Étoiles

Un article de Témoins de Jéhovah: TJ-Encyclopedie, l'encyclopédie libre sur les Témoins de Jéhovah.
Révision de 9 janvier 2013 à 00:16 par Liberty 84 (discussion | contribs) (Références)

(diff) ← Version précédente | view current revision (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à : navigation, rechercher
Etoiles.jpg

Dans ses publications, la Société Watch Tower a, à plusieurs reprises, fait référence aux étoiles afin de montrer, par exemple, la beauté de la création, l'ordre dans l'univers ou la puissance des corps célestes, ce qui, selon elle, impliquerait forcément un concepteur. Elle s'est également référée à l'astronomie dans le but de prouver que la Bible était scientifiquement exacte et donc inspirée par Dieu, souvent en faisant dire à des passages bibliques bien plus que ce qu’ils signifiaient réellement. En revanche, la Watch Tower a manifesté une piètre opinion vis-à-vis de cette la science quand celle-ci soutenait des conclusions différentes de sa propre interprétation en rapport avec un passage de la Bible; dans ce genre de cas, elle a même occulté ou omis des informations qui auraient dû être prises en compte. Par ailleurs, les écrits de la Société témoignent parfois d'un manque de compréhension ou de connaissances de certaines questions scientifiques.

Leur nombre

La Watch Tower cite souvent Genèse 22:17 pour prouver l'inspiration de la Bible. Dans ce passage, Dieu dit à Abraham: "Je multiplierai assurément ta postérité, comme les étoiles des cieux et comme les grains de sable qui sont sur le bord de la mer". Un court article du Réveillez-vous! du 8 avril 1988, page 25 disait à propos de ce verset:

"La Bible est exacte sur le plan scientifique lorsqu'elle compare le nombre des étoiles des cieux aux milliards de grains de sable du bord de la mer. Toutefois, il semble que dans l'Antiquité on ne connaissait pas l'existence de milliards d'étoiles. (...) Comment donc expliquer la précision remarquable de la Bible lorsqu'elle fait cette comparaison? On pourrait dire que la Bible est "inspirée de Dieu"."

Cette conclusion, à savoir que la Bible dit que le nombre d'étoiles dans le ciel est du même ordre que le nombre de grains de sable sur le bord de mer, est injustifiée. Tout d'abord, l'auteur ne donne pas de chiffres pour montrer que la Bible fait une assertion scientifiquement correcte. Comment, alors, peut-il prétendre qu'elle est exacte? Un sens beaucoup plus susceptible de la comparaison conduit à dire tout simplement que le nombre est très grand par rapport aux normes de tous les jours (ce qui pour le commun des mortels, tout nombre supérieur à 100), et en particulier, est incalculable en raison de la difficulté du comptage. Le passage de Genèse 15:5 montre l'impossibilité de compter par ces termes: "Alors il le fit sortir dehors et dit : "S'il te plaît, regarde vers les cieux et compte les étoiles, si tu peux les compter." Puis il lui dit: "Ainsi deviendra ta semence"." En outre, Jérémie 33:22 dit: "De même qu'on ne peut compter l'armée des cieux ni mesurer le sable de la mer, de même je multiplierai la semence de David mon serviteur et les Lévites qui me servent."

Le nombre réel de chacun d'eux est assez facile à estimer. Les astronomes conservateurs estiment qu'il y a environ 100 milliards d'étoiles dans notre galaxie, et probablement une centaine de milliards de galaxies comparables à la nôtre dans l'univers observable, pour un total de 10 000 000 000 000 000 000 000 soit 10²² étoiles. De plus, ce nombre peut tout à fait être sous-évalué, car l'estimation ne prend en compte que ce que les astronomes peuvent voir ou raisonnablement estimer.

Pour estimer le nombre de grains de sable dans la mer, il est nécessaire de faire quelques hypothèses. Il faut supposer d'abord que le sable est sur les plages de la mer et que celles-ci recouvrent 1% de la surface du globe, puis que le sable qui recouvre la surface jusqu'à une profondeur de dix mètres, et que chaque grain de sable a un volume de l'ordre du millimètre cube. On peut utiliser la formule pour le volume d'une sphère, V = 4/3 x 3,14 x R³.

