Baptême

Un article de Témoins de Jéhovah: TJ-Encyclopedie, l'encyclopédie libre sur les Témoins de Jéhovah.
Aller à : navigation, rechercher

Le baptême est censé représenter, pour les futurs Témoins de Jéhovah en âge de le demander, l'étape la plus importante de leur engagement religieux. Il est, selon la Watch Tower, la seule manière de se positionner officiellement pour le nom de Jéhovah et de lui vouer ainsi sa vie; c'est aussi la seule voie qu'elle propose à toute personne pour échapper à la destruction du "système de choses mauvais" actuel lors de la grande bataille d’Har-Maguédon, que livrera Jésus afin d'instaurer par la suite un paradis sur terre.[1] Bien avant de se faire baptiser, le candidat doit répondre de façon satisfaisante à un long questionnaire qui permettra aux anciens de sa congrégation de donner leur approbation. Les baptêmes sont pratiqués durant les assemblées régionales (trois par an), le candidat est baptisé par immersion totale. En 2010, le rapport annuel publié par la Société Watch Tower fit état de 294 368 baptêmes dans le monde, dont 2 370 en France, 438 en Belgique, 273 en Suisse. Lors de l’assemblée internationale à Kiev tenue en 1993, 7 402 personnes se sont fait baptiser, ce qui constitue le nombre de baptêmes le plus élevé lors d'une assemblée organisée par les Témoins de Jéhovah.[2]

Rôle et signification

Baptêmes lors d'une assemblée

Depuis le début de son existence, la Watch Tower a estimé que chaque membre oint, c'est-à-dire ayant l'espoir de vivre au ciel, se fasse baptiser. Toutefois, en 1934, il fut indiqué que la classe de personnes ayant une espérance terrestre, et qu'elle appelait les "Jonadabs", devait elle aussi se faire baptiser:[3] "Un Jonadab devrait-il se consacrer à Jéhovah et se faire baptiser ? Réponse: Il est certainement juste qu’un Jonadab se consacre à l’accomplissement de la volonté de Dieu. Nul ne recevra jamais la vie s’il n’agit ainsi. Le baptême ou l’immersion dans l’eau est uniquement un symbole qui montre qu’un homme s’est consacré à l’accomplissement de la volonté de Dieu; c’est pourquoi un baptême n’est pas contre-indiqué."

Pour les Témoins de Jéhovah, le baptême dans leur organisation permet d'être agréé par Dieu et est indispensable au salut. Par ailleurs, il faut obligatoirement être baptisé pour pouvoir accéder à certains privilèges de services dans l'organisation, tel que les différentes formes de services de pionnier, les fonctions de surveillance au sein de la congrégation pour les hommes, la possibilité de prononcer une prière lors du culte, par exemple.

Dans certaines publications, le fait de se faire baptiser est comparé à celui de se marier: ainsi, le baptême est censé marquer le commencement d’une vie consacré désormais à servir Jéhovah à qui l’on s'est voué, tout comme le jour des noces rendent public l’engagement qu’ils ont pris en privé de se marier, puis de vivre comme mari et femme.[4] Néanmoins, la comparaison a ses limites, car dans le cadre d'un couple, la relation est horizontale, les deux personnes étant égales, même s'il existe une forme d'autorité de l'un sur l'autre et que, dès lors, il n'est pas possible de nier une dépendance de celui qui est en position d'infériorité, car dans ce genre de cas, cela fait l'objet d'un "contrat tacite, oral ou écrit", et d'un "échange".[5] À l'inverse, dans le cas de l'adhésion à un mouvement sectaire tel que celui des Témoins de Jéhovah, la relation est verticale: la Watch Tower exercera toujours un ascendant sur l'adepte; il s'agit davantage d'une relation parent-enfant dans laquelle le mouvement peut toujours édicter les règles qu'il veut, sans que l'adepte n'ait son mot à dire, et en cas de "rupture", c'est invariablement ce dernier qui sera présenté comme le fautif qui a rompu son engagement, même si le mouvement n'a pas tenu ses promesses. Il n'y a pas réciprocité: l'engagement est unilatéral.

