Baptême des enfants

Un article de Témoins de Jéhovah: TJ-Encyclopedie, l'encyclopédie libre sur les Témoins de Jéhovah.
Aller à : navigation, rechercher
Jeunes proclamateurs de Miami, USA, tous ces enfants sont alors baptisés à l'exception de trois - Consolation, 23 décembre 1942

Les Témoins de Jéhovah se positionnent ouvertement contre le baptême des bébés, affirmant que cette pratique est contraire aux principes bibliques puisque le nouveau-né ne peut pas comprendre la doctrine chrétienne. Toutefois, ils ne sont pas contre l'admission de jeunes enfants au sein de leur rang, puisque, disent-ils, c'est le jeune qui en fait la demande et sa compréhension de la doctrine est, au préalable, contrôlée par les questions du baptême. Or, le caractère consentant du jeune futur adepte est quelque peu discutable, compte tenu de plusieurs facteurs contraignants qui peuvent précipiter une décision dont les conséquences peuvent s'avérer douloureuses.

Doctrine sur le baptême des enfants

Dans un article traitant spécialement de ce sujet, la Société Watch Tower expliqua que dans le livre des Actes, les baptisés étaient tous des adultes qui avaient déjà, au préalable, prit connaissance et comprit la doctrine chrétienne, ce qu'un bébé était incapable de faire. Elle montre qu'il s'agit d'une "coutume populaire" qui trouva son origine avec Tertullien vers 193 et termine en disant que "ce n’est pas le baptême qui aide un enfant à acquérir la foi. (...) Le baptême n'a de sens que si le baptisé est assez âgé pour être un disciple".[1]

Le baptême des enfants est présenté comme faisant partie des "enseignements païens contraires aux Écritures".[2] "Ni le baptême des enfants ni le baptême forcé des adultes n'ont de fondement dans la Bible."[3] "Les enfants sont-ils en mesure de se vouer à Dieu en connaissance de cause? Les Écritures ne fixent aucun âge pour le baptême. Toutefois, il est clair qu'un petit enfant est incapable de croire, d’exercer la foi ou de se vouer à Dieu."[4]

De ce fait, la Watch Tower utilise des témoignages montrant l'inutilité et le ridicule des baptême de jeunes enfants dans d'autres religions. Par exemple, elle rapporte les propos d'une mère catholique qui a dit: "J'ai deux très jeunes enfants qui ont tous deux été baptisés quand ils étaient bébés, et je ne vois en eux aucune parcelle de grâce; en fait, ce serait même plutôt le contraire."[1] De même, un adepte raconte son baptême à 12 ans dans l'église presbytérienne, expliquant qu'il fut baptisé aux côtés de deux bébés, ce qu'il qualifie de "terriblement humiliant", et que "le pasteur [lui] a aspergé la tête de quelques gouttes d’eau en murmurant des paroles qu'[il] ne comprenai[t] pas".[5]

De leur côté, les Témoins de Jéhovah ne baptisent pas les nourrissons, c'est un argument qu'ils utilisent pour démontrer le "libre choix " du baptême chez eux. Toutefois, il convient de préciser que, dans les religions qui baptisent les enfants, cela n'est, la plupart du temps, rien de plus qu'une coutume qui fonctionne sur le mode du rite social et n'implique pas un endoctrinement continu du jeune enfant; à l'inverse, chez les Témoins de Jéhovah, le baptême est pratiqué sur demande de l'enfant et donc forcément à un âge au moins un peu plus avancé, mais nécessite ensuite une assiduité de la pratique religieuse qui couvrira tous les aspects de la vie et dont le non-respect peut se traduire par une douloureuse exclusion.

Démarches

Toutefois, les enfants ont la possibilité de se faire baptiser, s'ils apportent la preuve qu'ils désirent devenir des disciples. Ils doivent pour cela, s'identifier à des "proclamateurs de la bonne nouvelle du Royaume" en participant régulièrement à l'activité de prédication de porte en porte, et prendre une part active aux réunions organisées dans la congrégation. De plus, avant le baptême, il faut qu'ils acceptent de se soumettre à un questionnaire assez long. Cet examen est mené à tour de rôle par les différents responsables du groupe local. Des questions vont leur être posées (basées sur la Bible et sur un livre que le candidat reçoit avant le baptême, livre où se trouvent en fait toutes les réponses), et vont déterminer s'il est apte à devenir un membre des Témoins de Jéhovah. Au final, ce sont les responsables ou "anciens" de la congrégation qui décideront. Si la réponse est affirmative, les jeunes candidats pourront se faire baptiser par immersion lors des prochaines assemblées de circonscription ou de district.