Le rayon moyen de la terre est de 6 408 421 mètres qui correspond à R dans la formule précédente. Le volume d'une coquille sphérique de 10 mètres d'épaisseur au niveau du rayon de la Terre est: V = 4/3 x 3,14 x [R³ - (R - 10)³], ce qui donne environ 10¹⁵ (soit 1 000 000 000 000 000 mètres cubes). Or, il y a 1 000 000 000 (10⁹) millimètres cubes dans 1 mètre cube. En multipliant ce chiffre par le volume qui vient d'être trouvé et en en prenant 1%, on obtient environ 10²², le même que celui obtenu pour le nombre d'étoiles: 10 000 000 000 000 000 000 000. Ainsi, grâce à des hypothèses raisonnables, on peut effectivement déterminer que le nombre d'étoiles peut être comparable au nombre de grains de sable dans la mer, ce qui semble être remarquable.

Cependant, voici ce qui est écrit en Apocalypse 20:7,8: "Or, dès que les mille ans seront achevés, Satan sera délié de sa prison, et il sortira pour égarer les nations aux quatre coins de la terre, Gog et Magog, pour les rassembler pour la guerre. Leur nombre est comme le sable de la mer."

Si ce verset doit être compris au sens littéral, cela signifierait que le nombre de personnes trompées serait d'au moins 1022, ce qui dépasse, et de très loin, l'ensemble de habitants que la terre est capable de supporter (actuellement, en 2012, elle en compte environ 7 x 10⁹). La différence entre l’estimation la plus haute des personnes égarées par le Diable (10¹⁰), c'est-à-dire 10 milliards, ce qui semble déjà extrêmement improbable) et celle fournie par la référence au grains de sable de la mer (10²²) diffère donc de... 1 000 milliards!

Par conséquent, si l'on insiste sur une lecture littérale de la Bible quand elle évoque le sable de la mer pour représenter un certain nombre de personnes sur la terre, il faut admettre qu’elle se trompe de façon grossière en surestimant le nombre de ces derniers d'au moins 1012. Pour éviter d’en arriver à cette conclusion, il faut admettre le plus logiquement que la Bible utilise un langage poétique quand elle compare la quantité de sable de la mer au nombre de personnes égarées par le Diable. Cette conclusion est tout autant valable quand elle les compare aux étoiles des cieux. Il est donc difficile de recourir à Genèse 22:17 pour prouver que la Bible est "inspirée de Dieu" dans la mesure où ce passage ne cherche pas à énoncer une vérité scientifique: elle se contente de donner un ordre de grandeur (sous-entendu: le nombre est très important au point de dépasser le système de calcul des humains).

La passage de Genèse 13:16 confirme à nouveau cette utilisation du langage poétique dans les paroles de Dieu à Abraham, puisqu'il y est dit: "Oui, je constituerai ta semence comme les grains de poussière de la terre, de sorte que si un homme pouvait compter les grains de poussière de la terre, alors ta semence pourrait être dénombrée."

Le langage poétique ne constitue pas une preuve scientifique, même si parfois il existe, de façon fortuite, une corrélation intéressante entre des estimations approximatives et des versets choisis dans la Bible.

Leurs différences

Le Réveillez-vous! du 22 décembre 1984, des pages 8 à 10, contenait un article "Le télescope et le microscope — Leurs découvertes ont-elles miné ou renforcé votre foi?" qui affirmait que l'inspiration de la Bible pouvait être perçue en considérant la déclaration faite en 1 Corinthiens 15:41:

"Autre est la gloire du soleil, et autre la gloire de la lune, et autre la gloire des étoiles; une étoile même diffère en gloire d’une autre étoile."