Chez les Témoins de Jéhovah, le baptême ne constitue pas un sacrement et ne purifie pas à lui seul des péchés.[6][7] Le baptême doit se faire "au nom du Père, du Fils et de l'esprit saint" (Matthieu 28:19,20), c'est-à-dire selon eux, non en croyant à la doctrine de la Trinité, mais en ce sens que le candidat doit reconnaître la position et l’autorité de Jéhovah, de Jésus Christ et l'action de l’esprit saint.[8] Bien avant le baptême, le néophyte appelé "ami de la vérité" (c'est-à-dire celui qui bénéficie d'une étude biblique à domicile et assiste régulièrement aux réunions du mouvement) peut demander à être nommé "proclamateur non-baptisé", ce qui lui permettra de participer au prosélytisme et l'identifiera ainsi à un Témoin de Jéhovah, bien qu'il ne soit alors pas encore officiellement considéré comme tel. Des anciens vérifieront qu'il connaît bien la doctrine jéhoviste et qu'il y adhère, et que son mode de vie soit en conformité avec les règles du mouvement. En général, devenir proclamateur non baptisé constitue le signe d'un baptême imminent, voilà pourquoi les Témoins du proclamateur s'attendront à ce que celui-ci demande la baptême dans un délai de quelques mois.

Pour pouvoir être baptisé, le candidat doit d'abord bien connaître la doctrine jéhoviste et y adhérer, se repentir de ses péchés, se convertir à l'organisation, ce qui signifie renoncer à tout le reste, et se vouer à Dieu dans une prière solennelle.[9]

D'un manière générale, comme l'explique l'auteur Vivien Perrec, "la conversion [dans le jéhovisme] est expliquée selon une vision individualiste du salut où la condition de cœur joue un rôle primordial. (...) Ainsi, tout le contexte social et historique dans lequel se situe l'individu au moment de l'adhésion est passé sous silence et n'intervient pas dans l'explication officiellement fournie dans la genèse de l'adeptat". Il en résulte que le nouveau membre n'a pas de recul qui lui permettrait d'analyser les raisons qui l'ont amené à se convertir au mouvement,[10] raisons qui sont souvent bien plus terre à terre (besoin de socialisation à l'intérieur d'un groupe chaleureux, de certitudes afin de trouver un calme intérieur, de se soustraire à l'obligation d'effectuer des choix et ainsi de se déresponsabiliser, etc) que celles spiritualisées par la Watch Tower (ce sont Dieu et Jésus qui auraient attiré la personne). De plus, le renouvellement de la personnalité étant, selon le mouvement, lié au baptême censé marqué le début d'une nouvelle vie, il s'ensuit que les publications présentent régulièrement "la rencontre avec le jéhovisme (...) [comme] le moment magique déclencheur d'une mue psychologique", quitte parfois à amplifier la différence entre l'avant et l'après-conversion en utilisant des exemples "sensationnels" de personnes ayant mené une vie erratique avant leur conversion.[11]

Baptême des enfants

Voir article détaillé Baptême des enfants

Le baptême effectué sur des nouveau-nés comme dans l'Église catholique romaine est pour les Témoins de Jéhovah sans effet pour quatre raisons tenant à la fois au fond et à la forme: il est imposé par la famille; le bébé n'était pas conscient lors de son baptême; il n'avait pas connaissance de l'enseignement biblique; le baptême fut administré, non par immersion, mais par aspersion.[12] Le baptême n'est donc pas réservé à de jeunes enfants, mais à des jeunes qui sont capables d’assimiler l’enseignement prodigué par le mouvement. Dans la pratique, certains se font baptiser vers l'âge de 10 ans, et d'autres ne le sont pas encore à 15 ans, d'autres attendant encore plus tard. Il est tout à fait possible de concevoir qu’un enfant ait réussi à intégrer toutes les connaissances nécessaires à son baptême, celles-ci étant répétées très fréquemment lors des réunions tenues dans la congrégation et de l’étude des publications de la Watch Tower. Dans la pratique, tous les enfants de Témoins ne deviennent pas nécessairement adeptes. Comme le note Nathalie Luca, anthropologue au CNRS, "des recherches sociologiques ont montré que très peu de ces enfants devenaient eux-mêmes Témoins de Jéhovah, ce qui montre qu'ils ne sont pas totalement aliénés par le groupe".[13] Cela est confirmé par une enquête sociologique de la SOFRES: parmi l'ensemble des foyers jéhovistes ayant des enfants, seuls 27% ont baptisé tous leurs enfants, et 28% certains d'entre eux.[14]