On comprend donc que le baptême n'est pas réservé à de jeunes enfants, mais à des enfants qui ont été capables d'assimiler l'enseignement prodigué par le mouvement. Dans la pratique, certains se font baptiser vers l'âge de 10 ans, et d'autres ne le sont pas encore à 15 ans (d'autres attendent même plus tard). Il est tout à fait possible de concevoir qu'un enfant ait réussi à intégrer toutes les connaissances nécessaires à son baptême.

Le 2 mai 2013, David Splane, membre du Collège Central des Témoins de Jéhovah, a, lors d'une visite de zone à la filiale suédoise, prononcé un discours à l'aréna de Malmö, à l'aide d'un interprète. Bien que n'ayant pas d'enfant, Splane a émis un avis tranché au sujet de l'attitude des parents envers l'éducation de leurs enfants. Il a déploré le fait qu'il y ait tant d'enfants âgés de 10 ans qui ne soient pas encore proclamateurs non baptisés et que d'autres âgés de 13 et 15 ne soient pas encore baptisés. Il a ensuite développé l'idée que des parents bienveillants n'auraient pas peur de réveiller et de secouer leur fils pour qu'il aille travailler, alors que celui-ci se serait engagé à travailler pour l'été chez McDonald. Et Splane en conclut que l'avenir éternel d'un jeune est autrement bien plus important... Toutefois, la comparaison est totalement inappropriée car d'une part le Paradis terrestre promis par la Watch Tower reste une bénédiction qui ne se réalise jamais tandis que le salaire est bien réel dans le cas d'un travail, et d'autre part, l'engagement au sein du mouvement religieux est beaucoup plus lourd de conséquences concrètes sur la vie du jeune (réorientation de ses objectifs, renoncement à des études supérieures ou à une carrière professionnelle, possibilité d'une exclusion avec perte de sa famille et de ses amis, etc.), ce qui n'est pas la cas dans l'exemple d'un travail saisonnier.[6]

Facteurs contraignants

Cependant plusieurs paramètres empêchant l'enfant d'effectuer un vrai choix éclairé peuvent être cités:

  • Le risque du mimétisme parental: il est fréquent que l'enfant reproduise le mode de vie qu'on lui a enseigné parce qu'il s'agit de l'éducation qu'il a reçue de ses proches et en qui il a confiance. Les doctrines du mouvement étant répétées à longueur d'années lors des réunions tenues à la Salle du Royaume et lors de l'étude des publications de la Société Watch Tower, il est aisé de comprendre que l'enfant peut les assimiler très rapidement et les considérer comme son héritage religieux. Ainsi, des jeunes enfants deviendront Témoins bien souvent simplement parce qu'ils ont été élevés dans un foyer jéhoviste, mais n'auraient probablement jamais adopté cette foi d'eux-mêmes, à l'âge adulte.
  • La pression exercée: même si les Témoins s'en défendent, ils exercent bel et bien une pression sur les enfants qui grandissent en leur sein afin qu'ils se fassent baptiser; ainsi, un jeune qui tarde à en faire la demande sera mal vu et se verra fréquemment entendre quelque chose comme "c'est quand que tu te fais baptiser?". Des "privilèges" (être perchiste, distribuer des périodiques ou s'occuper des territoires pour la prédication...) sont accordés par les anciens au jeune en fonction de son implication au sein de la congrégation, ce qui peut constituer un appât menant au baptême. Voici d'ailleurs quelques exemples de pressions tirés des publications jéhovistes: un article déplore, exemple à l'appui, que "certains Témoins de Jéhovah (...) attendent que leurs enfants soient sur le point de sortir de l'adolescence pour aborder avec eux la question du baptême".[7] Deux autres déclarent: "Pensez aux bienfaits dont jouissent les enfants que leurs parents dirigent vers le baptême."[8] "Nous encouragions toujours nos enfants à se fixer des objectifs en rapport avec leur service pour Dieu, comme le baptême."[9]
  • Le besoin de reconnaissance au sein du groupe: il est normal, durant l'enfance et l'adolescence, de rechercher l'approbation et la reconnaissance de son entourage, ce qui permet de développer l'estime de soi. Le jéhovisme constituant bien souvent le seul univers que connaît l'enfant et dans lequel il est constamment immergé — les autres modes de vie étant systématiquement discrédités a priori —, cela peut l'amener à faire un choix bien plus motivé par des considérations affectives que religieuses.
  • L'image négative du "renégat": l'enfant qui ne prend pas position pour le mouvement sera considéré comme un enfant rebelle, qui fait honte à ses parents (les périodiques disent que les parents dont l'enfant ne marche pas droit dans l'organisation sont affligés et malheureux par un tel choix), qui trahit ses amis dans la congrégation et qui refuse de "réjouir" le cœur de Jéhovah. Il est souvent fait référence dans les publications de la parabole biblique de "l'enfant prodigue" qui revient dans le droit chemin après s'être égaré, et qui correspond, selon la Watch Tower, au retour dans le mouvement de l'enfant qui l'avait auparavant quitté. Si l'enfant est sensible à un tel discours culpabilisant et qu'il l'intériorise — ce qui est d'autant plus probable que c'est un point de vue 1/ qui lui est rabâché en permanence, 2/ qui est présenté comme une évidence par tous ceux qu'ils côtoient régulièrement et 3/ que ce point de vue n'est jamais contrebalancé par d'autres choix de vie qui seraient considérés comme honorables par le mouvement —, il se culpabilisera et finira par faire ce que l'on attend de lui, souhaitant réaliser les vœux de ses parents. Ou bien il ne deviendra pas Témoin mais vivra avec un poids sur la conscience, pensant qu'il a mal fait et qu'il a attristé Dieu et sa famille.

