Utilisateur:Henrique/Comment sortir de l'organisation des Témoins de Jéhovah ?

De Témoins de Jéhovah: TJ-Encyclopedie, l'encyclopédie libre sur les Témoins de Jéhovah
< Utilisateur:Henrique
Révision datée du 6 mai 2006 à 16:25 par Henrique (discussion | contributions) (→‎Bibliographie : complétée)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

On peut "sortir" physiquement facilement de l'Organisation des Témoins de Jéhovah (OTJ). Il n'y a en effet pas de menaces physiques directes de la part de cette organisation à l'encontre de ses anciens adeptes. Mais il est beaucoup plus difficile d'en sortir mentalement car tout TJ a été manipulé à son insu pendant des années, de sorte qu'il a intégré lui-même les obstacles à sa propre sortie. Ces obstacles comprennent les doctrines concernant sa mort prochaine, à "Armaguédon", la crainte d'être jugé négativement par ceux qu'il a appris à considérer comme ses frères et même ses aînés (il subira d'ailleurs nombres de pressions psychologiques visant à le culpabiliser ou à réveiller ses peurs), et la crainte de perdre définitivement les bienfaits, réels ou illusoires, dont il jouissait dans l'OTJ.

Faut-il sortir de cette organisation ?

Le pour et le contre

Difficultés de sortir de cette organisation

On peut ainsi être physiquement hors de l'OTJ tout en étant resté mentalement partie intégrante de cette organisation. Il s'en suit un état d'angoisse ou de morosité tel qu'il devient très facile de rechuter, c'est-à-dire de retourner physiquement dans cette organisation ou une autre secte ou mouvement sectaire qui pourra donner l'illusion de gagner au change. On peut aussi sombrer dans un état d'angoisse permanent qui aboutira soit à une névrose, soit dans le pire des cas au suicide. Une autre possibilité encore est de se reconstruire sa propre secte dans sa tête quitte à la réaliser extérieurement dans la fondation d'une nouvelle organisation sectaire.

Quand est-on véritablement sorti de l'OTJ et de tout processus sectaire ?

Une secte est une organisation sociale particulière en rupture avec la vie sociale en général. Cette rupture est fondée sur le sentiment d'une élection divine qui élèverait l'adepte au-dessus du reste de l'humanité. Le reste de l'humanité est abstraitement accusé de tous les maux qui peuvent exister. Chez les TJ, cette accusation est radicalisée avec l'idée que l'humanité est dirigée en sous-main par Satan le Diable. Mais cette rupture implique un sentiment d'anxiété plus ou moins caché, une rupture intérieure : comme pour faire partie du peuple élu, il faut faire preuve extérieurement et intérieurement de qualité quasiment surhumaines, l'adepte vit dans l'inquiétude permanente d'être découvert dans ses "mauvaises" intentions, de ne pas correspondre au modèle uniforme que la secte exige de ses adeptes, et donc d'être rabaissé au rang de l'humanité inférieure, celle qui ne sera pas "sauvée" à Armaguédon. Pour être véritablement sorti de la secte, il faut donc être parvenu à un état dans lequel on vit vraiment en accord avec soi-même, où les moments de doute peuvent aboutir à des évolutions positives de la personnalité et non à l'inhibition et à la frustration. Cet état d'accord avec soi-même dans lequel on peut évoluer réellement, nous pouvons l'appeler "joie de vivre". Cette joie de vivre se traduit extérieurement par un engagement dans la vie sociale environnante en général : au lieu d'accuser le monde de tous les maux, celui qui est véritablement sorti de l'enfermement sectaire devient un citoyen à part entière, il assume sa responsabilité d'adulte de contribuer au bien commun. Il renonce à l'illusion d'un pseudo nouveau monde parfait dans lequel Dieu prendrait tout en charge et où tel un éternel enfant, il se laisserait en permanence dicter sa conduite par une instance supérieure. Il admet que le monde tel qu'il existe n'est pas que négatif et que chacun peut contribuer individuellement à l'améliorer, même partiellement et progressivement. De plus, ses actions dans ce monde ne sont plus motivées par une volonté prosélyte, il ne cherche plus à donner une image pour séduire, autant que la pression sociale le lui permet, ses actions reflètent sa personnalité.