Point de vue sur le baptême dans les autres Églises

Les Témoins de Jéhovah refusent le baptême des autres confessions chrétiennes, car celles-ci ont des enseignements différents; de ce fait, celui-ci n'a aucune valeur et l'adepte doit obligatoirement se faire baptiser selon les exigences des Témoins de Jéhovah pour être intégré dans le mouvement.[15] Comme le note Raymond Franz dans l'un de ses livres, à partir d'une certaine date, il devint nécessaire pour chaque Témoin de se faire baptiser dans l'organisation jéhoviste, alors que pendant plusieurs décennies, un baptême préalablement administré au sein d'une autre église chrétienne était jugé suffisant. Cette directive constituait une étape supplémentaire dans la radicalisation du mouvement qui se définit comme le seul vraiment chrétien et qui peut donc mener au salut.

Questions du baptême

Pour pouvoir être baptisé, le candidat doit en faire la demande principalement au surveillant-président de sa congrégation. Trois anciens visiteront successivement le postulant afin de lui poser les 104 questions figurant dans le livre Organisés pour faire la volonté de Jéhovah, celles-ci ayant pour but de vérifier les connaissances du futur baptisé sur la doctrine du mouvement. Les anciens s'assureront également que le postulant mène une vie conforme aux directives de la Bible telles que le mouvement les comprend. Si ses réponses sont jugées satisfaisantes, il sera admis au baptême.

Ces questions se décomposent en trois parties principales:[16]

  • La partie I est intitulée "Enseignements élémentaires de la Bible": les questions portent sur Dieu, Jésus, l'esprit saint, le Royaume de Dieu, le Diable, le rejet des pratiques spirites, l'âme humaine, le péché, la mort, la résurrection et les espérances possibles pour les humains.
  • La partie II a pour titre "Les justes exigences de Jéhovah": les questions se rapportent au mariage, au respect de la vie (par exemple, rejet du suicide), à l'attitude vis-à-vis du sabbat, au comportement avec ses coreligionnaires, à la moralité, au comportement en cas de péché, à l'idolâtrie, au rapport à l'univers non-Témoin.
  • La partie III se nomme "L'ordre établi par Jéhovah": les questions ont trait à la famille, au comportement vis-à-vis des gouvernements, à l'organisation dans la congrégation et aux pratiques des Témoins.

Enfin, quelques questions subsidiaires rappellent au candidat le bon comportement à adopter lors du baptême et l'importance de celui-ci.

On peut constater qu'il n'y a qu'une seule question portant sur la pratique de l'exclusion, et que la réponse ne consiste qu'en un passage biblique. Voilà qui peut paraître surprenant, car si l'exclusion est évoquée régulièrement dans les publications ou lors des réunions, force est de constater que parmi les 104 questions qu'examinent les anciens avec le candidat au baptême, une seule à trait à l'excommunication ; la voici:

"Quelle mesure la congrégation prend-elle quand un de ses membres transgresse les commandement de Dieu et ne se repent pas ?"