Par conséquent, dans un tel contexte, on peut s'interroger sur le fait que le "choix" de l'enfant de se faire baptiser puisse être aussi "libre" que le mouvement le prétend.

Conséquences douloureuses

De plus, on peut se demander si un enfant jugé apte, ayant pour unique référence le discours enseigné par les Témoins de Jéhovah, est capable de prendre une décision aussi importante que celle du baptême dans ce mouvement. Car s'il décide de quitter celui-ci, quelques années plus tard, il devra subir les lourdes conséquences de l'excommunication. En théorie, celle-ci ne rompt pas les liens familiaux, mais en pratique, il s'avère le plus souvent que les contacts avec la famille Témoins de Jéhovah sont extrêmement réduits, quand ils ne sont pas inexistants. Ceci dépendra évidemment du niveau d'engagement de la famille Témoins de Jéhovah. La Tour de Garde du 15 janvier 2007, page 20, donne toujours des consignes très sévères sur la conduite que les parents Témoins de Jéhovah doivent adopter avec leur enfant excommunié:

"Il n'en va pas de même lorsque l'enfant excommunié est majeur et n'habite plus sous le toit familial. L'apôtre Paul a ordonné aux chrétiens de Corinthe de "cesser de fréquenter celui qui, appelé frère est un fornicateur, ou un homme avide, ou un idolâtre, ou un insulteur, ou un ivrogne, ou un extorqueur, et de ne pas même manger avec un tel homme" (1 Corinthiens 5:11). Même si certaines questions familiales peuvent vous obliger à avoir quelques contacts avec votre enfant excommunié, vous devriez vous efforcer d'éviter les rencontres qui ne sont pas indispensables."

De plus, l'enfant s'engage, par son baptême, à observer toute se vie la chasteté demandée par le mouvement, alors qu'il a un âge qui ne lui permet pas forcément de prendre conscience de la puissance que les désirs sexuels pourront avoir lorsqu'il sera adolescent.

La question est donc posée: un enfant a-t-il la maturité nécessaire pour prendre un engagement aux conséquences aussi graves, compte tenu de la spécificité du contexte jéhoviste (pas d'alternatives présentées par le mouvement comme honorables, pression familiale et amicale...)?

Exemples de jeunes baptisés

Âge Récit + source
À partir de 5 ans "Le dimanche 10 août 1941, (...) "Jour des enfants", un discours fut prononcé sur le baptême, et 3 903 personnes furent baptisées, dont 1 357 enfants. Pour ces derniers, — et même pour les adultes, — ce jour-là devait être spécial. Le programme portait la notice suivante: "Tous les enfants de parents consacrés, âgés de cinq à dix-huit ans et possédant des billets pour des places réservées, s'assoiront juste devant l'estrade.""[10] "Parmi les baptisés il y des enfants de 5 à 18 ans le plus grand, et certains éventuellement nageaient après leur immersion dans la grande piscine. Une fillette de 9 ans a été portée à la piscine, paralysée dans un fauteuil roulant."[11]
7 ans
  • "Nous nous sommes fait baptiser en décembre 1941 lors d'une assemblée nationale tenue au Hargreave Park de Sydney, en Nouvelle-Galles du Sud. J'avais sept ans. J'ai alors commencé à prêcher régulièrement avec mes parents."[12]
  • En 2014, l'un des organisateurs de l'assemblée internationale tenue en Zambie, Effort Mugabe, a dit que le(la) plus jeune baptisé(e) était âgé(e) de 7 ans.[13]
8 ans "Je me suis vouée à Dieu et me suis fait baptiser avant d'avoir huit ans." [14]
9 ans
  • "Notre fils de sept ans devint proclamateur. À neuf ans il se fit baptiser."[15]
  • "Le plus petit est Gabriel, 9 ans."[16]
10 ans
  • "Beaucoup d’enfants ont progressé depuis l’âge tendre jusqu’à devenir des proclamateurs non baptisés. Certains enfants se vouent à Jéhovah et se font baptiser avant l(adolescence. Cela leur permet d’être pionniers auxiliaires et même pionniers permanents avant d’avoir achevé leurs études."[17]
  • "À notre époque, une chrétienne du nom de Jeanne a été baptisée alors qu'elle n'avait que dix ans."[18]
  • "Je suis née le 18 août 1907 (...). C’est en 1918, à Atwater, dans l'Ohio, à quelques kilomètres d’Alliance, que j'ai assisté pour la première fois à une assemblée. Maman a demandé au représentant de la Société si j'étais assez grande pour être baptisée. J'estimais m'être valablement vouée à Dieu pour faire sa volonté; j'ai donc été autorisée à être baptisée".[19]
  • "Leur expérience est illustrée par celle d'un jeune homme de El Salvador qui, à l'âge de dix ans, s'est fait baptiser comme symbole de son dévouement à Dieu."[20]
  • "Les nouveaux baptisés ont un âge "entre 10 et 75".[21]
"Jeune" "Un jeune garçon, fils d'un ancien, avait le désir sincère de se faire baptiser. (...) Ce garçon, quoique bien jeune, satisfaisait aux conditions requises des candidats au baptême et pouvait être ordonné ministre de Jéhovah Dieu. Également, parmi les chrétiens qui assistaient récemment aux Bahamas à l'École des pionniers, se trouvait une fillette, âgée de dix ans et baptisée."[22]
12 ans Les baptisés étaient âgés entre "12 et 71 ans".[23]