Méthode générale

Pour sortir mentalement de l'OTJ, il faut, comme cela suit des paragraphes précédents, briser les obstacles eux-mêmes mentaux à une libération complète à l'égard de cette organisation. Le mental se compose de deux parties indissolublement liées, mais qu'il faut distinguer pour les besoins de l'analyse : d'une part l'intellect, d'autre part l'affectivité. Il y aura donc deux aspects à une sortie de l'anxiété sectaire. Le premier consiste en une série de prises de conscience intellectuelles, au moyen d'arguments les plus clairs possibles, de l'insuffisance et du caractère erroné des doctrines TJ. Mais ce premier aspect est loin de suffire car il n'a pas été l'élément déterminant dans l'ancienne adhésion à la secte : ce qui a poussé un individu à devenir TJ, ce sont des motivations affectives plus moins refoulées, donc peu ou pas conscientes. Par conséquent, si on ne procède qu'à une approche intellectuelle, on n'opérera qu'à un niveau superficiel ; de nombreuses résistances se manifesteront car l'affectivité ne suivra pas. Il faut donc que cette libération aie un second aspect : une prise de conscience des motivations affectives qui ont déterminé l'individu à adhérer à l'OTJ. Une fois que cette élucidation aura été effectuée, l'ex-adepte pourra découvrir par lui-même comment il a pu se laisser manipuler aussi facilement, il évitera de tomber dans les mêmes pièges ou pièges similaires et il pourra œuvrer à une évolution positive de la structure de son caractère, évolution lui permettant de connaître une joie de vivre durable.

Étapes de la libération

Il y aura donc trois étapes à une sortie complète, quoiqu'elles pourront se télescoper dans le temps :

  • Prise de conscience intellectuelle du caractère erroné doctrines TJ. Cette étape est déjà difficile par elle-même car si elles sont une remise en question de la Watch Tower Society (nom officiel de l'organisation des Témoins de Jéhovah), l'adepte s'est tellement laisser manipuler par ces enseignements qu'il s'est totalement identifié à la WTS. Remettre en question cette dernière, c'est donc se remettre en question soi-même. Il semble donc que pour que cette étape puisse être efficace, il faille avoir commencé à prendre conscience par soi-même du caractère faussement satisfaisant de la vie de Témoin de Jéhovah.
  • Prise de conscience affective des motivations morbides qui ont déterminé l'adhésion à la secte. C'est sans doute l'étape la plus difficile car elle remet en cause directement l'intéressé par une mise en évidence de ses contradictions internes. Ces contradictions constituent ce qu'on appelle la culpabilité (état dans lequel on est en rupture avec soi-même). Il ne s'agira plus des fausses culpabilités dont se recouvre ordinairement le TJ, il s'agira de culpabilités refoulées et donc devenues inconscientes et donc bien plus difficiles à mettre au jour. Cette élucidation de ses motivations, c'est l'intéressé lui-même qui doit l'accomplir. Il peut se faire aider par un psychologue ou par des amis capables d'une certaine "neutralité bienveillante", mais au final, c'est lui qui effectue cette démarche d'élucidation.
  • Construction personnelle d'un idéal de vie qui puisse orienter l'existence de façon vraiment satisfaisante et non plus malsaine et inhibitrice comme auparavant.

Prise de conscience intellectuelle

Arguments théologiques

Il s'agit ici de voir comment une interprétation méthodique et honnête de la Bible conduit à rejeter ou remettre sérieusement en doute des éléments de doctrines, présentés par la WT comme des vérités absolues. Ces arguments peuvent une bonne façon de commencer en douceur.