La seule réponse donnée est: 1 Corinthiens 5:9-13. Aucun commentaire n'est donné sur la façon dont l'organisation applique ce verset; ainsi, la conduite draconienne qui sera imposée n'est pas du tout explicitée. Le mot excommunication n'est même pas mentionné. De ce fait, on peut se demander: le candidat au baptême comprend-t-il bien ce que recouvre et signifie, dans ses conséquences relationnelles et affectives, l'exigence de l'excommunication? Si le baptême peut être assimilé à un engagement contractuel ou quasi-contractuel librement consenti, il apparaît nécessaire d'être strictement et complètement prévenu des clauses pénalisantes de sortie du contrat ou du quasi-contrat ; or ces éléments sont proprement escamotés. Il est tout a fait possible d'être baptisé sans avoir été amené à mesurer objectivement — c'est en effet inconcevable du point de vue de la foi — les effets préjudiciables de la sortie du mouvement.

Selon le sociologue James A. Beckford, les questions du baptême ne revêtent en fait qu'un "test purement formel": dans la pratique, il est facile de savoir quand un néophyte est prêt pour cet engagement formel, et de surcroît, cette procédure est "de moindre importance que la discrétion informelle exercée par les dirigeants de la congrégation"; de plus, le sociologue note que ce qui est recherché chez les candidat, ce sont les preuves de "soumission aux impératifs de l'organisation" et la "canalisation exclusive de la vie sociale auprès des canaux approuvés par la congrégation".[17]

De même, l'historien James Penton relève que pendant des décennies, une personne qui se sentait prête au baptême pouvait simplement en faire la demande lors d'une assemblée, et le baptême lui était administré.[7] Par exemple, une Étudiante de la Bible baptisée en 1921 déclara: "À l’époque, aucun entretien spécial n’était prévu à l’intention des candidats au baptême".[18] Mais depuis 1972, la Watch Tower a explicitement demandé aux anciens d'examiner avec le candidat des questions qui, regroupées en 1983 dans ce que l'historien appelle une sorte de "catéchisme" du livre Organisés pour accomplir notre ministère, sont devenues une condition sine qua non au baptême.[7] Par contraste, on note que dans le Nouveau Testament, aucun questionnaire n'était posé aux futurs disciples, et certains, comme l'eunuque éthiopien, étaient baptisés très rapidement.

Déroulement de la cérémonie

Les baptêmes sont pratiqués durant les assemblées régionales des Témoins de Jéhovah qui ont lieu trois fois par an.

Discours

Le discours du baptême, qui a généralement lieu le samedi en fin de matinée, dure une demi-heure. Ces jour-là, les candidats ont été invités à s'asseoir dans les premiers rangs de l'assemblée qui leur sont réservés. L'ancien qui prononce le discours commence par leur souhaiter le bienvenue en disant: "Au nom de la famille internationale des frères, nous sommes très heureux de vous souhaiter, chers candidats au baptême, une chaleureuse bienvenue". Il rappelle ensuite le cheminement ayant conduit les candidats aux baptême et explique sa signification dans leur vie, montrant bien toutefois que celui-ci n'est pas une finalité, mais simplement le début de leur "course chrétienne". Vers la fin de l'exposé, les candidats sont invités à se lever, puis deux questions de formalité leur sont posées publiquement (voir section ci-dessous), auxquelles ils doivent répondre collectivement à haute et intelligible voix. Les candidats répondent invariablement par l'affirmative et sont en général chaleureusement applaudis par l'auditoire. L'orateur précise ensuite que "[leurs] réponses claires et affirmatives à ces questions indiquent qu['ils] remplisse[nt] les conditions requises pour être baptisés comme ministre ordonnés de Jéhovah Dieu". Une prière est ensuite prononcée spécialement à l'attention des candidats et un cantique ayant trait au baptême est chanté.

Vœux du baptême

Les questions posées aux candidats lors du discours de baptême ont été modifiées plusieurs fois au fil du temps :