Vidéos

  • Portion du discours de David Splane du 2 mai 2013 déplorant que des jeunes de 13 ans ne soient pas encore baptisés:

Voir aussi

Ressources sur le sujet

Références

  1. 1,0 et 1,1 La Tour de Garde, 15 mars 1986, pp. 4-7, article "Doit-on baptiser les nouveau-nés?"
  2. Arrowup.png La Tour de Garde, 1er février 1999, p. 16, §10, article "Notre trésor dans des vases de terre"
  3. Arrowup.png La Tour de Garde, 1er juillet 2006, p. 26, §2, article "Jeunes gens, choisissez de servir Jéhovah"
  4. Arrowup.png La Tour de Garde, 1er avril 2006, p. 27, §8, article "Comment se préparer au baptême chrétien"
  5. Arrowup.png La Tour de Garde, 1 mai 2007, p. 8
  6. Arrowup.png Cedars (5 juin 2013) (anglais), "Governing Body’s David Splane Says Forcing Young Ones to Get Baptized Is "wise" Thing to Do", JW Survey. Consulté le 10 juin 2013
  7. Arrowup.png La Tour de Garde, 15 mars 1988, pp. 14,15, § 21, article "La confiance en Jéhovah conduit à l'offrande de soi et au baptême"
  8. Arrowup.png La Tour de Garde, 15 janvier 1989, p. 18, §14, article "Le baptême peut nous sauver — Comment?"
  9. Arrowup.png La Tour de Garde, 1er novembre 2006, p. 7, article "Des conseils fiables pour éduquer les enfants"
  10. Arrowup.png WTBTS (1975), Annuaire des Témoins de Jéhovah, Watch Tower Bible & Tract Society, p. 192
  11. Arrowup.png St. Louis Globe-Democrat, 11 août 1941, p. 1
  12. Arrowup.png La Tour de Garde, 1er octobre 2006, p. 12
  13. Arrowup.png The Standard (24 août 2014) (anglais), "1 568 baptised at Jehovah’s Witnesses international convention", thestandard.co.zw. Consulté le 28 août 2014
  14. Arrowup.png La Tour de Garde, 1er octobre 2000, p. 28
  15. Arrowup.png La Tour de Garde, 1er juillet 1975, p. 407
  16. Arrowup.png "Battesimo in acqua. Testimoni di Geova all'Olimpico" (8 août 2009) (italien), La Reppublica. Consulté le 9 novembre 2011
  17. Arrowup.png Le Ministère du Royaume, octobre 1992, p. 1, article "Aidons les enfants à servir Jéhovah avec leur cœur"
  18. Arrowup.png La Tour de Garde, 15 avril 1987, p. 13, § 15, article "L'offrande de soi et le baptême procurent la paix avec Dieu"
  19. Arrowup.png La Tour de Garde, 1er mars 2000, p. 21
  20. Arrowup.png La Tour de Garde, 15 mai 1968, p. 292
  21. Arrowup.png "Testimoni Geova: Roma, battesimo di massa in piscina al PalaLottomatico" (23 juillet 2011) (italien), Libero News. Consulté le 9 novembre 2011
  22. Arrowup.png La Tour de Garde, 15 mars 1988, pp. 14,15, § 21, article "La confiance en Jéhovah conduit à l'offrande de soi et au baptême"
  23. Arrowup.png "Battezzati 35 testimoni di Geova" (16 juillet 2007) (italien), Tuscia Wab. Consulté le 9 novembre 2011