Le fondement de la doctrine TJ, selon lequel notre époque est celle de la fin du monde repose sur une date en particulier : 1914. Celle-ci aurait été annoncée dans la Bible comme étant la date du commencement de la fin. Un article est consacré à cette question sur ce site.

Arguments de bon sens sur la valeur de la Bible

La Bible peut être prise comme un précieux recueil contenant beaucoup de sagesse. Mais il est bon de ne pas tout prendre au pied de la lettre («la lettre tue, l'esprit vivifie») contrairement au petit enfant qui ne comprend les contes qu'on lui raconte qu'au premier degré (alors qu'ils ont effectivement une vérité au second degré). La doctrine selon laquelle "toute écriture" doit être prise comme parole divine est malsaine. Elle empêche toute formation d'un jugement personnel et responsable, c'est aussi la porte ouverte à une prise au sérieux extrême et excessive de ce livre qui selon les interprétations peut aboutir à des actes particulièrement dangereux. Ces arguments de bon sens permettent de prendre recul par rapport à une interprétation dogmatique de la Bible.

Passages bibliques qui pris au premier degré peuvent être dangereux :

Luc 9:50 Mais jésus lui dit : «Celui qui n'est pas contre vous est pour vous» ou Mat 12:30 «Qui n'est pas avec moi est contre moi»
Histoire de Jéphté Juges 11:29-40
Enfants gloutons
Femme à qui on doit couper la main si elle a touché les parties d'un homme pour défendre son mari.

Arguments logiques

  • Impossibilité logique de parvenir à la fin de "l'œuvre d'évangélisation" en raison de la croissance démographique mondiale, étant donné aussi le "retard" pris en Chine, en Inde et en Russie.
  • L'argument du diable
  • Dieu : un être infini

Arguments moraux

  • Agir par devoir et non pour obtenir un paradis en récompense
  • L'impossibilité d'être heureux dans un système qui brime l'initiative individuelle, propose un défi simpliste qui conduit à méconnaître les défis réels de la vie d'homme et qui au final est impossible à remporter
  • Injustice d'un système qui doit passer par la destruction de millions d'innocents
  • Préférer la menace de la privation d'une vie éternelle incertaine à la privation certaine de liberté et de bonheur

Informations concernant la Société Watch Tower

  • Les origines houleuses de la Société, connexions avec l'adventisme
  • Différents scandales (Prophéties inaccomplies, Hitler, ONU...)

Prise de conscience affective

Se poser des questions du type : si les dirigeants de la WT devenaient fous et qu'ils déclarent du jour au lendemain qu'il faut prendre les armes contre le Monde, est-ce que tu les suivrais encore ? (précédents revirements historiques de la WT). S'ils déclaraient qu'il faut brûler soi-même les hommes politiques, que ferais-tu ? L'adepte est alors amené, pour une fois, à devoir prendre une décision entièrement personnelle. En principe, il devrait répondre que de toute façon cela n'arrivera jamais, c'est impossible, Dieu ne permettrait pas cela. Mais Dieu a parfois abandonné son peuple, pourquoi n'abandonnerait-il pas la WT ? Et alors pourquoi les dirigeants de la WT ne pourraient-ils devenir fous ? Si donc ça arrivait, qu'est-ce que tu ferais ? Si il n'est pas trop embrigadé, il devrait finir par dire qu'il laisserait tomber la WT. Il est alors amené à prendre conscience qu'il possède un pouvoir de décision qui peut être réellement indépendant de la WT. C'est un début non négligeable.

Comprendre les mécanismes de l'embrigadement

Usage de la manipulation

Comprendre sa part de responsabilité dans l'embrigadement

Se débarrasser de la terreur vis-à-vis du diable

Construction d'un idéal de vie lucide

Devenir soi-même

Le sens de la vie : développer ses capacités humaines (comprendre, faire comprendre, agir en vue de valeurs universelles, aimer) et ses talents personnels plutôt que d'espérer jouir de résultats qui n'en dépendent pas ou trop peu. Vivre ses rêves plutôt que rêver sa vie.