Période Formulation des questions + référence
Années 1960
  • "Avez-vous admis devant Dieu que vous êtes un pécheur ayant besoin du salut et avez-vous reconnu devant lui que ce salut procède de lui, le Père, par son Fils Jésus-Christ?"
  • "Sur la base de cette foi en Dieu et en son moyen de salut, vous êtes-vous voué sans réserve à Dieu pour faire désormais sa volonté telle qu'il vous la révèle par Jésus-Christ et par la Bible sous la puissance illuminatrice du saint-esprit?"[19]
1970–1973
  • "Avez-vous admis que vous êtes un pécheur ayant besoin du salut venant de Jéhovah Dieu ? Et avez-vous reconnu que ce salut procède de lui, par son rédempteur, Christ Jésus?"
  • "Sur la base de cette foi en Dieu et de son moyen de rachat, vous êtes-vous voué sans réserve à Jéhovah Dieu pour faire désormais sa volonté telle qu'elle vous est révélée par Christ Jésus et par la Parole de Dieu éclairée par l'esprit saint?"[20]
1973–1985
  • "Vous êtes-vous repenti de vos péchés et vous êtes-vous retourné, reconnaissant devant Jéhovah que vous êtes un pécheur condamné ayant besoin du salut, et avez-vous reconnu devant le Père que ce salut vient de lui, par son Fils Jésus-Christ?"
  • "Ayant foi en Dieu et en son don de salut, vous êtes-vous voué à lui sans réserve en vue d'accomplir désormais sa volonté telle qu'il vous la révèle par Jésus-Christ et dans les pages de la Bible éclairée par l'esprit saint ?"[21]
1985–Aujourd'hui
  • "Sur la base du sacrifice de Jésus-Christ, vous êtes-vous repenti de vos péchés et vous êtes-vous voué à Jéhovah pour faire sa volonté?"
  • "Comprenez-vous qu'en vous vouant à Dieu et en vous faisant baptiser vous vous identifiez à un Témoin de Jéhovah et vous vous unissez à l'organisation divine, qui est dirigée par l'esprit saint?"[22]

Ces changements sont très importants: désormais, en se faisant baptiser, on s'identifie à un Témoin de Jéhovah (et non plus à un témoin de Jéhovah), c'est-à-dire à un membre de la Société Watch Tower. Dans cette dernière formulation du baptême, on se voue à l'organisation qui est censée être dirigée par l'esprit de Dieu. Ces points fut révisés afin d'éviter que les adeptes ne prétendent ensuite que le baptême signifiait qu'ils s'étaient voués à Dieu et non à une organisation, le but de la modification étant de se protéger légalement.[23]

Dans la Bible, Jésus Christ avait dit à ses disciples de baptiser des personnes "au nom du Père du Fils et de l'Esprit Saint". La deuxième question du baptême de 1985 remplace l'Esprit saint de Dieu par "l'organisation divine, dirigée par son esprit." En 1987, La Tour de Garde apporta l'explication suivante pour justifier la raison de ce changement:[24] "Récemment les deux questions adressées aux candidats de baptême ont été simplifiées pour que les candidats puissent répondre avec la compréhension complète nécessaire, de ce qu’implique entrer dans un rapport intime avec Dieu et son organisation terrestre." Cette "simplification" n'a en fait modifié qu'une seule chose: elle exige désormais de chaque candidat une déclaration de soumission et d'obligation à une organisation terrestre. La modification de 1985 fait reconnaître au candidat au baptême sa volonté d'appartenir à l'organisation des Témoins de Jéhovah. Il accepte ainsi de se soumettre aux règles et procédures du corps dirigeant ecclésial des Témoins de Jéhovah. Combien d'adeptes ont perçu ou compris toutes les implications juridiques de ce changement?

Ainsi, le baptême n'est pas un acte intime, où la personne décide de vouer sa vie à Dieu, mais la "démonstration publique"[7] de l'adhésion à une organisation bien précise: la Watch Tower. En cela, le baptême — avec son caractère public, effectué de façon solennelle après une série de questions posées par des anciens, et l'engagement étant ensuite fréquemment rappelé au baptisé — constitue l'un des critères constituant la théorie de l'engagement développée par Charles Kiesler. D'ailleurs, les cinq critères principaux définissant la théorie de l'engagement se retrouvent dans le cas du baptême jéhoviste, contribuant ainsi à rendre la sortie difficile.[25]