Sous le sous-titre "Une étoile diffère d'une autre étoile", l'article cite ce verset, puis affirme que cela montre l'apôtre Paul doit avoir été divinement inspiré pour faire cette déclaration puisque "pour l'observateur occasionnel, la plupart des étoiles se ressemblent, à l'exception de leur luminosité qui est différente". En réalité, de nombreuses étoiles ne se ressemblent pas à l'œil nu, comme on peut voir à l'extérieur des zones urbaines éclairées. Dans la constellation de l'Orion, l'étoile Bételgeuse semble tout à fait rouge, tandis que l'étoile Rigel a une apparence blanc-bleuté. Le numéro de septembre 1992 de la revue Sky and Telescope dit à la page 266:

"Les étoiles qui peuplent le ciel par une nuit sombre diffèrent non seulement dans la couleur, comme même un observateur occasionnel peut le remarquer. Bien que la multitude des étoiles sombres apparaissent seulement blanches ou grises à l'œil nu, les plus brillantes — ainsi que les planètes — offrent des couleurs subtiles et variées qui peuvent faire l’objet d'études fascinantes. Les étoiles les plus ostensiblement colorées ont été reconnues il y a au moins 4 000 ans et ont été constamment décrites partout dans le monde depuis."

La couleur est encore plus évidente dans les "étoiles",[1] que les anciens appelaient "vagabondes", que l'on sait aujourd'hui être des planètes. Saturne apparaît jaunâtre; Mars rougeâtre. D'ailleurs, les Grecs de l'Antiquité associaient Mars avec le dieu de la guerre justement à cause de sa couleur rouge.

L'article du Réveillez-vous! reconnaît que même un observateur occasionnel peut constater que cette étoile diffère d'une autre étoile dans la "luminosité". Mais les anciens n'étaient pas des observateurs occasionnels; au contraire, ils étaient d'intenses observateurs des étoiles, et pouvaient voir que les étoiles étaient différentes les uns des autres en "gloire".

L'article affirme que l'utilisation du mot "gloire" implique non seulement la couleur et la luminosité, mais toute autre propriété physique que l'étoile possède, en particulier celles qui ne sont pas observables à l'œil nu, comme la densité ou la taille. Or, la Bible ne mentionne que la "gloire" et non une liste de propriétés physiques. L'affirmation selon laquelle la "gloire" signifie autre chose que l'apparence physique observable à l'œil nu n'a aucun fondement.

Enfin, il faut considérer l'interprétation du mot original grec doxa, qui est traduit par "gloire",[2] et le sens du mot anglais "gloire". La concordance de Strong donne la signification fondamentale de doxa comme étant la "gloire";[3] d'autres traductions du mot peuvent être "dignité", "louange", "honneur" et "adoration". Le mot anglais "glory" a des connotations de louange, d'honneur, de distinction, de renommée, de splendeur, de magnificence, de beauté, d'éclat, de splendeur, d'éminence, de grandeur, de caractère illustre, de notabilité, etc. Appliquées au soleil, à la lune et aux étoiles, les significations "splendeur" et "luminosité" sont les plus appropriées, car les autres significations n'ont pas de sens. La Bible de Jérusalem, par exemple, utilise le terme "luminosité"; la Nouvelle Bible anglaise emploie "splendeur" et "luminosité". Le livre Auxiliaire reconnaît également ces autres sens dans une référence à 1 Corinthiens 15:41 où il est dit que Dieu "a richement orné sa création par la couleur, la variété et la magnificence majestueuse." (traduction à partir de l'anglais)[4]

L'idée exprimée par l'apôtre Paul est qu'il existe de nombreux types de création, qu'il qualifie de corps, à la fois physiques et spirituels, et qu'ils sont tous différents dans leurs propriétés. L'idée qu'il semble vouloir faire passer est qu'un corps spirituel ressuscité est différent d'un corps spirituel. Pour illustrer cela, il dit qu'il existe des différences dans le corps des humains et des animaux, des différences entre les corps terrestres et les corps célestes, et en particulier, des différences entre les différents corps célestes, c'est-à-dire, le soleil, la lune et les étoiles. Puisque qu'il utilise la différence entre ces corps à titre d'illustration, il dit en effet quelque chose comme: "Un corps ressuscité spirituel est différent d'un corps physique, tout comme vous pouvez voir par vous-même que le soleil se distingue de la lune dans splendeur, lesquels diffèrent à leur tour, des étoiles; en fait, une étoile diffère d'une autre étoile au niveau de la splendeur." Le livre Auxiliaire pour une meilleure intelligence de la Bible (anglais) confirme cette interprétation à la page 393, sous le titre "La "nouvelle création"":