Cultiver une liberté authentique de pensée

Le sens du recul critique vis-à-vis de ses propres opinions et désirs n'est pas une tristesse mais une joie plus subtile que vivre dans un rêve. Le sens de l'humour - savoir se moquer de ses propres démons comme de ses tabous sacrés - est beaucoup plus réjouissant que se prendre au sérieux.

S'entourer de personnes compréhensives

Apprendre à parler de ses difficultés avec les siens ou avec des personnes ayant connu une situation similaire. Savoir demander de l'aide en cas de besoin.

Chercher une forme de spiritualité non-sectaire

Distinguer spiritualité et religiosité.

  • La science et la philosophie comme formes de spiritualité.
  • Ne pas ignorer l'existence de spiritualités laïques : http://www.unisson06.org/spiritualite_homepage.htm
  • En ce qui concerne la peur de la mort physique, comprendre qu'il est biologiquement impossible de l'éviter, sauf clonage mais est-ce vraiment ce qui est souhaité ?
  • Si besoin de trouver un groupe dans lequel vivre une spiritualité religieuse, savoir reconnaître un groupe religieux authentiquement respectueux de la liberté individuel et de la famille d'un groupe sectaire qui n'en donne que les apparences.


Bibliographie

Pour comprendre le phénomène sectaire, afin de mieux s'en libérer.

  • La mécanique des sectes, de Jean-Marie ABGRALL, Payot. L'auteur décrit la stratégie des sectes et le processus de mise sous dépendance de l’adepte à son gourou et à son groupe. La manipulation mentale pratiquée lors du recrutement et au cours du processus d’aliénation des adeptes emprunte aux techniques modernes de communication, de marketing, de persuasion et de conditionnement.
  • Les sectes mangeuses d'homme : comprendre le phénomène sectaire totalitaire, de Max Bourdelique, L'Atelier de l'archer. L’auteur s’attache tout particulièrement à mettre en lumière le jeu des deux logiques dont dispose le fonctionnement psychique et montre comment «la logique sectaire est une forme pervertie et plus ou moins régressive de la logique primaire».
  • Echec d'une prophétie annoncée de Festinger Léon et d'autres auteurs, PUF. Sur la base de l'étude d'une petite secte soucoupiste, les auteurs se proposent d'expliquer comment les membres d’un groupe croyant fermement en une prophétie annoncée par leur leader, sont renforcés dans leur foi, alors que les événements prédits ne se manifestent pas. Parallèles intéressants à faire avec les Témoins de Jéhovah.

Pour aider à une reconstruction psychologique saine de soi-même.

  • Psychologie de la motivation, de Paul Diel. Petite bibliothèque Payot. Pour comprendre en profondeur les fondements de la personnalité humaine et son besoin de s'illusionner.

Pour découvrir d'autres formes de spiritualité

  • Traité du désespoir et de la Béatitude, d'André Comte-Sponville. Une philosophie et en même temps une spiritualité matérialiste et athée de l'existence humaine.
  • Initiation à la vie bienheureuse - Doctrine de la religion, de Fichte. Approche philosophique se voulant également chrétienne de l'existence humaine.
  • Conversations avec Dieu de Neale Donald Walsch. Ariane. Propose une vision ouverte de Dieu et de la relation de l'homme avec lui. Certains y voient une inspiration assez "new age", bien que l'auteur s'en défende. A l'avantage d'inviter chacun à vérifier en lui-même la véracité de ce qui est dit et à ne rien croire sur parole. On espère du moins que ceux qui semblent s'organiser autour des écrits de cet auteur ne vont pas en faire le prophète d'un message indiscutable. Dieu est présenté de façon relativement logique : non un Dieu haineux et vengeur, mais acceptant toute l'humanité comme sa responsabilité et invitant chacun à assumer sa pleine et entière liberté.

Liens