Immersion

Les candidats se dirigent ensuite vers le lieu de l'immersion, en général une piscine à l'intérieur de la Salle d'assemblée, où des cabines sont à leur disposition pour revêtir leur maillot de bain. En règle générale, un seul homme, un ancien, immerge le candidat au baptême, sauf cas particuliers (mesure de sécurité ou santé très précaire du candidat).[26] Cet ancien descend dans l'eau, vêtu d'un short et d'un maillot blanc à manches courtes et accueille un par un les candidats au baptême, à qui il demande de se pincer le nez. Chaque candidat est baptisé par une immersion totale qui ne dure qu'un très court instant. Très souvent, des écrans de télévision sont à la disposition du public à l'intérieur de l'auditorium afin qu'il suive l'évènement. La famille et les amis prennent parfois des photos. Les nouveaux baptisés regagnent l'auditorium et sont en général chaudement félicités et embrassés par leurs coreligionnaires. Ils seront désormais appelés 'frères' ou 'sœurs' suivis de leur nom lors des réunions.[12]

À l'origine, les baptêmes se pratiquaient fréquemment dans des cours d'eau ou dans des piscines ou des baignoires privées. Pendant longtemps, avant les années 1930, chaque candidat recevait une robe longue avec des lanières aux chevilles, à mettre par-dessus son costume de bain, ou bien une longue tunique noire fermée jusqu’au cou et aux poignets.[27]

La Watch Tower enseigne que le baptême est un moment à la fois sérieux et joyeux sans être un événement sombre ou sinistre. Pour prouver le caractère solennel de ce geste, ils montrent que Jésus a prié au moment de son baptême (Luc 3:21). Aucune posture spéciale, ni une récitation de texte, ni le port d'une robe spéciale ne sont requis, mais la tenue doit être décente: ainsi, les maillots de bain qui découvriraient trop le corps ou qui seraient transparents, ainsi que les tee-shirts comportant des slogans ou de la publicité, seraient jugés inappropriés. De plus, il est enseigné qu'en sortant de l'eau, le nouveau baptisé ne doit pas faire se comporter comme s'il avait remporté une grande victoire.[28]

Parlant de la cérémonie, l'historien Bernard Blandre estime que "l'individu n'est pas vraiment l'objet de toute l'attention le jour de son baptême; l'événement de sa vie n'est pour la foule qu'un épisode inséré dans un congrès qui dure plusieurs jours; on baptise quarante à cinquante personnes à l'heure dans une ambiance évoquant quelque peu le travail à la chaîne".[29] De même, Beckford parle de la cérémonie de baptême comme ayant une "relative insignifiance" et étant "purement symbolique"; celle-ci est "est presque dépourvue d'éléments émotifs" et a lieu dans une "atmosphère hautement instrumentale et prosaïque".[30]

Puis, lors des communications de la réunion de service suivante, une annonce sera faite pour informer la congrégation des nouveaux baptisés.

Ressources sur le sujet

  • Perrec, Vivien (2012), Les Témoins de Jéhovah: Analyse psychosociale, L'Harmattan, pp. 75-84 (ISBN 978-2-296-56005-5)