"Une plante qui grandit à partir d’une graine dans le sol est un nouvel organisme qui diffère de la graine elle-même en apparence. De même, ceux qui sont ressuscités à la vie céleste ont un corps ressuscité qui diffère du corps de chair établi dans la mort. Chacun d'entre eux, déjà appelés une "nouvelle création", en union avec le Christ, est ressuscité comme une nouvelle créature avec un corps spirituel dans le royaume céleste."

Les interprétations citées ci-dessus du mot "gloire" montrent que le mot a un sens vague. L'article du Réveillez-vous! joue sur ce caractère vague en tentant d'attribuer davantage de sens au mot utilisé dans la Bible, un sens qui n'est pas justifié. Le contexte dans lequel le mot est utilisé donne à penser que le but recherché est simplement de souligner la resplendissante au niveau de l'apparence physique. Puisque n'importe qui peut voir par lui-même que le soleil, la lune et les étoiles diffèrent dans leur apparence physique resplendissante, et que 1 Corinthiens 15:41 ne mentionne pas expressément d'autres propriétés physiques des étoiles, ce passage de la Bible ne peut pas être utilisé comme preuve d’une connaissance astronomique divinement révélée.

Les ordonnances des cieux

Le même article du Réveillez-vous! du 22 septembre 1984, cité plus haut, affirme qu’une preuve de l’inspiration de la Bible peut être relevée dans la déclaration contenue en Job 38:31,33, où Dieu demande:

"Peux-tu nouer les liens de la constellation de Kima ou peux-tu desserrer les cordes de la constellation de Kesil? (...) Es-tu parvenu à connaître les ordonnances des cieux, ou pourrais-tu établir son pouvoir sur la terre?"

L'article affirme que cette connaissance ne pouvait que provenir de l'inspiration divine, puisqu'à l'époque où ces paroles ont été écrites, on ne savait pas que des "ordonnances" régissaient les mouvements des corps célestes. La manière dont cette partie du périodique est écrite indique soit une grande ignorance de l'astronomie de la part de l'auteur, soit une tentative délibérée d'embrouiller le lecteur dans l'ambiguïté, ou les deux.

Premièrement, une constellation n'est pas une collection d'étoiles qui se déplacent ensemble comme un seul corps dans l'espace. Il s'agit plutôt d'une configuration arbitraire d'étoiles qui sont regroupées à partir du point de vue d'un observateur sur la terre. Les constellations d'aujourd'hui sont, pour la plupart, les mêmes que les désignations utilisées dans la Grèce antique, et sont nommées d'après une figure mythique, un animal ou un objet inanimé. Il peut arriver que les étoiles d'une constellation soient physiquement proches les unes des autres dans l'espace, comme dans l'amas des Pléiades, mais le plus souvent elles ne sont pas associées du tout, hormis le fait qu'elles se situent à peu près dans la même direction comme on peut les observer à partir de la terre, et sont contenues dans ce que les astronomes appellent la galaxie de la Voie Lactée. Un observateur dans une autre partie de la galaxie observerait donc une configuration différente des étoiles n’ayant pas de lien particulier avec le modèle observable depuis la Terre, et ne verrait pas la plupart des modèles couramment appelés "constellations".

Par une nuit noire, on peut observer la soi-disant "Grande Nébuleuse d'Andromède" comme une boule de lumière dans la constellation d'Andromède. Bien que cette nébuleuse soit une partie de la constellation d'Andromède, il s'agit en fait d'une autre galaxie située en dehors de celle dans laquelle se trouve la Terre; elle n'est pas physiquement associée à une étoile de la constellation. Pour un observateur sur la Terre, les constellations, tout comme le soleil et la lune, semblent se déplacer en orbite autour de la Terre en raison de sa rotation.

