Tatouage

Un article de Témoins de Jéhovah: TJ-Encyclopedie, l'encyclopédie libre sur les Témoins de Jéhovah.
Aller à : navigation, rechercher
Tatouage.jpg

Dans ses publications, la Société Watch Tower exprime son désaccord avec la pratique du tatouage, mettant en évidence plusieurs aspects négatifs en rapport avec cette modification corporelle: lien avec le paganisme, effet sur l'entourage et sur la réputation de la personne tatouée, risques pour la santé, etc. Bien qu'elle ne l'interdise pas explicitement, elle encourage fortement à le rejeter, et c'est pourquoi l'adepte qui accepterait de se faire tatouer ne serait pas considéré comme exemplaire et n'accéderait donc pas à des fonctions dans la congrégation.

Historique

Il semblerait que la condamnation du tatouage apparaisse pour la première fois dans une publication de la Watch Tower en 1929. Cette année-là, le périodique L'Âge d'Or publia un article entier consacré à ce sujet, parlant de cet ornement corporel comme d'une défigur[ation]", et l'auteur de l'article, ayant demandé à certaines personnes les raisons de leur tatouage, affirme qu'"en aucun cas, [il] n'a reçu de réponse montrant les avantages découlant de cette pratique". Il explique: "Dans la plupart des cas, j'ai appris qu'ils l'ont considéré comme quelque chose d'ornemental, et permirent que leur corps soit marqué tout simplement parce qu'ils voulaient être à la mode. Par superstition, quelques uns croyaient que d'une certaine manière il les tenait à l'abri de maladies infectieuses; c'est particulièrement le cas parmi les soldats et les marins, qui forment la plus grande partie des blancs tatoués. L'aristocratie l'a sponsorisé, même auprès de la famille royale. Peut-être ceci contribue-t-il à éclaircir cette expression mystérieuse, "l'aristocratie de sang bleu"." Puis sont examinées les raisons du tatouages dans les différentes tribus du globe (marques de servitude, volonté d'effrayer les adversaires, etc). La condamnation est sans équivoque, sur la même base biblique qu'aujourd'hui: "En pratique, des tels hommes n'apportent aucune gloire au Créateur, et, après tout, l'objet principal de l'homme dans la vie devrait être de rendre gloire à son Créateur. Par ailleurs, je crois que Dieu est mécontent de ce travail, parce qu'il interdit à son peuple choisi [l'Israël antique] de faire des marques sur leur corps." L'article se termine ainsi: "La superstition attachée à la pratique montre que son origine vient du Diable, qui se plaît à abîmer l'œuvre de Dieu, c'est pourquoi c'est une chose à éviter."[1]

Dans les décennies suivantes, le tatouage fut abordé de façon succincte dans des articles plus larges évoquant l'apparence physique. Par exemple, à propos du tatouage des femmes, on pouvait lire dans un article de 1933: "Le docteur Fishbein serait probablement d'accord, car il est un fervent partisan de la vaccination. Mais pourquoi implanter des cicatrices disgracieuses sur un beau bras?"[2] L'année suivante, le périodique déclarait: "Il n'est pas rare que des sauvages et d'autres personnes non civilisées tentent d'améliorer le travail du Créateur en tatouant la peau avec des marques disgracieuses, tout le corps étant parfois recouvert de dessins grotesques et d'images grossières."[3]

En 1951, la condamnation fut explicite: "Seul le but du Diable peut être servi en faisant exprès de mutiler le corps ou de tatouer la peau."[4] Puis, dans les années 1960, des courtes nouvelles rapportèrent le bannissement du tatouage à New York en raison de risques sanitaires.[5][6]

Toutefois, ce n'est que vers le milieu des années 1990 que la Watch Tower développa de manière argumentée son point de vue sur le tatouage, sans doute à cause d'un engouement pour cette pratique à cette période qui a dû susciter des interrogations parmi les adeptes.