Références

  1. Arrowup.png Scan du livre:La connaissance qui mène à la vie éternelle, p. 180, unelueur.org, version archivée du 28 septembre 2007. Consulté le 29 août 2011:
    "Une personne vouée à Dieu et baptisée qui s’efforce de suivre fidèlement l’exemple de Jésus est précieuse aux yeux de Dieu. (...) Les prophéties bibliques montrent que pour Dieu ces personnes sont marquées pour survivre lors de l’exécution de son jugement qui va bientôt s’abattre sur le présent système de choses méchant.(...) Êtes-vous "dans la disposition qu'il faut pour la vie éternelle" (Actes 13 :48)? Avez-vous le désir sincère de recevoir la marque réservée à ceux qui servent Dieu? Cette marque inclut l’offrande de soi et le baptême, qui sont indispensables pour être sauvés."
  2. Arrowup.png WTBTS (2002), Annuaire des Témoins de Jéhovah, Watch Tower Bible & Tract Society, p. 237
  3. Arrowup.png La Tour de Garde, 15 novembre 1934; La Tour de Garde (anglais), 15 août 1934
  4. Arrowup.png La Tour de Garde, 15 novembre 1998, p. 12
  5. Arrowup.png Maès, Jean-Claude (2010), Emprise et manipulation: peut-on guérir des sectes?, Bruxelles: Éditions de Boeck Université, p. 59 (ISBN 978-2-8041-0150-3)
  6. Arrowup.png La Tour de Garde, 1er avril 1993, p. 6, article "Devriez-vous être baptisé ?"
  7. 7,0, 7,1, 7,2 et 7,3 Penton, James M. (1997, 2è éd.) (anglais), Apocalypse Delayed: The Story of Jehovah's Witnesses, University of Toronto Press, pp. 191,192 (ISBN 0-8020-7973-3)
  8. Arrowup.png La Tour de Garde, 1er avril 2002, p. 11, article "Pourquoi se faire baptiser ?"
  9. Arrowup.png La Tour de Garde, 15 janvier 1989, pp. 13,14, article "Qu’est-ce qui vous empêche de vous faire baptiser ?"
  10. Arrowup.png Perrec, 2012, p. 75
  11. Arrowup.png Perrec, 2012, p. 77
  12. 12,0 et 12,1 Barbey, Philippe (2003), Les Témoins de Jéhovah - Pour un christianisme original, L'Harmattan, p. 130 (ISBN 2-7475-4064-2)
  13. Arrowup.png La Croix, lundi 6 août 2001, p. 3
  14. Arrowup.png Témoins de Jéhovah - Rapport de synthèse, réf. MHI-MVN 98-204, octobre 1998, SOFRES
  15. Arrowup.png Réveillez-vous!, 8 janvier 1994, pp. 26,27, article "D'après la Bible... Devriez-vous être rebaptisé?"
  16. Arrowup.png WTBTS (2005), Organisés pour faire la volonté de Jéhovah, Watch Tower Bible & Tract Society, pp. 182-216
  17. Arrowup.png Beckford, James A. (1975) (anglais), The Trumpet of Prophecy: A Sociological Study of Jehovah's Witnesses, Oxford: Basil Blackwell, p. 187 (ISBN 0-631-16310-7)
  18. Arrowup.png La Tour de Garde, 15 janvier 1989, p. 17, §11, article "Le baptême peut nous sauver — Comment?"
  19. Arrowup.png La Tour de Garde, 15 novembre 1966, p. 689, § 18; La Tour de Garde (anglais), 1er août 1966, p. 465
  20. Arrowup.png La Tour de Garde, 1er septembre 1970, p. 530, § 20; La Tour de Garde (anglais), 15 mai 1970
  21. Arrowup.png La Tour de Garde, 1er août 1973, p. 472, § 25; La Tour de Garde (anglais), 1er mai 1973, p. 280
  22. Arrowup.png La Tour de Garde, 1er juin 1985, p. 30; La Tour de Garde (anglais), 1er juin 1985 (plusieurs différences avec la version française)
  23. Arrowup.png Luc, Jacques, "Questions pour le baptême", aggelia.be. Consulté le 29 août 2011
  24. Arrowup.png La Tour de Garde, 15 avril 1987, p. 12
  25. Arrowup.png Perrec, 2012, pp. 80,81
  26. Arrowup.png La Tour de Garde, 15 novembre 1986, p. 31, article "Questions des lecteurs"
  27. Arrowup.png La Tour de Garde, 1er avril 2003, p. 26; La Tour de Garde, 1er juin 1986, p. 20
  28. Arrowup.png La Tour de Garde, 1er avril 1995, p. 30, article "Questions des lecteurs"
  29. Arrowup.png Blandre, Bernard (1991), Les Témoins de Jéhovah, Belgique: Brepols, p. 124 (ISBN 2-503-50063-3)
  30. Arrowup.png Beckford, James A. (1975) (anglais), The Trumpet of Prophecy: A Sociological Study of Jehovah's Witnesses, Oxford: Basil Blackwell, p. 191,192 (ISBN 0-631-16310-7)