 octobre 1911) (anglais), "Girl Kissed Pastor and Sat on His Knee"