Deuxièmement, les constellations de Kima et de Kesil mentionnées en Job peuvent être respectivement les constellations des Pléiades et de l'Orion. Cependant, on ne sait pas avec certitude à quels groupes d'étoiles elles se réfèrent. Si la constellation de Kima est ce qui est aujourd’hui appelé les Pléiades, un amas d'étoiles, on aurait raison de croire que le passage mentionnant les "liens de la constellation de Kima" fait état d'une vérité scientifique. Mais si l'on utilise le même argument à propos des "cordes de la constellation Kesil", et si la constellation de Kesil est ce qui est à présent appelé Orion, alors on aurait tort, car la plupart des étoiles en Orion sont plus éloignées les unes des autres qu'elles n'y apparaissent depuis la Terre, et ne sont en aucune façon liées. Alternativement, on pourrait rétorquer que ces références — que les constellations sont des accumulations d’étoiles se déplaçant ensemble dans les cieux — prouveraient que le livre de Job n'est pas d'inspiration divine, parce que: 1/ si les "cieux" se réfèrent à l'espace, alors la mention d'une constellation se déplaçant dans l'espace est erronée, car une constellation n'est presque jamais composée d'un seul groupe homogène d'étoiles, mais il s'agit presque toujours d'un groupe d'étoiles non liées se déplaçant dans des directions indépendantes ; 2/ si les "cieux" désignent le ciel comme on l'observe à partir de la Terre, alors la référence à une constellation se déplaçant à travers le ciel est simplement ce que tous les peuples anciens observaient, à savoir que le soleil, la lune et les étoiles semblent se déplacer autour de la terre. Par conséquent, le passage n'offre aucune autre connaissance que celle déjà connu par les humains de l'époque.

Troisièmement, la référence aux "ordonnances" en Job 38:33 n'est pas le signe d'une inspiration divine. On peut soutenir que, puisque les Hébreux et certains autres adoraient Jéhovah comme le Créateur du Ciel et de la Terre, il était naturel que leurs écrits se réfèrent à Lui comme ayant établi des lois régissant le Ciel et la Terre; après tout, il avait des lois qui régissaient toutes les autres choses.

Enfin, l'article du Réveillez-vous! n'a aucune base pour affirmer que "les forces de la gravitation constituent les "liens" qui unissent les étoiles d'une même constellation, comme celle de "Kimah"", puisqu'en général, les "constellations stellaires" ne sont pas des collections d'étoiles maintenues ensemble par la gravité. L'article n'a pas davantage de fondement pour affirmer que le livre de Job fait référence aux orbites des étoiles autour du centre de la galaxie et ainsi corroborerait la science qui a démontré que "les étoiles ne sont pas immobiles"; en fait, le livre de Job évoque seulement les idées suivantes en Job 38:32: "Peux-tu faire sortir la constellation de Mazzaroth en son temps fixé? Et la constellation d'Ash avec ses fils, peux-tu les conduire?"; or, ce passage fait manifestement référence aux trajectoires des constellations telles qu’on peut les observer depuis la Terre, et non à une orbite autour d'un axe.

Ressources sur le sujet

Références

  1. Arrowup.png WTBTS (1971) (anglais), Auxiliaire pour une meilleure intelligence de la Bible, p. 1551, Watch Tower Bible & Tract Society, l'article "Star", se réfère aux termes hébreux et grecs pour "étoile", disant: "These terms are applied in a general sense to any luminous body in space, excepting the sun and moon, for which other names are used".
  2. Arrowup.png WTBTS (1969) (anglais), The Kingdom Interlinear Translation of the Greek Scriptures, Watch Tower Bible & Tract Society of New York, p. 797
  3. Arrowup.png The New Strong's Exhaustive Concordance of the Bible (1984) (anglais), Thomas Nelson Publishers
  4. Arrowup.png WTBTS (1971) (anglais), Auxiliaire pour une meilleure intelligence de la Bible, Watch Tower Bible & Tract Society of New York, p. 37