Point de vue

Pour la Watch Tower, les raisons pour lesquelles les gens se font faire un tatouage sont les suivantes: il est populaire, y compris chez les célébrités, est considéré comme un signe de romantisme dans le cas où il s'agit du tatouage d'un nom d'amoureux(se), et est perçu comme une œuvre d'art ou comme un symbole d'indépendance.[7]

La Watch Tower met en avant plusieurs réflexions qui doivent motiver le rejet du tatouage:[8][9][7]

  • Lié au paganisme: Le tatouage existait déjà à l'époque biblique, mais était pratiqué par les nations païennes dans le cadre de leur culte, ce qui était donc interdit aux Israélites afin qu'ils se distinguent des nations voisines (Lévitique 19:28). Selon la Watch Tower, "cette interdiction leur inculquerait également [aux Israélites] un respect véritable du corps humain, création de Dieu, qui doit servir à honorer Dieu."[10] De plus, même s'il est vrai que les chrétiens ne soient plus sous la Loi mosaïque, "il est bien d'avoir ce verset présent à l'esprit afin de décider ce qu'il convient de faire en cette matière".[11]
  • Incidence sur la conscience des autres: Il faut tenir compte de la conscience d'autrui (1Corinthiens 6:12; Galates 5:13; Philippiens 2:4), et notamment de celle de ses coreligionnaires.
  • Image que l'on donne: Il faut tenir compte de la façon dont le tatouage est perçu dans l'endroit où l'on vit, notamment si un tel ornement est considéré comme étant le signe d'une rébellion ou d'une subculture violente, brutale, antisociale et criminelle, donc associé à 'l'esprit du monde' et pouvant donner un mauvais témoignage.
  • Risque pour la santé: Il présente des dangers pour la santé: on risque de contracter une infection bactérienne ou virale, une allergie, voire l'hépatite, la syphilis, la lèpre, la tuberculose ou carrément le sida dans les cas de non-respect des règles d'hygiène.[12]
  • Engouement éphémère: Il constitue une mode passagère; de ce fait, les demandes de détatouages sont fréquentes,[13] en plus d'être chères et parfois douloureuses.
  • Idolâtrie: Il constitue un "préjudice d'ordre spirituel" car il peut être un signe d'adulation d'une célébrité.

En définitive, la Watch Tower estime que "la décision d'en accepter ou non les risques relève du choix personnel. Mais quiconque désire plaire à Dieu reconnaît qu'en devenant chrétien on lui voue sa personne. (...) Par conséquent, les chrétiens mûrs ne considèrent pas leur corps comme leur propriété exclusive, qu'ils peuvent maltraiter ou dénaturer à volonté. Ceux qui ont les qualités requises pour diriger la congrégation, en particulier, ont la réputation d'être modérés dans leurs habitudes, sains d'esprit et raisonnables."[9] Elle précise: "Si vous êtes chrétien, vous ne voudrez certainement pas faire sur votre corps des marques, même temporaires, ayant un lien avec le paganisme ou le faux culte."[7] Ainsi, la formulation équivaut à une interdiction, et même si le tatouage n'entrainera pas l'exclusion, il ne permettra pas d'accéder à des fonctions de service au sein du mouvement.

Références

  1. Arrowup.png L'Âge d'Or (anglais), 20 octobre 1929, p. 78, "On Tattooing"
  2. Arrowup.png L'Âge d'Or (anglais), 12 avril 1933, p. 436, "Exaggerated Passion for the Beautiful"
  3. Arrowup.png L'Âge d'Or (anglais), 10 octobre 1934, p. 4, "This and That about the Human Body"
  4. Arrowup.png Réveillez-vous! (anglais), 8 décembre 1951, p. 9, "Beauty Is Only Skin Deep"
  5. Arrowup.png Réveillez-vous! (anglais), 22 novembre 1961, p. 29, "Watching the World"
  6. Arrowup.png Réveillez-vous! (anglais), 8 juillet 1966, pp. 29,30, "Watching the World"
  7. 7,0, 7,1 et 7,2 Réveillez-vous!, 22 septembre 2003, pp. 25-27
  8. Arrowup.png Réveillez-vous!, 22 novembre 1994, pp. 14,15, "Les jeunes s'interrogent... Devrais-je suivre la mode?"
  9. 9,0 et 9,1 Réveillez-vous!, 8 août 2000, pp. 18,19, "D'après la Bible... Bijoux et ornements corporels: l'appel à la raison"
  10. Arrowup.png WTBTS (1997), Étude perspicace des Écritures, volume 2,Watch Tower Bible & Tract Society, p. 1042
  11. Arrowup.png Réveillez-vous!, 8 octobre 1995, p. 30, "Nos lecteurs nous écrivent"
  12. Arrowup.png Réveillez-vous!, 8 septembre 1984, pp. 30,31, "Coup d'œil sur le monde"
  13. Arrowup.png Réveillez-vous!, 8 décembre 2004, p. 28, "Coup d'œil sur le monde"